archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • - Revue Résurrection
    N 140 janvier février 2011 Vraie et fausse réforme dans l Église La consultation de ce numéro récent de la revue Résurrection est réservé aux abonnés Editorial Avant dossier Dossier Varia Recensions Revue Résurrection 68 avenue Denfert Rochereau 75014 Paris

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/-rubrique51- (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : Éditorial - Revue Résurrection
    tout le tragique de la situation ressenti avec douleur par les fidèles par celui qui voit dans sa vérité l Église sainte l Épouse du Christ souillée parce qu on lui suce le sang par derrière Le lien est fait avec la direction indiquée par le Saint Père à la réforme de l Église fondée sur le discernement entre deux herméneutiques des textes conciliaires l herméneutique de la discontinuité et de la rupture et l herméneutique de la réforme du renouveau dans la continuité de l unique sujet Église Ce thème de la réforme de l Église est cependant présent dès la pensée chrétienne primitive et c est ce qu illustre l examen par J Moreau d un texte qui connaît depuis plusieurs décennies un certain regain de faveur L intérêt du Pasteur pour notre sujet vient en particulier de deux allégories développées par Hermas au sein de ce texte qui est du reste en son entier un appel urgent à la conversion La première est celle d une tour progressivement édifiée et dont les pierres sont les apôtres les saints et les fidèles purifiés le Fils de Dieu en est le rocher qui la porte la porte qui y donne accès et le maître de la construction L accent est mis sur la sainteté de l Église présentée comme déjà parfaite les chrétiens en font partie dans la mesure où ils se purifient de leurs péchés Ceux qui ne sont pas purs sont appelés à s y intégrer dans la perspective de la visite du Maître de l Église qui la met à l épreuve afin qu il puisse se réjouir de retrouver son peuple pur uni dans un seul corps une seule foi un seul esprit Cette vision montre l Église non comme un système à l intérieur duquel viendraient s insérer les chrétiens mais comme une communion de croyants rachetés par le baptême et vivant dans la sainteté La seconde allégorie examinée présente des visions de l Église comme une femme plus jeune et plus solide à mesure que le cœur et le regard de celui qui la contemple se purifient Elle enseigne que le jugement de chacun sur l Église dépend directement de sa propre vie spirituelle celle ci conditionnant le critère plus ou moins mondain de nos critères de jugement et la pureté de notre cœur et de notre intelligence Les réflexions réformistes des dernières décennies s articulent autour d un livre célèbre dont ce numéro a voulu reprendre le titre Vraie et fausse Réforme dans l Église Le P Gitton et le professeur Perrin nous en retracent le contexte historique les renouveaux biblique et patristique ont mené aux grandes encycliques de Pie XII mais aussi à une certaine ébullition réformiste à un vent de révolution dans la manière de faire de la théologie L expérience faite durant la Seconde Guerre mondiale que la légalité pouvait camoufler l injustifiable poussait certains à transposer cela dans la vie de l Église et à prôner la désobéissance

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Editorial,483 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : Des praticiens de la forme ordinaire du rite romain au service du « nouveau mouvement liturgique » - Revue Résurrection
    pose trois questions importantes 2 Trois questions latentes 1 La première de ces questions d ordre canonique est celle de la légitimité des emprunts à la forme extraordinaire Est il légitime est il seulement licite d enrichir la liturgie moderne d emprunts faits à la forme extraordinaire Une objection longtemps invoquée contre ces transferts d un missel à l autre repose sur l idée sous jacente que chacun d eux de facto constituait un quasi rite propre Or l Église interdit le mélange des rites au sens où ceux ci constituent des Églises de droit propre On se rappelle que l indult Quatuor abhinc annos 3 octobre 1984 autorisant à certaines conditions la célébration selon le missel de 1962 disposait qu on ne devra faire aucun mélange entre les textes et les rites des deux missels Ce parallélisme strict des deux rites interdisait tout emprunt de l un à l autre Depuis la promulgation de Summorum Pontificum cette question tant en droit qu en fait semble résolue Désormais il est clairement établi que l unique rite romain se décline selon deux formes l une dite extraordinaire l autre ordinaire de sorte que les lignes démarquant les deux missels ne sont pas hermétiques puisqu il s agit du même rite romain C est ainsi que des adaptations des réajustements intra rituels sont envisageables 4 Sans doute une précision officielle comme aussi des propositions pratiques et autorisées d enrichissement mutuel seraient elles désormais nécessaires 2 La deuxième question d ordre liturgique qui découle de la première et que pose aussi avec acuité le présent Cérémonial est celle du rôle des rubriques dans une restauration liturgique peut on fixer comme moyen de sacralisation d une liturgie le seul respect des prescriptions et des rubriques Nous pouvons nous rappeler la mise en garde de Pie XII dans Mediator Dei C est avoir une notion tout à fait inexacte de la sainte liturgie que de la regarder comme une partie purement extérieure et sensible du culte divin ou comme une cérémonie décorative ce n est pas une moindre erreur de la considérer simplement comme l ensemble des lois et des préceptes par lesquels la hiérarchie ecclésiastique ordonne l exécution régulière des rites sacrés 5 La situation de crise appelle certes une observation exemplaire des normes en vigueur mais à s y limiter ne risque t on pas de retomber dans une vision juridique technique et préceptive du culte divin Sur ce point l introduction du P Gitton au Cérémonial de la sainte messe me semble très importante lorsqu il rappelle que l idée que la liturgie prendrait sa valeur de l obéissance à des règles fixées arbitrairement par l autorité supérieure n est pas réellement traditionnelle que tout dans la liturgie n est pas affaire de permis et de défendu et que finalement s il faut la connaissance du droit il faut aussi un discernement un goût qui ne se forme que par l expérience mais qui la dépasse 6 À cet égard je livre à notre réflexion cette parole de Mgr Gromier citée au début du Cérémonial Les cérémonies sont affaire d intelligence et d éducation bien plus que de conscience 7 Dès lors est il permis au nom de cette éducation à l intelligence et au bon goût de ce savoir vivre guidé en conscience par la connaissance et l esprit de la liturgie de ne pas s en tenir à une lecture littérale des rubriques mais de les interpréter ou de les polir au moyen des formes objectives reçues de la tradition 3 Surgit enfin une troisième question d ordre pastoral et prudentiel que pose la situation contrastée de la liturgie romaine dans la catholicité Il semble que la situation française ne soit pas exactement comparable avec celle d autres pays du monde où la liturgie est en proie à des déformations extrêmement graves où l on remet en cause explicitement la liturgie romaine et la théologie de la messe et de l Église qu elle exprime on peut penser à la tentation néo païenne qui inquiète les Églises d Amérique latine ou de certains pays d Afrique ou aux contestations ouvertes en Allemagne en Suisse en Belgique ou aux Pays Bas du ministère sacerdotal et de la conception catholique de la messe Dans ce contexte la situation française avec ses regains de piétisme et de bon esprit est un peu différente la culture liturgique a certes largement disparu et les célébrations sont généralement d une grande indigence mais le terrain semble mieux stabilisé et préparé à un nouvel approfondissement du mystère liturgique par une nouvelle génération de prêtres et de fidèles Faut il alors s en tenir au minimum que serait déjà le strict respect des rubriques ou bien passer à une vitesse supérieure et à la mise en œuvre ad melius esse d un vrai mouvement de réforme et d enrichissement Autrement dit la situation présente du moins en France commande t elle encore la prudence ou déjà l audace la simple observance exemplaire des rubriques ou sa subordination à un mouvement plus vaste de recherche de l excellence Faut il se contenter de reconstruire l édifice abîmé de la forme ordinaire en suivant les plans tout faits livrés par le code des rubriques ou bien peut on s autoriser l audace de bâtir du neuf à partir de l ancien ce qui semble bien l objectif d une réforme de la réforme Dans ce cas une certaine marge de manœuvre pourrait être accordée à ceux qui veulent s engager dans la mise en valeur du missel de Paul VI quitte à ce qu ils puissent présenter à l Autorité le fruit de leurs bonnes expériences C est d ailleurs la conduite que se fixait le P Bouyer dans sa fameuse lettre au P Duploye afin de faire accepter une vraie réforme liturgique Il me semble qu il importe beaucoup d éclairer et de canaliser en toute connaissance de cause un mouvement en ce sens celui du renouveau liturgique en

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Des-praticiens-de-la-forme (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : La réforme de l'Église : des origines à sainte Catherine de Sienne - Revue Résurrection
    eux aussi un retour à l Église primitive mais beaucoup furent condamnés pour hérésie tels les Bogomiles au XIe siècle ou les Cathares au XIIe siècle sans oublier des aventures plus épisodiques comme celles des mouvements flagellants aux XIIIe et XIVe siècles Une même pulsion réformatrice pouvait être canalisée dans le sens d une vraie réforme du corps ecclésial ou au contraire dégénérer en métastases hérétiques Beaucoup de réformes à la hâte visaient tout simplement à purifier la Chrétienté des clercs trop enrichis dont le train de vie scandalisait régulièrement les démunis prenant ainsi le visage d une jacquerie mêlée de mysticisme et d anticléricalisme Dès lors ceci nous donne une idée plus précise de ce qu il faut entendre par réforme de l Église en ces époques troublées un retour aux sources indéniablement par la purification des membres et notamment des clercs mais impérativement sous la direction de la tête sous peine de s égarer en d incertaines manifestations que le Corps n a eu de cesse de combattre comme autant de graves maladies Le Grand Schisme d Occident ou quand l Église est frappée à la tête Mais la Chrétienté n était pas au bout de ses peines car des temps plus troublés encore et en ce sens plus révélateurs de ce qui fut la réforme l attendaient à la fin de la période médiévale au cours ce qu il est convenu d appeler le Grand Schisme d Occident de 1378 À ce moment la crise frappa le cœur et la tête de l Église laquelle connut la situation aberrante de posséder deux papes concurrents au même moment Comment en était on arrivé là Le quatorzième siècle fut celui du déclin d une papauté que le combat contre l Empire avait déjà beaucoup affaiblie transformant l Italie en un champ de bataille continuel entre partisans de l un et de l autre Guelfes et Gibelins Épuisé le pape dut s incliner lors du nouveau conflit qui l opposa à la puissance montante française Boniface VIII mourut notoirement humilié par le roi de France Philippe le Bel et son successeur Clément V dut se résoudre à quitter Rome pour Avignon dans le Comtat Venaissin terre d Empire située à mi chemin entre Rome et Paris Comme par ailleurs la péninsule italienne était en proie à l anarchie et à la violence que le Royaume de Naples s effondrait que Rome n était plus un lieu sûr les successeurs de Pierre choisirent de prolonger leur séjour en terre avignonnaise bien abrités derrière les murs de ce fameux Palais des papes qui leur servit de refuge durant près d un siècle À cette crise de l Église et de la société en général s ajouta une nouvelle calamité en 1348 la terrible peste noire qui emporta un tiers des habitants de l Europe Comme souvent dans l histoire l effondrement des structures temporelles s accompagna d un déclin moral et spirituel dont témoigne le Décameron de Boccace dans lequel des jeunes gens s enfuient de Florence où sévit la peste pour se réfugier dans la campagne afin de se conter des histoires légères ou suggestives en galante compagnie Finalement le pape Grégoire XI s en retourna tout de même à Rome en 1377 Mais l élection de son successeur Urbain VI fut aussitôt récusée par certains cardinaux ces derniers s estimant forcés dans leur choix par la population romaine Un nouveau pape fut alors élu Clément VII qui s en alla aussitôt résider à Avignon et obtint de ce fait le soutien du roi de France Là où croît le péril naît ce qui sauve Hölderlin Au milieu de cette immense pagaille une figure émergea en la personne de Catherine de Sienne humble représentante du tiers ordre dominicain Celle ci avait acquis par les mérites de sa piété personnelle un prestige tel que les plus grands de ce monde se confiaient à elle et qu il est permis aujourd hui de considérer son témoignage comme l ultime boussole de l Église en des temps si sombres C est bien en ce sens qu avec le recul la sainte fut déclarée docteur de l Église par le pape Paul VI Voici en effet ce que celui ci prononça le 4 octobre 1970 dès les premiers mots de son discours lors de la cérémonie officielle de proclamation de sainte Catherine de Sienne comme Docteur de l Église La joie spirituelle qui a rempli notre âme en proclamant Docteur de l Église l humble et sage vierge dominicaine trouve sa référence la plus haute et dirons nous sa justification dans la joie très pure éprouvée par le Seigneur Jésus lorsque comme le rapporte le saint évangéliste Luc Il tressaillit de joie sous l action de l Esprit Saint et dit Je te bénis Père du ciel et de la terre d avoir caché cela aux sages et aux habiles et de l avoir révélé aux tout petits Oui Père car cela a été ton bon plaisir Catherine est réputée avoir en son temps prophétiquement incarnée la voix de l Église la plus authentique celle qu il convient d écouter encore aujourd hui C est notamment elle qui convainquit Grégoire XI de s en retourner à Rome ayant l intuition qu une partie des maux de l Église provenaient de cet éloignement Elle a par la suite inlassablement soutenu devant rois cardinaux et évêques le premier pape élu Urbain VI contre l antipape Clément VII Mais quel est le corps de sa doctrine dont l autorité est aujourd hui reconnue Restons un instant avec le pape Paul VI en son fameux discours de proclamation Il nous semble qu à l imitation du glorieux Paul dont elle reflète parfois le style vigoureux et impétueux Catherine soit la mystique du Verbe incarné et surtout du Christ crucifié Elle a exalté la vertu rédemptrice du sang adorable du Fils de Dieu répandu sur le bois de la Croix avec la prodigalité de l amour pour le salut de

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-reforme-de-l-Eglise-des (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : Réforme de l'Église, conversion des croyants dans le Pasteur d'Hermas - Revue Résurrection
    n avaient qu un seul esprit un seul corps et un seul vêtement ils pensaient de même et pratiquaient la justice 90 7 2 Mais ils ont subi les séductions des vices et des mauvais penchants et se sont corrompus même si cela n apparaissait pas à première vue Autrement dit la visite du Fils de Dieu est la mise à l épreuve par laquelle est reconnue la pureté réelle de ceux qui font partie de l Église Toutefois pour ceux qui se sont révélés impurs et ont été extraits de l édifice une pause intervient dans la construction pour qu ils puissent en cas de repentir rentrer dans la construction de la tour Mais s ils ne font pas pénitence d autres entreront et eux seront définitivement rejetés 91 2 Ainsi après l exclusion des méchants des hypocrites des blasphémateurs des indécis des pécheurs de toute sorte l Église sera un seul corps un seul sentiment un seul esprit une seule foi une seule charité Alors le Fils de Dieu sera content et il se réjouira au milieu d eux d avoir retrouvé son peuple pur 95 3 4 Cette vision de l Église peut paraître à nos yeux de modernes comme marquée au sceau d un certain idéalisme c est l Église terrestre qui semble déjà caractérisée par sa pureté et sa perfection et non l Église céleste la Jérusalem d en haut La pause accordée pour permettre la repentance se situe en effet bel et bien dans le temps il ne paraît pas s agir de ce qu on appellera plus tard jugement individuel suivi d un temps de Purgatoire avant le Jugement dernier puisque tout le Pasteur est présenté comme une exhortation aux contemporains d Hermas à se convertir sans attendre avant que la construction ne soit achevée Guérissez vous donc pendant que la tour est encore en construction 109 1 L Église est présentée comme déjà parfaite La tour en effet était si bien construite qu en la voyant je désirais y habiter car elle était bâtie comme d une seule pierre sans le moindre joint Et la pierre paraissait avoir été dégagée du rocher car elle faisait l effet d un monolithe 86 7 Deux millénaires d histoire de l Église et de vicissitudes diverses pourraient inciter à adopter un profil bas et une vision plus réaliste Toutefois il convient de noter que le contexte spirituel de l époque du Pasteur est celui d une réflexion sur l unique pénitence concédée aux chrétiens pour qu ils se repentent s ils ont fauté après avoir pourtant reçu le baptême qui les a délivrés du péché Le choix de la repentance est donc presque aussi exigeant et discriminant que l est le jugement personnel L exigence de sainteté est ainsi présentée de façon extrêmement forte avec une radicalité dont nous avons pu perdre l habitude Cette vision présente encore l intérêt de faire voir l Église non pas comme un système à l intérieur duquel viendraient

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Reforme-de-l-Eglise-conversion-des (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : « Vraie et fausse réforme dans l'Église », du P. Congar, soixante ans plus tard - Revue Résurrection
    catholicisme en fait c était une illusion le monde s est édifié sans nous nos banlieues obéissent à d autres rites et à d autres mots d ordre que ceux du catholicisme nos campagnes sont païennes etc Le P Congar cite le sentiment d un militant chrétien plongé pendant la guerre dans les camps de travail Je croyais connaître la masse Je ne la connaissais pas C est beaucoup plus sérieux que nous ne l imaginions p 51 2 Ce malaise est attisé par une comparaison implicite avec les autres ces idéologies qui arrivent à soulever des foules à mobiliser de grands élans de générosité le parti des soixante quinze mille fusillés 3 à imprimer leur marque à l histoire L inefficacité le manque de prise sur le réel dans les entreprises d Église sont par contraste souvent soulignés Avec le recul ces constats nous étonnent un peu car nous sommes portés à voir l Église de l après guerre comme bien plus forte en hommes et en ressources que celle que nous connaissons 4 Mais le malaise est là qui cherche des responsables et qui rêve d une efficacité retrouvée Beaucoup de nos contemporains se rendraient à un christianisme des sources qui achoppent devant l Église Ce qui les rebute ce n est pas le christianisme c est le monde chrétien p 57 Le souhait de réforme correspond à ce malaise qui ne veut plus se contenter des appels à la réforme intérieure comme si la seule chose que nous puissions réformer c était nous mêmes Les moyens surnaturels la prière contemplative la pénitence l obéissance ne sont pas rejetés bien sûr mais on a le sentiment que là n est pas le problème Le P Congar note à juste titre que cette génération a fait l expérience de la désobéissance pour la bonne cause De jeunes bourgeois élevés dans le respect de l ordre établi ont dû pour être fidèles à leur conscience enfreindre des ordres reçus voler tuer parfois Tous ont fait l expérience que la légalité pouvait camoufler l injustifiable Comment ne pas transposer cela dans la vie de l Église et se dire que le respect de la Tradition ne justifiait pas tout et qu il fallait parfois des désobéissances prophétiques pour faire avancer les choses Face à ce constat la tâche que se fixe le P Congar est double il s agit de donner ses lettres de noblesse chrétiennes à ce mouvement réformiste et de préciser le domaine où il peut être légitime sans entraîner de nouvelles déchirures dans l Église Qu est ce qu une Réforme Pour réussir le premier point le P Congar mobilise sa connaissance hors pair de l ecclésiologie et sa familiarité avec l histoire Oui le désir de réforme fait partie du mouvement même de la vie de l Église comme on le voit à taille réduite dans l histoire des ordres religieux Tous les grands moments de la vie de l Église ont été des réformes réforme grégorienne naissance des ordres mendiants renaissance catholique il n est pas jusqu au pontificat de saint Pie X qui n ait été marqué par une volonté réformatrice C est un malheur si la saine critique qui inspirait ces volontés de réforme et qui était si répandue et si franche naguère est devenue suspecte dans l Église catholique du XXe siècle comme si c était une marque de défiance vis à vis de l institution Il n est pas difficile de voir que cette frilosité vient des suites de ce courant qui s est précisément appelé la Réforme Le protestantisme confisquant indûment le thème de la réforme a amené trop de catholiques à s inquiéter de toute remise en cause du fonctionnement de leur Église C est pourquoi le P Congar consacre toute une troisième partie dont il dira dans la seconde édition qu elle ne le satisfait pas complètement dans une optique œcuménique à la Réforme protestante discutant en quoi elle est une réforme et en quoi elle est une remise en cause plus radicale Reste à montrer dans quel domaine une option réformatrice peut être légitime sans mettre en cause les données fondamentales que sont la structure de l Église sa constitution hiérarchique et son dogme Le Congar de 1950 est très net il s agit de mieux adapter l Église au monde qui l entoure il n est pas question de modifier ses principes fondamentaux ce qui ne pourrait que provoquer une rupture entre ceux qui acceptent cette évolution et ceux qui s en défendent Donc la réforme ne portera que sur la vie la réalité vécue au quotidien par les chrétiens dont Congar pense qu on s est insuffisamment préoccupé jusqu ici Cette réforme sera donc pastorale Voilà le grand mot lâché il va marquer les décennies à venir et on sait sa fortune lors de Vatican II Les domaines esquissés semblent effectivement assez bien délimités la formation dans les séminaires la catéchèse des enfants et des adultes la liturgie bien sûr les relations entre prêtres et laïcs dans le fonctionnement concret des paroisses etc Ce primat de la pastorale ne signifie pas le désintérêt pour le reste mais la conviction qui était sans doute aussi celle de Jean XXIII que le dépôt de la foi n est pas en cause que l on est suffisamment solide par ailleurs pour ne pas lâcher un pouce du terrain gagné dans les débats antérieurs y compris lors de la crise moderniste Il vient aussi de cette fascination pour le vécu ce sentiment que les grandes idées ont à s incarner et que le christianisme c est avant tout cela des relations entre des personnes concrètes une prise en compte des problèmes du monde réel le réel étant pour tous ces hommes élevés dans l institution ce qui se passe ailleurs que chez nous un engagement Le Congar de 1969 la réédition remonte en fait à l année 67 est beaucoup moins net Certes il peut claironner par un certain côté

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Vraie-et-fausse-reforme-dans-l (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : « Q » ou la source des paroles de Jésus. (Nathalie Siffer, Denis Fricker) - Revue Résurrection
    de Matthieu et de Luc dépendraient en plus d un schéma général attribuable à Marc ou à sa propre source d une source des discours appelée Q pour Quelle source en allemand d origine inconnue d où proviendraient tous les passages qui leur sont communs et qui ne figurent pas dans Marc on pense notamment aux Béatitudes et au Pater mais les fragments attribués à Q s élèvent à plus d une centaine allant de quelques lambeaux de phrase à des passages plus développés et même à quelques récits à commencer par celui des Tentations prouvant que la source n ignore pas ce genre littéraire On s est livré depuis longtemps à l exercice qui consiste à mettre bout à bout tous les textes présumés Q dans l ordre de Luc car il est supposé le plus conforme à l original et ensuite on a essayé d en dégager le message et même d en découvrir le milieu d origine C est un exercice risqué car on doit tirer des conclusions à partir d un ensemble dont on est certain de ne pas avoir la totalité et on sait le péril qu il y a toujours à conclure d un silence à une absence délibérée Les hypothèses extrêmes ont eu cours sur le sujet jusqu à soutenir qu il a pu exister en Q une christologie qui ignorerait la Croix et la Résurrection Les oscillations entre les conclusions des chercheurs doivent inciter à une prudence redoublée Il n est pas sûr que l ouvrage de Jean Marc Babut cité plus haut ne tombe pas dans la tentation trop facile de camper sur la seule base d une interprétation de Q un autre christianisme dont la cohérence ne saute pas aux yeux et dont on se demande pourquoi l insistance un

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Q-ou-la-source-des-paroles-de (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 140 (janvier-février 2011) : Vraie et fausse réforme dans l'Église : Commentaire sur le Cantique des cantiques (Grégoire de Narek) - Revue Résurrection
    de l Église 1 nous laissant entrevoir tout un pan de l expérience monastique au delà du Jourdain À présent ce sont les Pères arméniens qui sollicitent notre intérêt avec la publication du Commentaire sur le Cantique des cantiques écrit par l un des plus célèbres d entre eux Grégoire de Narek 940 1003 La publication de Levon Petrossian comporte heureusement une introduction copieuse qui permet de resituer cet auteur dans le renouveau monastique qui marqua la période de paix qui s étend entre deux invasions musulmanes celle des Arabes puis celle des Turcs seldjoukides elle permet aussi de découvrir les courants de pensée qui agitent l Arménie de ce Xe siècle notamment l hérésie des Tondrakiens anti ecclésiale et anti sacramentelle qui fut durement réprimée Nous apprenons que le rejet des décisions de Chalcédoine n était pas aussi universel dans l Église arménienne de ce temps là qu on pourrait le croire et qu une large tolérance permettait aux tenants du diphysisme deux natures dans le Christ comme à ceux du monophysisme de s exprimer Grégoire lui même développant une christologie plutôt irénique Le grand avantage du présent commentaire qui n ignore rien de ses prédécesseurs Hippolyte Origène et surtout Grégoire de Nysse c est qu il développe la mystique nuptiale du Cantique des Cantiques dans un sens plus nettement sacramentel Ce qui nous vaut de très belles pages comme celle ci L Époux dit voici que tu es ma prochaine ma belle tes yeux sont des colombes C est à dire cette beauté que tu as maintenant c est advenu grâce à mon étrange couronnement même tête couronnée d épines grâce à quoi tu es devenue vraiment belle puisque par cette couronne d épines j ai pris sur moi la laideur de tes péchés Voici que cette beauté

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Commentaire-sur-le-Cantique-des (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •