archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 108-109 (juin-septembre 2005) : Guerre et paix (II) : Le Grand Secret des Béatitudes - Revue Résurrection
    sa consistance propre Le Christ nous promet Sa présence et exhorte l Eglise persécutée au courage et à la persévérance en rappelant la fécondité du martyre L amour vrai est nécessairement crucifié et tout chemin de foi est un chemin vers la croix sans partager Sa Croix nous ne partagerons pas Sa gloire Le futur absolu du Royaume de la Consolation des affligés demeure mais cette espérance est dynamisante et mobilisatrice pour l aujourd hui de notre unique histoire La souffrance est vaincue par l amour qui peut en faire une puissante force de renouvellement un principe susceptible d irradier l amour et l espérance Nous devons aider nos frères souffrants à vivre cette Béatitude de la souffrance en nous ouvrant à leur souffrance leur révélant la vérité de notre amour de notre compassion profonde Les chrétiens sont tenus au nom de Jésus de prendre la défense des pauvres des nécessiteux des dépossédés contre les oppresseurs et de le faire de façon efficace Cet engagement au service de nos frères passe par une critique des structures injustes de la société par la lutte pour un monde plus juste un monde où soit reconnu l honneur du travail manuel où soient mieux réparties les richesses un monde de relations fraternelles La vraie charité est soif de justice Inscrire cette lutte pour la Justice dans le sillage des Béatitudes dans la foi en la puissance transformante de l amour de Dieu invite à purifier les risques d étroitesse d esprit et de violence Les Béatitudes sont aussi un vibrant appel à la lutte non violente étant sauf le droit de légitime défense En cela comme en notre comportement quotidien nous sommes appelés à l obéissance aux commandements du Père seule voie de salut seule voie du bonheur également car le Cœur du Christ ineffablement beau répond à tous les besoins de l âme Nous devons témoigner d une justice qui soit supérieure à celle des pharisiens ou des païens Ce n est qu ainsi que nous surmonterons le mal par le bien remplacerons la dynamique de guerre par une dynamique de paix et bâtirons cette paix dont le Christ est le Prince cette paix qu Il est Lui même Cette paix passe par le développement des peuples comme par l ouverture de tout notre être l accueil aux dons de Dieu l unification de notre cœur La recherche de la paix commence par la suppression de la violence du mensonge Il nous faut nous situer dans la vérité c est à dire dans l humilité qui seule permet de se tenir debout face à Dieu et face au monde Cette humilité est la mère de la douceur de cette douceur du Christ si éloignée de toute passivité témoignant au contraire d une véritable force d âme appel au dialogue qui exige une énorme confiance en soi en l autre au travail de la grâce Elle est continuelle attention à ne pas sombrer dans une religion légaliste et tatillonne ni surtout coercitive ou

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Le-Grand-Secret-des-Beatitudes (2016-02-09)
    Open archived version from archive


  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : Editorial - Revue Résurrection
    est à dire à la grande prière d action de grâce traduisant l offrande sacrificielle de la communauté d Israël à son Dieu en reconnaissance de ses bienfaits 1 l Église a correspondu exactement à ce que Jésus avait voulu faire et ce qu il avait réalisé effectivement ce soir là en anticipation de sa mort En extrayant du repas pascal désormais abandonné les deux paroles qui avaient accompagné les gestes de partage du pain et de la coupe ainsi que l ordre de réitération qui avait suivi faites ceci en mémoire de moi 2 elle tenait le fil d or qui la reliait pour toujours à ses origines Toute proportion gardée ceci est vrai de l ensemble de l ordre sacramentel qui se déploie autour de l eucharistie L origine non réitérable y est présente moyennant la médiation fidèle et inventive de l Église Si tout dans l économie du salut est divino humain théandrique l institution des sacrements est de ce type l initiative permanente du Christ relayée par l Esprit suscite dans l Église une forme rituelle qui pour n être pas déductible de tel comportement de Jésus avant sa Pâques n en correspond pas moins à la logique profonde de son offrande pascale et actualise son engagement en direction d une des situations clés de la vie humaine nouvelle naissance croissance dans la vie divine renouveau de la grâce initiale participation à son onction sacerdotale union conjugale maladie conduisant à la mort L aspect qui est le plus développé dans ce numéro concerne le rapport entre ce qu il est coutume d appeler la Rédemption objective celle opérée dans le Triduum pascal et la Rédemption subjective celle opérée dans les sacrements On connaît le contresens qui a abouti à les opposer les Luthériens avaient cru comprendre à travers la parole de certains prédicateurs catholiques et sans doute ceci n était il pas tout entier inexact que le sacrifice de la Croix remettait à leurs yeux le Péché Originel mais qu il fallait le sacrifice de la messe et le sacrement de pénitence pour remettre les péchés actuels A juste titre eux évangéliques refusaient cette répartition qui aboutissait à restreindre l efficacité du sacrifice de la Croix L idée selon laquelle nous serions certes sauvés par la Croix mais qu il faudrait encore quelque chose de supplémentaire pour faire changer nos vies n est peut être pas totalement absente des mentalités Cela tient sans doute à la vision juridique et purement déclarative de la Rédemption je serais sauvé parce que Dieu par un décret de grâce ne me tiendrait plus pour coupable au vu des mérites de son Fils mais je n en serais pas devenu un saint pour autant Dans cette optique il reste à opérer un passage laborieux en direction des sacrements et d autres moyens exorcismes grâces de guérisons etc conçus comme des moyens d appliquer la grâce de la Rédemption mais des moyens qui restent plus ou moins extérieurs par rapport au salut

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Editorial,276 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : L'Esprit Saint à l'œuvre dans le sacrement de l'Eucharistie - Revue Résurrection
    texte le sacrifice de Jésus à travers ces espèces Dans la seconde il demande à ce même Esprit de sanctifier les participants au sacrifice en les unissant au corps de Jésus transfiguré Comme le Christ a représenté signifié efficacement au Père son sacrifice qui s accomplirait sur la croix en célébrant une première fois l eucharistie du pain et du vin comme de son corps et de son sang nous attendons de l Esprit qu il nous les représente à nous mêmes comme ce même corps et ce même sang par lequel nous serons associés au Nouvel Adam et à son œuvre rédemptrice C est ainsi que les symboles de sa mort rédemptrice que nous proposons nous mêmes maintenant au Père ne seront pas des symboles vides de leur contenu mais l expérience de la présence mystérieuse mais réelle et efficace de ce qu ils expriment La consécration cependant du pain et du vin dans cette perspective n est pas isolée de la consécration de nous mêmes par laquelle l Esprit fera de nous tous un seul corps dans le Christ Mais réciproquement cet accomplissement ultime de l Eucharistie en nous mêmes repose sur la conviction de ce que le

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/L-Esprit-Saint-a-l-oeuvre-dans-le (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : Chronique sémantique - Revue Résurrection
    ou au revoir un terme assez vieillot bon pour les manuels d histoire témoignage d une époque qui s y connaissait aussi très bien en recyclage idéologique la Révolution française dans l expression salut public ou pour des manifestations aujourd hui encore tolérées dans les grandes rencontres médiatiques mais sinon quelque peu suspectes pour l opinion majoritaire dans l expression salut militaire ou des formules analogues qui marquent ô scandale une certaine forme de respect pour une institution publique Donc une chance pour les chrétiens ils ne sont pas obligés de renvoyer ce mot peu connu au placard des expressions dangereuses comme la charité puisque celle ci est selon la phrase d un intellectuel entendu sur les ondes la marque de mon pouvoir sur autrui mais ils peuvent encore l employer Le mot n est pas délavé il est seulement déshydraté Redonnons lui donc un semblant de vie en l humectant de la sève de l étymologie et de la tradition chrétienne Le salut c est d abord comme l indique le mot latin salus d où il est dérivé la santé C est très exactement ce que ressent l homme qui arrive d une longue traversée marine sain et sauf sauf vient en effet de l adjectif latin salvus correspondant au substantif salus c est l état de celui qui a échappé à un grand danger qui demeure en vie avec tous ses membres Parler de salut en termes religieux c est donc supposer que nous sommes tous en grand danger et cela perpétuellement Non pas seulement que nous puissions toujours glisser dans l escalier et nous casser une jambe mais plus fondamentalement parce que nous sommes complètement égarés et perdus dans le monde qui nous entoure C est bien le mot de Blaise Pascal L homme ne sait

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Chronique-semantique,278 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : Du sacrifice au sacrement : l'enseignement de la lettre aux Hébreux - Revue Résurrection
    l annonce de Jérémie Telle est l alliance que je contracterai avec eux après ces jours là le Seigneur dit Je mettrai mes lois dans leur cœur et les graverai dans leur pensée Ni de leur péché ni de leurs offenses je ne me souviendrai plus Jr 31 34 et He 8 12 ainsi que 10 16 L auteur souligne la nouveauté radicale de l alliance établie par le Christ grand prêtre des biens à venir qui s est offert pour nous sans tache à Dieu par un Esprit éternel He 9 11 14 Ce sacrifice est donc nouveau dans la mesure où il est offert par un homme innocent et où l offrande répond parfaitement à la volonté de Dieu Purification des péchés et offrande s appellent donc l une l autre dans cet accomplissement En effet son efficacité tient à la solidarité du Christ avec les hommes puisqu il a versé son sang pour leurs péchés et à son obéissance parfaite au Père puisque son offrande était celle d un cœur ainsi transformé Pour toujours et pour tous Le sacrifice est parfait et efficace dans la mesure où le Christ rouvre pour toujours l accès au repos de Dieu La vertu rédemptrice de son sang est acquise par l éternité de son geste c est le Fils éternel qui s est immolé 13 Il faut remarquer que le verbe s est offert He 9 27 est au présent dans le texte L événement unique de la mort s inscrit dans l histoire mais a une signification éternelle Le Christ intercède pour ses frères dans sa gloire où il porte toujours les stigmates de la Passion De même les sacrements rendus possibles par l Incarnation participent de cette vertu d éternité de l unique sacrifice Cette éternité est accordée par Dieu et son Fils en dispose le sang est versé d abord sacramentellement par Jésus lors de la Cène Au Cénacle Jésus n est pas celui qui accorde la nouvelle alliance Dieu est le seul qui puisse concéder une pareille dispensation Il annonce que l alliance nouvelle sera scellée demain par sa mort par l effusion de son sang qui n est répandu à cette heure que sacramentellement dans l institution de l eucharistie Sa médiation se ramène donc à son sacrifice mais dans lequel il joue donc un double rôle celui de victime et celui de sacrificateur A ce dernier titre il est en quelque mesure celui qui dispose l alliance non pas comme son auteur premier qui ne peut être que Dieu mais comme un testateur qui distribue les biens qu il a reçus du Créateur C est cette médiation souverainement efficace qui constitue aussi le Christ garant de l alliance He 7 22 14 Pour que nous recevions ce testament il fallait qu il s offrît He 9 17 L institution du sacrement de l eucharistie précédant le don sur la Croix montre comment le Christ a voulu donner le signe efficace de sa fécondité pour toujours Et de cette offrande parfaite et efficace peuvent alors découler les grâces de la vie du chrétien Tous les sacrements prennent source dans le mystère pascal sont à recentrer sur la vie donnée du Christ C est ainsi que l on peut lire cette vie comme une oblation permanente 15 mais dans la mesure où sont distingués l immolation et la consommation de ce sacrifice Il est vrai que les chrétiens participent à l autel qui est le Christ He 13 10 mais au sens eucharistique La mort acceptée offerte et subie l effusion du sang précède l entrée au sanctuaire divin Là le Christ arrivé à la consommation de son sacerdoce procure aux siens de percevoir les fins de son sacrifice 16 Le sang versé est celui de l alliance et la tente n est plus faite de main d homme elle est le corps du Christ He 9 11 Et le reste de la lettre aux Hébreux montre comment dans l espérance d un Salut définitivement acquis la dimension de la vie n est désormais plus la même On peut donc dire que les chrétiens sont entrés dans une dimension sacramentelle ayant accès réellement à Dieu à sa présence immédiate 17 par son Fils tout en restant ici bas Dans ces conditions si les chrétiens sont effectivement appelés saints ce n est pas parce qu ils ne pèchent plus mais parce qu ils ont été purifiés dans le sang du Christ 18 Il faut remarquer que cette dimension sacramentelle de l existence du chrétien n est donc pas un prolongement des actes du Christ et plus encore à la Cène le don du corps ceci est mon corps et sur la croix l oblation du Christ ne sont que deux aspects de cette oblation éternelle et parfaite C est en notre chair que le Dieu fait homme a inscrit le dessein éternel de Dieu de là provient le réalisme des sacrements Bérulle a explicité cette portée éternellement salvifique des actes du Christ qui est entré dans le monde en disant Tu n as voulu ni sacrifice ni oblation alors j ai dit Voici je viens pour faire ô Dieu ta volonté Ingrediens mundum He 10 5 cette formule est longuement glosée dans La Vie de Jésus ouvrage consacré à l instant seul de l Incarnation Les états de la vie du Christ ne sont pas statiques mais ils sont un mouvement de sanctification perpétuellement efficace pour nous Bérulle se livre à des explications très éclairantes sur ce que nous considérons comme ayant valeur sacramentelle dans un texte des Opuscules de piété Il faut peser la perpétuité de ces mystères en une certaine sorte car ils sont passés en certaines circonstances et ils durent et sont présents et perpétuels en certaine autre manière Ils sont passés quant à l exécution mais ils sont présents quant à leur vertu et leur vertu ne passe jamais ni l amour ne passera jamais avec lequel ils ont été accomplis L esprit

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Du-sacrifice-au-sacrement-l (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : La prière eucharistique IV : une porte d'entrée dans la vie sacramentelle - Revue Résurrection
    le Seigneur C est cette élévation qui est signifiée par anaphore dont le premier élément ana indique un mouvement du bas vers le haut et le radical phore se retrouve dans le verbe pherô porter après le temps d écoute de la Parole divine les fidèles sont invités à s associer à la louange que constitue la Préface À partir de ces anaphores prières eucharistiques des premiers siècles en réalité beaucoup plus nombreuses que celles que nous avons citées on voit apparaître vers la fin du IVème siècle d autres prières qui vont avoir tendance à devenir courantes voire prédominantes dans l usage avant que cette prédominance ne soit sanctionnée par des textes du Magistère En Orient ce sont les Anaphores dites aussi Liturgies de saint Jean Chrysostome et de saint Basile en Occident c est le Canon romain Les Liturgies de saint Jean Chrysostome et de saint Basile rédigées en grec langue usuelle de l Orient comportent de longues énumérations de bénédictions divines et pour la seconde une très belle synthèse de l histoire du salut Le Canon romain est un des premiers textes liturgiques sinon le premier qui ait été rédigé en latin langue usuelle dans l Empire romain d Occident Son nom vient du grec canôn qui signifie roseau règle il a donc constitué une règle en Occident sans doute pour faire face à la menace que l hérésie arienne niant la divinité du Christ faisait peser sur la foi Sans que cette prédominance pratique soit absolue le Canon romain s est peu à peu imposé dans la liturgie de l Occident catholique 11 À partir des années 60 du siècle dernier la rénovation liturgique que le Concile Vatican II a voulu promouvoir est fondée sur la double intention de faciliter la compréhension de la liturgie au plus grand nombre des fidèles et de leur communiquer des richesses culturelles et spirituelles nouvelles en revenant à la fréquentation de textes vénérables mais peu connus 12 Dans cette perspective de nouvelles prières eucharistiques ont été composées en latin en reprenant souvent divers éléments des anaphores anciennes et le Canon romain a été légèrement adapté les unes et l autre ont été traduits dans les langues vernaculaires pour être plus accessibles au commun des fidèles Sans entrer dans l examen de détail de l ensemble de ces textes nouveaux ou renouvelés on peut observer qu une certaine prudence a guidé les rédacteurs de la rénovation liturgique les quatre prières eucharistiques soit reposent largement sur un texte ancien P euch I canon romain P euch II anaphore d Hippolyte soit sont composées à partir de plusieurs textes adaptés les deux dernières prières et toutes respectent un même schéma celui que nous avons relevé avec notamment Préface consécration Notre Père et les deux épiclèses entourant la consécration comme nous allons le voir en relisant la IVème prière eucharistique Nous utiliserons la version française usuelle de la liturgie qui a reçu en son temps les approbations magistérielles nécessaires 13 La première partie louange et catéchèse Comme nous l avons mentionné le dialogue qui introduit la prière dite Préface invite les fidèles à l élévation de l être tout entier vers Dieu Élevons notre cœur Nous le tournons vers le Seigneur Il l invite ensuite à entrer dans l action de grâces et donc dans la louange divine Rendons grâces au Seigneur Cela est juste et bon Ainsi s ouvre la Préface qui à la fois introduit la Prière eucharistique et proclame la louange divine le sens du mot est double prélude et proclamation C est donc par une proclamation solennelle de la bonté divine dans la grande lignée des bénédictions juives que nous entrons dans le mystère de l Eucharistie Les préfaces sont des hymnes dont la composition répond à un double principe d adaptation au temps liturgique et à la prière eucharistique qui suit 14 C est ainsi que la IVème prière eucharistique possède une préface propre 15 qui assigne à la louange une dimension cosmique en associant à l homme les anges dans cette mission de bénir Dieu Toi le Dieu de bonté la source de la vie tu as fait le monde pour que toute créature soit comblée de tes bénédictions et que beaucoup se réjouissent de ta lumière Ainsi les anges innombrables qui te servent jour et nuit se tiennent devant toi et contemplant la splendeur de ta face n interrompent jamais leur louange Nous voyons déjà clairement ici l aspect à la fois contemplatif et didactique 16 de cette prière elle présente explicitement les éléments fondamentaux de l action liturgique éléments qui d une manière générale sont seulement mentionnés dans les prières eucharistiques II et III et mis en œuvre de façon différente souvent plus juridique quoique avec beaucoup de profondeur aussi dans le Canon romain 17 Une telle évocation de la liturgie céleste débouche naturellement sur le Sanctus où le peuple des fidèles tout entier s unit au célébrant et aux chœurs angéliques pour chanter la gloire divine et anticiper ainsi la vie dans la Jérusalem céleste Tout cela n était qu une longue introduction au corps même de la prière eucharistique qui commence maintenant Père très saint nous proclamons que tu es grand et que tu as créé toutes choses avec sagesse et par amour Cette première phrase qui a d ailleurs son correspondant dans chacune des autres prières d une part marque le premier temps de la louange eucharistique celui de Dieu Père et d autre part indique le premier moment de l histoire du salut la création de l univers Il est naturel de commencer par le Père source de toute bonté dont nos frères orthodoxes aiment à souligner la monarchie 18 puisque c est de lui qu adviennent à la fois les relations trinitaires et le monde créé en pleine collaboration avec les autres Personnes divines L histoire du salut commence ici par la création du monde puis celle de l homme Il est important de comprendre pour que le mot salut ait un sens et qu on n ait pas l idée d intenter un procès à sa mère pour n avoir pas interrompu sa grossesse alors qu on lui annonçait la naissance d un enfant handicapé que le motif premier de la création est à la fois sagesse et amour Dieu est source de bonté il est saint c est à dire exempt de tout mal de toute compromission avec le mal Telle est l affirmation osée et scandaleuse au regard des catastrophes mondiales naturelles ou pire encore provoquées par l homme qui fonde la croyance en la Providence inscrite au plus profond du cœur de chaque être humain mais ici proclamée ouvertement Dieu est Père aussi contre l avis d un certain nombre de psychanalystes ou de féministes bien sûr cette affirmation n a son sens plénier que par rapport au Fils éternel On remarque la saveur johannique de cette prière dès ses premiers mots si on se rappelle le chapitre 17 de l évangile de saint Jean qui contient la dernière prière adressée par Jésus à son Père Père saint 19 garde les en ton Nom v 11 La suite de la prière eucharistique déroule les grands épisodes de l histoire de cette Providence divine à l égard de l humanité le premier péché qui fait perdre l amitié divine et contraint l homme au pouvoir de la mort les alliances par lesquelles Dieu tente de renouer le fil rompu et notamment la dernière avec les Prophètes d Israël Puis le second temps de l histoire du salut s ouvre Tu as tellement aimé le monde Père très saint que tu nous as envoyé ton propre Fils lorsque les temps furent accomplis pour qu il soit notre Sauveur C est donc le temps de l Incarnation de la venue de Dieu parmi nous en Jésus Christ Suivant le principe liturgique de discrétion et le procédé littéraire de la litote le Centre de la foi le Cœur du mystère l Objet de notre adoration c est à dire Jésus Christ n est pas nommé mais seulement évoqué Le voile révèle souvent mieux la présence que la vision directe 20 Mais ce texte est éloquent pour les chrétiens car saturé de citations bibliques implicites paulinienne comme johannique Quand est venu l accomplissement du temps Dieu a envoyé son Fils né d une femme et assujetti à la loi Ga 4 4 et Dieu a tant aimé le monde qu il a donné son Fils son unique Jn 3 16 Ici commence à se réaliser admirablement nous semble t il cette unité des deux tables que constitue la célébration eucharistique la table de la Parole qui nourrit les fidèles par la proclamation des lectures de la Bible parole de Dieu et les prépare aussi à participer dans la foi à la table du Pain Si la préparation du sacrement est si longue depuis les rites d entrée jusqu à la consécration et la communion c est parce que nous avons besoin d être éduqués à reconnaître Jésus Christ Il est significatif que les deux disciples d Emmaüs bien préparés par les paroles du Seigneur l aient reconnu alors qu ils étaient à table au moment du geste simple de la fraction du pain Lorsque les esprits sont éclairés et que les cœurs sont ardents les signes parlent 21 La fresque de l histoire du salut mentionne maintenant la vie publique de Jésus jusqu à sa mort librement acceptée Pour accomplir le dessein de ton amour il s est livré lui même à la mort Puis soudain un rayon de lumière vient se poser sur l autel alors que nous attendrions le récit tout simple de la Cène le Jeudi Saint la prière nous entraîne en une anticipation fulgurante dans les jours d après Pâques au temps de la Pentecôte Afin que notre vie ne soit plus à nous mêmes mais à lui qui est mort et ressuscité pour nous il a envoyé d auprès de toi comme premier don fait aux croyants l Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification Une telle évocation de la Personne de l Esprit parachève ainsi la dimension trinitaire de ce catéchisme accéléré qu est la première partie de la IVème prière eucharistique Elle introduit l invocation sur les dons offerts Que ce même Esprit Saint nous t en prions Seigneur sanctifie ces offrandes Le sens profond de cette épiclèse sur le pain et le vin venant en conclusion du rappel de l histoire du salut est précisément de ressaisir la dimension liturgique de ce moment et de souligner la transition avec les actes qui vont être posés Le récit qui va être fait celui de l institution de l eucharistie par Jésus ne sera pas une simple narration ni même une proclamation ce sera une parole hautement performative qui réalisera ce qu elle énoncera 22 Mais pour que cette parole puisse être efficace pour que le récit devienne action il faut que l Esprit Saint agisse dans la célébration du mystère ou plus précisément selon le texte de la IVème prière que le Père agisse par l Esprit puisque la prière est dans son ensemble adressée au Père Si nous voulons rester proche du substrat biblique du texte nous observons que les chapitres 14 et 16 de l évangile de saint Jean placent eux aussi le dernier repas du Christ sous le sceau de l Esprit Saint Lorsque viendra le Paraclet que je vous enverrai d auprès du Père l Esprit de vérité qui procède du Père il rendra lui même témoignage de moi Jn 15 26 C est sous la mouvance de l Esprit que le prêtre peut prononcer les paroles qui suivent et que nous pouvons y adhérer La seconde partie la consécration du pain et du vin son efficacité Nous entrons ici dans le cœur du mystère par ces paroles dont le Concile a voulu souligner le caractère particulièrement sacré en demandant une seule version dans toutes les prières eucharistiques privilège que la consécration ne partage qu avec le Sanctus et la doxologie finale comme nous allons le voir Prononcées clairement par le célébrant principal en sorte que le texte soit mieux compris par le peuple 23 les paroles de l institution de l eucharistie réalisent chaque fois à nouveau le sacrifice même de Jésus dans l obéissance à son commandement rappelé en dernier lieu Vous ferez cela en mémoire de moi Cette réitération toujours nouvelle est pour nous bien plus qu une simple mémoire d un événement passé que l on revit Elle est le paradoxe d une triple présence du Christ personnelle dans la personne du célébrant ordonné réelle 24 dans l hostie et le vin consacrés sociale dans l assemblée des chrétiens réunis au nom de Jésus La présence réelle est assurément le point ultime de la foi chrétienne sur lequel nous savons que nos frères protestants ne nous suivent hélas pas tous également 25 et la fine pointe du sacrement nous y reconnaissons grâce aux gestes et aux paroles du célébrant le pain et le vin devenus Corps et Sang de Jésus dans l obéissance de la foi Ainsi Jésus se manifeste t il à nous vivant à la fois prêt à donner sa vie et déjà ressuscité c est le sacrement des sacrements le signe efficace de sa victoire sur la mort par la Résurrection Désormais tout est dit il ne reste plus qu à dérouler en de larges et amples harmoniques les effets du mystère qui vient de s accomplir sous nos yeux Le premier effet au delà de son apparence de simple adhésion humaine c est le court dialogue entre le célébrant et les assistants qu on appelle anamnèse d un mot grec qui signifie se souvenir À l affirmation Il est grand le mystère de la foi le peuple répond par une brève confession de foi qui synthétise l ensemble du mystère du salut Il est donc juste de souligner que le mot mystère ne porte pas seulement sur l incompréhensible transformation du pain en vin mais plus largement sur l ensemble du dessein divin qui veut nous sauver Ensuite viennent successivement des textes d offrande incluant la seconde épiclèse puis une demande finale qui conduit à la conclusion la doxologie Après l anamnèse en effet le célébrant prolonge la mémoire par une récapitulation de l acte liturgique présent qui s ouvre sur son offrande au Père Voici pourquoi Seigneur nous célébrons aujourd hui le mémorial de notre rédemption nous t offrons son corps et son sang le sacrifice qui est digne de toi et qui sauve le monde Une fois célébré le sacrement est aussitôt offert pour le salut du monde entier Cette efficacité du sacrement est ensuite développée en trois temps d une manière admirablement progressive En un premier temps l Esprit Saint est appelé sur ceux qui vont recevoir le Corps et le Sang du Christ Accorde à tous ceux qui vont partager ce pain et boire à cette coupe d être rassemblés par l Esprit saint en un seul corps Cette seconde invocation à l Esprit la première se faisait sur le pain et le vin concerne donc ceux qui vont communier au sacrement Il est significatif qu elle s applique d abord à l unité le salut premier procuré par le sacrement est de restaurer dans l Église l unité que le péché a fait disparaître dans l humanité Ce n est donc pas d abord un salut individuel ou plutôt l individu n est sauvé qu en tant que membre d une famille le Corps du Christ il est en même temps réintégré dans l amitié de Dieu et dans l amitié de ses frères et sœurs Bien qu il s agisse ici au sens propre de l unité entre membres d une même communauté ecclésiale ce texte a une forte résonance œcuménique et on ne peut perdre de vue cette perspective en lisant ce beau texte de Cyrille d Alexandrie Pour que nous tendions vers l unité avec Dieu et entre nous et que nous soyons mêlés ensemble bien que nous formions tous des individus distincts quant aux âmes et quant aux corps le Fils unique a disposé un moyen qu il découvrit par sa propre sagesse et par le conseil du Père En effet en bénissant les croyants en soi en un seul corps à savoir le sien par la communion mystique il les a rendus concorporels avec lui et entre eux Car si tous nous participons à un pain unique nous formons un corps unique Le Christ en effet ne peut pas être divisé 26 Tel est le premier fruit du sacrifice eucharistique l union entre les communiants Mais en un second temps la prière mentionne les autres personnes vivantes bénéficiaires du sacrement Et maintenant Seigneur rappelle toi tous ceux pour qui nous offrons ce sacrifice Sont successivement nommés les membres de la hiérarchie catholique Pape évêques prêtres le peuple chrétien les personnes qui assistent à la célébration et tous les hommes qui te cherchent avec droiture Cette prière semble une très belle synthèse de la tradition de la prière d intercession traditionnelle dans l Église on parle du Memento des vivants d après le premier mot de la prière dans le Canon romain l impératif latin memento qui signifie rappelle toi et de la vision dynamique de la Constitution Lumen Gentium de Vatican II où l Église est perçue comme diffusant à partir de son noyau constitué des fidèles croyants la grâce de Dieu dans l humanité par une série de cercles concentriques 27 En un troisième temps la prière s étend à ceux qui nous ont quittés Souviens toi aussi de nos frères qui sont morts dans la paix du Christ et de tous les morts dont Toi seul connais la foi Ce Memento des défunts très sobre et puissant met discrètement en valeur la vertu qui nous dirige vers le Christ dont Lui seul est juge en dernier

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-priere-eucharistique-IV-une (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : Les sacrements sont faits pour l'homme - Revue Résurrection
    a donc confié aux Apôtres et donc à son Église le soin de dispenser sa grâce et de rendre présent ce corps dont la forme humaine n est plus visible par des actes spécifiques en nombre limité qui rendent actuels au sens littéral du terme les gestes qu il a lui même réalisés lors de sa vie terrestre Au point que l institution chargée de répéter ses gestes devient elle même Corps du Christ c est l Église dont les hommes acceptent toujours plus difficilement l autorité et même l existence sans doute pas tant à cause des nombreux péchés de ses membres comme ils l affirment avec complaisance que par cette médiation concrète et charnelle qui nous amène à une rencontre objective du Christ lui qui nous est alors donné dans toute son extériorité et dont la présence nous dérange peut être davantage que celle de tout autre être humain parce qu il est plus humain que nous ne le serons jamais Ne nous leurrons point l Église dérange parce qu elle est le Corps du Christ parce qu elle le rend visible et présent toujours et partout bien mieux que n aurait pu le faire Jésus lui même durant sa vie terrestre La grâce dispensée par les sacrements ne dépend pas de la sainteté des ministres ni même du sentiment que nous avons de leur efficacité parce que l acte sacramentel est le don de l amour indéfectible du Christ qui a voulu dès sa vie terrestre passer par des médiations qui ne sont pas encore entièrement glorifiées L Église est donc le sacrement primordial de la rencontre avec le corps glorieux du Christ Comme le disait Jeanne d Arc à son procès le Christ et l Église c est tout un Les gestes de l Église dans les sacrements sont les gestes mêmes du Christ même s il n a pas défini explicitement tous les rites qui les accompagnent Parce qu elle est le Corps du Christ c est l Église qui a élaboré et de manière en partie évolutive les modalités de leur dispensation La communion au Corps ecclésial Ainsi la visibilité des sacrements est ecclésiale et donc communautaire Le témoignage d un seul ne suffit pas le sacrement ne peut s auto administrer sur la base d une expérience intérieure qui n a pas de témoin objectif La présence de l autre peut seule garantir l objectivité de la rencontre l authenticité du signe qui ne doit pas être confisqué et manipulé par un individu ou un petit groupe Le sacrement n est valide que s il est ecclésial que s il est le résultat d un acte extérieur assumé entièrement pas l Église C est la volonté d accomplir le geste sacramentel en Église qui lui confère sa validité Et l Église n est pas constituée que des ministres du sacrement c est à dire le plus souvent les prêtres et les évêques mais de tous les baptisés On peut être tenté d associer exclusivement l administration des sacrements à l exercice de l autorité hiérarchique et la percevoir comme pure extériorité dispensée par une Église réduite à son seul clergé le fidèle les recevant dans une docilité contrainte qui ne s accorderait pas toujours à ses aspirations spirituelles Or il faut encore et toujours rappeler que tout baptisé est membre du Corps du Christ qu est l Église et qu il faut se garder de cette dichotomie fidèle hiérarchie qui sert à justifier entre autres l abandon de la pratique que nous évoquions au début de cet article Il faut se garder de tout dualisme entre la réalité purement intérieure de notre expérience spirituelle et l extériorité de la communauté ecclésiale Aucun baptisé en état de grâce n est séparé du Corps du Christ tout acte d un membre de l Église est un acte de ce Corps Les sacrements sont l expression visible de la communion de l Église avec le Christ Ils ne sauraient être une affaire purement individuelle l homme n est pas fait pour vivre en solitaire il est appelé à retrouver par la grâce sacramentelle la solidarité originelle du genre humain qui a été détruite par le péché C est l Église qui dispense les sacrements mais la grâce qui est donnée à cette occasion restaure précisément la communion entre les hommes et édifie petit à petit le Corps du Christ C est l unité de la communauté chrétienne que les saints mystères réalisent en un symbole efficace 3 Et cette unité n est pas abstraite ou anonyme un conglomérat d individus regroupés dans une institution commune parce qu ils partageraient les mêmes opinions elle se manifeste par la prière commune de tous les baptisés qui bénéficie à chacun selon la grâce de la communion des saints justement restaurée par le don de la grâce sacramentelle Celui qui reçoit un sacrement est porté par la prière de tous Certes le sacrement reste une rencontre éminemment individuelle et intime mais l authenticité de cette rencontre est garantie par la communauté tout entière Ainsi le baptisé ne peut se passer de l Église car son humanité en fait un être pour autrui qui ne peut se construire et grandir que par la relation à ses semblables Cette relation ne peut être purifiée de toute tentation de mainmise ou de domination que si elle est fondée sur la rencontre primordiale avec le Christ Une fuite hors de la liturgie serait une méconnaissance du caractère eschatologique de l Église et une certaine connivence avec un monde uniquement profane 4 L Église est elle digne de dispenser les sacrements L argument peut paraître éculé mais il est malheureusement avancé en permanence par ceux qui refusent cet aspect communautaire des sacrements cette Église dont les chrétiens après saint Paul affirment qu elle est sainte pure et sans tache a montré que nombre de ses membres de par leur comportement moral ou même de par un enseignement théologique ou spirituel déficient paraissent indignes de représenter

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Les-sacrements-sont-faits-pour-l (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 107 (avril-mai 2005) : Des sacrements pour le salut : Mon pauvre ! - Revue Résurrection
    de l universalité de cette œuvre A ce compte là pourquoi ne pas passer sous silence la dimension politique des opéras de Verdi sous prétexte que nous ne sommes plus à l époque de l unification italienne Les grandes œuvres n ont pas besoin que l on dépasse telle ou telle de leurs dimensions pour qu elles touchent ceux qui acceptent de se mettre à leur écoute sans partager pour autant les convictions de leur auteur Rendre le Saint François d Assise acceptable aux prudes oreilles agnostiques est d autant plus ridicule que la musique de Messiaen est profondément articulée à un discours théologique ni surajouté ni partisan mais qui fait corps avec la quête d un langage musical universel catholique au sens étymologique du terme que l on pense par exemple aux Vingt Regards sur l Enfant Jésus où l architecture de l œuvre est explicitement fondée sur une construction théologique Avec la même certitude affichée la présentation que l on pouvait lire sur le site internet de l Opéra de Paris avec le programme de la saison 2004 2005 nous révèle enfin débarrassé des oripeaux d une imagerie religieuse bonne pour les naïfs le vrai saint François tel que vous l avez rêvé Vous croyiez que le petit Italien qui mit le feu à la Chrétienté à la fin du XIIème siècle avait renoncé à tout pour suivre le Christ et entraîner le monde à retrouver les chemins de la conversion Détrompez vous Le pauvre d Assise n est pas cet hurluberlu qui écrivait à Claire Moi petit frère François je veux vivre la vie et la pauvreté de notre très haut Seigneur Jésus Christ et de sa très Sainte Mère et persévérer en cela jusqu à la mort 2 Non non non François est trop sérieux pour cela Messiaen dresse le portrait d un homme qui a compris que Dieu est dans la nature Il innocente la sensualité du péché de jouissance en cela humaniste et écologiste avant l heure Dès lors qu est ce que la faute qu est ce que le sacrilège Il est dans le recul devant l Autre l étranger le sans papier le SDF Alors la voix de l ange seule voix féminine de toute la partition suggère que les rythmes et les couleurs inspirés de Bali de l Inde antique de la métrique grecque de l Extrême Orient et du plain chant grégorien sont Musique Beauté et Poésie qui seuls mènent vers Dieu Seule fausse note dans cette symphonie esthético bobo panthéiste le texte écrit par Messiaen qui tisse des citations de la Bible de la liturgie et des Fioretti autour du thème de la Croix Ces imbéciles d oiseaux ne peuvent s empêcher d en tracer le signe sur le Cosmos à la fin du sermon la guérison du lépreux a des faux airs de miracles du Christ il est question de joie parfaite de Providence même de Prédestination et l on n échappe même pas à une séance de

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Mon-pauvre (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •