archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 152 (janvier-février 2013) : Le prêtre et sa paternité : La falaise et l'horizon (Jean de la Croix Robert) - Revue Résurrection
    Quaix Le P de la Croix Robert a une formation d ingénieur des Arts et Métiers à 20 ans il entre à l abbaye de la Pierre qui Vire puis devient abbé de l Abbaye de Landevennec jusqu en 1990 Il rédige un recueil de méditations classées par thèmes le lecteur y trouvera une nourriture spirituelle très riche à déguster lentement et très difficile à résumer Sa lecture est facile

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-falaise-et-l-horizon-Jean-de-la (2016-02-09)
    Open archived version from archive


  • N° 152 (janvier-février 2013) : Le prêtre et sa paternité : La solidarité : une exigence et une espérance (Mgr André Vingt-Trois) - Revue Résurrection
    le contexte de campagne présidentielle sur fond de crise mondiale La France consacre une grande partie de ses ressources à ces efforts de solidarité Ce qui lui a permis de traverser les crises grâce à un amortisseur de type keynésien Cet ouvrage n est pas un propos purement comptable ou financier il se rapporte plus aux actions engagées et à un aspect spirituel et culturel Si la solidarité apparaît pour le contribuable comme un coût ce livre montre l intérêt de ces dépenses Notamment en montrant le lien social qui en résulte et qui peut faire défaut à la société civile Ensuite ayant connu les deux côtés de la barrière celle de contribuable et celle de patient du système de santé il me semble que beaucoup pourrait être fait du point de vue de l organisation et de l aspect spirituel de la solidarité Un politique souhaitait ainsi que le service public soit vraiment au service des usagers et pas seulement des agents ce qui n est pas dit dans l ouvrage Ces propos personnels me semble t il manquent à cet ouvrage qui demeure une référence compte tenu de la qualité des intervenants tous impliqués dans l économie ou

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-solidarite-une-exigence-et-une (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 152 (janvier-février 2013) : Le prêtre et sa paternité : Maître Eckhart ou la profondeur de l'intime (Éric Mangin) - Revue Résurrection
    le délaissement all Gelassenheit de lassen laisser L étape ultime est celle de l anéantissement all Vernichten de nichts rien néant où apparaît clairement la nécessité de l action divine si grand que soit cet anéantissement et cet amoindrissement de soi il demeure imparfait si Dieu ne l accomplit en lui l être créé Entretiens spirituels 23 cité p 35 La seconde partie s attache à un commentaire original de l épisode évangélique de Marthe et Marie Lc 10 38 41 qui se trouve principalement dans le Sermon 86 dont É M présente d abord le contexte de rédaction Il s agit d une controverse théologique sur les œuvres et la vie contemplative qui agite plusieurs communautés de moniales dans la Vallée du Rhin l hérésie du Libre Esprit prétend notamment que celui qui s est uni à Dieu devient Dieu par nature et sans distinction p 136 Maître Eckhart intervient en tant que responsable pastoral et pour formuler des affirmations de saine théologie Nos œuvres ne comptent pas tant pour lui Dieu que notre disposition d esprit dans toutes nos œuvres et notre amour pour lui seul en toutes choses Entretiens spirituels 16 cité p 120 Mais notre dominicain explique É M prend aussi des positions plus radicales il ne s intéresse plus aux catégories de bien et de mal mais développe une analyse de l agir sans pourquoi agir gratuitement comme Dieu lui même plaçant la question de l agir humain sur un plan métaphysique et mystique Les conséquences de cette position sont parfois étonnantes comme l explique ingénument É M Dans le Sermon 105 apparaît au contraire la nécessité d accomplir des œuvres bonnes quelle que soit la disposition intérieure y compris quand l homme est en état de péché mortel Cette position se justifie si l on prend en compte l existence d un fond naturellement bon dans l esprit que le péché ne peut atteindre ni corrompre p 124 125 La citation de Maître Eckhart confirme la justesse intellectuelle de l analyse L opération que l homme accomplit tant qu il est dans le péché mortel il ne l accomplit pas à partir du péché mortel Car ces opérations sont bonnes alors que les péchés mortels sont mauvais Au contraire il l a opérée à partir du fond de son esprit qui est bon en lui même naturellement ibid Mais le lecteur catholique reste interloqué de ce que l auteur ne mette pas à jour le grave danger d une telle doctrine si l homme coupable de péché mortel peut s en sortir par ses propres forces en quoi ce péché est il mortel et pour qui le Seigneur Jésus a t il donné son sang Au rebours de l exposé irénique de É M il me semble que de telles formulations expliquent bien qu un bon nombre de propositions extraites de l œuvre de Maître Eckhart aient été condamnées par Jean XXII en 1329 dans la constitution In agro dominico 1 Denzinger 950 980

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Maitre-Eckhart-ou-la-profondeur-de (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : Éditorial - Revue Résurrection
    e siècle l humanité a fait l épreuve de sa pauvreté de son incapacité à se donner des buts et des valeurs c est là que peut jaillir quelque chose de la nouveauté du Verbe une nouvelle donne qui ouvre l avenir La théologie n échappe pas à cette situation kaïrologique elle aussi connaît des scléroses des enfermements l illusion d un pouvoir démiurgique sur la Parole de Dieu toutes choses qui se terminent généralement par une aphasie prononcée Le P Bouyer dans la terrible finale de son livre Le Père invisible troisième partie d une trilogie consacrée aux trois personnes divines traçait un tableau saisissant de la déroute de la théologie chrétienne qui porteuse de lumière pour le monde après avoir éveillé l intelligence des hommes aux plus profonds renouvellements avait entraîné dans son déclin toute la culture occidentale où seuls survivaient quelques îlots de lumière qui venaient parfois de très loin loin en tout cas de l enseignement universitaire de la théologie 1 Sans entrer en tout point dans la vision catastrophique du P Louis Bouyer on peut néanmoins s interroger sur le destin contemporain de la théologie Avec le recul on mesure mieux le don extraordinaire que Dieu a fait à son Eglise en ce XX e siècle à travers le magistère doctrinal d au moins cinq papes dont la stature intellectuelle et spirituelle a dépassé de loin la série de leurs prédécesseurs mais aussi à travers la présence d une concentration de théologiens de très haut vol telle qu il n en avait peut être pas existé depuis le Moyen Âge Nous nous flattons d avoir accueilli dans nos colonnes des contributions de Jean Daniélou Louis Bouyer Hans Urs von Balthasar Henri de Lubac Marie Joseph Le Guillou et Joseph Ratzinger la série est impressionnante mais d autres noms mériteraient de s ajouter au palmarès Si un tel renouvellement a été possible au moment précisément où un assaut sans précédent menaçait toute l intelligence de la foi théologies de la mort de Dieu lecture marxiste de l Évangile selon saint Marc l Évangile au risque de la psychanalyse lectures non confessionnelles de la Bible etc c est que nous avons vécu et que nous vivons encore une crise de type pascal où sont passés au crible tous les fondements de notre culture religieuse et où la pensée théologique doit accepter de se recevoir à nouveau de la Sagesse pleine de nuances Ep 3 10 de Dieu reçue dans l adoration et éprouvée dans le choc venant de la rencontre de l incroyance Car tel est bien le site originel de la théologie non un savoir en chambre mais une parole reçue d une confrontation tenace avec les sources de la Révélation et destinée au monde en attente de la lumière du Christ Résurrection voudrait s inscrire humblement dans ce programme C est pourquoi nous avons regroupé dans ce numéro diverses contributions qui tendent à mieux définir l assise du travail théologique en le situant dans son

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Editorial,618 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : Le catéchisme et la théologie : rivalité ou complémentarité ? - Revue Résurrection
    il exista assez vite des versions allemandes pour le peuple et même pour les enfants Le concile de Trente de son côté n était pas resté inactif Les Pères conciliaires voulant absolument combattre un mal si grand et si funeste l ignorance religieuse par un remède efficace non seulement ont pris soin de bien définir contre les hérésies de notre temps les points principaux de la doctrine catholique mais de plus ils se sont fait un devoir de laisser pour l instruction des chrétiens sur les vérités de la Foi une sorte de plan et de méthode que pourraient suivre en toute sûreté dans leurs églises ceux qui auraient la charge de Docteur et de Pasteur légitime 5 Cette résolution fut adoptée au cours de la dix huitième session 26 février 1562 sur la suggestion de Charles Borromée Le saint archevêque milanais donnait alors toute la mesure de son zèle à réformer son clergé Il supervisa la rédaction du texte original en italien Ce travail fut achevé en 1564 et publié d abord en latin et en italien sous le titre Catechismus ex decreto Concilii Tridentini ad parochos Pii V jussu editus Rome 1566 Le Concile ordonna des traductions en toutes les langues vernaculaires La Préface de saint Charles Borromée est un vrai traité de catéchèse Avant d en venir à l explication de chacun des articles qui doivent composer cet abrégé de notre Foi l ordre même de notre travail nous oblige à faire ici quelques déclarations que les Pasteurs auront soin de ne pas perdre de vue Ces explications leur feront connaître exactement quel doit être le terme de leurs pensées de leurs labeurs et de leurs études et en même temps les moyens à employer pour arriver sûrement au succès désiré Or ce qui semble primer tout le reste c est qu ils n oublient jamais que toute la science du chrétien ou plutôt comme le dit notre Seigneur que toute la Vie éternelle elle même consiste en ce seul point Vous connaître Vous le seul Dieu véritable et Jésus Christ que Vous avez envoyé Aussi le vrai docteur de l Église s appliquera t il avant toutes choses à faire naître dans l âme des fidèles le désir sincère de connaître Jésus Christ et Jésus Christ crucifié Il fera en sorte de leur persuader et de graver dans leur cœur cette foi inébranlable qu il n existe point sous le ciel d autre nom par lequel nous puissions nous sauver puisque c est Lui qui est l hostie de propitiation pour nos péchés Et comme on ne peut être sûr de Le connaître véritablement qu autant qu on observe ses commandements la deuxième obligation qui ne peut être séparée de celle que nous venons de marquer sera de bien mettre en lumière que la vie des fidèles ne doit point s écouler dans le repos et l oisiveté mais que nous devons marcher sur les traces de notre Sauveur et chercher sans relâche et de toutes nos forces la justice la piété la foi la charité et la douceur Car si Jésus Christ s est livré Lui même pour nous Il l a fait pour nous arracher à toute sorte d iniquité pour faire de nous un peuple pur agréable à ses yeux ami fervent des bonnes œuvres Le catéchisme de Trente est divisé en quatre parties 1 du symbole des Apôtres 2 des sacrements 3 du Décalogue 4 de la prière Ce sera le plan des catéchismes à venir même si parfois une partie est placée avant l autre ces quatre documents Credo Décalogue Pater septénaire sacramentel constituant la base de toute formation chrétienne digne de ce nom En 1597 saint Robert Bellarmin rédigea à son tour un catéchisme à l usage des frères coadjuteurs de la Compagnie de Jésus document qui sera ensuite approuvé et utilisé par le Siège apostolique Il fut aussi traduit en français par saint François de Sales en 1601 Dans la deuxième moitié du XVII e siècle est publié un catéchisme rédigé par Bossuet initiative suivie par de nombreux évêques pour leur diocèse jusqu aux XIX e et XX e siècles En 1806 un catéchisme national français dit impérial fut rédigé sous le contrôle de Napoléon marquant une volonté d unification mais en vain pendant tout le XIX e siècle des évêques continuèrent de composer leur catéchisme dans un souci d adaptation aux réalités locales Ce qui n empêcha pas saint Pie X en 1906 de réaliser un nouveau catéchisme afin de répondre aux difficultés de l heure au lendemain de la crise moderniste Le catéchisme comme on le voit devait répondre de plus en plus à deux objectifs 1 une formation complète et cohérente de la foi 2 une riposte aux thèses adverses généralement celles des protestants mais de plus en plus celles du scientisme du positivisme etc Le temps des incertitudes En 1937 parut la première édition du Catéchisme à l usage des diocèses de France qui sera modifié par l épiscopat français en 1947 et accompagné d une édition pour les enfants Petit Catéchisme illustré Mais cela ne limita pas la floraison de catéchismes divers bibliques liturgiques etc à mesure que nouvelles attentes se faisaient jour En 1967 commencèrent des séries de publications destinées à accompagner la formation des différentes classes d âge et à fournir des parcours catéchétiques De plus en plus la catéchèse surtout celle destinée aux jeunes se trouva absorbée par des questions de méthode Souhaitant à juste titre tirer parti des découvertes de la pédagogie l attention se concentra non plus sur le contenu généralement de plus en plus léger mais sur les méthodes ayant rejeté le système des questions et réponses qui depuis le début accompagnait l activité catéchétique on se lança dans des parcours souvent complexes où la richesse des images la variété du matériau plus ou moins ludique ne parvenaient pas à cacher l indigence de la proposition doctrinale Surtout on fit une place démesurée à des hypothèses exégétiques qui

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-catechisme-et-la-theologie (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : On ne fera pas l'économie de la théologie - Revue Résurrection
    un fixé dans la sentimentalité la plus subjective l autre dans le rationalisme le plus froid les chrétiens peuvent ainsi devenir étrangers à eux mêmes ce qui n est certainement pas le moyen de transmettre quoi que ce soit à qui que ce soit L alibi de la philosophie chrétienne Mais cette opposition encore sensible de ci de là est peut être en voie de résorption Notre Saint Père en proclamant une Année de la Foi a bien marqué la nécessité de lier ensemble la foi ressentie et la foi objective reçue dans l Église et le message semble avoir été compris de beaucoup L anti intellectualisme qui a prévalu naguère est moins présent aujourd hui chez les catholiques on a la perception d une perte de mémoire qui a privé les catholiques de leurs racines et les parcours ne manquent pas depuis quelques années pour essayer d y porter remède cf le célèbre Parcours Alpha Mais un autre danger plus subtil est lui aussi présent Certains seraient portés à mettre en cause la possibilité même de présenter les vérités de la foi à l incroyant À quoi bon discuter de l eucharistie du purgatoire ou de la grâce avec des personnes qui n adhérent pas à la foi catholique La théologie dogmatique suppose qu on soit prêt à reconnaître l autorité de l Écriture et du Magistère de l Église or ce n est pas le cas des incroyants que nous pouvons rencontrer dans la rue Avec eux il faut se contenter d une apologétique comme on dit une réflexion qui se borne à explorer les préambules de la foi avec des arguments rationnels quels sont les critères qui permettent de reconnaître comme divine une parole de révélation l Église catholique est elle crédible quand elle se donne comme interprète de cette révélation etc Et plus fondamentalement on fera remarquer que tout l édifice repose sur la démarche rationnelle où on aura commencé par établir qu il y a une vérité connaissable et qu il existe un Dieu unique et personnel La théologie n interviendra dans cette perspective que tout à fait à la fin quand on aura élucidé beaucoup de choses Cette perspective est apparemment beaucoup plus évidente avec le non catholique on part de ce qu il peut admettre Il suffit au missionnaire d avoir une formation apologétique de base fondée sur une bonne dialectique philosophique pour lui permettre de se mettre d accord rationnellement avec autrui avant de prétendre l élever vers les vérités divines Cette méthode permet de ne pas laisser le missionnaire démuni face aux objections et lui donne la conviction de s appuyer sur une vérité universelle et ceci à peu de frais l apprentissage d une bonne logique étant moins long à acquérir qu un vaste arsenal théologique Cette voie comporte cependant de graves défauts Elle suppose en effet un premier ordre de vérités concernant Dieu et l homme accessible naturellement à l homme par la raison sur lequel se superposeraient des

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/On-ne-fera-pas-l-economie-de-la (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : Science et théologie : ruptures et convergences - Revue Résurrection
    il enfermait les modèles cosmologiques antiques et médiévaux Et contrairement à ce que veut faire croire une historiographie de pacotille c est dans un milieu encore authentiquement chrétien et dans l esprit d un scientifique épris de mysticisme Johannes Kepler que cette idée prit corps Un autre aspect de cette démythologisation du créé a été longuement évoqué par saint Augustin à propos de l astrologie parce que les astres n ont rien de divin ils ne sauraient exercer d influence sur notre destinée L homme est ainsi libéré d une fatalité qui lui serait imposée de manière quasiment magique par le cosmos Tout ces développements impliquent un postulat méthodologique sur lequel repose la science moderne et ce postulat est hérité directement de l enseignement des Écritures le monde n est pas Dieu et bien qu étant créé par lui il se développe ensuite de manière autonome certes conformément au logos nous dirions ici les lois de la science imprimé en lui par le Créateur mais sans que celui ci ait à intervenir à chaque instant dans son fonctionnement Les Juifs parlent à ce propos d une sorte de retrait de Dieu tsim tsoum de sa Création non pour l abandonner à l absurde mais pour lui donner sa pleine liberté On pourrait ici oser un rapprochement un peu hardi avec la parole du Christ la vérité vous rendra libres Si en effet la vérité du monde est garantie par son objectivité et par sa différence radicale avec le divin alors les créatures peuvent agir dans la pleine autonomie de leur mode d existence propre autonomie voulue par le Créateur qui veut en face de lui une authentique altérité Bien sûr cette proposition vaut au plus haut point pour l homme qui peut ainsi déployer ces capacités d être libre et doué de raison pour donner au cosmos un langage qui tire son origine du Logos créateur Quelle autonomie C est pourtant à partir de cette autonomie condition sine qua non d un discours rationnel et objectif sur le monde que s est creusé le fossé apparemment abyssal entre les sciences de la nature et la théologie Leur apparente harmonie basée sur une saine complémentarité correspond à un schéma idéal celui qu aurait sans doute suivi l humanité en l absence de péché originel Or celui ci nous le savons consiste de la part de l homme à chercher une autonomie non relationnelle qui se coupe de son origine et qui refuse l amour du Créateur La relation à Dieu est comprise comme aliénation soumission ignorance et non comme le moyen par excellence de la libération de la pensée Le lien qui relie le discours sur les créatures à leur Créateur est délibérément rompu Ce faisant il n est pas évident que la démarche scientifique y gagne en autonomie Il est à craindre que le scientifique perde de vue la radicale altérité du monde qui n est garantie que par son statut de créature posée objectivement en face de Dieu et non en lui La créature est donnée elle n est pas le produit de notre imagination ou de nos représentations subjectives On verra plus loin en quoi cette rupture peut conduire à une emprise sur le monde qui risque précisément de le priver de cette autonomie dont une certaine science se réclame D autre part cette compartimentation ce cloisonnement entre démarche scientifique et reconnaissance du réel comme créature de Dieu conduit à une ignorance voire à une hostilité mutuelle qui relèvent d un dualisme dangereux Certes la démarche scientifique doit garantir la séparation ontologique entre le sujet et l objet car cette séparation est la condition première d une connaissance objective d une recherche authentique de la vérité Mais la séparation totale peut priver la démarche scientifique de sa motivation première à savoir donner un sens rationnel au créé Si l on oublie ce qui donne sens à la créature à quoi bon rechercher encore la vérité sur elle Existe elle encore Inversement le rejet par la théologie de la rationalité scientifique risque de la réduire à un exercice purement émotionnel et d en évacuer pour une grande part l exigence de cohérence et de rationalité On relira à cet égard l encyclique de Jean Paul II Fides et Ratio qui rappelle la nécessité de cet équilibre Un autre risque auquel ce dualisme expose la connaissance scientifique consiste à réduire le réel à ses aspects purement fonctionnels à ne s intéresser à lui que pour son utilité immédiate Rejeter dans l océan du subjectivisme tout ce qui ne relève pas des sciences dites dures conduit en fin de compte à isoler la science au milieu des autres formes de savoir La science avec son exigence de rigueur risque de venir une citadelle assiégée le dernier rocher résistant encore à la marée montante du relativisme Outre qu il est abusif et malhonnête de dénier aux autres formes de savoir les qualités d objectivité et de rationalité dont certains scientistes veulent garder le monopole la science réciproquement risque de perdre sa raison d être si elle ne sait plus pourquoi elle scrute le cosmos Enfin on sait que le dualisme conduit au manichéisme la science rejette la théologie voire d autres disciplines dans les ténèbres de la superstition et de l obscurantisme et à l inverse certains croyants redoutent voire condamnent la science et ses avancées car ils la voient comme réductrice dominatrice dangereuse pour la nature et pour l homme La tentation démiurgique de la science très souvent fantasmée par ceux qui l ignorent mais qui n est tout de même pas purement fictive est en effet le fruit de cette auto détermination du savoir par laquelle l homme depuis la faute d Adam refuse toute relation avec le Créateur Dans le domaine scientifique nous en voyons aisément les conséquences l homme croit connaître au mieux le fonctionnement de la nature et prétend alors la gouverner totalement en lui imposant ce qu il a pu saisir de manière très partielle des

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Science-et-theologie-ruptures-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : La foi chez Karol Wojtyła et Joseph Ratzinger - Revue Résurrection
    ensemble comme les deux ailes qui permettent à l esprit humain de s élever vers la contemplation de la vérité Fides et ratio 1 Il y a fort à parier que ces grandes directions correspondent à une certaine vision de Karol Wojty a de même que la conclusion de l encyclique qui substitue à la traditionnelle invocation à Marie une méditation plus audacieuse sur un appel à philosophari in Maria à philosopher en Marie FR 108 à l imitation des moines de l Antiquité La piété mariale et l orientation mystique de la pensée de Karol Wojty a transparaissent dans cet appel à unir profondément travail de la raison et vie de foi dans une attitude de disponibilité et d accueil nourrie de la méditation sur Marie Il ne s agit évidemment pas de faire de Marie une philosophe mais de prendre exemple sur la pureté de son regard de foi et de sa vie de croyante pour éclairer le travail et la vie du philosophe Il y a là une forme de fulgurance qui relie sur un plan mystique le travail de la philosophie et le regard de la foi dans un appel à vivre de la vita mystica que doit être la vie vraiment philosophique entendue au sens englobant qu elle a pris au cours de l Antiquité et qui permettait aux chrétiens de présenter le Christ comme le vrai philosophe Il y a donc chez Karol Wojty a une démarche qui met l accent d une part sur le rôle de la raison mais d une raison plus ouverte que ce que pouvait être l enseignement philosophique classique dans les séminaires parfois trop conceptuel et d autre part indissolublement sur une vie mystique authentique Il y a pour résumer grossièrement à la fois la raison et la foi et leur convergence ne s opère en définitive totalement que dans une perspective mystique qui assume toute la vie de la personne humaine et divine dans le Christ À la différence d un Maritain dont il serait pourtant proche à certains égards du fait d une même référence au thomisme et d une même approche phénoménologique Karol Wojty a ne s intéresse pas aux degrés du savoir 3 pour s élever graduellement de l homme à Dieu mais passe directement de l expérience philosophique à l expérience spirituelle Il n y a ainsi pas de dimension théologique à proprement parler dans l œuvre de Karol Wojty a au sens où il ne développe pas de réflexion spécifique sur la religion en s appuyant sur une démarche philosophique ou en s en libérant Ce n est tout simplement pas l orientation de sa pensée philosophique et spirituelle Joseph Ratzinger apparaît par contraste comme un pur théologien qui n a jamais cherché à se réclamer de la philosophie ou à prendre part à de grandes controverses philosophiques Il est arrivé après l époque significative que fut à cet égard en Allemagne l entre deux guerres et son univers est bien plus celui de la patristique et de la théologie médiévale Ses travaux universitaires sur Augustin et Bonaventure témoignent au demeurant de ce double attachement On ne peut réduire trop rapidement sa pensée à ces deux seuls auteurs mais leur intérêt surtout dans le cas de Bonaventure pour la théologie plus que pour la philosophie se reflète chez Joseph Ratzinger Il pratique les philosophes ne craint pas de parler d Aristote aussi bien que de Marx mais sans entrer dans une discussion proprement philosophique Au contraire même face à un thème aussi communément associé à la tradition philosophique antique que la séparation de l âme et du corps et l immortalité de la première il ne craint pas dans La Mort et l au delà de contester cette reconstruction a posteriori pour montrer qu il s agit d un bien propre du christianisme fondé sur la promesse de Dieu aux hommes alors que l immortalité de l âme n apparaît jamais comme une affirmation philosophique au sens plein du terme et n a pu finalement s affirmer que lorsque en même temps l autorité d une tradition religieuse était en jeu reconnue et interprétée ensuite par la voie de la réflexion y compris voire surtout chez Platon 4 L insistance de Joseph Ratzinger sur le rôle nécessaire d une tradition religieuse sur cet exemple précis est plus largement caractéristique de la manière dont il définit la foi et son rapport à la raison Il n y a pas en effet pour lui d un côté des éléments rationnels tels qu ils apparaîtraient au sein d un discours philosophique autonome et une attitude de foi qui implique d élaborer rétrospectivement à la lumière de la Révélation une intelligence théologique de ce donné rationnel pour le réguler ou le rendre compatible avec les exigences de la foi Au contraire pour lui c est tout un et c est au sein de la Révélation que la rationalité est trouvée Comme il l écrit la foi chrétienne en vertu de sa structure fondamentale n est pas pure confiance sans contenu mais toujours confiance en quelqu un de tout à fait déterminé et en sa parole donc toujours rencontre avec une vérité dont le contenu doit être exprimé 5 Il est essentiel pour Joseph Ratzinger de rappeler que la foi a un contenu et que ce contenu est rationnel et source de rationalité Distinguant la religion chrétienne de toutes les autres dans lesquelles les textes ou les rites ne sont que des expressions symboliques il précise La foi chrétienne affirme des vérités qui sont telles en leur contenu des vérités qu elle ne soumet pas à une interprétation symbolique largement ouverte mais qu elle comprend comme des assertions vraies immédiatement valables Cela est vrai aussi bien dans le domaine de l histoire que dans celui de la philosophie la foi chrétienne affirme que Jésus a vécu est mort et est ressuscité en un temps déterminé Elle affirme que le même Dieu qui est devenu homme dans le

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-foi-chez-Karol-Wojtyla-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive