archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (1640-1700). (Jean-Pascal Gay) - Revue Résurrection
    réflexion sur les difficultés de la casuistique à se constituer comme un discours audible au delà du cercle des spécialistes est également l occasion pour ceux qui s intéressent à la théologie morale de méditer sur un problème qui n a pas perdu de son actualité Cette capacité à entrer en dialogue avec d autres disciplines comme la littérature et la théologie n est pas la moindre des qualités de l ouvrage et manifeste à elle seule sa fécondité Ce livre bat en brèche un certain nombre d idées reçues sur les controverses entre défenseurs et contempteurs de la casuistique héritées en grande part de la critique des jansénistes La fascination qu exerce Port Royal dans le monde universitaire l habitude préjudiciable d étudier les écrits jansénistes sans réellement prendre en compte ceux de leurs adversaires la place que les Provinciales de Pascal ont longtemps occupée dans l enseignement scolaire sont autant de raisons qui expliquent qu on réduise souvent la casuistique de l époque classique à un exercice aussi subtil que pervers couvrant les pires turpitudes de l autorité théologique Sans s attarder sur les simplifications abusives les caricatures voire les pures inventions polémiques comme la direction d intention passée à la postérité par le succès du Tartuffe de Molière 1 sans nier qu il y ait eu des propositions authentiquement laxistes défendues par des casuistes Jean Pascal Gay étudie les écrits de tous les acteurs de la polémique et décrit cette dernière comme un affrontement de cultures théologiques Cette thèse est doublement éclairante D une part elle permet de faire apparaître plus nettement les enjeux défendus par les acteurs de la querelle d un côté la nécessité d apporter un éclairage dans le clair obscur de la vie de l âme par un conseil raisonné qui puisse notamment

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Morales-en-conflit-Theologie-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : Qohélet. Le parti pris de la vie. (Bertrand Pinçon) - Revue Résurrection
    de composition du texte ses grandes unités ainsi que le jeu à plusieurs voix entre les paroles de Qohélet et d autres paroles de sagesse rapportées par lui sans qu il les assume pour autant en contrepoint de ses méditations La voix de Qohélet est ainsi particulièrement bien mise en évidence de façon plutôt claire ce qui n est pas un mince résultat pour un livre d abord complexe Les aperçus thématiques qui concluent un certain nombre de chapitres permettent aussi de compenser heureusement la lecture linéaire de l ouvrage en proposant des éléments de synthèse même si la nécessaire anticipation sur la suite du livre ne permet pas toujours de bien saisir le sens de tous les passages convoqués Le dernier chapitre résolument synthétique revient sur la question essentielle de la place du bonheur dans le livre en développant de façon convaincante au regard de positions critiques récentes les motifs qui permettent de voir dans le livre une véritable note d optimisme et non une illusoire compensation aux maux de l existence L analyse dégage en définitive deux temps dans le livre un premier où Qohélet constate de façon lucide la dimension négative voire désespérante de la vie et un second où s ouvre un chemin de sagesse appuyé sur la saisie des moments de bonheur accordés par Dieu Il est dommage que l argumentation se fasse parfois trop rapide l auteur proposant des interprétations sans les justifier suffisamment ou sans donner à son exposé toute la clarté nécessaire La présentation du texte scripturaire constitue l autre difficulté du livre l auteur choisit parfois de présenter l intégralité du passage qu il commente au début d un chapitre tandis qu il le cite à d autres moments seulement au fil du commentaire enfin certains versets ne sont pas cités

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Qohelet-Le-parti-pris-de-la-vie (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : La rigueur des choses. (Jean-Luc Marion, Dan Arbib) - Revue Résurrection
    d apparence le chemin qui depuis une thèse sur Descartes au début des années soixante dix l a mené jusqu à l Académie et à la chaire Étienne Gilson de la Catho en passant par la Sorbonne et Chicago Pour le lecteur qu intéresse d abord l histoire des idées contemporaine la première partie du livre où il décrit avec délectation sa formation intellectuelle et catholique est passionnante Ainsi on voit le jeune Marion qui dès 1967 entraîné par son camarade de khâgne Jean Duchesne se retrouve à diriger Résurrection la revue de M gr Charles le grand pasteur du Sacré Cœur de Montmartre alors qu il ne connaît encore rien à la théologie Mais ce meneur d hommes dans l âme qu est M gr Charles les initie bien vite lui et ses condisciples comme Rémi Brague à Lubac à Daniélou à Bouyer et à Urs von Balthasar Étourdissant enseignement vu d ici Parallèlement le jeune philosophe devient après sa thèse sur Descartes l assistant de Ferdinand Alquié à la Sorbonne C est alors que avec ses compères ils vont lancer sous l impulsion d Urs von Balthasar la version française de la fameuse revue Communio en 1975 Née des tensions qui traversaient alors la revue Concilium du fait de ceux qui s opposaient à l esprit du concile comme Josef Ratzinger elle irriguera la pensée théologique jusqu à aujourd hui Guéri dit il des sirènes médiatiques par la publication de L Idole et la distance qui à l époque le fait confondre avec les Nouveaux philosophes Jean Luc Marion consacre alors sa vie et à une nouvelle compréhension de Descartes et à l élaboration d une phénoménologie neuve française et inspirée Si ce n est pas le lieu ici de discuter de la pertinence et de l effectivité

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-rigueur-des-choses-Jean-Luc (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 150-151 (septembre-décembre 2012) : Le retour de la théologie : Le XIXe, Grand siècle des religieuses françaises. (Gérard Cholvy) - Revue Résurrection
    déchristianisation forcée de la Révolution Gérard Cholvy dépeint précisément l évolution de la vocation des religieuses de la conception de leur mission choisissant certaines figures emblématiques et traitant les grands mouvements par aire géographique Il dessine les grands traits de ces congrégations décrit leur rôle social décisif à de nombreux points de vue notamment pour l égalité entre l homme et la femme l éducation pour tous Cet essai court

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-XIXe-Grand-siecle-des (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 149 (juillet-août 2012) : Esprit Saint : procession et inspiration : Esprit Saint : procession et inspiration - Revue Résurrection
    le rapprochement souhaité depuis Rahner des traités De Deo uno et De Deo trino L article étudie également l apport de cette démarche à la question du filioque dans la foulée de la Clarification sur les visions orientale et occidentale de la procession du Saint Esprit publiée en 1995 par le Conseil pontifical pour l unité des chrétiens Urs von Balthasar nous fait comprendre que si l Esprit est le sceau de la Trinité scellant la réponse du Verbe au Père Fils et Esprit en fait se caractérisent mutuellement ce qui permet fondamentalement la réciprocité entre eux apparaissant en matière économique dans le Nouveau Testament Par ailleurs l inversion trinitaire manifestée par la présence du Saint Esprit notamment lors du Baptême comme à certains égards situé au dessus du Fils incarné est expliquée par Urs von Balthasar moyennant une distinction historique entre le status exinanitionis et le status exaltationis du Christ et le développement d une pneumatologie bipolaire distinguant deux aspects objectif et subjectif de l Esprit selon qu il est pensé en lui même ou dans ses relations aux deux autres Personnes La limitation de l inversion trinitaire au status exinanitionis du Christ témoigne de l effacement corrélatif à ce stade de la Révélation de l aspect subjectif de l Esprit Cette distinction de deux moments dans la spiration de l Esprit correspondant aux deux statuts étant entendu que l Esprit est un et n est pas que entre Fils et Père mais est leur unité n a peut être pas été suffisamment exploitée dans les discussions avec les orthodoxes Elle permet en effet de penser l unité de spiration comme relationnelle car si le Père et le Fils spirent le Fils comme un unique principe c est en tant que liés par leur relation paterno filiale qui elle même s en voit caractérisée en retour par l Esprit On songe malgré la différence de style à la caractérisation du P Le Guillou L amour qu est le Saint Esprit procède d un amour d amitié l amour réciproque du Père et du Fils l amour même qui accompagne la génération du Verbe commun aux deux personnes en tant qu opération d amour n ayant qu un motif identique la Bonté infinie qui leur est commune mais qui en tant qu appartenant au Père porte le Fils en tant qu appartenant au Fils porte sur le Père De tels développements permettent d éviter un certain réductionnisme des Personnes à leurs relations d origine et de respecter le mystère face à la critique parfois non dénuée de justesse de bien des théologiens orthodoxes Ils amènent également à une conceptualisation originale de l essence divine comme en mouvement coextensive aux processions et qualifiée par le rôle des Personnes dans celles ci L approche périchorétique d Urs von Balthasar a également de passionnantes conséquences sur le versant de l union de l âme à Dieu et de l inhabitation de l Esprit en l homme dans son statut glorifié de fils adoptif

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Esprit-Saint-procession-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 149 (juillet-août 2012) : Esprit Saint : procession et inspiration : Extraits de l'encyclique "Dominum et vivificantem" - Revue Résurrection
    procession et inspiration Extraits de l encyclique Dominum et vivificantem Jean Paul II Page réservée Cette page est à accès restreint Identifiants personnels Login identifiant de connexion au site mot de passe oublié Imprimer cette page Retour à l accueil

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Extraits-de-l-encyclique-Dominum (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 149 (juillet-août 2012) : Esprit Saint : procession et inspiration : Réciprocités trinitaires : vers une perception périchorétique de la troisième personne divine - Revue Résurrection
    dans la conceptualisation du filioque où s expriment les positions relatives du Fils et de l Esprit au sein de la Trinité La spiration éternelle de l Esprit par le Père et le Fils comporte en fait deux moments qui se traduisent ensuite économiquement de façon différente Mais pour l instant distinguons dans un premier moment comme le Fils reçoit éternellement du Père tout son être divin il reçoit du Père la capacité de co spirer l Esprit dans un deuxième moment le Fils exerce avec le Père cette capacité et il spire avec lui l Esprit Nous aurons compris que Balthasar attribue le premier moment au premier statut et le deuxième au second statut l aspect de co spiration active étant dominant dans le statut glorieux l aspect réceptif passif étant quant à lui laissé dans l ombre inversement l aspect réceptif est dominant dans le statut kénotique l aspect de co spiration active étant cette fois ci laissé dans l ombre Parallèlement on pourra relier au statut kénotique le fait que l Esprit procède du Père comme de son unique principe a Patre solo et au statut glorieux le fait qu il procède également du Fils Filioque D ailleurs Urs von Balthasar va plus loin puisque pour lui non seulement dans son état glorieux le Fils spire à nouveau l Esprit avec le Père mais il le spire dans son humanité là est donnée à celui le Fils qui est désormais exalté la puissance manifeste d exhaler l Esprit aussi dans son humanité 11 Urs von Balthasar tire donc de la richesse infinie des rapports intratrinitaires la possibilité de l inversion sans que cela ne change quoi que ce soit à l ordre intra divin Précisons que nous retrouvons là avec la mise en évidence des moments relatifs au développement ou au jaillissement trinitaire en lui même un trait dominant de sa doctrine de la Trinité 12 Car rien ne se produit dans le monde et a fortiori dans les relations qui unissent dans l économie le Fils et l Esprit qui ne trouve en Dieu sa condition de possibilité Outre la souplesse qu il faudrait introduire dans cette schématisation pour rester fidèle à l esprit d Urs von Balthasar en rappelant que l Esprit est tout à la fois dans et au dessus du Fils la prédominance d un aspect étant dictée par les besoins de l économie plus encore que par le statut christologique et la prudence qu il faudrait mettre relativement à la projection des moments intratrinitaires dans l économie moments qui ne doivent pas s apparenter à une potentialité divine se réalisant dialectiquement dans l histoire un retour sur l Esprit troisième personne divine s impose Et plus particulièrement sur la place intermédiaire qu il occupe Urs von Balthasar annonçait pour poser sa thèse de l inversion dès le commencement de l Incarnation l Esprit garde une figure médiatrice économique correspondante entre le Père et le Fils 13 Garder ne signifie pas ici simplement que l Esprit aurait conservé cette figure médiatrice tout au long de l économie il signifie que l Esprit avait déjà une figure médiatrice au sein de la Trinité immanente comme en attestent les deux schémas qu Urs von Balthasar nous livre 14 En effet il est l Esprit subjectivement commun du Père et du Fils qui en tant que tel atteste la parfaite correspondance entre le Père et le Fils Il est ce nous ce lien devenu personne Cependant ce nous s il est la spiration commune du Père et du Fils Esprit pris subjectivement n en est pas moins une troisième personne distincte des deux autres Esprit pris objectivement Il est le témoin objectif de cet accord mutuel Et il y aurait donc un danger à ne voir l Esprit que comme occupant une place intermédiaire entre le Père et le Fils c est à dire à ne voir l Esprit que comme garantissant l unité dans la différence entre le Père et le Fils au détriment de l unité d essence Si l Esprit est entre le Père et le Fils c est précisément parce qu il est leur unité L union du Père et du Fils est la condition de la spiration de l Esprit Précisons alors non à l encontre de Balthasar mais bien avec lui que au sein de la Trinité immanente l Esprit est tout autant l Esprit objectif que l Esprit subjectif Et si dans l économie l aspect subjectif pouvait à un certain moment s effacer derrière l aspect objectif ce n est pas le cas dans la Trinité immanente Plus encore au plan trinitaire il n y a plus lieu de faire intervenir la diastase 15 en vertu de laquelle la distinction économique était possible n a plus cours l Esprit pris subjectivement est identiquement l Esprit pris objectivement Ainsi celui qui dans l économie apparaissait comme un Tiers objectivant n est il cette troisième hypostase autonome et subsistante qu en vertu de son double aspect Cette schématisation et avec elle l inversion trinitaire présente en outre l avantage de caractériser l Esprit à la fois par la réciprocité du Père et du Fils et par l émanation depuis le Père à travers le Fils autrement dit sans entrer encore dans des considérations thomistes elle nous permet de penser l Esprit non seulement en tant qu il procède du Père et du Fils et qu il est caractérisé par eux spiration passive mais aussi en tant qu il scelle leur parfaite réciprocité et donc les caractérise spiration active ou commune La Clarification romaine et sa visée périchorétique Une telle approche se retrouve dans la Clarification romaine sur le filioque Mais pour entrer dans une telle perception que nous qualifierons de périchorétique 16 des personnes divines telle que nous la propose la Clarification il peut être bon d apporter quelques précisions relativement à la doctrine du filioque en son principe Le Concile de Lyon II 1274 affirmait le Saint Esprit procède éternellement du Père et du Fils comme d un seul principe 17 Les Pères du Concile de Florence 1439 préciseront relativement à cet unique principe que c est du Père qui l a engendré que le Fils tient d être principe du Saint Esprit car le Père a tout donné au Fils à l exception du fait d être Père 18 Le Fils donc dans la mesure où il tient du Père d être principe de l Esprit n est pas le principe premier de cette procession Le Catéchisme de l Église catholique en mettant plus encore en lumière la monarchie 19 du Père oblige à penser l unité spirative du Père et du Fils comme une unité relationnelle le Saint Esprit tire son origine du Père en tant que celui ci est Père du Fils unique 20 L unité d essence en effet dans laquelle la pensée est toujours tentée de se réfugier pour dire l unité divine quelle qu elle soit n engendre pas 21 et donc ne spire pas non plus Le Père et le Fils sont un seul principe spirateur en vertu de la communion qui existe entre eux cf Jn 10 30 ou plus justement pour suivre la ligne du Catéchisme en vertu de leur immanence mutuelle c est à dire en vertu du fait que le Fils est dans le Père et le Père dans le Fils cf Jn 1 18 Maxime le Confesseur parlant des relations trinitaires affirmait que la relation possède la capacité de montrer l un dans l autre ceux dont elle est dite la relation en ne permettant pas qu ils soient considérés l un après l autre 22 C est précisément ce que Jean Damascène désignait sous le nom de périchorèse les hypostases demeurent et trouvent leur fondement les unes dans les autres car elles sont inséparables et indivisibles les unes des autres par leur périchorèse sans confusion les unes dans les autres 23 Sans le Fils le Père ne serait pas Père et réciproquement sans le Père le Fils ne saurait être Fils Le Fils donc tout en tirant son origine du Père le caractérise comme Père tout autant qu il est caractérisé par lui comme Fils Et c est bien dans cette perspective que le Catéchisme de l Église catholique se situe lorsqu il parle de la procession de l Esprit Cette approche périchorétique de l Esprit à laquelle nous introduit le Catéchisme n est toutefois pas des plus évidentes Car il ne s agit pas seulement dans la qualification de l Esprit de rendre compte de l immanence mutuelle du Père et du Fils ce que nous avons commencé d appréhender mais aussi de rendre compte de la manière dont l Esprit lui même vient caractériser la relation paterno filiale C est là que la Clarification romaine sur le filioque s avère des plus essentielles elle qui affirme de même que le Père est caractérisé comme Père par le Fils qu il engendre de même l Esprit en tirant du Père son origine le caractérise de manière trinitaire dans sa relation au Fils et caractérise de manière trinitaire le Fils dans sa relation au Père dans la plénitude du mystère trinitaire ils sont Père et Fils dans l Esprit Saint Ce que le P Garrigues traduit en disant Si donc le Saint Esprit tire son origine du Père par le Fils c est à dire du Père dans sa relation au Fils procédant d eux comme d un seul principe paternel alors lui aussi doit caractériser à son tour cette communion paterno filiale qui est à son origine tout autant qu il est lui même caractérisé par elle 24 Affirmer de l Esprit qu il vient caractériser le Père et le Fils dans leur relation trinitaire c est à l encontre d une théologie thomiste trop vite entendue affirmer que les relations d origine ne suffisent pas à définir les personnes divines Entendons la relation du Père au Fils autrement dit la paternité et du Fils au Père autrement dit la filiation ne suffisent pas à les qualifier pleinement comme Père et comme Fils bien que cela suffise à distinguer le Père du Fils et à nous faire entrer dans l intelligence de leurs personnes 25 Il n est de Père et de Fils que dans la relation à l Esprit Il serait en effet erroné de dire que le Père est constitué comme Père dans sa seule relation au Fils et réciproquement que le Fils est constitué comme Fils dans sa seule relation au Père Cela signifierait que le Père et le Fils peuvent exister sans l Esprit Mais il faut aller plus loin et affirmer en se situant cette fois du côté de l Esprit que toute la richesse de sa personne ne saurait être dite à partir de sa seule procession à partir du Père et du Fils bien que celle ci suffise à le distinguer des deux autres personnes divines Autrement dit la spiration commune pour reprendre un terme thomiste sur lequel nous reviendrons 26 entre tout autant dans la qualification de l Esprit que la spiration passive autrement dit que le Filioque Arrêtons nous alors sur la manière dont l Esprit vient qualifier la relation du Père au Fils si tant est que l économie du salut qui est le seul lieu de vérification d une théologie trinitaire donne quelques éléments de réponse La Clarification s interrogeant elle même sur le caractère trinitaire que la personne du Saint Esprit apporte à la relation même entre la personne du Père et celle du Fils affirme sans l ombre d une hésitation qu il s agit du rôle original de l Esprit dans l économie par rapport à la mission et à l œuvre du Fils Il faut donc entendre que le rapport actif de l Esprit au Fils dans l économie que nous croyons avoir mis en évidence avec Urs von Balthasar dans la première partie de cette étude est révélateur de l être intratrinitaire de Dieu Mais s il est entendu que le rapport économique observé doit s entendre d un véritable correctif à apporter au filioque encore faut il lui trouver une expression adéquate au plan intratrinitaire La Clarification nous ouvre une voie lorsqu elle énonce Ce rôle de l Esprit au plus intime de l existence humaine du Fils de Dieu fait homme découle d un rapport trinitaire éternel par lequel l Esprit caractérise dans son mystère de Don d amour la relation entre le Père comme source d amour et son Fils bien aimé Cette voie est suivie très exactement par Garrigues 27 qui en vient à surdéterminer pneumatiquement le Père comme Abba Ga 4 6 et le Fils comme Bien aimé Col 1 14 Abba et Bien aimé dit il sont les noms du Père et du Fils en tant qu ils sont dans leur communion personnelle relatifs au Saint Esprit en tant que termes de la spiration de l amour trinitaire 28 Dans l Esprit le Père est pour le Fils Abba et le Fils est pour le Père Bien aimé En disant cela Garrigues met en lumière le fait que l Esprit marque de son sceau la communion d amour entre le Père et le Fils Le Saint Esprit est sceau de la Trinité Ainsi rend il compte de la réciprocité trinitaire ou de l immanence mutuelle entre l Esprit d une part et le Père et le Fils d autre part De la réciprocité des personnes à l essence divine Au terme et comme pour tirer les ultimes conséquences de cette approche périchorétique il revient de s interroger sur l Esprit Saint lui même Une des difficultés qui surgit nous l avons vu quand on veut parler de l Esprit Saint est que la spiration passive filioque qui traduit proprement une relation d origine tend à gommer totalement la seconde relation réelle 29 la spiration commune ou active Or la spiration commune dit quelque chose de l Esprit non pas seulement indirectement à travers l empreinte laissée par l Esprit dans la personne du Père et dans la personne du Fils mais directement en tant qu il est celui qui scelle cette communion d amour Mais reste alors une question est il possible de penser l Esprit en dehors de toute réflexion sur l essence divine en dehors de cette essence qui est Amour comme le disait Balthasar reprenant saint Jean La question peut ici paraître paradoxale puisque précisément il s agit d appréhender l Esprit dans son origine comme dans son être le plus profond à partir de la réciprocité des personnes Comprenons Si dans la spiration la distinction des personnes du Père et du Fils reste fondamentale leur communion dans la mesure où elle est scellée par l Esprit ne peut que se rapporter d une façon ou d une autre à cette essence sans quoi la personne de l Esprit ne serait plus que la somme des attributs communs au Père et au Fils ni Père ni Fils juste Esprit Or il est évident qu il est bien plus que cela C est pourquoi étant sauve l affirmation de la consubstantialité contenue implicitement dans la procession du Père et du Fils nous pensons qu il faut qu au sein même de cette réciprocité entre le Père et le Fils d où jaillit l Esprit se dise la nature divine L Esprit plus que tout autre personne divine interdit de s en tenir à de trop hâtives représentations et ici de s en tenir à des questions de réciprocité ou de relation L Esprit en effet dans son surgissement même démasque l inadéquation de nos représentations pour ne pas dire de nos conceptualisations de Dieu De soi il interdit de penser la relation Père Fils comme une relation close Bien plus comme le dit Balthasar l Esprit Saint secoue et bouscule toujours à nouveau toutes les prétentions systématiques artificielles humaines au bénéfice de sa propre systématique inscrutable pour nous 30 L Esprit lui même interdit donc ici de faire abstraction de toute considération de nature Le concile de Nicée 325 nous le savons a répondu de la provocante unité du Fils avec son Père Jn 10 30 par l affirmation de leur consubstantialité l engendrement du Fils étant comme tenu à l intérieur de la nature divine et la distance séparant le Fils du Père comme absorbée dans l unité divine Si Basile et avec lui le premier concile de Constantinople 381 se refusent à parler de la consubstantialité de l Esprit avec les deux autres personnes divines c est selon toute vraisemblance pour ne pas enfermer l Esprit dans une considération de nature pour toucher son être propre d abord et avant tout dans le jeu des personnes divines avec lesquelles il reçoit même adoration et même gloire jeu grâce auquel il permet de voir le Fils comme Fils Mais une telle réserve n a plus lieu d être une fois dégagée la spécificité relationnelle de l Esprit C est d ailleurs ainsi qu on peut entendre les mots de saint Thomas d Aquin lorsqu il dit Si l on considère la vertu spiratrice le Saint Esprit procède du Père et du Fils en tant qu ils sont un en cette vertu laquelle signifie d une certaine manière la nature avec la propriété Mais si l on considère les suppôts de la spiration le Saint Esprit procède du Père et du Fils en tant qu ils font deux car il en procède comme l amour mutuel de deux personnes qui s aiment 31 Ce qui signifie que la spiration suppose simultanément l unité de nature du Père et du Fils entendue comme puissance spiratrice et leur distinction personnelle entendue comme relations réciproques 32 Précisons alors qu il ne s agit pas en parlant de nature divine de rendre compte purement et simplement de la consubstantialité de l Esprit avec les deux autres personnes divines mais d associer comme le fait Thomas

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Reciprocites-trinitaires-vers-une (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 149 (juillet-août 2012) : Esprit Saint : procession et inspiration : L'Esprit dans la mystique de saint Jean de la Croix - Revue Résurrection
    à l Esprit bien que nous possédions l Esprit Saint comme Amour subsistant qui nous porte au Père en union avec le Fils 14 L idée de participation si elle demeure se réduit d un côté à une possession de l Esprit par lequel comme le Fils nous aimons le Père et de l autre à une possession de l Esprit par lequel comme le Père nous sommes unis par amour au Fils Si une telle argumentation peut s entendre tout au moins dans une perception classique de la personne divine une approche périchorétique semble laisser une plus grande ouverture quant à la compréhension de la vie surnaturelle en terme de participation aux relations intra trinitaires Si dans l Esprit Saint en effet est impliquée la relation du Père au Fils et du Fils au Père la possession de l Esprit doit pouvoir se comprendre comme participation active ou au moins réelle à la spiration de l Esprit par le Père et le Fils Or l intention de saint Jean de la Croix comme des mystiques rhéno flamands était bien de mettre en lumière que l âme du juste participe réellement à la vie divine 15 à la circulation d amour qui existe entre les personnes divines L Esprit donc tout en recevant son être du Père et du Fils emporte avec lui dans l action de grâce qui est la continuation de son origine tous ceux que le Fils a conquis Bien sûr cette participation à l échange trinitaire n est pas active au sens où l âme l opérerait puisque précisément c est Dieu qui l opère mais elle est bien réelle Saint Jean de la Croix dans la même strophe du Cantique spirituel pare aux objections de ses commentateurs en parlant ainsi de l âme élevée Si Dieu lui donne le grâce de la rendre déiforme et unie à la Très Sainte Trinité devenant ainsi Dieu par participation pourquoi serait il incroyable qu elle exerce ses facultés de perception de connaissance et d amour à l intérieur de la Trinité avec elle comme elle quoique d une manière participée Dieu les opérant en elle 16 Il y a participation aux actes trinitaires 17 comme traduit non sans fondement Hans Urs von Balthasar et en particulier à la spiration de l Esprit dans la mesure où Dieu se fait comme le fondement de nos actes qui en viennent à épouser parfaitement les actes trinitaires à être ces actes Nous suivons toujours là saint Jean de la Croix qui interprète la prière que le Fils adresse au Père en Jn 17 24 ceux que tu m as donné je veux que là où je suis eux aussi soient avec moi et qu ils contemplent ma gloire comme le souhait qu ils accomplissent par leur participation en nous la même œuvre que j accomplis par nature c est à dire qu ils aspirent le Saint Esprit 18 Entrée dans la communion trinitaire La mystique de saint Jean de la Croix ne peut s achever que dans l ordre trinitaire il n y a pas chez lui de différence entre l union que recherche l âme et l entrée active dans le processus trinitaire À la différence de la tradition rhéno flamande très attachée à la naissance du Fils dans les âmes pour notre mystique l entrée active dans le processus trinitaire ne se fonde pas sur la génération par le Père ni sur la génération passive du Fils mais de manière tout à fait stricte sur la spiratio du Saint Esprit par le Père et le Fils 19 Notons que nous n excluons nullement une participation aux processions trinitaires par la naissance du Verbe en nos âmes comme le fait ce deuxième courant théologique à travers des maîtres comme Eckhart Tauler Suso ou Ruysbroeck mais pour ce qui est de l entrée dans le processus trinitaire nous pensons que cela revient à l Esprit en raison de ses propriétés hypostatiques Mais peut être nous faut il faire le lien entre la quête mystique cette union à Dieu dont nous parlait Jean de la Croix au début de sa Montée du Carmel et la participation aux relations trinitaires Pourquoi parler de rencontre quand il s agit finalement d union 20 Parce que se rencontrer suppose la distinction des personnes parce que précisément parler de rencontre permet de décrire cette union comme une participation aux relations trinitaires Cela étant dit il est toujours possible de parler d union ou de contact tant que l union n est pas parfaite à condition de maintenir une certaine distance entre l expérience mystique et ce qui se passera au ciel entre cette participation et les actes immanents à la Trinité eux mêmes À condition aussi de ne pas se réfugier derrière ce terme d union pour atténuer la capacité de l âme à opérer une différenciation trinitaire Mais ici l expérience mystique semble jouer en notre faveur car plus l âme parvient à un niveau élevé d union avec Dieu plus la différenciation des personnes se fait perceptible Affirmer qu il revient à l Esprit de nous introduire dans la vie trinitaire est sans doute audacieux quand l expérience mystique semble parler essentiellement et avant tout d une union avec le Christ Et c est bien ainsi que le plus souvent nous l expérimentons À vrai dire et nous nous référons ici aux travaux de Catherine d Hérouville 21 les premières touches toque selon la tradition mystique sont plutôt de nature indifférenciée l âme ne sachant qui l embrase le Fils ou l Esprit Parmi les touches de l Époux saint Jean de la Croix parle souvent de la blessure d amour nous retiendrons cette touche comme caractéristique de ce toucher substantiel qui permet à l âme de s unir avec les personnes divines Là l Époux ce qui est sa manière de faire particulière touche et se retire mettant ainsi dans l âme l empreinte d une douloureuse absence qui porte l âme à

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/L-Esprit-dans-la-mystique-de-saint (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •