archive-org.com » ORG » M » MHEU.ORG

Total: 474

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le bal | Musée historique de l'environnement urbain
    pour son thème lui même que pour sa représentation éclatante de la lumière La Gazette des Beaux Arts souligne en 1880 la virtuosité de Menzel dans ce domaine La passion de la lumière l entraîne de temps en temps à une véritable lutte avec les difficultés il poursuit de tous cotés les ondulations et les vibrations lumineuses leurs traînées caressantes leurs acuités les éclats qu elles accrochent sur une saillie les transparences qu elles glissent dans les obscurités les transformations qu elle font subir au ton en y déposant la coloration propre qu elles apportent des sources dont elles émanent L auteur Né à Paris en 1834 Edgar Degas de son vrai nom de Gas appartient à une riche famille bourgeoise d origine napolitaine Il ne commence à étudier la peinture qu en 1855 après avoir suivi des études classiques Mais attiré par les peintres de la Renaissance il part en Italie où il voyage de 1856 à 1960 à Naples dans sa famille puis à Rome et Florence où il rencontre Gustave Moreau Ses œuvres de jeunesse surtout des portraits de membres de sa famille sont néoclassiques Mais l intérêt de Degas pour des sujets intimistes et scabreux cabarets

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/le-bal-edgar-degas.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive


  • Femme assise sur le rebord d'une baignoire et s'épongeant le cou | Musée historique de l'environnement urbain
    est pour lui l occasion de peindre une anatomie de trois quart et de dos de dessiner un nu sans en montrer le visage et comme Bonnard après lui de surprendre sur la peau une lumière par sa réflexion sur l eau devenue fluctuante Mais écoutons Degas que la postérité classera parmi les plus grands artistes de son temps mais aussi parmi les hommes misogynes réactionnaires et misanthropes Jusqu à présent le nu avait toujours été représenté dans des poses qui supposent un public Mais mes femmes sont des gens simples Je les montre sans coquetterie à l état des bêtes qui se nettoient L auteur Né à Paris en 1834 Edgar Degas de son vrai nom de Gas appartient à une riche famille bourgeoise d origine napolitaine Il ne commence à étudier la peinture qu en 1855 après avoir suivi des études classiques Mais attiré par les peintres de la Renaissance il part en Italie où il voyage de 1856 à 1960 à Naples dans sa famille puis à Rome et Florence où il rencontre Gustave Moreau Ses œuvres de jeunesse surtout des portraits de membres de sa famille sont néoclassiques Mais l intérêt de Degas pour des sujets

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/femme-baignoire-degas.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Marat assassiné ! 13 juillet 1793, 8 h du soir | Musée historique de l'environnement urbain
    peint en 1880 appartient à la veine patriotique C est une peinture d Histoire revue et corrigée puisque Charlotte Corday y devient une dangereuse terroriste honnie par le bon peuple Là aucun hommage à David Charlotte Corday tient encore le couteau sanglant et au mépris total de l Histoire une horde de révolutionnaires hystériques fait irruption dans la pièce pour l arrêter Ce qui se rapprocherait le plus de ce tableau aujourd hui serait une comédie musicale à l époque un opéra comique On y voit cependant une sensiblerie une grandiloquence et une débauche de couleurs sentant bon le kitsch qui sont la marque de fabrique de cet honnête artisan L auteur Jean Joseph Weerts est un fils d immigrés belges venus dans le nord de la France travailler dans l industrie textile Il naît en 1846 à Roubaix Son père excellent dessinateur lui donne des cours puis l envoie à l académie de Roubaix Doué le jeune Jean Joseph reçoit une bourse pour étudier à l Ecole de Beaux Arts de Paris où il entre dans l atelier de Cabanel A partir de là se construit une parfaite carrière académique peinture d Histoire patriotique et édifiante portraits de célébrités

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/marat-assassine-weerts.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • L'atelier de la rue de Furstenberg | Musée historique de l'environnement urbain
    Cette œuvre est exposée dans Le feu L auteur La guerre de 1870 comme celle de 14 18 a brutalement brisé des destinées artistiques prometteuses En témoigne la vie de Jean Frédéric Bazille Né en 1841 à Montpellier il découvre la peinture grâce à des œuvres de Delacroix Venu à Paris pour ses études de médecine il rencontre Renoir Sisley et l impressionnisme et s engage pleinement dans la vie

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/atelier-furstenberg.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Série des vues célèbres de Tokyo | Musée historique de l'environnement urbain
    Guimet musée national des Arts asiatiques Cette œuvre est exposée dans Transports urbains L œuvre Cette estampe est tirée de la série des vues célèbres de Tokyo elle même étant un remake d une série du même nom réalisée une quarantaine d années plus tôt par Hiroshige Utagawa son maître et beau père A cette époque Tokyo est déjà une mégapole de plus d un million d habitants et les transports en commun sont donc indispensables A son habitude Hiroshige III montre le virage occidental que prend le Japon à la fin du XIX siècle Ainsi beaucoup de ses estampes ont pour premier plan un poteau électrique à l instar des photos que prennent de nos jours les touristes au Japon On peut remarquer que le cocher de cet omnibus et certains des passagers portent un chapeau occidental L auteur Hiroshige III Utagawa De son vrai nom Ando Tokubei est un dessinateur peintre et graveur japonais né en 1842 à Tokyo d un père charpentier mais adopté par un restaurateur Il fait la connaissance du graveur Hiroshige Utagawa et devient sonsecond élève et second gendre celui ci ayant changé de nom plusieurs fois selon la coutume des peintres japonais Hiroshige

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/vues-celebres-utagawa.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Funérailles de Victor Hugo | Musée historique de l'environnement urbain
    l environnement urbain Les amis du mheu Retour à la chronologie Œ uvre précédente Œ uvre suivante Funérailles de Victor Hugo Anonyme 1885 Photographie stéréo N B positif LL Roger Viollet Cette œuvre est exposée dans La Rue Contact Les

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/funerailles-victor-hugo.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Paysanne près de l'âtre | Musée historique de l'environnement urbain
    pour modèle les familles des alentours il peint avec une palette sombre composée de gris noirs et marrons loin des couleurs éclatantes qu il utilisera plus tard Une attention particulière est portée aux effets d ombres et de lumière ce dont rend bien compte cette étude de paysanne penchée sur l âtre L auteur C est autant sa vie solitaire et tourmentée que son œuvre qui explique la notoriété exceptionnelle de Vincent van Gogh Elevé par un père pasteur dans une famille nombreuse de la campagne néerlandaise il est traversé toute sa vie par une tension profonde entre ses aspirations personnelles et la contrainte pesante d un milieu bourgeois calviniste Entré à 16 ans comme employé dans la maison de marchand d art Goupil et Cie à la Haye Londres et Paris il abandonne cette voie pour devenir pasteur L intérêt qu il porte alors aux plus humbles et le profond dénuement dans lequel il vit provoquent l incompréhension des autorités religieuses et de sa famille à l exception de son frère Théo marchand d art Soutenu matériellement et affectivement par ce dernier Vincent décide de se consacrer à la peinture Après de premières œuvres aux couleurs sombres consacrés à

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/paysanne-van-gogh.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Jour de fête - Maupassant | Musée historique de l'environnement urbain
    que des hommes d intelligence reviennent durant toute leur vie passer leurs jours du matin au soir à désirer de toute leur âme de toute la force de leurs espérances cueillir au fond de l eau avec une pointe d acier un tout petit poisson qu ils ne prendront peut être jamais Chantez donc la passion ô poètes Sur une terrasse qui dominait la rivière une femme accoudée songeait Où donc allait son rêve Vers l impossible vers l irréalisable espoir ou vers quelque bonheur vulgaire accompli déjà Quoi de plus charmant qu une femme qui rêve Toute la poésie du monde est là dans l inconnu de sa pensée Je la regardais Elle ne me voyait pas Etait elle heureuse ou triste Pensait elle au passé ou bien à l avenir Les hirondelles sur sa tête faisaient de brusques crochets ou de grandes courbes rapides Etait elle heureuse ou triste Je ne le pus pas deviner J apercevais la ville et les clochers de l église qui grandissaient Je distinguai bientôt des drapeaux J allais donc retrouver la fête Tant pis Je ne connaissais au moins personne en cette ville Je couchai dans un hôtel Des coups de canon me réveillèrent dès l aurore Sous prétexte de célébrer la liberté on trouble le sommeil des gens quelle que soit leur opinion Des gamins répondirent à l artillerie officielle en faisant éclater des pétards dans la rue Il fallut me lever Je sortis La ville était en gaieté déjà Les bourgeois venaient sur leurs portes et regardaient les drapeaux d un air heureux On riait on s était levé pour la fête enfin Le peuple était en fête Pourquoi Le savait il Non On lui avait annoncé qu il serait en fête il était en fête ce peuple Il était content il était joyeux Jusqu au soir il demeurerait ainsi en allégresse par ordre de l autorité et demain ce serait fini O Bêtise Bêtise Bêtise humaine aux innombrables faces aux innombrables métamorphoses aux innombrables apparences On se réjouissait par toute la France avec de la poudre et des drapeaux Pourquoi cette joie nationale Pour célébrer la richesse publique au lendemain d un emprunt nouveau Pour célébrer la consécration de la liberté au jour même où apparaît plus menaçante que les tyrannies impériales ou royales la tyrannie républicaine J errai dans les rues jusqu à l heure où la joie publique devint intolérable Les orphéons mugissaient les artifices crépitaient la foule s agitait vociférait Et tous les rires exprimaient la même satisfaction stupide Je me trouvai par hasard devant l église dont j avais vu de loin la veille les deux tours J y entrai Elle était vide haute froide morte Au fond du chœur obscur brillait comme un point d or la lampe du tabernacle Et je m assis dans ce repos glacé Au dehors j entendais si loin qu ils semblaient venus d une autre terre les détonations des fusées et les clameurs de la multitude Et je

    Original URL path: http://www.mheu.org/fr/chronologie/jour-fete-maupassant.htm (2016-04-28)
    Open archived version from archive



  •