archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 120-121 (juillet-octobre 2007) : Les cinquante ans de Résurrection : La Loi naturelle et les droits de l'homme - Revue Résurrection
    comme logiquement postérieure aux individus qui la composent Dans les perspectives de l individualisme les individus s associent par un contrat pour constituer une communauté susceptible de leur assurer la protection qui leur est nécessaire Il est vrai que dans les démocraties contemporaines l État apparaît bien comme le résultat d un tel contrat Cependant il est clair que l individu isolé et libre n a jamais existé L homme n existe qu en communauté et c est au sein de cette communauté régie par des valeurs des coutumes et des lois qu il peut exister et grandir en tant qu homme En effet s il n est de communauté authentiquement humaine que fondée sur l échange de parole si le langage n existe que porté et transmis par une communauté on ne peut pas dire que la communauté provient de la décision des individus Au contraire c est l individu qui est redevable à la communauté d avoir eu accès au langage et donc à la capacité de décider Or la déclaration des droits de l homme présuppose une anthropologie résolument individualiste Cela est clair dans l article 4 de la déclaration de 1789 La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ainsi l exercice des droits naturels de chaque homme n a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi L individu est pensé comme doté d une capacité d initiative dans un cadre bien déterminé C est la liberté du propriétaire qui agit comme il l entend dans son domaine qui ne veut pas qu autrui empiète sur son territoire et qui pour cela est disposé à ne pas empiéter sur le territoire d autrui Il fonde avec ses voisins une association politique chargée précisément de fixer cette loi qui doit établir les bornes au champ d initiative de chacun Cet individualisme se manifeste également dans la déclaration de 1948 6 et dans tous les exposés moraux fondés sur les droits de l homme Il conduit à une conception de la liberté qui a sa part de vérité mais n est pas totalement satisfaisante Deux remarques permettent d en mesurer les limites Tout d abord il existe des actes qui sans nuire à autrui nuisent à celui qui les accomplit et diminuent sa liberté On peut se demander s il est alors judicieux de parler encore d actes libres Il est souhaitable de ne pas inclure la capacité de faire le mal dans la définition de la liberté Il vaut mieux définir celle ci comme capacité d initiative dans le bien 7 Par ailleurs s il est légitime du point de vue de l État de considérer la loi comme une limite à établir entre des individus c est parce que la force publique n intervient en principe qu à l appel des individus en conflit Mais l État n est pas la seule communauté Dans les autres communautés les hommes ne doivent pas être considérés comme des individus en conflit mais plutôt comme des personnes susceptibles de coopérer Et ces communautés sont l espace à l intérieur duquel les libertés peuvent naître et grandir Pensons à la famille aux communautés linguistiques culturelles et spirituelles qui permettent à chacun d accéder à son humanité De ce point de vue la loi qui régit ces communautés et organise leur existence loin d apparaître comme une limite à la liberté doit être comprise comme source de liberté La doctrine classique de la loi naturelle permet elle de surmonter l individualisme Pour répondre à cette question nous considérerons d abord la doctrine élaborée par saint Thomas en ce qui concerne la loi naturelle et nous verrons ensuite que deux interprétations de cette loi sont possibles l une que je nommerai philosophique et l autre que je nommerai biblique J exposerai les raisons qui indépendamment de la question des droits de l homme me font préférer la seconde à la première Je montrerai pourquoi de mon point de vue cette interprétation biblique permet mieux que l interprétation philosophique d exercer un discernement en ce qui concerne cette question des droits de l homme A La notion thomiste de loi naturelle Un approfondissement du concept de loi naturelle passe nécessairement par l étude de la pensée de saint Thomas d Aquin Rappelons d abord la définition donnée par le docteur commun Or parmi tous les êtres la créature raisonnable est soumise à la providence divine d une manière plus excellente par le fait qu elle participe elle même de cette providence en pourvoyant à soi même et aux autres En cette créature il y a donc une participation de la raison éternelle selon laquelle elle possède une inclination naturelle au mode d agir et à la fin qui sont requis C est une telle participation de la loi éternelle qui dans la créature raisonnable est appelée loi naturelle Aussi quand le Psaume Ps 4 6 disait Offrez un sacrifice de justice il ajoutait comme pour ceux qui demandaient quelles sont ces oeuvres de justice Beaucoup disent qui nous montrera le bien et il leur donnait cette réponse Seigneur nous avons la lumière de ta face imprimée en nous c est à dire que la lumière de notre raison naturelle nous faisant discerner ce qui est bien et ce qui est mal n est rien d autre qu une impression en nous de la lumière divine Il est donc évident que la loi naturelle n est pas autre chose qu une participation de la loi éternelle dans la créature raisonnable 8 Cette définition théologique est complétée par une étude du contenu de cette loi qui reprend la doctrine cicéronienne des inclinations naturelles de l homme 9 Nous dirons que saint Thomas nous donne alors une approche philosophique de cette loi Dans quelle mesure et sous quelle forme la doctrine thomiste relative à la loi naturelle fait elle partie de l enseignement ordinaire de l Église catholique Dans son encyclique Veritatis Splendor Jean Paul II déclarait que L Église s est souvent référée à la doctrine thomiste de la loi naturelle l intégrant dans son enseignement moral 10 Cependant la référence à la définition de la loi naturelle donnée dans la Somme Théologique n est pas aussi nette dans le Catéchisme de l Église catholique On sait que les rédacteurs de ce document ont eu le souci d exprimer la foi commune de l Église sans prendre parti pour telle ou telle école théologique Il est simplement dit que La loi naturelle exprime le sens moral originel qui permet à l homme de discerner par la raison ce que sont le bien et le mal la vérité et le mensonge 11 Certes le Catéchisme cite un texte de saint Thomas tiré non pas de la Somme mais de l opuscule Sur les deux préceptes de la charité et les dix préceptes de la loi où saint Thomas déclare La loi naturelle n est rien d autre que la lumière de l intelligence mise en nous par Dieu par elle nous connaissons ce qu il faut faire et ce qu il faut éviter Cette lumière ou cette loi Dieu l a donnée à la création 12 L approche donnée par l opuscule présente cette particularité de situer la loi naturelle dans l histoire du salut De ce point de vue on pourrait dire que la loi naturelle s identifie avec ce que dans un ouvrage précédent j ai nommé loi adamique 13 Assurément pour saint Thomas il y a équivalence entre cette approche biblique et l approche philosophique Mais pour nous qui lisons les textes avec le recul du temps une telle équivalence a disparu L approche biblique permet de mieux comprendre la difficulté que nous avons à la connaître En effet à supposer que la lumière naturelle de la raison ne soit pas obscurcie par le péché il reste que l homme tel que nous le connaissons est marqué par le péché Pour connaître convenablement la loi naturelle nous devrions donc essayer de concevoir ce que serait l homme s il n était pas pécheur et cela n est guère possible sans la révélation biblique Comme le souligne le Catéchisme Les préceptes de la loi naturelle ne sont pas perçus par tous d une manière claire et immédiate Dans la situation actuelle la grâce et la révélation sont nécessaires à l homme pécheur pour que les vérités religieuses et morales puissent être connues de tous et sans difficulté avec une ferme certitude et sans mélange d erreur Pie XII Humani generis DS 3876 14 Il est donc vrai que l Église fait sienne la doctrine thomiste de la loi naturelle mais il est vrai qu entre les deux approches biblique et philosophique elle ne tranche pas et semble plutôt incliner vers l approche biblique B Pourquoi l approche biblique semble préférable à l approche philosophique La supériorité de l approche biblique de la loi naturelle sur l approche philosophique est particulièrement nette en ce qui concerne la sexualité Au lieu de s appuyer sur les textes de la Genèse pour montrer la grandeur du couple humain créé non comme une espèce animale mais à l image de Dieu saint Thomas se contente d une compréhension très biologique de la sexualité J ai déjà eu l occasion de montrer les limites de la théologie morale de saint Thomas sur cette question 15 Mais sur ce point saint Thomas pense en pleine cohérence avec l approche philosophique privilégiée dans la Somme Théologique davantage d ailleurs en dépendance de Cicéron 16 que d Aristote Mais parce que le bien a raison de fin et le mal raison du contraire il s ensuit que l esprit humain saisit comme des biens et par suite comme dignes d être réalisées toutes les choses auxquelles l homme se sent porté naturellement en revanche il envisage comme des maux à éviter les choses opposées aux précédentes C est selon l ordre même des inclinations naturelles que se prend l ordre des préceptes de la loi naturelle Il y a dans l homme une inclination à rechercher certains biens plus spéciaux conformes à la nature qui lui est commune avec les autres animaux Ainsi appartient à la loi naturelle ce que la nature enseigne à tous les animaux par exemple l union du mâle et de la femelle le soin des petits etc 17 Or le sentiment qui domine de nos jours est l insatisfaction vis à vis d une anthropologie sexuelle aussi pauvre Ce n est pas un hasard si dans ses catéchèses relatives à la théologie du corps Jean Paul II est parti d une lecture approfondie des trois premiers chapitres de la Genèse En ce qui concerne la question de la vie en société une remarque semblable pourrait être faite Certes dans la Somme Théologique Thomas n ignore pas l approche biblique de loi naturelle en particulier en ce qui concerne la possession des biens de la terre Il montre à partir de Gn 1 26 que l homme a reçu une domination naturelle sur les choses extérieures Ce qui lui permet de souligner que selon le droit naturel les choses sont communes à tous les hommes et que la gestion est attribuée aux particuliers selon le droit positif 18 Mais en dehors de cette question il faut bien reconnaître que saint Thomas reste tributaire de la pensée morale et politique des philosophes Cela est manifeste en ce qui concerne l esclavage et la question du pouvoir politique Pourtant la révélation biblique aurait pu apporter sur ces deux questions une importante remise en cause Pour Aristote la relation du maître et de l esclave est tout aussi naturelle que la relation de l homme et de la femme Or nous l avons déjà signalé dans une perspective de foi l esclavage est une conséquence du péché alors que le couple homme femme est voulu par Dieu avant le péché En ce qui concerne le pouvoir politique un discernement comparable aurait pu être proposé Il n est pas nécessaire de penser que l organisation de la vie commune sous l autorité d un responsable soit une conséquence du péché Bien au contraire la diversité des compétences des uns et des autres et la diversité des communautés en fonction de leur enracinement semblent correspondre à la volonté du Créateur Le fait que ces communautés aient besoin d une autorité pour assurer la coopération des personnes et la coordination avec les communautés voisines correspond à l intention du Créateur qui a confié la terre à l humanité prise comme un tout En revanche le pouvoir de contraindre et de châtier est devenu nécessaire en raison du péché Et la détermination des procédures pénales et du barême des châtiments relève essentiellement d une convention Toutes ces remarques nous conduisent à penser que la doctrine cicéronienne des inclinations naturelles n est peut être pas la meilleure approche de la loi naturelle C Loi naturelle et individualisme Nous pouvons aller plus loin dans l analyse Il faut bien reconnaître qu à y regarder de près l inclination à la vie en société décrite par Cicéron n est pas totalement exempte d un certain individualisme 19 au sens précisé plus haut Car Cicéron conçoit cette inclination comme inscrite dans le cœur de l individu En revanche la loi adamique apparaît comme une parole adressée au couple humain et à travers lui à la communauté humaine lui confiant la terre à peupler et à gouverner L approche biblique de la loi naturelle comme parole de Dieu adressée à l humanité considérée concrètement et dans son universalité permet donc une critique de l individualisme beaucoup plus ferme que l approche philosophique Pour de nouvelles perspectives Les modernes déclarations des droits de l homme ont développé avec force l aspiration de tout homme à être reconnu et respecté dans ses droits fondamentaux et souligné l exigence éthique correspondante Une telle exigence n épuise pas le contenu de la loi naturelle L erreur serait de présenter au nom de cette loi un ensemble de règles qui viendraient se rajouter à l exigence éthique que nous venons d évoquer et qui introduirait ainsi une limite supplémentaire à la liberté Ce serait simplement réinterpréter cette loi dans le cadre de l individualisme et passer à côté de ce que la théologie thomiste suggérait quand elle évoquait à propos de cette loi une inclination naturelle au mode d agir et à la fin qui sont requis Il convient plutôt de reprendre cette idée en développant un point qui chez saint Thomas demeurait dans l ombre le caractère essentiellement communautaire de cette loi Il s agit d un dynamisme spirituel donné à la communauté humaine et par cette communauté à chacun de nous C est par cette loi que cette communauté est instituée que la dignité et la liberté de chacun de ses membres est fondée Certes les communautés historiques marquées par le péché peuvent mutiler les libertés tout en les éveillant Et la qualité des communautés et de leurs lois peut sans doute être évaluée en fonction de la qualité de la liberté qu elles rendent possible Mais quelles que soient ces communautés et leurs lois il apparaît que la liberté individuelle n est jamais première Elle doit être perçue comme capacité d initiative dans le cadre d une communauté qui lui préexiste Elle ne s oppose nullement à la vie en communauté et au fait que cette communauté soit régie par des lois et unie autour d une certaine finalité Au contraire c est au sein d une telle communauté que les initiatives peuvent surgir et coopérer Dans cette perspective l élément fondateur de l humanité de l homme n est pas la liberté individuelle mais le dynamisme spirituel constitutif de l humanité dans son ensemble La loi naturelle n est rien d autre que ce dynamisme d où dérivent les communautés particulières et la liberté de chacun de ses membres Il est certain que le mystère de la liberté humaine comme capacité d initiative dans le bien susceptible de coopération avec la liberté divine et la liberté d autrui ne peut être dégagé dans toute sa clarté que si l on envisage l humanité telle que Dieu l a créée et la destinée bienheureuse à laquelle elle est appelée Toutefois cette humanité est pour une part connaissable indépendamment de la Révélation biblique N étant pas totalement corrompue par le péché des origines elle ne se dérobe pas complètement à notre intelligence La raison humaine peut dans une certaine mesure percevoir certains aspects de la loi naturelle sous forme d un appel adressé à l humanité Appel à travailler la terre pour en partager les fruits entre tous Appel à se propager dans un cadre familial et à transmettre aux générations futures une terre habitable Appel à organiser la vie en communauté pour permettre à chacun d y jouer un rôle et d être reconnu dans sa dignité Appel à vivre dans la paix et l amitié Appel à chercher la vérité en particulier en ce qui concerne Dieu En conclusion reconnaissons que les philosophies morales modernes et en particulier celles qui se réfèrent aux droits de l homme invitent la théologie morale à réexaminer de façon sérieuse le concept de loi naturelle et son contenu Ce réexamen doit conduire à un approfondissement et non à un abandon Il serait illusoire de vouloir bloquer cette théologie au XIIIe siècle et de prétendre servir la mission de l Église en suivant saint Thomas d Aquin dans les moindres détails de son enseignement Mais il serait néfaste d abandonner les grandes orientations de sa pensée et en particulier cette idée de loi naturelle comprise comme le dynamisme spirituel inscrit dans l homme en tant que créé à l image de Dieu et qui subsiste même après le péché Nous devons mobiliser toute notre intelligence pour découvrir ce dynamisme

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-Loi-naturelle-et-les-droits-de (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 120-121 (juillet-octobre 2007) : Les cinquante ans de Résurrection : Pouvoir transmettre la foi chrétienne aujourd'hui - Revue Résurrection
    aux transformations pratiques de l existence Si bien que d une certaine façon nous ne nous trouvons plus devant une compétition entre des conceptions de l homme mais davantage devant une confrontation avec des idéologies pour lesquelles le concept d humanité lui même devient problématique Il n est pour s en convaincre que d être attentif aux débats et aux propos qui sont insidieusement tenus régulièrement sur les questions touchant aux frontières des espèces sur les courants culturels qui ont tendance à parler des espèces animales en termes de comportements humains et à effacer doucement mais progressivement l idée que l être humain est une créature tout à fait singulière dans l univers Cette évolution s est accompagnée très naturellement si l on peut dire dans un univers universitaire d une déstructuration du travail universitaire lui même dans la manière de se confronter au texte La déstructuration du texte est toujours un signe éloquent de la déstructuration de la réalité Or les courants qui ont développé cette vision déstructurée des textes s ajoutent à la déstructuration de la compréhension de l homme pour produire une culture dans laquelle les repères n ont plus de points d appui identifiables Peut être la lecture que je vous propose est elle excessivement pessimiste sur beaucoup de points elle pourrait être critiquée et corrigée mais il me semble qu elle exprime en tout cas un élément réel de la toile de fond sur laquelle l Église a évolué pendant cette période Il ne faut donc pas s étonner qu un certain nombre d éléments de l univers intellectuel de l Église dans sa compréhension d elle même et dans sa compréhension du monde qu il s agisse de la lecture philosophique de la lecture théologique ou de l interprétation biblique que cet univers ait subi les effets de la déstructuration philosophique à laquelle je viens de faire allusion Si nous déplorons si nous avons déploré un certain égarement dans la réflexion théologique à certains moments il ne faut pas dissocier cet égarement de l égarement intellectuel plus général qui lui était contemporain et qui en était pour une large part le répondant intellectuel La réponse de Vatican II Dans cette fresque il faut que nous revenions à l acte particulièrement significatif qu a été le Concile Vatican II Il est particulièrement significatif à plusieurs points de vue par rapport aux propos que je vous tiens Le premier point de vue c est la prise de conscience que l Église peut et doit dire quelque chose sur l homme dans l humanité telle qu elle est La prise de conscience qu elle a dans son expérience et sa vitalité des ressources nécessaires et utiles qu elle doit essayer de partager avec l humanité Le deuxième aspect qui me paraît important c est la prise de conscience que l effet de bousculade ou l effet d effondrement que j ai évoqués tout à l heure n avaient pas épargné la tradition sociale de l Église sinon sa tradition spirituelle et sa tradition dogmatique et qu elle avait besoin comme le reste de la société de redéfinir un certain nombre d éléments de sa position dans le monde Et le troisième élément qui est moins connu ou moins perçu et en tout cas moins exprimé c est que le Concile a été dans les années 60 une formidable occasion d investissement et de fécondation théologique non seulement en raison de la mobilisation des plus grands théologiens de l époque pour le travail conciliaire mais encore par leur concentration géographique sur la ville de Rome la possibilité qu ils ont eu de travailler ensemble et d opérer une sorte de séminaire informel sur beaucoup de questions à partir des expériences universitaires qu ils menaient chacun dans leur pays respectif Il serait évidemment un peu oiseux et difficile de dresser une liste mais nous avons tous un certain nombre de noms en mémoire parmi les plus célèbres de Lubac Daniélou Bouyer Congar Balthasar Ratzinger et tant d autres Tous ces gens dans la force de leur production universitaire se sont retrouvés dans une espèce de colloque confidentiel puisqu ils n avaient pas de titre à s exprimer mais intensif Ils ont eu l opportunité de confronter leur expérience leurs travaux leurs réflexions leurs perspectives sur l avenir de l Église et de fournir pour les débats conciliaires et l élaboration des textes qui s en sont suivis des matériaux que nous n avons pas encore fini de mettre à jour et d exploiter Si j en viens maintenant à la revue Résurrection je voudrais souligner une espèce d acte de foi non pas de foi théologale mais de foi humaine que pour la simplicité du débat nous allons attribuer à Mgr Charles s il y a d autres candidats pour réclamer la paternité ils pourront toujours se faire connaître par des articles dans la revue Cet acte de foi c est la certitude que l intelligence humaine doit être investie dans l expérience chrétienne et dans la confrontation du chrétien à l univers qui l entoure Cette conviction de fond non seulement n était pas universellement partagée tant s en faut puisque pour un certain nombre la théorie qui animait leur zèle apostolique était plutôt d échapper à un débat théologique stérile pour se mettre d accord sur des actions pratiques sociales politiques La coopération pratique permettait de faire progresser une certaine vision de l homme mais elle se payait pour fonctionner de la mise entre parenthèses d un certain nombre d éléments de la conception de l homme en question Dans ce contexte le projet d inviter des intellectuels chrétiens universitaires professeurs étudiants non pas simplement à développer une production spécialisée pour un public choisi mais à prendre le risque d entrer dans la confrontation d idées avec le monde qui nous entoure relevait de l acte de foi Cet acte de foi a eu des effets tout à fait importants Le premier effet me semble avoir été

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Pouvoir-transmettre-la-foi (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 120-121 (juillet-octobre 2007) : Les cinquante ans de Résurrection : Il n'est pas ici, il est ressuscité. (Benoît XVI) - Revue Résurrection
    de tendre attention à l humanité de Jésus et de profonde méditation théologique sur l événement de la Résurrection Dans la courte méditation du Vendredi Saint nous pouvons lire La Via Crucis est la voie de la miséricorde et de la miséricorde qui pose une limite au mal c est ce que nous avons appris du pape Jean Paul II p 44 et dans l homélie de la Vigile pascale La résurrection du Christ est si nous pouvons pour une fois utiliser le langage de l évolution la plus grande mutation le saut absolument décisif dans une dimension totalement nouvelle qui soit jamais advenue dans la longue histoire de la vie et de ses développements un saut d un ordre complètement nouveau qui nous concerne et concerne toute l histoire p 50 On peut citer encore le long développement sur la métaphore de la main p 28 32 qui anime la belle méditation sur le Jeudi Saint homélie de la messe chrismale célébrée en Italie le matin de ce jour Cet organe de notre corps y apparaît à la fois comme l instrument de la puissance divine qui saisit le prêtre dans l ordination rites de l imposition des mains et de l onction des mains et le signe de la solidarité aimante du Seigneur vis à vis de ceux qu il envoie Fixons à nouveau notre regard vers Lui et tendons les mains vers Lui Laissons nous prendre par sa main et nous ne coulerons pas mais nous servirons la vie qui est plus forte que la mort et l amour qui est plus fort que la haine L une de mes prières préférées est la prière que la liturgie pose sur nos lèvres avant la communion Ne permets pas que je sois séparé de Toi Nous demandons de

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Il-n-est-pas-ici-il-est-ressuscite (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 120-121 (juillet-octobre 2007) : Les cinquante ans de Résurrection : Écrivains catholiques de 1870 à 1914. (Bernard Bonnejean) - Revue Résurrection
    trajectoires person nelles On part de l origine le milieu et l enfance des poètes Ensuite on envisage l entrée de la France dans la phase moderne de la laïcité Cette enquête permet d aborder ce qu on a appelé le renouveau catholique en germe dès l après 1870 L infor mation est claire abondante enrichie de références à des archives intéressantes parfois émouvantes l auteur a pris soin de lire articles et livres de l époque Le milieu est ainsi souvent rendu de façon efficace Malgré la variété des itinéraires et des talents des spiritualités des choix politiques l information est précise nuancée On peut donc rencontrer des écrivains oubliés étudiés à côté de leurs contemporains passés à la postérité L histoire littéraire a beaucoup à gagner à cet intérêt pour les auteurs mineurs Mais étant donnée l ampleur de la matière une synthèse de 350 pages environ dont un quart au moins est constitué d une longue chronologie ne pouvait répondre intégralement à la question posée et faire place à toutes les œuvres déterminantes de cette époque Le parcours reste parfois trop rapide sur tel ou tel auteur mais les choix s expliquent selon les inflexions de leur itinéraire et les besoins du chapitre L impression d éclate ment peut cependant l emporter En effet les synthèses historiques et les petites monographies semblent parfois juxtaposées Les éléments biographiques essentiel pour comprendre un auteur comme le rappelle Bernard Bonnejean ne débouchent pas forcément sur une interprétation d ensemble Des questions importantes auraient pourtant pu être traitées ou esquissées Il aurait par exemple été intéressant de relier la sensibilité de sainte Thérèse dont l auteur est un grand spécialiste à la renaissance d un esprit d enfance dans les lettres à une recherche de simplicité en poésie chez Jammes Péguy

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Ecrivains-catholiques-de-1870-a (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 120-121 (juillet-octobre 2007) : Les cinquante ans de Résurrection : Latin or not latin : comment dire la messe. (Guillaume Tabard) - Revue Résurrection
    charité mais donne au contraire des raisons d espérer Le premier chapitre fait l historique de la réforme liturgique qui a suivi le Concile de Vatican II l abandon du latin au profit des langues couramment parlées n en est qu un élément particulièrement manifeste et des déchirements puis de la rupture qui ont accompagné la mise en œuvre de la réforme de 1967 à 1988 Les chapitres suivants procèdent à une analyse de fond des causes et manifestations de la rupture puis des essais de solution l auteur étudie d abord la restauration de Vatican II le mot de restauration est celui qui figure dans la Constitution conciliaire Sacrosanctum conci lium 4 déc 1963 à la place de celui de réforme que nous attendrions puis il aborde en deux chapitres les griefs principaux faits à la réforme Missel de saint Pie V missel de Paul VI La réforme trahie avant de présenter la situation actuelle et les entreprises de Benoît XVI sur ces questions liturgiques La publication par Benoît XVI d un Motu Proprio qui facilite la célébration de la liturgie selon les normes anciennes aurait certainement trouvé à cet endroit une place d honneur dans ce petit livre paru au printemps comme une étape vers la réconciliation attendue et souhaitée Un chapitre de conclusion fournit cinq pistes pour cheminer vers une solution durable de la crise Il peut être intéressant de les citer ici Vouloir vraiment la récon ciliation Du bon usage de la diversité Poursuivre la réflexion Oser le pardon La solution L évangélisation A lire ces pages on verra qu il ne s agit pas seulement de bons sentiments mais de propositions concrètes et parfois audacieuses groupes de travail traditionalistes conciliaires formation des clercs et des laïcs à la liturgie repentance de l Église à propos

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Latin-or-not-latin-comment-dire-la (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 119 (mai-juin 2007) : Jugés sur l'amour : Éditorial - Revue Résurrection
    Nous serons jugés sur notre désir d imiter Celui qui est l Amour sur nos efforts pour nous conformer au Fils de l homme et non pas sur une vague sentimentalité pleine de bonnes intentions dont la sagesse populaire sait qu elles pavent bien des enfers Révisons donc en premier lieu nos clichés sur l amour Celui que nous fait entrevoir le Christ lors de sa vie terrestre n est il pas radicalement différent de l amour irrationnel fatal et incoercible qui a été évoqué qu début de cet article Les Évangiles nous montrent en Jésus un homme souverainement libre et maître de lui étranger aux passions auxquelles on associe généralement la notion païenne d amour Et jamais les théologiens n ont discuté davantage de la question de la liberté et de la volonté du Christ qu à propos de son acte d amour suprême lorsqu il accepte sa passion à Gethsémani La longue querelle des deux volontés du Christ ne porte pas sur un point de détail dans le développement du dogme chrétien elle relève au contraire d un aspect réellement fondamental de notre foi à savoir la coïncidence en Jésus de la plénitude de l amour avec l exercice pleinement libre et conscient de sa volonté humaine et divine Dans le Christ l amour est libre et rend libre 3 Il devient par une extraordinaire inversion de perspective l antithèse de ce sentiment incontrôlable qui a tant effrayé et fasciné les civilisations païennes Non pas que cet amour doive être entièrement expurgé d une certaine forme de folie que saint Paul a si bien évoquée dans la première Epître aux Corinthiens 4 La folie de l amour dans une perspective chrétienne est bien démesurée comme l écrivait saint Augustin mais cette folie est celle du don total de la remise complète du Fils dans les mains du Père cet anéantissement apparent qui est la condition même de la vie de la liberté et du salut du monde D autre part l amour ne saurait demeurer à l état de pure intentionnalité Saint Jean et saint Jacques nous mettent soigneusement en garde contre une certaine forme d amour purement abstrait qui se passerait de réalisations visibles ou au moins d une certaine sortie de soi Si quelqu un dit J aime Dieu et qu il déteste son frère c est un menteur 5 Il convient ici de redécouvrir certaines intuitions de l Ancien Testament en matière de respect de la Loi et des commandements à condition de les comprendre non pas comme un ensemble de règles à suivre de manière mécanique voire superstitieuse mais comme un moyen à la fois très humble et très efficace de réaliser d incarner en ce mode la réponse de l homme à son Sauveur Et lorsqu on relit attentivement les Évangiles on remarque que Jésus associe sa prédication à des actes qui traduisent son infinie compassion pour la misère humaine Les miracles sont certes des signes de l avènement du Royaume des cieux

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Editorial,125 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 119 (mai-juin 2007) : Jugés sur l'amour : Texte de méditation - Revue Résurrection
    2007 Jugés sur l amour Texte de méditation Benoît XVI Page réservée Cette page est à accès restreint Identifiants personnels Login identifiant de connexion au site mot de passe oublié Imprimer cette page Retour à l accueil Revue Résurrection 68

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Texte-de-meditation (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 119 (mai-juin 2007) : Jugés sur l'amour : Chronique sémantique : la fidélité - Revue Résurrection
    avec lui avec lui nous vivrons Si nous tenons ferme avec lui nous régnerons Si nous le renierons lui aussi nous reniera Si nous sommes infidèles lui reste fidèle car il ne peut se renier lui même 2 Tm 1 11 13 On le voit la fidélité parce qu elle conduit l homme vers de hauts sommets n est pas facile à vivre Nous pouvons montrer d abord ce qui fait obstacle à sa pratique puis ce qui la favorise au contraire Certainement l antithèse évidente de la fidélité c est le papillonnage qu on nommerait plus justement la versatilité aucune attitude humaine ne mériterait d être vécue dans la continuité tout doit changer s adapter aux goûts de la mode à l humeur du moment la créativité permanente serait le chemin de l épanouissement de soi du progrès de l humanité du bonheur des hommes Il s agit là d une idéologie qui pourrait revendiquer de façon détournée le mot du philosophe grec Héraclite panta rhei tout s écoule mais surtout c est un modèle de comportement qui imprègne fortement la culture occidentale contemporaine et fait vivre à 300 à l heure par l utilisation intensive des médias modernes sans laisser de place à la pause au silence ou à la réflexion Au contraire une juste prise de distance par rapport à cette course éperdue des moments choisis de repos favorisent la réflexion et rendent possibles des décisions mûries Cette prise en compte du temps dans nos vies est une des conditions de la fidélité Mais il y en a une autre tenir un engagement suppose de prendre en considération également le bien de la personne envers qui l on s engage de façon différente bien sûr selon l importance de l engagement mais toujours dans un souci de

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Chronique-semantique-la-fidelite (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •