archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : Évolution et création, faut-il choisir ? - Revue Résurrection
    mettent en évidence qu il existe des gènes multifonctionnels gènes régulateurs des plans d organisation gènes homéotiques e g gènes Hox responsables du développement séquentiel du corps Les gènes sont les mêmes chez les arthropodes et chez les vertébrés et sont disposés dans le même ordre sur le chromosome On observe qu une mutation unique peut avoir des effets sur différents organes Il faut donc admettre qu il existe des liens ou des conditions au niveau génétique qui règlent les changements au cours de l évolution L évolution ne dépendrait pas seulement de la sélection naturelle qui agit sur les mutations casuelles et dirige l évolution selon la théorie néodarwiniste Il y a des contraintes imposées par les conditions du développement comme la biologie évolutive evo devo evolutionary developpement biology le met en évidence En tout cas il y a la nécessité de la coïncidence des nouveautés génétiques avec des conditions environnementales favorables cf Chaline 2006 Godinot 2005 Foder et Piattelli Palmarini 2010 On doit rappeler aussi les convergences évolutives certains caractères apparaissent plusieurs fois dans l évolution dans des séries géographiquement éloignées Un cas classique est celui des évolutions des mammifères marsupiaux et des mammifères placentaires en particulier dans des séries évolutives géographiquement éloignées qui présentent des ressemblances La structure de l œil révèle de fortes similitudes depuis l œil simple des insectes et des céphalopodes jusqu à l œil composé des mammifères L émergence de quelques caractères pareille beaucoup probable plus que par hasard Conway Morris 2003 On ne doit pas oublier l héritage épigénétique modifications dans l expression de gènes induites par des facteurs extérieurs qui passent dans les descendants qui s ajoute à l héritage mendélien Bien que les séquences d A D N ne soient pas changées les organismes acquièrent des informations qui peuvent passer dans leur descendance et cela par une interaction entre une manière de s exprimer différente des gènes et des facteurs externes Jablonka et Lamb 2007 Raisonner sur l évolution L évolution pose des questions qui ne relèvent pas de la science mais exigent une vision proprement philosophique Évolution ou création Hasard ou finalité dans la nature Continuité entre l animal et l homme ou discontinuité La science suggère que les espèces changent naturellement sans aucun besoin de création Ainsi selon certains auteurs il n y a pas besoin de création toute la nature s est auto formée Le progrès de l évolution est expliqué par la sélection naturelle Darwin En tout cas il n y pas de dessein D après Monod et Jacob on peut parler de téléonomie mais non de projet ou de finalisme dans la nature la téléonomie devrait remplacer toute téléologie Dans cette ligne se trouve aussi Ayala qui distingue entre téléologies interne et externe Dans une téléologie interne les aspects téléologiques sont le résultat d un processus exclusivement naturel La téléologie interne a le caractère de la nécessité e g le développement embryonnaire ou de la contingence quand elle est le résultat d une sélection entre différentes possibilités Dans la téléologie externe en revanche intervient un agent extérieur aux causes naturelles En ce qui concerne l homme selon Darwin les différences entre l animal et l homme sont quantitatives il n y a pas besoin d âme spirituelle Ces positions sont celles du naturalisme mais il faut l observer non plus d un naturalisme méthodologique qui utilise les méthodes des sciences empiriques mais d un naturalisme philosophique Ce passage de l un à l autre est une extension arbitraire de la théorie scientifique de l évolution n est pas requis par la science et reflète des positions subjectives Il s agit d interprétations et d extensions de certaines données de la science Le naturalisme philosophique n est pas démontré ni appuyé par la science c est une vision personnelle construite à partir de quelques éléments scientifiques Les données scientifiques n empêchent pas de raisonner et de chercher des interprétations se développant sur un plan philosophique sans prétendre se présenter comme déductions de la science Cela doit être affirmé à propos des différentes interprétations qui peuvent être tirés tant dans une lecture fermée à la transcendance que dans une lecture ouverte à la transcendance Dans une vision ouverte à la transcendance Les observations de la nature révèlent une fine syntonie des différentes forces une rationalité scientifique de la nature selon le pape Benoît XVI une correspondance entre les propriétés des éléments et les lois qui les décrivent depuis le niveau infra atomique moléculaire cellulaire organique jusqu aux astres du ciel La nature est écrite en un langage mathématique Galilée Cette rationalité renvoie à une intentionnalité et à une cause supérieure Les modalités selon lesquelles le système de la nature s est formé et fonctionne sont explorées par la science On doit reconnaître le caractère dynamique de la rationalité de la nature qui n est pas statique C est une rationalité qui inclut des changements dans la matière qui se transforme se fait plus complexe dans certaines conditions de l environnement selon des directions particulières qui pourraient effectivement être formées par des processus complètement naturels comme le demande la théorie de l évolution Caractéristiques de la rationalité scientifique de la nature La rationalité de la nature est dynamique et manifeste des changements la nature évolue et révèle dans des conditions particulières une tendance à la relation et à l agrégation qui amènent à des structures plus complexes dans certaines directions La relation est une caractéristique de la matière et des êtres vivants Cette relation suivie par l interaction a porté à la formation des premiers eucaryotes cellules pourvus de noyau à partir des procaryotes par un procès de symbiogenèse comme l a suggéré Lynn Margulis 1999 Des processus de complexification s ensuivirent dans différentes directions évolutives Teilhard de Chardin 1956 a parlé de corpusculisation et voit dans la cérébralisation ou céphalisation le fil conducteur du processus de complexification Les causes de cette complexification en partie sont connues en partie ne sont pas connues On peut demander s il y a vraiment dans la nature une tendance à cette complexification Teilhard parlait d une énergie radiale d expansion de conscience ou si sont suffisantes les propriétés de la matière vivante qui dans certaines conditions amènent à une complexité plus grande En outre on observe dans la nature des régularités qu on peut rapporter à une intentionnalité supérieure qui a voulu et veut l univers selon des propriétés particulières et des lois qui lui donnent la capacité d évoluer Finalité générale La finalité générale de l univers s intègre dans une vision philosophique suggérée par l harmonie de la nature quelles que soient les modalités par lesquelles la finalité a été rejointe La nature n est pas fixée rigidement mais laisse espace aux événements fortuits et aussi catastrophiques comme la chute des météorites ou les tremblements de terre pensons à la formation du Rift en Afrique et son lien à l évolution des Hominidés comme a suggéré Yves Coppens La nature révèle son caractère historique n est pas parfaite en soi mais rejoint des finalités par des événements déterminés ou fortuits C est la grande suggestion de la vision évolutive suggérée par la paléontologie et la biologie évolutive Si l on ne peut pas démontrer la finalité générale de l univers par des méthodes scientifiques on ne peut pas la nier et la considération philosophique peut déduire cette finalité comme une suggestion venant de ces méthodes Révélation création et évolution La Parole de Dieu confirme la dépendance de l univers d un Être supérieur qui en est le Créateur Dieu a créé le ciel et la terre à partir de rien cf 2e Livre des Maccabées 7 28 sans utiliser de matière pré existante au contraire de ce que pouvaient proposer les mythologies de l époque Le concept de création n appartient pas à la science mais à la philosophie et à la foi ce concept indique la dépendance radicale de tout ce qui existe envers Dieu Nous ne savons pas comment Dieu a créé le monde nous connaissons seulement les effets de la création Le Catéchisme de l Église catholique n utilise pas le terme d évolution il relève pourtant que le monde n a pas été créé tel que nous le voyons mais en état de cheminement vers sa perfection ultime Dans le dessein de Dieu le devenir comporte avec l apparition de certains êtres la disparition d autres avec le plus parfait aussi le moins parfait avec les constructions de la nature aussi les destructions n 310 Dieu est créateur d un monde en évolution À travers l évolution le monde acquiert une signification Dieu ne fait pas les choses mais fait qu elles se fassent Teilhard de Chardin Dieu opère dans et par les causes secondes Catéchisme de l Église catholique n 308 Selon saint Thomas d Aquin les phénomènes de la nature peuvent être attribués à Dieu comme première cause et aux facteurs naturels comme causes secondes à chacune selon sa propre manière d opérer Summa contra Gentes III 70 8 On doit voir l intention divine pas seulement au début mais dans le cours du temps ainsi la création s exprime à travers l évolution et inclut l événement transcendant à l évolution biologique qu est l homme Message biblique projet du Dieu Créateur et évolution Beaucoup d équivoques surgissent entre science et foi quand on veut faire dire à la science ce qu elle ne peut pas dire par exemple la prétention de prouver ou d exclure l existence de l âme ou la dépendance d un Dieu créateur ou quand on veut tirer de la Bible ce qu elle ne veut pas dire parce que son domaine est avant tout religieux et qu elle ne se prononce pas sur la description scientifique des origines du monde et de l homme Il faut poser à chacun les questions entrant dans son domaine et ses compétences propres Se restreindre à demander à la Bible le pourquoi de l existence et à la science où quand et comment s est formée la vie est une méthode qui peut sembler évidente mais qui n a pas toujours été respectée et qui ne l est pas encore de manière exacte Il faut rappeler les critères herméneutiques de l encyclique Divino afflante Spiritu 1943 et de l encyclique Humani generis 1950 ainsi que la Constitution Dei Verbum n 12 du concile Vatican II Le rédacteur du texte sacré de la Genèse ne devait pas avoir en tête l idée d évolution Il avait par contre l idée d une création dont tous les éléments le ciel la terre et les êtres qui la peuplent dépendent d un Dieu transcendant le Dieu d Israël non assimilable aux divinités païennes Le récit clairement symbolique contient des vérités fondamentales pour l homme tandis qu il affirme l enracinement de l homme dans la matière comme les autres êtres vivants la dimension spirituelle de l homme la dignité et la complémentarité de l homme et de la femme sa tâche envers la création et l environnement Alors que les observations de la nature stimulent l interrogation sur la finalité générale de l univers et renvoient à une intelligence ordonnatrice la Parole de Dieu parle d un projet de Dieu pour sa création Un projet peut se réaliser même par des phénomènes qui paraissent accidentels Comme nous l avons dit Dieu agit dans et au moyen des causes secondes Les événements de la nature peuvent acquérir une signification dans le cours du temps Tout est bien connu dans la pensée de Dieu auquel toute chose est présente La théorie de l intelligent design La théorie du dessein intelligent fait appel à des interventions extérieures pour la formation des structures complexes dans le cours de l évolution de la vie qui ne pourraient pas se former par le mécanisme darwinien De cette façon nous pourrions identifier une finalité générale Il s agit d une nouvelle version du créationnisme scientifique qui a été proposée aux États Unis et se propose de concilier science et foi Selon Michel Behe 2006 la plus grande part des mutations qui réalisent les grandes structures de la vie doivent avoir été non fortuites et réclament donc une cause externe au processus évolutif Cette position n est pas scientifique Le recours à une cause extérieure pour expliquer des choses que nous n arrivons pas à expliquer par les moyens qui sont à notre disposition est trompeur et dangereux On ne peut pas prouver et déduire l existence et les interventions de Dieu en partant des lacunes de la science Ce que la science ne connaît pas encore mais qui peut rentrer dans son domaine doit être clarifié par les méthodes de la science Faire appel à des causes transcendantes est source de confusion La théorie du dessein intelligent n est pas de la science et ne peut être présentée comme théorie scientifique voir à ce propos Facchini 2009 Cela n implique pas de nier un projet créateur de Dieu qui s est développé par les facteurs de la nature même si nous n en connaissons pas encore toutes les modalités et mécanismes Même des événements fortuits peuvent trouver place dans la création et dans le projet de Dieu auquel toute chose est présente et en qui les phénomènes de la nature peuvent acquérir une signification On pourrait parler d un dessein supérieur qui n exclut pas des incohérences la souffrance la mort mais dans un horizon supérieur qui dépasse la nature Selon Jean Paul II une foi en la création correctement comprise et un enseignement de l évolution correctement entendu ne créent pas d obstacles L évolution suppose la création et la création se place même a la lumière de l évolution comme un événement qui s étend dans le temps comme une création continuelle dans laquelle Dieu devient visible aux yeux des croyants comme créateur du ciel et de la terre Osservatore Romano 27 4 1985 Émergence de l homme Si la vie apparaît comme l effet spécifique de la matière complexifiée c est dans l homme et son organisation nerveuse qu on peut reconnaître la plus grande complexité Parmi les infinies modalités où se disperse la complication vitale la différentiation se détache comme une transformation significative Elle donne un sens et par là elle prouve qu il y a un sens à l évolution Bergson cité par Piveteau 1983 p 159 La cérébralisation a été proposée par Teilhard de Chardin et Jean Piveteau comme critère pour suivre l augmentation de la complexité des vivants Nous voyons se dessiner au long de temps géologiques une zone d intensification qui passe par les vertébrés s accentue avec les mammifères et pour ceux ci s exprime dans sa plus grande force chez les primates Tous les groupes de primates tendent vers l acquisition d un cerveau de plus en plus riche corrélatif d un psychisme de plus en plus élevé Piveteau 1983 p 159 Avec les hominidés du tertiaire il y a environ 3 ou 4 millions d années le cerveau atteint les dimensions que l on retrouve aujourd hui chez les anthropomorphes Dans la dernière phase de l hominisation et dans l humanité actuelle le cerveau atteint des tailles trois fois plus importantes Harris Jerison 1972 a proposé un indice d encéphalisation qui met en rapport le poids du cerveau avec celui du corps et a élaboré une courbe pour les vertébrés On peut voir que l indice augmente chez les mammifères et les primates en particulier et atteint ses plus grandes valeurs chez les hominidés Chez l homme actuel l indice est quadruplé L homme peut être appelé flèche de l évolution Teilhard de Chardin et en ce qui concerne son apparition nous pouvons rappeler la réflexion suivante de Jean Piveteau Chronologiquement l homme apparaît à son heure Si l on ne peut affirmer que son événement était inévitable il est étroitement lié au mouvement évolutif à son allure à ses caractéristiques On ne peut dire que ce mouvement est la cause de l homme mais celui ci apparaît bien comme sa conséquence naturelle 1983 p 159 Continuité et discontinuité dans l émergence de l homme Dans l émergence de l homme on peut voir une continuité sur le plan biologique bipédisme organisation cérébrale et une discontinuité sur le plan phénoménologique représentée par les manifestations culturelles capacité de planification symbolisme La discontinuité culturelle révèle une intelligence abstractive une communication symbolique une auto conscience une auto détermination et est donc d ordre ontologique Ainsi Jean Paul II a t il affirmé Avec l homme nous sommes in présence d une différence ontologique d un saut ontologique on pourrait dire Message à l Académie pontificale des sciences 22 octobre 1996 La création de l homme La création de l esprit qui fait l homme est au delà des évidences empiriques et doit être affirmée sur le plan philosophique que ce soit pour l apparition de l homme hominisation ou pour la formation de chaque homme ontogenèse Chaque âme spirituelle est créée immédiatement par Dieu n est pas produite par les parents et elle est immortelle C E C 366 Il faut tenir qu il y a un concours particulier de Dieu Créateur non seulement comme cause première des facteurs biologiques qui agissent comme causes secondes mais comme cause transcendante qui veut l esprit et donc l homme à certaines conditions physiques Selon Karl Rahner 1961 on peut parler d auto franchissement auto transcendance de la nature dans l apparition de l homme Le moment précis du passage du psychisme animal au psychisme humain ne peut être déterminé ou imaginé par les méthodes scientifiques ou par la pensée Les manifestations culturelles ne déterminent pas le moment culminant de l hominisation mais peuvent aider à juger quand le seuil humain a été rejoint L homme n est qu un roseau pensant le plus faible de la nature mais c est un roseau pensant Toute notre dignité consiste donc dans la pensée Pascal Pensées 347

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Evolution-et-creation-faut-il (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : Création et évolution : la pensée de Benoît XVI - Revue Résurrection
    pour lui permet de bâtir la justice et la paix 14 Mais une telle discussion est hors de propos en ce qui regarde la science qui remarque t il ne se ramène pas à des opinions mais vise à sa manière la vérité Le futur Pape reviendra sur ce sujet délicat en avançant que les religions doivent prendre en compte les nouvelles découvertes sur le monde et sur l homme faute de quoi elles risquent de tomber dans l irrationnel 15 Cette prise en compte de la science par les religions et notamment par le catholicisme est une nécessité permanente ce qu il souligne en 2004 lors de sa fameuse rencontre à Munich avec Habermas L idée du droit naturel présupposait un concept de la nature où nature et raison s interpénètrent où la nature elle même est rationnelle Cette vision de la nature s est effondrée lorsque la théorie de l évolution a triomphé La nature en tant que telle ne serait pas rationnelle même s il y a en elle des comportements rationnels Voilà le diagnostic qui nous est adressé à partir de ce moment là et qu il semble aujourd hui impossible de contredire 16 Faut il voir derrière ce dernier constat un aveu d impuissance une démission implicite du théologien devant la science En fait Ratzinger nuance ce diagnostic dans une note ajoutée au texte publié de cet échange et qui fait référence à nouveau à Jacques Monod et à son célèbre ouvrage Le hasard et la nécessité Il y précise qu il faut distinguer entre les résultats concrets des sciences de la nature et la philosophie qui les accompagne Cette remarque le rapproche de Jean Paul II qui soulignait déjà dans son discours de 1996 que la théorie de l évolution peut intégrer diverses philosophies de la nature qui conduisent à des conclusions en apparence contradictoires Plus qu un différent d ordre scientifique à proprement parler les vrais problèmes seraient d ordre philosophique ce qui impliquerait la nécessité d un travail critique Une parole pontificale sur la théorie de l évolution Le thème de la théorie de l évolution était donc déjà présent de multiples manières dans l œuvre de Joseph Ratzinger avant son accession au pontificat Il n est pas surprenant qu on le retrouve dans sa première homélie suite à son élection en tant que Souverain pontife Le sujet y fait l objet d une attention particulière Nous ne sommes pas le produit accidentel et dépourvu de sens de l évolution Chacun de nous est le fruit d une pensée de Dieu Chacun de nous est voulu chacun est aimé chacun est nécessaire 17 Sans s arrêter sur la portée ou la vraisemblance de l universalité de la théorie de l évolution pour l ensemble de l espèce humaine le Saint Père souligne que l existence de chaque homme et de chaque femme n est pas le fruit du hasard mais un don de Dieu Nous sommes tous et toutes aimés de Dieu dès notre conception Et il ajoute dans son homélie du 15 août 2005 qu inversement lorsque l homme n apparaît plus que le produit d une évolution aveugle il peut être usé et abusé C est précisément ce que l expérience de notre époque a confirmé 18 Il reviendra plusieurs fois sur cette thématique prenant toujours en compte non pas l espèce humaine dans sa généralité mais chaque homme dans sa singularité Dès lors la question principale n est pas de savoir si l évolution est compatible avec la foi chrétienne mais bien plutôt de rejeter l option d une existence irrationnelle et insensée qui ne serait que le fruit du hasard Ce point est particulièrement mis en évidence dans sa rencontre avec les jeunes le 6 avril 2006 au cours de laquelle répondant à l une des questions il revient sur le hasard radical Ou Dieu existe ou il n existe pas Il n existe que deux options Ou l on reconnaît la priorité de la raison de la Raison créatrice qui est à l origine de tout et est le principe de tout la priorité de la raison est également la priorité de la liberté ou l on soutient la priorité de l irrationnel selon laquelle tout ce qui fonctionne sur notre terre ou dans notre vie ne serait qu occasionnel marginal un produit irrationnel la raison serait un produit de l irrationalité On ne peut pas en ultime analyse prouver l un ou l autre projet mais la grande option du christianisme est l option pour la rationalité et pour la priorité de la raison Cela me semble une excellente option qui nous montre que derrière tout se trouve une grande intelligence à laquelle nous pouvons nous fier 19 Reprenant cette alternative dans son homélie du 29 septembre 2007 Benoît XVI va plus loin encore en affirmant que celui qui met Dieu de côté ne rend pas l homme plus grand mais lui ôte sa dignité L homme devient alors un produit mal réussi de l évolution 20 Autrement dit la dignité humaine ne saurait faire l économie de Dieu et sans elle elle tomberait dans ce que Joseph Ratzinger appelait en juin 2004 dans son Discours à Saint Étienne de Caen la pathologie de la raison thème qui sera repris dans le célèbre discours de Ratisbonne 21 Au séminaire de Castelgandolfo de 2006 le Saint Père reprend ces thèmes et les développe dans les débats qui font suite aux diverses interventions Tout en refusant le créationnisme qui rejette par principe la science il critique fermement une théorie de l évolution qui cacherait ses propres lacunes 22 La science doit accepter ses propres limites tout comme la foi doit se laisser interroger par les découvertes scientifiques Au créationnisme et à une certaine manière de séparer radicalement la foi et la science Benoît XVI répond que Dieu est trop grand pour pouvoir se glisser dans les questions laissées ouvertes par la théorie de l évolution p 150 Autrement

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Creation-et-evolution-la-pensee-de (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : La Montée à Jérusalem, Le dernier voyage de Jésus selon Luc (9,51-19,48). (Stéphane Beaubœuf) - Revue Résurrection
    Jérusalem unité littéraire où saint Luc a rassemblé de nombreuses péricopes certaines venues de la tradition marciennes d autres qui lui sont propres dans un vaste ensemble qui constitue son récit du dernier voyage de Jésus à Jérusalem juste avant sa Passion Lc 9 51 19 48 Ce n est pas saint Luc qui a inventé le thème d une ultime montée du Christ vers la Ville Sainte dans l imminence de sa mort puisque les trois synoptiques s y réfèrent Mais il lui a donné une grande ampleur littéraire puisque près de la moitié de son évangile y est consacrée L auteur opte pour un plan thématique mais en repérant trois étapes suffisamment scandées pour répartir la matière de façon ascendante Le début de chacune de ces sections est une annonce ou un rappel du thème de la montée à Jérusalem Lc 9 51 13 22 17 11 L auteur fait ici un parallèle suggestif avec l itinérance d Élie entraînant son disciple Élisée vers le lieu de son ascension et le faisant passer par trois villes Guilgal Béthel Jéricho avant d atteindre les bords du Jourdain Ce rapprochement parait à l auteur de nature à éclairer le dessin

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-Montee-a-Jerusalem-Le-dernier (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : A l'écoute d'Israël en Église (tome 2). (Pierre Lenhardt) - Revue Résurrection
    Israël mais aussi rupture Sur cette question complexe nous renvoyons le lecteur au N 110 de Résurrection consacré à ce sujet Mais au cours de l histoire cette tension entre continuité et rupture a connu bien des vicissitudes et l aspect rupture entre judaïsme et christianisme a été beaucoup plus amplifié que l aspect continuité Or aujourd hui surtout depuis le concile Vatican II le balancier est retourné en sens inverse Le livre de P Lenhardt s inscrit dans ce mouvement C est le second volume de l auteur sur ce sujet A travers sept chapitres il montre comment une bonne utilisation des sources juives permet au chrétien de mieux comprendre un certains nombres de thèmes bibliques Le lecteur ayant déjà une culture dans ce domaine pourra en tirer un profit certain Le débutant sera beaucoup plus déconcerté par des références moins connues ou par l emploi de termes hébreux pas toujours explicités Cependant cette approche si utile soit elle paraît un peu trop optimiste en minimisant justement cet aspect rupture qui existe entre christianisme et judaïsme C est pourquoi le lecteur avant de s engager dans cette lecture pourrait déjà commencer par s initier en relisant l œuvre de Joseph Bonsirven qui fut un pionnier en France du renouveau des relations entre juifs et chrétiens à une époque le milieu du XXe siècle où c était beaucoup moins à la mode qu aujourd hui On trouvera dans ses livres notamment dans Le judaïsme palestinien au temps de Jésus Christ une initiation sur la question très équilibrée et plus aisée à aborder En ce qui concerne les problèmes liturgiques notamment les rapports entre service synagogal et prière eucharistique chrétienne il est sûrement très profitable de lire d abord l ouvrage de Louis Bouyer intitulé Eucharistie Théologie et spiritualité de la

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/A-l-ecoute-d-Israel-en-Eglise-tome (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : Nous avons obtenu miséricorde (Christoph Schönborn) - Revue Résurrection
    révélations privées Il élève toujours la réflexion vers l essentiel de la tradition chrétienne que ce soit l Ecriture ou l enseignement des Pères de l Église Le lecteur trouvera donc au gré des différents chapitres de quoi alimenter sa propre méditation tout en étoffant sa culture religieuse sur une question qui est rarement traitée en détail dans la catéchèse actuelle A notre époque qui tend à minimiser le rôle

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Nous-avons-obtenu-misericorde (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : Le Seigneur Jésus Christ. La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme. (Larry W. Hurtado) - Revue Résurrection
    les notions païennes je ne vois rien pour ma part qui justifie cela Au contraire cette filiation témoigne toujours de l influence des traditions juives p 119 Cette réplique est un bel exemple du style serein et non polémique de l auteur Hurtado souligne combien Paul insiste sur l unité vivante et doctrinale entre ses Églises et l Église mère de Jérusalem l importance des collectes Comme le montre déjà Daniélou le drame et les controverses dans les lettres de Paul ne touchent en rien des questions christologiques mais sont exclusivement dus aux graves problèmes que posaient les modalités d intégration des païens au nouveau mouvement chrétien formé par des judéo chrétiens qui ne se situaient eux mêmes qu avec beaucoup de difficultés dans un monde juif déchiré par un nationalisme les catastrophes de 70 et de 132 et des controverses doctrinales internes exacerbées Ce n est qu après son long chapitre sur Paul p 93 164 que l auteur revient au christianisme juif en Judée p 165 223 C est à mon avis le chapitre clef ou le cœur de ce livre Il y montre comment la dévotion à Jésus se situe bien à l intérieur du strict monothéisme juif mais devient ce qu il appelle binitaire un terme de sa propre invention qui me semble assez heureux pour caractériser le problème central de concilier un monothéisme absolu juif avec la foi trinitaire chrétienne Il termine ce chapitre Pour résumer les plus importants et les plus influents développements de la dévotion à Jésus ont lieu parmi les premiers groupes de croyants judéens et c est à leurs convictions et au modèle fondamental qu a adopté leur piété que sont redevables toutes les formes de christianisme dans la suite des temps p 224 En face d un tel constat historique on ne peut que voir à quel point le sola scriptura de Luther est anti ou au moins anhistorique pour ne pas dire dénué de sens Mais il faut bien sûr voir aussi que Luther n a pas pensé comme nous modernes au rapport entre tradition orale et écrite mais voulait opposer scriptura aux systèmes scolastiques de son temps Avant d aborder l analyse des évangiles canoniques Hurtado toujours en bon historien consacre tout un chapitre à un problème de sources très spécifique l hypothèse scientifique largement consensuelle sur une collection de dits de Jésus appelé Q selon le mot allemand Quelle source et qui fut utilisée par les auteurs de Matthieu et de Luc Q fut un produit littéraire qui connut un véritable succès et nous pouvons y voir une des étapes littéraires clés du processus qui a conduit des auteurs à penser que la réalisation d évangiles narratifs complets serait une expression tout indiquée et adéquate de la dévotion à Jésus p 268 Quelle belle formule d introduction à son étude de notre évangile canonique quadriforme p 267 439 Hurtado montre comment les quatre évangiles canoniques partagent un effort programmatique de situer Jésus dans un cadre historique géographique

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-Seigneur-Jesus-Christ-La (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 135-136 (mars 2010 - juin 2010) : Évolution et création : Jérôme, Les hommes illustres. - Revue Résurrection
    dernières années du IVe siècle en un moment où le christianisme commence à donner le ton à toute la société et où le paganisme longtemps dominant se voit réduit à disparaître C est ainsi que l ermite de Bethléem entreprend de rédiger son De Viris illustribus qui tient à la fois du catalogue de bibliothèque et du dictionnaire biographique Il s agit en 135 notices de présenter tous les auteurs chrétiens de quelque notoriété entre saint Pierre et Jérôme lui même Seuls trois non chrétiens y sont admis eu égard à leurs liens avec le développement de la pensée chrétienne Philon d Alexandrie Sénèque et Flavius Josèphe On remarque d étranges omissions Augustin est oublié ainsi que Rufin d Aquilée et Evagre le Pontique alors que Jérôme a eu affaire à eux Certaines notices sont très courtes juste quelques lignes d autres atteignent plusieurs pages Ignace d Antioche Origène Jérôme bien sûr Les Grecs y sont les plus nombreux mais les Latins forment un bon contingent Les auteurs écrivant en syriaque sont à peine cités Bardesane et Ephrem sont seuls à figurer comme cela sera souvent la règle par la suite prouvant que le monde oriental évolue de plus en

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Jerome-Les-hommes-illustres (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 134 (nov 2009 - février 2010) : Le dimanche : Editorial - Revue Résurrection
    et de pouvoir vaquer à ses occupations et à ses plaisirs le dimanche Pour beaucoup de grands parents ce fut le moyen d aller tranquillement chez les enfants sans les ennuyer en exigeant qu ils vous conduisent à la messe Il y eut ensuite le danger de la messe télévisée qui inventée au départ pour que les personnes vraiment immobilisées chez elles ne soient totalement privées de la célébration avec la communauté chrétienne devenait l ersatz de la messe elle même parce qu on n avait pas envie de sortir qu on s était levé trop tard et parce que c était parfois plus joli à l écran que dans son église paroissiale Mais surtout le dimanche fut atteint par une contestation plus profonde et plus générale contre le légalisme qu on disait hérité du judaïsme Les commandements de l Église l un après l autre firent les frais des progrès d une religion éclairée qui avait compris ou cru comprendre que l homme n est pas fait pour le sabbat mais le sabbat pour l homme Par conséquent bonne nouvelle tout pouvait se transposer l esprit de pénitence n avait pas besoin de jeûnes à date fixe ou de ridicule abstinence de viande le vendredi l amour de Dieu pouvait se vivre toute la semaine sans être obligé de se traîner à une heure matinale le dimanche dans une église mal chauffée La prière quotidienne n avait plus besoin de formules fixes et la messe cédait le pas au besoin devant les devoirs de charité et de proximité qu il valait mieux honorer en premier On sait la suite ce qui pour une génération encore formée à la pratique chrétienne gardait une certaine consistance est devenu totalement inexistant à la génération suivante Dieu a été mis en dehors de la vie c est tout au plus un secteur que l on salue poliment de loin ou quand on est en vacances Mais la vie la vie réelle se déroule à cent lieues de là Devant cette dérive il est vain de se lamenter ou d exiger des solutions autoritaires Les catéchismes de jadis ont fait beaucoup pour inculquer au peuple chrétien le respect du dimanche qui n était déjà pas si évident c est ce que nous retrace Paul Airiau Dans ce genre le pape Jean Paul II a déjà rendu un immense service en donnant à l Église la lettre Dies Domini destinée à présenter le dimanche dans toute sa splendeur Notre tâche à tous et à chacun est de retrouver personnellement le goût du dimanche d un dimanche bien vécu qui n oublie aucune de ses composantes prière légitime détente vie familiale plus riche formation du cœur et de l esprit Mais le lien spécifique de l eucharistie avec le Jour du Seigneur doit d abord être mis en place c est ce que montre Alexis Pérot dans une réflexion personnelle qu on lira dans ce numéro Il s agit aussi de fonder plus profondément la nécessité

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Editorial,330 (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •