archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 147-148 (mars-juin 2012) : Foi, croyances et superstitions : Saint Augustin. Splendeurs et misères de l'homme (Marcel Neusch) - Revue Résurrection
    par l auteur lors de retraites ou de conférences L ensemble a été regroupé pour ne pas paraître trop disparate et pour illustrer divers aspects de la pensée d Augustin Sont ainsi abordés tour à tour des sujets comme le sens du miracle dans la pensée d Augustin le baptême des petits enfants comment le péché est entré dans le monde ou bien encore de la conversion personnelle à l engagement ecclésial Mais il ne faut pas oublier que la pensée d Augustin est à la fois complexe et évolutive Toute sa vie il a cherché à progresser pour mieux comprendre et mieux croire Il n a jamais renié ses œuvres de jeunesse mais il les a repensées au fur et à mesure que les controverses auxquelles il était mêlé l ont obligé à les approfondir jusqu à la fin de sa vie où il va procéder à la révision de tous ses livres dans ses Retractationes c est à dire les Révisions en français C est pourquoi le lecteur s il n est pas déjà un familier d Augustin aura intérêt à se reporter sans cesse aux repères chronologiques sommaires qu il trouvera à la fin du livre On

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Saint-Augustin-Splendeurs-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 147-148 (mars-juin 2012) : Foi, croyances et superstitions : Saint Thomas d'Aquin. L'homme et son œuvre (Jean-Pierre Torrell) - Revue Résurrection
    auteur n y traite que de la biographie et des circonstances des différents écrits du Docteur Angélique sachant qu il a par ailleurs consacré de nombreux ouvrages à l œuvre de saint Thomas dont il est un spécialiste reconnu La difficulté de toute biographie d un personnage prestigieux est de séparer ce qui relève de la réalité de ce qui relève de l affabulation pieuse Il existe diverses sources sur saint Thomas qui sont de fiabilité très variable En tant que spécialiste l auteur montre comment à travers ces divers documents on peut toutefois parvenir à un certain nombre de certitudes sur la vie du saint et sur les circonstances de ses incessants déplacements provoqués par les statuts et les besoins de formation théologique dans le cadre de son ordre religieux Ces diverses contraintes ont aussi permis de baliser l itinéraire intellectuel de saint Thomas L auteur nous entraîne ainsi chapitre par chapitre à suivre un docteur toujours sur la route où les étapes sont le mont Cassin Naples Paris et son université à la fois turbulente et conservatrice Cologne Orvieto mais aussi Rome À chaque étape nous sont tracées les diverses obligations d un homme qui doit enseigner écrire

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Saint-Thomas-d-Aquin-L-homme-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 147-148 (mars-juin 2012) : Foi, croyances et superstitions : Le Jansénisme. De Jansénius à la mort de Louis XIV (Aimé Richardt) - Revue Résurrection
    et politiques Cette manière de présenter l évolution du jansénisme mériterait d ailleurs d être précisée car les enjeux théologiques restent encore très importants jusqu en 1720 clôture chronologique de l ouvrage qui donne abusivement l impression que le jansénisme meurt à cette date On passe donc d une histoire des idées centrée sur les querelles de la grâce à une histoire politique très événementielle parfois anecdotique En somme l étude présente les manifestations de la crise janséniste mais n est pas une synthèse sur le jansénisme Notamment un propos plus ferme sur l augustinisme des jansénistes aurait aidé le lecteur à mieux saisir les enjeux dogmatiques de la querelle L impression d éparpillement du propos est renforcée par l utilisation abondante d astérisques divisant les chapitres en ensemble de paragraphes juxtaposés Il est dommage qu une véritable thèse même contestable n ait pas servi de fil conducteur à l ouvrage La question de la réforme de l Église sur laquelle s ouvre fort opportunément le livre aurait pu servir utilement de problématique Notons également que l ouvrage ne présente pas non plus les principales thèses actuelles sur le jansénisme comme le confirme l absence de certains titres majeurs dans la bibliographie par exemple et sans exclusive les travaux de Bruno Neveu de Jean Louis Quantin de Catherine Maire de Jean Mesnard de Philippe Sellier d Henri de Lubac L ouvrage souffre également d une utilisation des sources qui manque parfois de recul Certaines relations témoignages ou histoires sur le jansénisme sont citées sans commentaire ce qui contribue à leur donner un statut d autorités alors qu elles constituent des documents à analyser notamment lorsque leurs auteurs sont engagés pour ou contre le jansénisme Ainsi l auteur reprend à son compte des arguments qui sont directement issus de la querelle

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-Jansenisme-De-Jansenius-a-la (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 147-148 (mars-juin 2012) : Foi, croyances et superstitions : Biographie d'un journal : La Croix (Yves Pitette) - Revue Résurrection
    rapidement assumée ne serait ce qu en raison de son utilité apostolique Quant à l interprétation de la politique de Pie XI elle laisse un peu pantois À la suite de Pie XI Léon Merklen croit plutôt à la force d un esprit plus évangélique à la conversion intérieure et à la transformation des esprits à l effet d entraînement du témoignage comme action apostolique et à la démocratie La Croix passe du politique d abord de l Action française à un engagement de tous les jours fondé sur l Évangile pour construire de l intérieur un monde nouveau Échanger le combat contre les ennemis de l Église pour le témoignage d un christianisme désintéressé et rayonner d un esprit évangélique tel est le credo de l Action catholique p 126 Comment ne pas voir ici la rétroprojection des militants d Action catholique des années 1960 1970 sur le projet de Pie XI en fait destiné à instaurer toutes choses dans le Christ et cela parce que comme le proclamaient 80 000 jocistes pour leur dixième anniversaire en 1937 au parc des Princes Il faut qu Il règne sur nous Comment oublier la condamnation réitérée par Pie XI du libéralisme économique la condamnation des institutions corruptrices la lutte nécessaire contre la franc maçonnerie la mise sous contrôle hiérarchique des militants catholiques afin de constituer une force efficace et agissante subvertissant la société moderne pour aboutir un jour à des institutions chrétiennes Mais passons sur ces vétilles historiographiques qui pourtant interrogent sur la capacité des historiens à faire comprendre ce qu ils établissent ou sur la capacité des lecteurs notamment des journalistes à comprendre ce qu on leur explique en long en large et en travers depuis plus de quarante ans Passons aussi sur les affirmations voulant que La Croix des années 1970 1980 fut toujours fidèle au pape notamment à Jean Paul II p 323 L incroyable médiatisation du pape polonais a bien servi le quotidien catholique qui le lui a bien rendu La fidélité au pape axiome de base du journal contredite pourtant lorsqu est rappelé que le bilan par le journal des cinq ans de pontificat du pape fort critique valu à la rédaction en chef un télex fort sec des ténors de l épiscopat français p 290 ce qui conduisit les journalistes à renoncer à publier des lettres de lecteurs hostiles à la position hiérarchique sur la contraception Passons également sur la manière dont est présentée l évolution des années 1960 1980 qui suit en gros celle des militants d Action catholique et qui amène un certain nombre d abonnés conservateurs à condamner les positions du journal qu ils jugent politiquement trop à gauche ou religieusement progressistes La Croix n aurait pas varié dans ses positions c est la perception qu en avaient les lecteurs qui aurait changé Cela évite toute interrogation même s il est reconnu que la majorité de la rédaction était plutôt favorable à la gauche dans les années 1970 p 268 269 notamment

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Biographie-d-un-journal-La-Croix (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 147-148 (mars-juin 2012) : Foi, croyances et superstitions : La Foi des démons ou l'athéisme dépassé (Fabrice Hadjadj) - Revue Résurrection
    redoutable comment discerner la foi de type démoniaque de la vraie foi théologale Il y va du salut des baptisés et c est par là que Fabrice Hadjadj entend ici secouer nos pieuses consciences Satan en effet ange déchu éminemment spirituel se fait fort de nous communiquer cette foi orgueilleuse dont le caractère est trop subtil pour être aisément démasqué Sur ce terrain spirituel il est le plus fort Depuis l origine le redoutable péché d orgueil est logé dans la pomme d Adam de l humanité gangrenant tous ses efforts d élévation vers Dieu comme l illustre l exemple fameux des pharisiens devenu exemplaire de par l instance du Seigneur à nous en détourner La clé pour Fabrice Hadjadj est le corps L amour de charité intimement lié à la foi si on en revient à une acception biblique de ce mot s exerce au travers du corps incarnation mais aussi filiation La filiation charnelle étant le lieu par où s exprime l inimitié établie entre la femme et le serpent au soir du premier péché La haine de ces réalités incite Lucifer à nous faire d un côté déchoir dans l esclavage du péché le plus bestial pour de l autre susciter en nous une foi désincarnée qui est sa marque propre et qui mène le plus sûrement vers l Enfer Si c est lui qui suscite et inspire la concupiscence c est encore plus sûrement lui affirme l auteur qui conduit nos redressements superbes La seconde partie du livre est nettement plus effervescente s éloignant parfois de la thématique principale pour y revenir par émergences Elle nous entraîne dans les méandres des ruses diaboliques inspirée par le livre de C S Lewis La Tactique du diable On y croise Baudelaire Bernanos écrivains qui ont contribué à révéler la façon dont le diable se cache ou se déguise lui cependant dont la signature est inscrite derrière toutes les grandes catastrophes qui ont marquée notre modernité positiviste elle qui se fait fort pourtant de ne plus croire en lui au nom du Progrès Dès lors on s enfonce dans de troublantes considérations sur la façon dont l ennemi manipule et distille les erreurs afin que celles ci s affrontent et s entretiennent mutuellement Erreurs où s illustrent bien des philosophes Leibniz d un côté promoteur de la théodicée optimiste Voltaire de l autre initiateur du doute ingrat des Lumières Menant lui même nos débats tel un joueur qui serait de chaque côté de la table le diable pervertit jusqu à nos vertus et mieux encore s efforce d enfermer les fervents chrétiens dans une tour d ivoire pour que du même coup prospèrent athéisme ou indifférence et que les quelques fidèles restants soient précisément la proie de la foi démoniaque en se croyant meilleurs Pour être troublant le propos n est pourtant pas manichéen l auteur ayant soin de rappeler que in fine les ruses du Malin sont rattrapées par la main providentielle ce afin d émonder le juste

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-Foi-des-demons-ou-l-atheisme (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 146 (janvier-février 2012) : Actualité de Mgr Charles : Éditorial - Revue Résurrection
    et radical pour le Christ comme en témoignent ses écrits précédant son ordination On ne saurait poursuivre cette évocation de Maxime Charles sans évoquer son grand inspirateur le cardinal de Bérulle fondateur de l Oratoire en France et initiateur de l École française de spiritualité L article du P Gitton rappelle en quoi la pensée et la piété de Bérulle associées à un sens élevé de la dignité sacerdotale et de ses degrés hiérarchiques ont été trop rapidement oubliées voire rejetées par les tenants de ma modernité théologique de l après guerre Et pourtant cet Apôtre du Verbe incarné qu était Bérulle a magistralement montré en prenant pour modèle l humanité du Christ comment notre propre humanité était transformée par l Incarnation du Verbe non pas tant par la gloire que l homme est appelé à partager avec le Christ que par cette dépossession de soi cette consécration totale à Dieu que Jésus a assumée durant sa vie terrestre Et c est en suivant cette pensée si originale sur l Incarnation associée à un sens aigu du caractère sacré du sacerdoce que Maxime Charles a su répondre à sa vocation de prêtre et d évangélisateur L historiographie de Mgr Charles évoquée dans l article de Donatien du Thuyt s est nettement étoffée ces dernières années avec au moins deux thèses et plusieurs articles dans la revue Résurrection et quelques autres périodiques De ce rapide panorama biographique où transparaît chez Mgr Charles un mode de transmission essentiellement oral se dégagent quelques lignes de force la vision de la Révélation comme un événement mieux encore une personne Jésus Christ avant d être un ensemble de notions discursives une expression claire excluant le jargon et la pédanterie sachant exprimer dans un langage compréhensible toutes les nuances de la théologie et enfin un attachement

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Editorial,580 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 146 (janvier-février 2012) : Actualité de Mgr Charles : « L'énigme Charles » - Revue Résurrection
    même qui est mise à l épreuve dans la mesure où il se trouve arraché au cadre protecteur du séminaire qui est le sien depuis des années cette période est aussi pour lui une école aussi singulière qu utile pour ses ministères futurs Devenu élève officier de réserve dans le corps d Intendance l abbé Charles fait l École des subsistances au fort de Vincennes et reçoit une formation qui le familiarise avec les questions d organisation matérielle les plus ardues Dans tous ses ministères futurs ce point constituera un atout précieux Entre la fin de l année 1931 et 1935 l abbé Charles retrouve les Carmes pour y faire ses quatre années de théologie et se préparer directement à son ultime montée vers le sacerdoce Il connaît alors un extraordinaire épanouissement et prend véritablement une nouvelle dimension Ses maîtres y sont pour beaucoup en particulier le plus grand d entre eux le R P Guy de Broglie qui à travers un enseignement particulièrement substantiel enracine chez le jeune homme la conviction augustinienne que l homme est fait pour Dieu et qu il y a en tout homme un désir obscur de Dieu Ce point est décisif pour saisir le sens de tout le ministère de Mgr Charles Il faudrait évoquer ici presque tout le corps professoral de la Faculté de théologie pour comprendre quelle est la dette de l abbé Charles envers ses maîtres M Robert M Tricot le R P Lebreton et M Vittrant son professeur de théologie morale pratique qui rêve de faire de l abbé Charles son successeur Il faudrait à ce sujet évoquer l importance prise par cette dernière discipline en tant qu elle est appliquée aux questions sociales pour comprendre l aisance de l abbé Charles sur toutes ces questions c était déjà cette chaire que M Verdier occupait quand il enseignait à la Faculté de théologie par exemple la question du droit de grève Sur les questions sociales l Institut catholique forme d autant mieux ses séminaristes qu il s appuie sur les jésuites de l Action populaire spécialisés dans ces questions En marge de la formation reçue l abbé Charles fait des expériences décisives à travers la découverte des Victorins dont la lecture lui a été recommandée par le P Urbain Rouziès le bibliothécaire adjoint de l Institut catholique ainsi que par celle des œuvres du cardinal de Bérulle qu il dévore littéralement qu il met en fiches et sur lequel il compose un long devoir de vacances pendant l été 1932 paru ensuite dans Résurrection Prêtre seulement d après le cardinal de Bérulle Au fil des ans l abbé Charles devient véritablement une des figures marquantes du séminaire des Carmes non seulement du fait de son goût pour la théologie trinitaire d Hugues et Richard de Saint Victor et en raison de sa conception bérullienne du sacerdoce mais aussi parce qu il se révèle de plus en plus homme d action Bénéficiant entre autres des conseils d un jeune professeur de l Institut catholique le R P Marcellin Fillère l abbé Charles s implique toujours autant dans les œuvres de jeunesse Surtout c est l organisation de ce que l on appelle l abbaye voyagère 11 qui le place définitivement à part dans le séminaire à la fin de l été 1933 il persuade quelques séminaristes de partir avec lui sur les routes de Bourgogne pour mener une sorte de pèlerinage liturgique pauvre et fraternel dans le but d annoncer le Christ dans les villages du Mâconnais et du Beaujolais qu ils traversent L expérience est reproduite à l été 1934 et devient l abbaye vadrouillante en Auvergne depuis le Cézallier jusqu à l abbaye d Orcival On peut sans exagérer considérer qu il s agit là d une des initiatives les plus remarquables prises par des séminaristes depuis la naissance du séminaire des Carmes Les dernières années de l abbé Charles aux Carmes sont celles de son ultime ascension vers le sacerdoce laquelle ne va pas de soi en raison de l incompréhension qui règne entre l abbé Charles et M Pressoir Il faut également mentionner la singulière direction spirituelle dont est l objet l abbé Charles dans la mesure où abandonné par son premier directeur M Dupont Sommer il se tourne vers un jésuite le R P de La Chapelle puis à la mort de ce dernier vers le R P d Ouince La figure la plus marquante est sans doute celle du R P Guillaume de La Chapelle qui en jugeant l abbé Charles intelligent mais pas très semble discerner la trempe d apôtre qui malgré ses limites et ses faiblesses paraît être ce qui caractérise le mieux son dirigé Le 20 avril 1935 au terme d un long chemin l abbé Charles devient prêtre pour l éternité prêtre seulement des mains de Mgr Baudrillart dans la chapelle des Carmes Quelques jours après il écrit dans son carnet Le samedi saint 20 avril 1935 indignus famulus tuus Domine a été fait prêtre des mains de S Exc Mgr Baudrillart Le chant de l indignité les litanies des saints Je suis prêtre je suis prêtre Mon sacerdoce est une réalité permanente Je ne puis plus rien dire rien exprimer je ne suis pas tant écrasé qu incapable de m élever Je n ose réaliser je n ose exprimer je ne puis pas Jésus m a élevé si haut me joint de si près à Lui que je n éprouve qu un grand sentiment de révérence un grand désir de disparaître en Lui Je ne puis que dire répéter très doucement très humblement sans essayer de comprendre je suis prêtre Moi si indigne Je suis heureux et j aime tout bas Je suis prêtre 12 À l été 1935 c est pour la Terre Sainte que les 9 membres de l abbaye voyagère s embarquent à Marseille dans le cadre d un pèlerinage à la rencontre de la sainte Humanité du Christ Cette première Terre Sainte constitue à la fois une remarquable récapitulation de l ascension de l abbé Charles jusqu au sacerdoce en même temps qu elle revêt un caractère programmatique dans la mesure où c est bien à la rencontre entre cette sainte Humanité du Christ et l humanité qui l ignore que le jeune prêtre désire désormais consacrer toutes ses forces et tout son être Le parcours des treize années de formation de l abbé Charles entre 1922 et 1935 que nous venons de retracer permet d envisager ce jeune prêtre dans son insertion dans la formation de son époque bien des prêtres parisiens et même français ont reçu le même type de formation que lui au cours de la même période mais surtout dans sa singularité À tous points de vue l abbé Charles a déjà son style fait à la fois de force et de foi C est dans la banlieue rouge à Malakoff qu il lui est donné de le déployer entre 1935 et 1939 puisqu aussi bien c est là que le cardinal Verdier le nomme vicaire après son ordination 2 Un petit vicaire comme les autres C est sur sa demande expresse en effet que l abbé Charles est nommé dans une paroisse ouvrière Je voulais avoir un ministère concret de vicaire et mettre en application quelques notions de justice sociale que j avais acquises à l Institut catholique 13 déclare t il cinquante ans plus tard et d une certaine façon cette nomination dépasse ses espérances et constitue l occasion longtemps désirée de mettre en œuvre ses aspirations les plus profondes de conquête du monde ouvrier au Christ et cela dans un des bastions communistes de la banlieue parisienne au moment même du Front populaire J arrivai au bon moment affirme t il bien des années après qu en est il vraiment De fait le jeune abbé Charles se signale très rapidement par son audace et sa liberté d action Une anecdote est particulièrement significative de ses débuts dans le ministère dans une rue de Malakoff il se heurte le soir de Noël 1935 à un jeune colosse de 16 ans Claude Lesœur surnommé par antiphrase le petit Claude et finit par le conduire jusqu à l église paroissiale où le jeune homme se confesse et assiste à la messe de minuit Bien plus qu anecdotique la conversion de Claude Lesœur est en réalité paradigmatique dans la mesure où elle récapitule tout ce que l abbé Charles veut faire à Malakoff où il n est pas arrivé seul puisqu il vit sur un mode communautaire avec un de ses confrères des Carmes nommé à la paroisse voisine de Vanves Pierre Biseau En quelques années l abbé Charles devient un personnage incontournable à Malakoff notamment à travers l organisation de conférences religieuses contradictoires dans un cinéma de la ville le Celtic au moment de l attraction entre les actualités et le film C est un franc succès que ces sortes de conférences de carême qui ont lieu en 1937 1938 et 1939 L abbé Charles agit sans complexes et n est pas particulièrement impressionné par le député maire Léon Piginnier acceptant même l offre que ce dernier lui fait du poste de secrétaire du Comité d entraide aux chômeurs Le prêtre obtient bientôt la conversion de son adjoint communiste ce qui lui vaut de solides inimitiés dans la ville où il doit parfois se déplacer avec des gardes du corps mais aussi une dénonciation auprès de l autorité ecclésiastique car certains dans la paroisse acceptent mal une telle audace Ces premières initiatives et ces contacts directs avec le communisme permettent de préciser encore quels rapports l abbé Charles entretient avec la politique Disciple du P Fillère il n ignore pas les inquiétudes du religieux mariste à propos de la séduction exercée par le communisme dès avant la guerre sur certains aumôniers de mouvements d Action catholique même et surtout inconsciemment S il respecte les communistes il ne les craint pas et accepte la main tendue aux catholiques par Maurice Thorez au moment du Front populaire dans la mesure où il sait avoir le poignet suffisamment solide pour résister voire être le plus fort Plus largement on peut dire de l abbé Charles qu il estime que la mystique a sa politique qu il ne fuit ni ne craint le politique même s il ne fait pas de politique On retrouve la même audace reflet de sa détermination et de son zèle dans ce qui fait l essentiel de son ministère à Malakoff les œuvres de jeunesse C est auprès de la jeunesse qui lui est confiée qu il prend des initiatives multiples en mettant par exemple en place un catéchisme de persévérance pour les jeunes gens venant de faire leur première communion ce qui permet d en retenir environ 70 en particulier par l intermédiaire des premiers communiants issus de familles pratiquantes qui se voient ainsi assigner une mission auprès de leurs camarades Autre exemple il met en place une structure spécifique pour les cadres des mouvements d Action catholique dont il est l aumônier et tous les responsables de la JOC de la JEC les cadres du groupe scout etc sont ainsi intégrés à une grande équipe qui fait l objet d un soin attentif de la part du prêtre qui celui ci forme à travers eux une élite spirituelle intellectuelle et apostolique en lui dispensant notamment un cours supérieur de religion Dernier exemple il fonde une colonie de vacances dans le Jura où pendant plusieurs semaines il peut déployer un programme inspiré de la Cité des jeunes du P Fillère le patronage de Malakoff est d ailleurs organisé en Cité paroissiale sur le modèle de ce que le religieux mariste a créé à Jouy sur Morin et œuvrer sans relâche à la sanctification des enfants Quels sont les fruits de tant d efforts De fait ces fruits existent Le rayonnement de l abbé Charles est incontestable et ce sont plus de 2000 personnes qui sont directement touchées par son action ainsi qu en témoigne le carnet d adresse recensant tous les enfants et toutes les familles liés à son œuvre de jeunesse carnet conservé dans les archives de Mgr Charles Surtout l œuvre de l abbé Charles loin d être éphémère s enracine durablement Un tissu chrétien se constitue se renforce et au fur et à mesure de cette croissance l abbé Charles se découvre un goût pour rassembler les foules il participe par exemple au Xe anniversaire de la JOC au Parc des Princes le 18 juillet 1937 et discerne dans ce genre de rassemblement une occasion d expérience chrétienne totale et par là de conquête de nouvelles âmes au Christ Toute cette action est menée de concert avec son confrère Jean Boyer Chammard ancien des Carmes qui l a rejoint à Malakoff ainsi qu avec le concours indispensable de jeunes laïcs formés spirituellement et intellectuellement puisqu il semble difficile d atteindre la masse sans le concours d une élite C est là ce qu il a de plus précieux à Malakoff et c est la raison pour laquelle il prend de ses cadres un soin tout particulier et ce jusque dans une indispensable ascèse qui se traduit par l appartenance de la plupart de ses cadres au tiers ordre franciscain Là encore au long de ses quatre années de ministère à Malakoff l abbé Charles est d une certaine façon bien de son temps mais en même temps sa façon de mener les choses lui est vraiment propre et confère à ses entreprises une dimension et un caractère remarquables S il n est pas le seul jeune vicaire généreux et entreprenant parmi ceux qui œuvrent auprès de la jeunesse dans la banlieue parisienne il n en reste pas moins vrai que l abbé Charles en constitue une figure remarquable à bien des égards 3 Dans l épreuve de la guerre La guerre constitue incontestablement un tournant dans l histoire de l Église de France dans la mesure où le second conflit mondial semble mettre définitivement un terme au phénomène de renouveau qui à bien des égards avait caractérisé cette même Église au cours de la période de l entre deux guerres en particulier à travers le développement spectaculaire de l Action catholique spécialisée En effet même si certaines initiatives fécondes surgissent justement au cours de la guerre 14 souvent dans la continuité d actions nées dans les années trente l atmosphère n est cependant assurément plus la même que celle de la décennie précédente dans l Église de France S il est difficile de mesurer les conséquences psychologiques de la défaite de la captivité ou de l occupation sur tous ceux qui dans le clergé français ont subi ces épreuves en particulier les jeunes prêtres qui dans les années trente s étaient comme l abbé Charles donnés sans mesure à l Action catholique et à la conquête des âmes au Christ et s il est délicat d analyser l action de l épiscopat au cours de cette période on ne peut cependant nier que la guerre provoque un traumatisme formidable dans l Église de France Il faudrait mesurer mais la chose est elle possible les sentiments d échec d impuissance ou de culpabilité qui rongent bien des prêtres en France Un indicateur précieux de ce phénomène est cependant offert par le succès rencontré par La France pays de mission qui paraît en 1943 Les analyses des abbés Godin et Daniel pour lesquels la JOC aurait échoué dans son projet d abattre le mur séparant l Église et le monde ouvrier semblent correspondre à ce sentiment d échec de l Action catholique que beaucoup éprouvent dans l Église de France Le témoignage d un proche de l abbé Charles aux Carmes André Brien est ici très significatif pour ce dernier la guerre correspond littéralement le mot est fort mais sans ambigüité à une période d aphasie 15 Si le traumatisme est incontestable ses conséquences pour l Église sont plus difficiles à analyser encore Cependant la proposition par les abbés Godin et Daniel à côté de la prédication directe d une seconde approche fondée sur une profonde acculturation qui devrait permettre la réalisation d un christianisme ouvrier est très significative d un mouvement de fond dont on ne perçoit sans doute pas tout de suite toutes les conséquences Qu en est il de l abbé Charles dans cette période troublée et dans ces débats décisifs Son parcours et ses sentiments correspondent ils à ce que l on vient de décrire Force est de constater que entre 1940 et 1944 son expérience est très différente de celle de bon nombre de ses confrères Lieutenant dans l Intendance l abbé Charles passe d abord la drôle de guerre dans les Ardennes et consacre ses permissions aux œuvres de jeunesse de Malakoff dont bien des membres sont également mobilisés tout en offrant ponctuellement ses services comme aumônier à une unité scoute de Sedan Il subit de plein fouet la violence inouïe de l offensive allemande de mai 1940 à Malakoff on le croit même mort reçoit l ordre de se replier et est finalement fait prisonnier dans la région de Bar sur Seine Le 15 août 1940 il s évade de l immense camp créé par les Allemands sur la base aérienne de Longvic au sud de Dijon rentre à Malakoff où son curé lui conseille de passer en zone libre et se retrouve bientôt chez ses parents à Ribérac Tenté par la préparation d une thèse sur Bérulle à l Institut catholique de Toulouse ou de Lyon il finit cependant par rejoindre les Chantiers de la Jeunesse en raison de la confiance que lui inspire le fait que cette entreprise ait pour initiateur un militaire qu il connaît bien en raison de son implication dans le scoutisme avant la guerre le général de la Porte du Theil C est ainsi que l aumônier Charles rejoint le groupement qui se crée dans l Allier dans la région de Montmarault à l automne 1940

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/L-enigme-Charles (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 146 (janvier-février 2012) : Actualité de Mgr Charles : Bérulle au XXe siècle - Revue Résurrection
    un appel à la sainteté un état de vie comme celui des religieux Or c est là que Bérulle refusant par avance cette opposition ouvrait une voie inédite dans l économie du Nouveau Testament Dieu n agit pas par des fonctionnaires et lorsque le Christ accepte de partager sa propre mission d Envoyé consacré avec de pauvres hommes c est en les vidant d eux mêmes pour qu ils deviennent les instruments conjoints de sa divinité Cette saisie est si haute qu elle surpasse en sainteté objective pas toujours actualisée malheureusement tous les appels entendus par les hommes et les femmes qui ont voulu se consacrer à Dieu 5 Dans le même esprit on reprocha souvent au cardinal de Bérulle d être le champion attardé d une vision hiérarchique de l Église héritée du pseudo Denys l Aréopagite Alors que Yves Congar flétrissait ce qu il appelait une bureaucratie sacrée une hiérarchologie qu il opposait à la saine ecclésiologie que les catholiques selon lui étaient en train de redécouvrir Bérulle parlait encore des ordres sacrés dispensant les dons divins un peu comme des vasques successives par lesquelles Dieu répandrait sa grâce sur le bon peuple chrétien Ceux qui s en prenaient ainsi à l héritage dionysien n avaient pas repéré que chez Bérulle comme chez Denys les paliers successifs de la hiérarchie n ont de consistance que pour transmettre ce qu ils ont reçu et s effacer devant la lumière qui les traverse si bien que le plus haut hiérarque est paradoxalement celui qui se dépouille le plus complètement pour laisser passer le don plus grand dont il est dépositaire On a prétendu que le concile Vatican II en mettant en valeur le sacerdoce commun des fidèles avait voulu rompre avec la vision hiérarchique traditionnelle Mais le Concile dit seulement Le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel ou hiérarchique qui ont entre eux une différence essentielle et non seulement de degré sont cependant ordonnés l un à l autre l un et l autre en effet chacun selon son mode propre participent de l unique sacerdoce du Christ 1964 Lumen Gentium n 10 La majorité des interprètes a conclu de cette phrase que seul le sacerdoce des fidèles était destiné à reproduire la consécration et l offrande victimale du Christ les prêtres ministériels n étant là que comme moyen pour permettre aux baptisés de réaliser leur vocation en leur dispensant la parole et les sacrements ceci ne valant évidemment que pour le temps de ce monde 6 Mais une autre interprétation plus proche de la pensée du cardinal de Bérulle consisterait à dire que le sacerdoce des prêtres est la première communication que le Christ a faite de sa qualité de médiateur et qu elle est destinée à s étendre ensuite sur tous les baptisés qui participent à la mission sacerdotale eux aussi étant destinés à être médiateurs pour que le monde croie Dans ces années de l après guerre la loi de l Incarnation était un thème

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Berulle-au-XXe-siecle (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •