archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : Le métier de pape - Revue Résurrection
    Sois sans crainte désormais ce sont des hommes que tu prendras Lc 5 1 11 Aujourd hui encore l Église et les successeurs des Apôtres sont invités à prendre le large sur l océan de l histoire et à jeter les filets pour conquérir les hommes au Christ à Dieu au Christ à la vraie vie Les Pères ont aussi dédié un commentaire très particulier à cette tâche singulière Ils disent ceci pour le poisson créé pour l eau être sorti de l eau entraîne la mort Il est soustrait à son élément vital pour servir de nourriture à l homme Mais dans la mission du pêcheur d hommes c est le contraire qui survient Nous les hommes nous vivons aliénés dans les eaux salées de la souffrance et de la mort dans un océan d obscurité sans lumière Le filet de l Évangile nous tire hors des eaux de la mort et nous introduit dans la splendeur de la lumière de Dieu dans la vraie vie Il en va ainsi dans la mission de pêcheur d hommes à la suite du Christ il faut tirer les hommes hors de l océan salé de toutes les aliénations vers la terre de la vie vers la lumière de Dieu Il en va ainsi nous existons pour montrer Dieu aux hommes Seulement là où l on voit Dieu commence véritablement la vie Seulement lorsque nous rencontrons dans le Christ le Dieu vivant nous connaissons ce qu est la vie Nous ne sommes pas le produit accidentel et dépourvu de sens de l évolution Chacun de nous est le fruit d une pensée de Dieu Chacun de nous est voulu chacun est aimé chacun est nécessaire Il n y a rien de plus beau que d être rejoints surpris par l Évangile par

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-metier-de-pape (2016-02-09)
    Open archived version from archive


  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : Ministère épiscopal et ministère pétrinien - Revue Résurrection
    cette charge confiée aux successeurs des apôtres est une charge permanente Tout comme les apôtres ces successeurs que sont les évêques ne sont pas des individualités La charge qui leur est confiée est collective Elle comporte certes des fonctions individuelles dans leur ministère quotidien qui s exerce au sein d une église particulière mais même dans ces activités particulières leur fonction engage toute l Église tout le ministère épiscopal C est pour cette raison que le concile Vatican II a introduit le terme de collège épiscopal Le collège épiscopal Cette notion de collège a été introduite dans la constitution Lumen Gentium malgré certaines réticences En effet ce terme existait dans le langage juridique il désignait un ensemble de personnes égales en droit mais n agissant qu ensemble à la manière d une personne morale Il est bien évident que la collégialité dans l Église ne pouvait pas avoir cette signification trop restrictive C est ce qu exprime bien l un des meilleurs observateurs catholiques du Concile Tous les évêques quelles que soient leurs responsabilités propres ont une fonction qui est foncièrement la même et tous ils la possèdent en principe dans sa plénitude Il n en reste pas moins que chacun l exerce habituellement dans un domaine défini qui lui revient d une façon exclusive quoique toujours en coopération avec ses collègues et que l un d eux le Pape en plus de ce domaine particulier a la responsabilité également particulière de l unité de l ensemble à laquelle tous cependant ont à coopérer également pour leur part 6 C est donc en tenant compte de ces remarques importantes qu il faut lire le paragraphe de la constitution Lumen Gentium consacré au parallèle qui existe entre le collège apostolique et le collège épiscopal C est par une semblable disposition que saint Pierre et les autres Apôtres constituent par ordre du Seigneur un seul Collège apostolique et que le Pontife romain successeur de Pierre et les évêques successeurs des Apôtres sont unis entre eux Déjà la règle très ancienne selon laquelle les évêques du monde entier communiaient entre eux et avec l Évêque de Rome dans le lien de l unité de la charité et de la paix et aussi les conciles rassemblés pour statuer en commun après mûre délibération sur certains points de grande importance indiquent le caractère et la nature collégiale de l ordre épiscopal que d ailleurs les Conciles œcuméniques réunis au cours des siècles confirment jusqu à l évidence C est ce même caractère que révèle déjà l usage introduit très tôt de convoquer plusieurs évêques pour les faire participer à l élévation du nouvel élu au ministère du sacerdoce suprême On est constitué membre du Corps épiscopal en vertu de la consécration sacramentelle et par la communion hiérarchique avec le Chef du Collège et avec les membres 7 Le successeur de Pierre Lorsque le Christ a institué les Douze Pierre est à la fois membre des Douze et chef de ce collège apostolique Les promesses de

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Ministere-episcopal-et-ministere (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : L'infaillibilité du pape à partir des réflexions de Dom Guéranger - Revue Résurrection
    fondant dans la communion ecclésiale le principe d infaillibilité le collège épiscopal n a d autorité que si on l entend comme uni au Pontife romain successeur de Pierre et sans préjudice pour le pouvoir de ce primat qui s étend à tous pasteurs ou fidèles En effet le pontife romain a sur l Église en vertu de sa charge de vicaire du Christ et de Pasteur de toutes les Églises un pouvoir plénier suprême et universel qu il peut toujours exercer librement 10 Cette communion de tous les membres de l Église est essentielle Soulignons que lors des discussions préparatoires à la constitution sur l infaillibilité la minorité opposée aux infaillibilistes n acceptait pas que le pape puisse seul trancher en matière de foi Elle admettait que ce pouvoir résidait dans le corps épiscopal uni au pape Le texte retenu souligne qu il n y a pas deux infaillibilités celle du pape et celle de l Église Le Pontife romain comme successeur de Pierre est le principe perpétuel et visible et le fondement de l unité qui lie entre eux soit les évêques soit la multitude des fidèles 11 L Église est le mystère de l amour éternel de Dieu communiqué par Jésus Christ dans l Esprit Saint Elle est un peuple une communauté spirituelle organisée en vue de cette communication Dans cette mesure c est seulement en traitant de l Église comme peuple de Dieu envisagé dans son ensemble et sans distinction de fonction que l on peut parler d infaillibilité de l Église avant de parler de celle du pape Cette infaillibilité est effectivement une propriété de l Église assistée du Saint Esprit qui s accomplit dans les organes dont son fondateur l a pourvue Les trois fonctions du Christ prêtre prophète et roi sont celles de tout baptisé La vocation prophétique s accomplit dans la participation à l infaillibilité L incapacité de se tromper dans la foi est un don surnaturel que Dieu fait à son Église On distingue deux exercices de cette infaillibilité in credendo pour ce qui est d accorder foi à ce qui est révélé par Dieu et in docendo qui est plus spécialement le fait du magistère Le fondement de cette infaillibilité est l unité la communion de tous les membres avec le pape vicaire du Christ pasteur de l Église successeur de celui à qui le Christ déclara Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église et les portes de l Enfer ne prévaudront pas sur elle Tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans le Ciel et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans le Ciel Mt 16 18 19 Pierre reçoit la mission d affermir ses frères dans la foi Lc 22 32 Les Apôtres reçoivent la mission de proclamer l Évangile inspirés par l Esprit Saint Jn 14 17 et 16 13 Actes 15 28 L Esprit Saint et nous mêmes avons jugé bon de Jésus a affirmé à ses disciples qu il resterait avec eux jusqu à la fin des temps Mt 28 20 12 Ainsi le pontife demeure t il le fondement de l unité de tous les fidèles et le représentant de l Église universelle avec tous Cette infaillibilité vient du Christ la Vérité et la Vie si l on n admet pas cette vérité déclarée par le Christ homme on n acceptera pas non plus celle que déclare l Église On ne peut comprendre l infaillibilité hors de ce mystère de communion dès le Concile de Vatican I en complément de la constitution sur l infaillibilité l assemblée des Pères aurait dû après l été 1870 travailler sur la collégialité Malheureusement le Concile fut suspendu à cause de la guerre franco prussienne Cette idée a été reprise et développée dans Lumen Gentium Vatican II apparaît ici comme le continuateur de Vatican I que les circonstances l invasion des États pontificaux ont empêché d achever l œuvre entreprise Conditions de l exercice de l infaillibilité Comment s exerce cette infaillibilité Dans la constitution Pastor Aeternus le Concile Vatican I affirme l indépendance du pape envers les conciles Les conditions de l exercice de cette infaillibilité sont trois Il faut d abord qu il se prononce en tant que pasteur de l Église Ensuite sa déclaration doit porter sur une matière de foi ou de mœurs à l adresse de l ensemble de l Église La foi et les mœurs sont traités en tant que relevant du magistère ce qui n est pas le cas de la discipline organisation liturgie droit canon Enfin il parle ex cathedra Que veut dire cette expression Il faut que le pape s exprime en des termes manifestant qu il veut formuler une vérité de façon définitive et irrévocable 13 L infaillibilité pontificale vient donc de la charge du pape qui a pour mission de confirmer ses frères dans la foi proclamant par un acte définitif un point de doctrine touchant la foi et les mœurs Lumen Gentium III 25 La transmission apostolique est première ce n est pas la personne privée du pape qui compte mais sa fonction de pasteur Et encore il n est pas infaillible en raison de cette fonction mais en raison de l assistance de Dieu Cette capacité ne se manifeste pas de manière absolue mais selon les trois conditions explicitées Lors des débats du Concile de Vatican I ce n est pas tant sur le principe de l infaillibilité que sur l opportunité de sa déclaration que les oppositions se manifestèrent Tous se montrèrent soucieux des conditions d application de cette capacité C est pourquoi est clairement affirmé au chapitre IV du schéma de la constitution un ensemble de conditions d exercice C est une forme d action du vicaire du Christ concernant les intérêts spirituels des chrétiens et non les affaires purement temporelles Il faut rappeler ici combien la papauté était confrontée à la diminution de son pouvoir En effet 1870 est aussi l

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/L-infaillibilite-du-pape-a-partir (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : Le pape prophète pour tous les chrétiens et pour tous les hommes - Revue Résurrection
    au VIIIème siècle assurer le pouvoir temporel de Rome pour affirmer son autorité à présent c est au contraire la limitation du pouvoir politique qui procure au Vatican une indépendance qui accroît sa puissance spirituelle Pie XI négociant les accords du Latran avec Mussolini fit en sorte que le pape n ait plus que la portion de territoire qui suffit comme support de la souveraineté cette portion de territoire sans laquelle elle ne pourrait pas subsister parce qu elle ne saurait pas où se poser 11 Les papes ont également cherché à construire l unité de la chrétienté qui manifeste dans le monde l unité de l Église Encore convient il de préciser dès l abord avec Charles Piétri qu on ne cherchera pas à décrire la montée de l autorité papale en y relevant le programme calculé d une conquête de pouvoir et d influence comme si le siège romain avait fait pour l unité de la catholicité ce que la Prusse réalisa concrètement pour forger le Reich allemand C est au travers des corsi e ricorsi des interventions de l évêque romain aussi bien que des sollicitations et des réactions des communautés provinciales en un jeu subtil des discours et des pratiques que s exprime la primauté romaine 12 Les croisades sont notamment l occasion de réunir la chrétienté séparée en différentes nations Puis à partir du XIIIème siècle se développe toute une diplomatie pontificale pour régler les rapports entre les nations Ainsi la papauté continue d accomplir ses missions les plus importantes même aux moments de dégradation morale ou dans des œuvres qui lui seront reprochées Enfin les papes recherchent un ordre temporel en adéquation avec le message du Christ L Église pour œuvrer à la paix instaure par exemple la trêve de Dieu A partir du XIXème siècle les papes multiplient les encycliques sociales comme Rerum novarum 1891 Pacem in terris 1963 Laborem exercens 1981 Centesimus annus 1991 Ce souci du monde temporel concerne lui aussi tous les hommes et non simplement les chrétiens Ainsi Paul VI annonce t il au début de son magistère La grande et universelle question de la paix dans le monde retiendra particulièrement non seulement Notre vigilante et cordiale attention mais aussi l intérêt le plus assidu et le plus efficace Notre mission chrétienne dans le monde est de rendre les hommes frères comme le demande précisément le règne de justice et de paix inauguré par la venue du Christ dans le monde 13 Mais la mission du pape ne s arrête pas à veiller à la paix c est tous les niveaux de la vie sociale qu il s agit d humaniser et de christianiser La vie chrétienne ne doit pas simplement s accommoder des manières de penser et d agir tant qu elles sont compatibles avec les impératifs essentiels de son programme religieux et moral elle doit de plus tâcher de les rejoindre de les purifier de les ennoblir de les animer et de les sanctifier 14 Si le pape est à la tête de l Église il ne réalise pas pour autant cet apostolat seul et il semble que n importe quel chrétien est capable d accomplir ces missions d autant plus que certains laïcs manifestent un profond souci de l apostolat et un réel enthousiasme pour l accomplir Il faut donc tâcher de comprendre la spécificité du ministère de Rome et comment il se réalise tout au long de l histoire au travers des différentes personnalités des papes Prophète de l unité Le pape tient au sein de l Église la place particulière d être celui autour duquel se réalise l unité C est en s appuyant sur l ensemble de l épiscopat mondial ainsi que sur le clergé les religieux et les laïcs que les papes assurent leur mission Ainsi les papes ne sont pas l Église mais en constituent le point central représentant pour chaque chrétien cette unité ou du moins la recherche d une telle unité La conscience qu a l Église du rôle qu elle joue dans la transmission de l évangile l amène à rechercher dans la papauté le lieu de la continuité apostolique Plus on s éloignait du temps des apôtres plus il apparut que la tradition ne pouvait être gardée par transmission intégrale et inchangée des témoignages antérieurs C est peu à peu que l Église devient consciente de ce qu elle donne forme elle même à la tradition de façon active La conscience croissante de l Église d être un sujet actif a rendu possible ce rôle nouveau primauté monarchique du pape 15 Aussi assurent ils l unité de l Église en maintenant la continuité apostolique indépendamment de leur personnalité Être le centre autour duquel se fait l unité de l Église n est pas seulement une fonction qui ne traduirait aucune dimension prophétique L unité de l Église n a en effet pas seulement un but pratique et administratif mais manifeste l œuvre de Dieu sur terre tous les hommes sont bien appelés à faire partie d un unique corps du Christ L unique Église du Christ est celle que notre Sauveur après sa Résurrection remit à Pierre pour qu il en soit le pasteur qu il lui confia à lui et aux autres apôtres pour la répandre et la diriger Cette Église constituée et organisée en ce monde comme une communauté subsiste dans l Église catholique gouvernée par le successeur de Pierre et les évêques en communion avec lui encore que hors de cet ensemble on trouve plusieurs éléments de sanctification et de vérité qui en tant que dons propres à l Église du Christ invitent à l unité catholique 16 La division des Églises ne peut s accorder avec l universalité du message du Christ qui annonce le salut de tous les hommes par son unique résurrection Cette division pourrait donner à penser que la foi est tout à fait relative qu elle est davantage une opinion personnelle ou sociologique qu un attachement à un Dieu

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-pape-prophete-pour-tous-les (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : Un orthodoxe catholique : Vladimir Soloviev - Revue Résurrection
    Christ Roi Le seul en effet à qui le Christ a remis un pouvoir c est Pierre C est pourquoi la soumission de l Église au pouvoir temporel est une aberration une trahison un renversement de la hiérarchie établie par le Christ lorsqu il a confié à son Apôtre le pouvoir des clefs C est l État qui doit dépendre de l Église parce que cette Église est fondée sur Pierre qui est le seul à avoir reçu un pouvoir C est parce que l Église dépend du chef qui lui a été donné chef qui garantit à la fois son indépendance et sa présence réelle au monde qu elle peut recevoir la soumission de l État C est parce qu elle a son centre en dehors de l État ou d une nation déterminée qu elle est l Église universelle Ce pouvoir garantit l unité et la centralité de l Église catholique Pour assurer à son œuvre l union qui donne la force Il a préposé à l ordre hiérarchique une institution unique et centrale absolument indivisible et indépendante possédant de son propre chef la plénitude des pouvoirs et des promesses Tu es Pierre et sur cette pierre j édifierai mon Église et les portes de l Enfer ne prévaudront pas contre elle 9 Pour Soloviev cette pierre de fondation est un terme de relation qui relie le ciel et la terre le Dieu invisible et la communauté visible le spirituel et le matériel De même que dans le Christ l union hypostatique du divin et de l humain se fait selon la formule du concile de Chalcédoine sans confusion ni séparation de même la société chrétienne qu est l Église réalise cette unité au niveau social et politique de l humain et du divin du naturel et du surnaturel Liberté ecclésiastique et universalité Le paradoxe de ce pouvoir papal tient à ce qu il conjugue du moins dans les premiers siècles de l Église auxquels Soloviev fait souvent référence le seul pouvoir que le Christ ait jamais donné sur terre avec une faiblesse matérielle et politique Le philosophe russe souligne ce contraste lors de la crise monothélite au VIIème siècle qui opposa Maxime le Confesseur et Martin V le pape de l époque à l empereur de Byzance son administration et une grande part des membres de son clergé L autorité morale qui dans ces circonstances a fait plier l empire le plus puissant d Europe l Église d Occident la tient de ce que Soloviev appelle la liberté ecclésiastique qui ne se confond pas avec la liberté religieuse Alors que celle ci se rapporte à la liberté de professer et de pratiquer ouvertement sa foi et ne peut être restreinte que par la voie de la puissance temporelle de l État la liberté ecclésiastique consiste pour l Église à demeurer entièrement indépendante du pouvoir temporel Si tel n est pas le cas si l Église est entièrement assujettie aux autorités séculières elle ne peut défendre sa doctrine que par les armes matérielles Soloviev donne à ce propos quelques exemples malheureux dans l histoire récente de l Église orthodoxe russe C est cette liberté ecclésiastique si chère à Soloviev qui confère à l Église d Occident organisée autour d une autorité centrale et personnelle une universalité bien réelle Elle lui permet de transcender les clivages et spécificités nationales et culturelles et de se manifester comme pouvoir international et indépendant Dans son admiration pour l institution du siège de saint Pierre Soloviev développe ce lien intrinsèque entre la liberté de l Église catholique et son universalité Seule l Église catholique romaine n est ni une Église nationale ni une Église d État ni une secte fondée par un homme C est la seule Église au monde qui conserve et affirme le principe de l unité sociale universelle contre l égoïsme des individus et le particularisme des nations c est la seule qui conserve et affirme la liberté du pouvoir spirituel contre l absolutisme de l État c est la seule en un mot contre laquelle les portes de l Enfer n ont point prévalu Sans idéaliser pour autant le fonctionnement de l Église de Rome l orthodoxe russe Soloviev y discerne une pleine universalité qui reflète et assume selon lui l aspiration de la communauté humaine à l unité Pierre à Césarée et l infaillibilité pontificale Mais Soloviev ne se contente pas d en appeler à la papauté pour sauvegarder l unité et l indépendance de l Église universelle Il admet et justifie le dogme catholique récemment énoncé à Vatican I de l infaillibilité pontificale et pour ce faire il se livre à un commentaire approfondi de la profession de foi de Pierre à Césarée Mt 16 13 23 Jésus met à l épreuve ses disciples en leur demandant au dire des gens qui est le Fils de l homme Les réponses multiples de la foule montrent d après Soloviev que ce qu il appelle le suffrage universel ne saurait permettre d accéder à la vérité Certes cela on le savait depuis Socrate mais le récit évangélique souligne la diversité et en général la fausseté des opinions humaines quand elles ne sont pas éclairées par l Esprit Saint D où la conclusion dérangeante et politiquement fort incorrecte du philosophe russe l Église du Christ ne peut être fondée sur la démocratie 10 Jésus pose ensuite la question à ses Apôtres collectivement Là Il ne récolte qu un grand silence personne ne répond de prime abord L ancêtre des Conciles le collège des Apôtres ne parvient pas à se décider ne risque aucune réponse Car comme le dit savoureusement Soloviev il faut que le concile soit concilié La réponse décisive juste et vraie ne peut venir que d un seul C est Pierre tout seul qui répond à Jésus comme en témoigne a posteriori l éloge du Christ à son disciple éloge purement individuel Pierre n est pas le porte parole des Apôtres il est celui qui dit la vérité

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Un-orthodoxe-catholique-Vladimir (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : Pie XII le Révélateur : réflexions autour d'une controverse - Revue Résurrection
    son J accuse pour demander la révision du procès du capitaine Alfred Dreyfus injustement condamné pour espionnage Le Manifeste des intellectuels le relaie L intellectuel naît alors c est à dire le savant ou le sage qui au nom de ses compétences universitaires ou artistiques intervient dans le débat politique pour défendre la cause du droit de la justice et la vérité Le prophétisme comme témoignage attestateur protestation éthique publique se rapproche de ce que l on comprend en parlant d intellectuel En dénonçant les maux contemporains Pie XI se rapprochait de l intellectuel quoi qu il se positionnât comme prophète La publication successive de Divini Redemptoris et de Mit brennender Sorge permettait de l interpréter selon le clivage dominant parmi les intellectuels anticommunisme antifascisme Il défendait aussi la paix proche ici du pacifisme munichois d une majorité d intellectuels Et sa dénonciation de l inélucatibilité de la guerre si les hommes ne changeaient pas se trouva confirmé avant sa mort par l invasion de la Pologne Bref il devenait intellectuel et prophète Bien que Pie XII fût connu comme Secrétaire d État de Pie XI la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide vont empêcher que le même processus se poursuive complètement pour lui En effet ces deux périodes voient se mobiliser très fortement les intellectuels en faveur d un camp ou d un autre La volonté de Pie XII de maintenir inéluctablement et quoi qu il lui en coutât en terme d image ou de conscience son impartialité son refus de choisir un camp expliquent qu il soit accusé d en favoriser un comme cela était arrivé à Benoît XV durant la Première Guerre mondiale ou à Pie XI lors des tensions franco allemandes des années 1922 1924 La propagande soviétique insiste en particulier sur son anticommunisme Pie XII ne fonctionne donc plus que comme prophète au sein du monde catholique Cependant son souci de paix est pris en compte lors de son décès Cependant ici aussi Jean XXIII supplante très vite Pie XII Leurs différences d apparence jouent profondément alors que se manifestent déjà les remises en cause des hiérarchies et des distinctions sociales notamment symboliques par exemple recul du vêtement comme marqueur social développement d une société du loisir et de la jeunesse De plus non seulement le magistère catholique change de ton dans ses encycliques avec Pacem in terris pour la première fois un pape s adresse aussi aux hommes de bonne volonté c est à dire aux non catholiques mais aussi d univers spirituel intellectuel et anthropologique avec Vatican II Cette remise en cause interne croise les contestations théoriques de l humanisme occidental Les Mots et les choses de Michel Foucault en 1966 Aussi le passé catholique perd il alors tout crédit Mais donnant le sentiment de se convertir à la modernité le prophétisme papal redevient audible La modernité entendant des propos qui pouvaient être rapprochés des siens intègre et en partie accepte un prophétisme papal se redéfinissant comme philanthropique L intervention de Paul VI à l ONU le 4 octobre 1965 avec sa ratification des buts de l organisation son positionnement comme représentant d une Église experte en humanité et son appel à la paix et contre la guerre en manifeste la ratification Le pape prophète philanthrope devient un des éléments normaux de la vie internationale Nuançons bien cependant La rencontre est partielle et ponctuelle Partielle d abord puisque la modernité n intègre le prophétisme papal philanthropique que dans la mesure où il produit un discours pouvant être rapproché de l affirmation du bonheur individuel et de la défense des droits de l homme notamment des droits sociaux et économiques à un moment où la question du développement et du Tiers Monde avec la décolonisation devient une question politique mobilisant les organisations internationales les États et les associations Ponctuel ensuite l accord se brise largement en 1968 De Pacem in terris à Humanæ vitæ il n y a que 5 ans En effet en refusant dans ce dernier texte la contraception spécialement chimique au nom d un absolu religieux Paul VI manifeste la néo intransigeance catholique la conscience demeure contrainte par le vrai qui peut être trouvé par la raison soutenue par la Révélation tout n est pas possible même au nom de l épanouissement de l homme surtout en son nom La rupture n est cependant pas complète Le discours social papal continue à être accueilli plutôt favorablement spécialement lorsqu il traite du développement ou des droits de l homme Le discours moral est par contre radicalement contesté Le prophétisme philanthropique de la modernité protester au nom des droits de l homme n est donc pas celui du catholicisme et tous deux diffèrent profondément du prophétisme apocalyptique Ainsi deux prophétismes en jugent un troisième antérieur alors qu ils n ont ni le même contenu ni les mêmes bases L absence d historicisation des notions favorise encore l opération II Le catholicisme dans la modernité Le Saint Siège Il y a contradiction entre un positionnement prophétique du pape et de l Église postulé par l abandon du rôle des mécanismes sociaux dans le développement de l emprise sociale catholique avec la valorisation de l action diplomatico humanitaire de Pie XII Cette contradiction est structurelle du catholicisme dans la modernité En effet le Vatican relève au sein de la modernité politique d une survivance de l Ancien Régime politique qui voyait les institutions religieuses posséder la souveraineté Cette position n a pas été maintenue sans difficultés Mais elle l a été dans un but précis garantir une permanence de l intransigeance par la pérennité de l institution Saint Siège portant le pape comme chef suprême et reconnu comme tel de l Église Le Saint Siège relève de la stratégie papale contre le monde moderne Sa fonction purement instrumentale revendiquée assure au chef catholique par la reconnaissance internationale dont l État de la Cité du Vatican fait l objet une possibilité de s exprimer en tant qu institution religieuse au sein même d une modernité

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Pie-XII-le-Revelateur-reflexions (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : La papauté dans le sillage de Vatican II : notes de lecture critique - Revue Résurrection
    plénitude de vie de n importe quelle communauté ecclésiale partout dans le monde p 255 A cette magnifique reconstruction de l unité concrète des Églises l énoncé de dix thèses ecclésiologiques en vue d une papauté œcuménique vient apporter une digne conclusion p 256 259 De cet énoncé qui reprend les conclusions d un ouvrage collectif paru en 1979 on retiendra quelques propositions sympathiques à un regard catholique La papauté n est pas à l heure actuelle un grand obstacle à la réalisation de la communion plénière des Églises et d autres qu il faudra décrypter car elles semblent plus lourdes de conséquences comme celle ci Un service pétrinien œcuménique ne peut se fonder théologiquement que si le discours ecclésiologique n est pas exclusivement christologique ou unilatéralement pneumatologique p 258 Après ces envolées qui semblent bien théoriques l évocation des objections orthodoxes au primat de juridiction de l évêque de Rome nous fait retomber sainement dans la réalité d un dialogue théologique qui porte sur ce qui en fin de compte différencie le pape des autres évêques Pour nos frères orthodoxes en effet tous les évêques ont part à la succession apostolique et la plénitude de l Église est présente dans l Église locale autour de l évêque célébrant l eucharistie Il n y a donc pas besoin d une primauté de juridiction de l un d eux Au milieu des Douze saint Pierre est le Prôtos le premier Sa primauté visiblement n est pas celle du pouvoir mais de l autorité Tous ceux qui imitent Pierre et sa profession héritent de la même promesse Tout particulièrement les évêques sont investis du charisme spécial de la proclamation de la vraie foi c est pourquoi ils sont ex officio représentants du ministère de Pierre Il n y a point de super évêque episcopus episcoporum 9 Le P Boeglin examine les réponses présentées par différents théologiens catholiques à cette objection On retiendra notamment celle du Cardinal Ratzinger qui explique la juridiction comme la conséquence ou le développement de la réalité sacramentelle La communion au Corps du Christ est une dans le monde entier car le Seigneur est un Dès lors l unité de chaque Église locale dépend du fait qu elle doit rester dans l unité de l Église universelle De même l évêque a pour mission de servir cette réalité d unité le pape est le point de référence obligatoire de l unité de la foi et de la communion L intérêt de la réflexion de J Ratzinger est de montrer en même temps la nécessité de l appartenance de chaque évêque au collège épiscopal et la finalité du ministère pétrinien le service de l unité de la foi et de la communion p 265 D autres apports de théologiens sont cités qui montrent que le ministère du pape n est pas une intervention surajoutée ou encore un pouvoir en concurrence avec les évêques mais comme une présence du dedans qui aide chaque évêque à être ce qu il doit être p 269 Le reste de la troisième partie et la quatrième traitent des formes qu a prises historiquement le ministère pontifical et de celle qu il pourrait être appelé à prendre pour jouer pleinement son rôle de serviteur de l unité Situation de l ouvrage dans le contexte actuel des relations entre les Églises L ouvrage du P Boeglin met l accent sur un problème fondamental de la théologie contemporaine qui mérite assurément d être discuté Avant d en venir là nous ferons cependant une remarque préliminaire Un tel ouvrage se situe bien dans la perspective de l invitation lancée par le pape Jean Paul II à propos du ministère d unité de l Évêque de Rome Je prie l Esprit Saint de nous donner sa lumière et d éclairer tous les pasteurs et théologiens de nos Églises afin que nous puissions chercher évidemment ensemble les formes dans lesquelles ce ministère pourra réaliser un service d amour reconnu par les uns et par les autres 10 Mais le successeur de Jean Paul II Benoît XVI a précisé récemment lors des Journées mondiales de la Jeunesse de Cologne On dit qu à présent après l éclaircissement relatif à la doctrine de la justification l élaboration des questions ecclésiologiques et des questions relatives au ministère serait l obstacle principal restant à surmonter En définitive cela est vrai mais je dois dire également que je n aime pas cette terminologie ni d un certain point de vue cette délimitation du problème puisqu il semble que nous devrions ensemble débattre des institutions plutôt que de la Parole de Dieu La question véritable est celle de la présence de la Parole dans le monde 11 De la confrontation de ces deux textes séparés par huit années on peut tirer deux indications nous semble t il D une part il faut garder présent à l esprit qu un tel travail de recherche théologique certes utile ne doit pas prétendre absorber toutes les forces de la réflexion sur la foi chrétienne sans être marginal il ne peut remplacer le labeur d approfondissement et de diffusion de l Évangile D autre part le théologien appartenant à l Église catholique qui entreprend cette réflexion sur les ministères ne doit pas s affranchir de l amour filial et du respect qui lie tout chrétien à Jésus Christ du fait de son baptême et tout catholique à l Église catholique dans la tradition qui l a constituée de ses origines à nos jours C est en ayant présent à l esprit ces deux orientations de travail que nous allons tenter d apprécier l importance du livre recensé Les qualités de l ouvrage présentation information finesse de l analyse Il convient d abord de reconnaître les éminentes qualités de l ouvrage Sur ce sujet difficile il présente une analyse accessible aux non spécialistes rédigée en un style clair avec emploi de l italique pour souligner des phrases particulièrement significatives qui résument la position de l auteur et que le lecteur pourra aisément mémoriser On lit ainsi On ne peut être en communion avec le pape seul car être relié à lui signifie nécessairement être catholique cela implique l union avec tous les évêques p 51 à propos de LG 21 Ou bien encore C est de ce fondement patristique que peut jaillir une ecclésiologie de communion p 61 La première partie présente un commentaire du texte conciliaire qui suit les paragraphes et pour cela elle reproduit au début de chaque chapitre le texte commenté selon une bonne méthode d exposition 1 Commentaire de LG 19 20 2 LG 21 etc Les citations abondantes données en notes sont accompagnées des références précises et complètes des ouvrages selon de bons principes scientifiques A ces qualités de présentation indéniables l ouvrage ajoute une information et une réflexion théologique riches les positions des observateurs protestants et orthodoxes du concile de Vatican II sont abondamment citées à côté des commentaires catholiques Les références à la tradition chrétienne en général ou catholique en particulier ne sont pas absentes Léon XIII n 1 p 30 Grégoire de Nazianze et Jean Chrysostome n 1 à 3 p 31 l Ambrosiaster contemporain de Jérôme n 4 ibid etc Pour l enrichissement de notre foi on appréciera surtout dans la première partie l analyse fine et équilibrée du texte de Lumen Gentium à la fois situé dans la continuité de Pastor aeternus de Vatican I et apportant en même temps des lumières nouvelles sur le ministère du successeur de Pierre dans sa relation avec celui des successeurs des Apôtres Ces éléments nouvellement mis en valeur semblent bien être un recentrage sur la théologie ne pas laisser le droit empiéter sur l appréhension de chaque ministère ni bloquer toute évolution des relations entre pape et évêques une référence plus marquée aux origines de l Église l affirmation d une complémentarité profonde entre les ministères épiscopaux et pontifical au service de l Évangile de Jésus Christ Dans la seconde partie on appréciera notamment l analyse du pouvoir des conférences épiscopales La réflexion théologique est ici appuyée sur une vision réaliste des choses plus que sur des considérations théoriques et idéologiques elle est mesurée et semble respectueuse des évolutions comme des textes De même l analyse de la notion d Églises sœurs p 203 219 expression employée pour la première fois par le patriarche Athénagoras en 1962 puis reprise par Paul VI à propos de l Église catholique et des Églises orthodoxes est solidement étayée sur la patristique et l exégèse du décret Unitatis redintegratio C est une contribution qui nous semble intéressante à la réflexion et à la pratique œcuménique envers nos frères orthodoxes précisément De même la troisième partie commence par un bel hymne au dialogue de la charité qui consonne avec tout le début de l encyclique Ut unum sint dans lequel le pape Jean Paul II appelait à la suite du Concile à abattre les murs de division et de défiance avoir un regard clair et apaisé dans la vérité 2 On appréciera aussi la discussion loyale des objections orthodoxes et la présentation des réponses catholiques pour essayer de dissiper les malentendus liés à la perception de la mission du pape par nos frères orthodoxes sans exclure les progrès que nous avons à faire pour affiner en lien avec le Saint Père la définition de cette mission C est là un effort considérable à faire actuellement comme cela a été souligné dans la présente revue Mais il nous restera à leur montrer avec toute notre foi la beauté du ministère pétrinien tel que l a compris la tradition catholique Le principe de l autorité d un seul le primat tel que nous l avons reçu est grâce de paternité possibilité d un authentique vis à vis où nos libertés loin d êtres soumises à une soumission passive sont convoquées pour une réponse en vérité Et si la fonction du Pape était justement d aider l Église à commencer par ses pairs les évêques chargés comme lui de la paternité à assumer cette richesse que nous a laissée le Christ possibilité pour des communautés grandes et petites d être contestées comme de l extérieur par une voix à la fois familière et imprévue miséricordieuse et exigeante qui les remet dans la vérité de l Évangile 12 Imprécisions et limites de l analyse de Lumen Gentium A côté de ces qualités éminentes le lecteur regrettera un nombre de défauts important Ainsi l ouvrage notamment dans la première partie comporte des imprécisions terminologiques l expression sacrement de l épiscopat est employée à plusieurs reprises Le pouvoir pastoral dans l Église se transmet par le sacrement de l épiscopat p 44 Or l expression ne se trouve pas dans les textes conciliaires qui parlent de consécration épiscopale et de sacrement de l ordre LG 21 Cette imprécision terminologique est grave car elle peut sous tendre l idée d un huitième sacrement le prêtre ordonné à l épiscopat recevrait un sacrement distinct de celui qu il a déjà reçu en recevant le sacerdoce ministériel Cette idée n est évidemment pas développée par l auteur mais elle contribue à accentuer la figure de l évêque à côté du prêtre et donc à réduire la spécificité du souverain pontife évêque parmi les évêques Le lecteur non spécialiste remarque aussi avec une certaine surprise qu en contraste avec la présentation claire et progressive dont nous avons fait l éloge un certain nombre d affirmations se trouvent formulées sans aucune explication ni démonstration préalable D abord on est un peu étonné qu au chapitre V intitulé la Nota Praevia Explicativa le commentaire ne soit pas précédé du texte conciliaire comme il l était dans les précédents chapitres cela est d autant plus étonnant que l historique qui débute le chapitre explique combien le texte a été source de controverses Ensuite le lecteur s aperçoit assez vite que le ressort du dynamisme du texte son fil conducteur en un mot se trouve dans les notes de bas de page qui à côté des références bibliographiques explicitent bien souvent des intuitions profondes de l auteur On lit ainsi à la fin de la note 2 de la page 78 Le décret sur l œcuménisme dit expressément que les divers rites liturgiques les disciplines et les théologies diverses ne sont pas un obstacle pour l unité mais plutôt un enrichissement pour l Église entière L Église catholique au concile accepte d ouvrir ses portes à une multiplicité d Églises particulières en communion les unes avec les autres par le biais entre autres de la collégialité et de la primauté Si la première de ces deux phrases peut constituer un reflet du décret Unitatis redintegratio du Concile de Vatican II 21 nov 1964 lequel reconnaît dans son chapitre III la richesse des traditions des Églises d Orient d une part et d autre part des Églises et communautés ecclésiales d Occident selon le vocabulaire du texte on chercherait en vain dans ce décret une affirmation aussi générale que celle énoncée par la seconde phrase le terme de collégialité est complètement absent de ce texte conciliaire et si le terme de collège y apparaît deux reprises 13 c est pour définir la structure de l Église catholique dans un contexte analogue à celui des passages que nous avons cités de la Constitution Lumen Gentium La perspective de la collégialité apparaît pour le Concile de Vatican II dans le domaine de l ecclésiologie interne de l Église catholique non dans celui de l œcuménisme et c est nous semble t il faire violence aux textes que d affirmer le contraire Sur un autre point le lecteur catholique que je suis a ressenti un grand étonnement En effet dans le Commentaire du chapitre 22 l auteur recherche de quelle manière le collège épiscopal peut exercer aujourd hui l autorité que la Constitution lui reconnaît et réaffirme Il pose la question dont il limite aussitôt l intérêt Dans quelle mesure l acte collégial qui correspond à l essence même de l Église est en même temps acte ordinaire de l Église Il est sans doute très difficile de répondre à cette question d autant plus que la controverse a empêché une réflexion sereine sur le sujet p 67 68 Or il nous semble qu il y a une réponse évidente pour un catholique à cette question qui montre la fécondité du texte conciliaire la pratique des synodes généraux qui se sont multipliés après le Concile à des intervalles rapprochés et qui ont pour la plupart donné naissance à des exhortations apostoliques de grande portée On citera ainsi Evangelii nuntiandi 1975 sur la catéchèse et l évangélisation signée par Paul VI en 1975 à la suite du synode de 1974 Catechesi tradendae 1979 Reconciliatio et Paenitentia 1984 Familiaris Consortio 1988 Christi fideles laici 1989 Pastores do vobis 1991 Vita Consecrata 1996 toutes signées de Jean Paul II après des synodes tenus entre 1977 et 1994 On ne peut poursuivre l analyse critique ici sans faire référence aux pages de la seconde partie p 158 181 qui traitent de questions voisines et que nous avons essayé de résumer les conférences épiscopales et les synodes locaux En effet l auteur répond ici clairement à la question qu il avait posée à la page 67 et il répond positivement en montrant comment ces instances conférences épiscopales et synodes locaux voire continentaux expriment d une manière certes non spécifique et non plénière au sens juridique 14 mais bien réelle la collaboration entre évêques de l Église catholique qui découle normalement de la participation au même collège sacré D où vient alors le silence impressionnant sur les synodes généraux tenus pour toute l Église Il nous semble que la réponse ne peut être en toute impartialité et bienveillance de jugement que proche de celle ci La lecture des institutions catholiques post conciliaires révèle ici un jugement a priori de l auteur les synodes généraux portent la marque du pape qui les a convoqués et qui a relu les conclusions en y imprimant sa marque personnelle pour rédiger les exhortations apostoliques Il ne s agit donc pas d un acte venant du pouvoir des évêques proprement dit il ne rentre donc pas dans le cadre théorique de l ecclésiologie de communion On mesure ici combien l analyse de l auteur est plus d une fois guidée par des considérations théoriques qui empêchent de voir la réalité Car il est indéniable que le principe de ces synodes a été posé par le Concile de Vatican II décret Apostolica Sollicitudo signé le 15 9 1965 par Paul VI et qu ils ont largement contribué à un partage des expériences pastorales au sein du collège épiscopal et au développement de la communion des évêques entre eux et avec le pape Par un clin d œil de la Providence on remarquera que le rôle de ces synodes avait été prophétiquement annoncé par le grand théologien orthodoxe Olivier Clément Il ne faut donc pas s étonner comme on l a fait assez naïvement au Concile que le synode ait été créé par une initiative unilatérale du Pape C est strictement le droit de celui ci et tout à fait dans la lignée de Vatican II avec sa curieuse dichotomie entre Pierre seul d une part Pierre parmi les Douze de l autre Le synode représentera donc la diversité de l Église dans un grand mouvement vital de bas en haut qui pourrait bien correspondre à une poussée de sève de l Esprit donateur de vie Par là se fera l apprentissage d une interdépendance entre le pape et les évêques 15 Il nous paraît tout de même paradoxal que cette analyse si pénétrante n ait pas figuré au moins par un renvoi à l endroit où l auteur se penche sur la question de l apport de Vatican II au ministère épiscopal Des formules inacceptables vers une herméneutique de la rupture Passé la première partie nous avons remarqué combien le ton de l auteur s affranchissait des précautions oratoires Nous

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-papaute-dans-le-sillage-de (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 113 (avril-mai 2006) : La Papauté : René Voillaume. Contemplation et action. - Revue Résurrection
    Très tôt il fut profondément marqué par le Bienheureux Charles de Foucauld dont la béatification vient d être célébrée Il donna à ce dernier des disciples orientés à la fois vers la contemplation et le service des populations Il ne fut pas étranger à la question sociale et publia en 1950 un ouvrage intitulé Au cœur des masses La contemplation dans l action fut donc le pilier de la spiritualité des Petits Frères jugeant la règle suivie par Charles de Foucauld trop dure impraticable par d autres que lui le Père Voillaume rédigea une règle qui associait le travail ouvrier et l adoration du Saint Sacrement Il participa ainsi au débat sur les prêtres ouvriers et leur donna la consigne de se syndiquer mais de rejeter toute notion de lutte des classes Au cours du drame algérien dans lequel la Fraternité perdit plusieurs frères il se montra le Frère universel au service de tous Il sillonna les continents en s informant du contexte écono mique et social qui conditionnait la vie des communautés Il rayonna ainsi dans l Église du XXème siècle et eut pour amis Jacques Maritain qui s engagea dans la Fraternité Louis Massignon Jean Baptiste Monti ni

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Rene-Voillaume-Contemplation-et (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •