archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 75 (avril-mai 1998) : Miettes bibliques : L'histoire de Dieu dans la Bible - Revue Résurrection
    sur le modèle des grandes administrations qui les ont précédées Elles demandent même obédience des citoyens devant le dieu national et le roi qui parle en son nom Nous sommes particulièrement bien informés par les archives de la ville commerçante d Ugarit en Syrie détruite par les peuples de la mer dont les Philistins au début du XIII e siècle Le roi est fils du dieu El Sa maladie fait problème comme la naissance de son premier né Ce fils se révoltera et c est la dernière de ses filles qui en aura les droits Israël apparaît dans l histoire comme un clan sur la stèle victoire du Pharaon Ménephta vers 1210 Après s être uni sous des formes diverses à d autres clans au sanctuaire de Sichem au nom du dieu El il s érige en monarchie aux XI e X e siècles à l imitation des autres nations 1 S 8 5 20 Elle sera donc sacrale Le roi est un élu de Dieu Il a une sagesse divine 1 R 3 28 cf 2 S 14 17 20 comme le phénicien Azitawadda ou l araméen Panammu Il reçoit à son onction une force divine la ruah espace vital souffle ou esprit pour gouverner et sauver son peuple Il organise le culte dispose du clergé prie pour le peuple et lui donne des ordres qui sont des oracles Pr 16 10 au nom du Dieu de Jacob 2 S 23 1 3 Ce Dieu s appelle Yahweh et son culte vient du désert au sud ou sud est Seth Sinaï Horeb Teman Edom Séïr Madian Mais les circonstances politiques qui entourent la naissance de cette monarchie obligent ceux qui cherchent Dieu en Israël à se poser des questions L élu de Yahweh auquel il faut obéir pour vivre au milieu des menaces climatiques ou guerrières est il un Gédéon du clan de Manassé Jd 7 18 un Saül de Benjamin 1 S 9 10 un Jéroboam d Éphraïm un Baesha d Issakar ou un David de Juda Est ce un premier né ou un cadet comme Salomon La plus ancienne réponse qui finalement fera autorité dans la Bible est donnée par l ensemble des textes du Pentateuque qu on appelle yahvistes Yahweh est juge plus qu il n est juste Comme les potentats orientaux il décrète souverainement le sort d Adam de l humanité au Déluge et des babyloniens constructeurs de la tour Il veut même faire mourir Moïse au désert Ex 4 24 26 Cette histoire yahviste suppose l institution royale Nb 24 7 17 et proclame paradoxalement que c est en Juda qu on trouve la dynastie élue et celui auquel revient l obéissance des peuples Gn 49 10 et non en ses aînés Elle insiste sur l élection du cadet contre les premiers nés et ne cache rien du rôle des mères dans le choix de l élu Elle n en relativise pas moins cette élection monarchique Ceux qui cherchent Dieu en Israël connaissent les faiblesses de David vieillissant et les fautes de Salomon vis à vis du culte de Yahweh Le roi n est l élu de Dieu que comme dépositaire des promesses faites non au fondateur de la dynastie mais à Abraham père d Ismaël avant de l être d Isaac et Jacob Cette histoire du salut incorpore le plus ancien code de la Tôrah le code liturgique d Ex 34 12 27 donné par El Qannah à Moïse au Sinaï Il est probable que le chercheur de Dieu qui a repris les anciennes traditions au delà même des tribus de Jacob appartenait au Temple de Jérusalem proche de la cour et connaissant ses faiblesses Peut être cette histoire a t elle été rédigée en deux temps par Abiathar prêtre de David éliminé par Salomon puis par un fils de Sadoq la maison sacerdotale fidèle de 1 S 3 35 Dans ce carrefour de civilisations qu était le Proche Orient du premier millénaire une nouvelle approche de Dieu s offrait aux humbles par la foi Les membres des clans continueront à invoquer l Esprit des ancêtres les sujets des rois leurs dieux dynastiques Ici le dieu dynastique se propose autrement que par l autorité royale car l Alliance par Moïse intervient dans les institutions qui font l identité d Israël C est en Israël que le Dieu de la personne va se révéler comme le Dieu de l univers plus puissant que les puissances cosmiques ou politiques Le rejet de la dynastie judéenne par dix ou onze tribus puis les désastres des guerres araméennes discréditèrent l institution royale aux yeux des chercheurs de Dieu Ils s adressèrent à l institution prophétique comme héritière de la Parole de YHWH Révélée à Moïse superprophète avant la monarchie et la sédentarisation C est Moïse qui avait reçu la ruah royale et celle ci avait été communiquée à des juges Nb 11 24s cf Ex 18 13 26 Fixées par écrit ces dix Paroles et ces coutumes étaient déposées dans des sanctuaires comme Dan desservi par des descendants de Moïse Jg 18 30 et Jérusalem Abraham passé à Sichem Béthel et Béershévah avait été prophète Gn 20 7 sa foi en YHWH lui avait valu justice Gn 15 6 Le dynamisme de l univers et des civilisations débouchait en cette terre d Israël dans une société où la recherche du Dieu capable de sauver ne passait plus par le pouvoir politique Mais il y avait d autres sanctuaires plus influencés par le culte de Baal et d autres prophètes infidèles à la vraie Parole De hautes personnalités comme Osée considérées par leurs disciples comme prophètes rappelaient les directives divines Os 12 14 4 1ss Elles ne furent pas écoutées et ce fut la fin du royaume d Israël 722 av JC Les fidèles du royaume du Nord se regroupèrent autour d Ézéchias successeur de David et du Temple bâti par le fils de David Le Deutéronome fut un appel aux sages conseillers du roi responsable des destinées du pays et rappel des paroles de Moïse Les Sages sont des gens réfléchis marqués par la culture internationale ambiante où l on discernait l unité du divin dans la multiplicité des dieux tant en Égypte qu en Mésopotamie Les Deutéronomistes sont monothéistes pour eux Dieu est au ciel sans forme Dt 4 15 A YHWH notre Dieu ce qui est caché 29 28 Chez eux il y a une via negativa pour chercher le Dieu de l univers elle n est pas sans analogie avec les grandes mystiques orientales Vu les divergences entre les options politiques ces sages insisteront sur la rétribution personnelle de chacun devant le Dieu national Il y eut aussi une via positiva par l obéissance à la Tôrah révélée Celle ci n est pas à chercher dans les cieux ou au delà des mers Toute proche consignée dans un Livre elle est dans ta bouche et dans ton cœur Dt 30 11 14 Jérémie reproche aux Israëlites de ne pas se demander où est YHWH Jé 2 6 8 Si Dieu a sa demeure dans les cieux il fait demeurer son Nom c est à dire son autorité au sanctuaire unique de Sion Si on lui obéit on le trouvera là prêt à exaucer son fidèle qui peut ainsi choisir la vie et éviter la mort Les prêtres lévites sont les dépositaires de cette Loi appliquée par des juges 17 9 11 rois et prophètes lui sont soumis Les Deutéronomistes ne renient pas les témoignages des expériences passées Dans une grande Histoire ils incorporent tant l Histoire dynastique que l Histoire prophétique La douloureuse expérience religieuse d Israël n était pas terminée Promulgué loi d État par le roi Josias le Deutéronome fut abandonné par son successeur En 587 av J C c est la ruine du Temple et de la royauté davidique Les chercheurs de Dieu n en vinrent pas moins le chercher sur ces ruines en chantant les Lamentations Le développement de la Révélation c est à dire du don par le Créateur de sa lumière et de sa force à sa créature s est exprimé non par une spéculation humaine mais par une réponse imprévue lors de crises qui paraissaient fatales à la foi du croyant Les exilés comme Ézéchiel découvrent la présence du Dieu de l univers et d Israël dans de nouvelles conditions Leur recherche n est plus fondée sur l autorité du Nom la Gloire de YHWH a quitté le Temple Ézéchiel la retrouve en son peuple près des fleuves de Babylone Le pouvoir politique a échappé au frère du Deutéronome il appartient au prince étranger qui a des fonctions religieuses Mais il est distinct du prêtre descendant de Sadoq comme le profane l est du sacré du Dieu Saint Ez 44 23 Celui ci a donné une Loi de Sainteté Lv 17 26 aux règles à la fois morales et liturgiques qui conditionnent la recherche de ce Dieu Le Code sacerdotal admet que tous les hommes sont créés à l image de Dieu Par l Alliance de Noé il y a une bénédiction pour tous les êtres animés qui ne répandent pas le sang Mais il y a une Alliance élective de Dieu avec Abraham et ses descendants Le Temple sera reconstruit et la Gloire de Dieu y reviendra après un nouvel Exode triomphal cette fois telle une procession Les tribus entourent l Arche Nb 1 10 et retrouveront leur héritage Rachat gratis Is 52 3 acte du Dieu créateur et rédempteur La foi des Apôtres Le retour ne fut pas triomphal Par la grâce du roi perse qui adorait le dieu du ciel comme les Juifs ceux ci eurent des postes importants à la cour Le Temple fut reconstruit et le culte traditionnel reprit Une étonnante vitalité va se manifester qui rayonne de cette terre de Juda témoignage du Dieu vivant dont Cyrus avait été dit messie Is 45 1 Soumis politiquement aux Empires étrangers les Juifs après leurs retours successifs reconnaissent la valeur des cultures ambiantes leur sagesse Sans posséder la connaissance d un Dieu de l univers tout proche d Israël Dt 4 7 ces étrangers cherchaient Dieu dans leur écoles Les sages d Israël ne méprisaient pas ce qu un Amenemopé d Égypte avait dit du dieu protecteur des pauvres ils surent utiliser son enseignement dans leurs propres écoles Pr 22 17 23 14 Dans ce petit pays ouvert à toutes les influences les livres de sagesse bibliques abordent les problèmes humains que se posent les jeunes les petits dans une ambiance païenne Ils peuvent être séduits par l étrangère Comment grandir en restant fidèle au culte de YHWH Le problème du mal est brutalement posé dans le livre de Job mais c est au sanctuaire que le fidèle comprend les desseins du Dieu de l univers sur les justes et les pervers Ps 73 15 17 La culture hellénique elle même cherchait Dieu par ses philosophes et cette recherche délaissait les cultes des cités L appel de Dieu se faisait plus personnel et conduisait vers les religions à mystères hors du monde L hellénisme s avéra au IV e siècle av J C triomphant des vénérables cultures religieuses d Égypte et de Mésopotamie tout en renforçant le caractère sacré du souverain pour le salut du monde En Israël même le Siracide lui fait bon accueil L hellénisme entraîne les masses et jusqu au sacerdoce C est quand il s en prend avec Antiochus IV à la Tôrah et au Temple que les fidèles en Israël iront chercher Dieu au désert Le roi qui s affirmait comme sacré voire divin voulut assurer l unité de son empire par l unité du culte au mépris de la foi locale Le livre de Daniel ch 7 décrit la puissance de plus en plus redoutable de ces empires et les fidèles ne reçoivent humainement qu une petite aide Dn 11 34 Or de même que le peuple soumis à la Tôrah avait survécu à l exil la dynastie asmonéenne des Maccabées l emporta sur l empire grec La volonté du Dieu de l univers d autres diront le dynamisme de la nature maintint la valeur de sa Tôrah vis à vis des empires grec et romain Cependant le culte du Temple et son sacerdoce restèrent blessés et c était une partie intégrante de la Tôrah Pouvait on admettre qu un roi asmonéen soit à la fois prince et prêtre malgré Ézéchiel et la Tôrah elle même Nb 27 12 23 Unis dans la foi en la Parole de Dieu en cette Loi les chercheurs de Dieu allaient se diviser sur les voies halakah odos par lesquelles on appliquerait cette Loi Il y eut la voie sadducéenne l hérodienne la zélote la pharisienne l essénienne Qumran celle de Dieu par Jean Baptiste Ac 18 25s et celle de jésus de Nazareth par une conversion personnelle pour un salut personnel le pharisien l essénien Jean et Jésus invitaient à retrouver le Dieu des Pères La voie de Jésus fut diffusée par les Apôtres dans l empire romain Ils mettaient leur foi dans ses paroles ses actes sa personne et sa présence dans l assemblée du Seigneur Par lui ils cherchent Dieu pour une vie non seulement en ce monde mais au delà soit par l immortalité Sagesse de Salomon soit par la résurrection de la chair Daniel Chercher le Dieu de l univers dans l Église du Christ Entre 30 et 40 de notre ère apparaît historiquement un nouveau groupe juif celui des Nazôréens Formé des disciples d un condamné par les autorités juives et romaines il reconnaît l autorité de ce condamné revenu à la vie avec puissance Ro 1 4 Messie et Seigneur Ac 2 36 Interrogé sur son messianisme pendant son procès il avait répondu indirectement en assumant le signe du Fils de l homme de Daniel livre récusé par les Sadducéens Le règne éternel annoncé Dn 7 14 27 commencerait à partir de maintenant Mt 27 64 Lc 22 69 Cette revendication pouvait apparaître comme une contestation de la domination romaine Le sanctuaire où le Juif venait chercher Dieu s en trouvait menacé comme au temps d Épiphane et de Pompée d autant que certains accusaient le Nazaréen de vouloir détruire le Temple mais le groupe resta très fidèle à la prière du Temple et ne se montra nullement subversif vis à vis de l occupant Rendez à César ce qui est à César Jésus avait été condamné comme roi des Juifs Le Messie dans la liturgie en langue araméenne était en effet roi Messie Mais sa mort rendait peu crédible cette revendication politique Les Pharisiens qui distinguaient le prince et le prêtre et qui étaient suspects vis à vis des Esséniens comme chercheurs de flatterie n avaient guère pris part au procès Ils soutinrent la légitimité de la voie chrétienne vers Dieu dont ils partageaient la croyance à la résurrection La prédication chrétienne eut un grand écho en Judée même dans la classe sacerdotale ce qui inquiéta le milieu des grands prêtres Ils s opposèrent avec force à cette recherche de Dieu appuyée sur des références contestées à l Écriture interprétée par les paroles du Nazaréen Les commentaires des Esséniens de Qumran montrent que chaque groupe interprétait les textes en fonction de sa vie actuelle et non de la vie sociale des adresses prophétiques Lorsque la prédication d Etienne mit plus directement en cause l avenir du Temple Ac 7 48s et lorsque les colonies juives de l Empire furent atteintes par la prédication de Paul cette annonce du règne de Dieu accompli en Jésus Christ roi parut mettre en danger le statut de la religion juive tel qu il avait été libéralement défini par César et Auguste Les autorités romaines n étaient guère gênées par les chants des Psaumes du règne de YHWH créateur de l univers Elles admettaient sauf Caligula qu on célèbre la suprématie du Dieu d Israël sur les divinités païennes même Rome et Auguste En 52 Gallion considère les Nazôréens appelés maintenant Chrétiens comme un groupe juif couvert par la législation De leur côté les Chrétiens parlent plus du retour du Christ que d une recherche de Dieu par l instauration de son règne Le à partir de maintenant des logia source Q disparaît de la catéchèse romaine Mc 14 62 La catéchèse très structurée de Paul sur la présence active du Seigneur puissance de Dieu et Sagesse de Dieu 1 Co 1 12 25 en son Église par l Esprit est assez estompée dans Marc et Luc pour ne retrouver sa force que dans Matthieu et sa structure antisynagogale Pendant une trentaine d années c est par la vitalité de la communauté chrétienne et la prédication orale des apôtres témoins de la parole et des gestes du Fondateur que sont attirés les païens de l Empire de même que l enseignement pharisien assez proche moralement attirait les craignant Dieu En Judée la communauté chrétienne passait par des alternances de paix et de persécution Il y avait des martyrs témoins par excellence comme l avaient été les martyrs juifs de la persécution d Épiphane mais ils témoignaient de la vie future et non de la protection de Dieu dans la vie présente Entre 62 Ac 28 et 64 incendie de Rome les grands prêtres obtiennent par Poppée que les Chrétiens ne soient plus reconnus comme couverts par la loi romaine Interrogés comme Chrétiens Tacite ils seront exclus de la Synagogue Les survivants se regroupent en rendant grâce à Dieu et restent fidèles à la voie du Christ mais sans structure juridique La situation des Chrétiens devint intenable à Jérusalem pendant le siège ainsi que celle des Juifs comme Johanan ben Zakkaï Celui ci regroupe à Joppê les fidèles de la halakah pharisienne La chute du Temple n en entraîne pas moins un profond changement dans le culte des uns et des autres Eucharistie Pâque sans agneau Dès avant la mort de pierre et Paul des paroles et récits d

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/L-histoire-de-Dieu-dans-la-Bible (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 75 (avril-mai 1998) : Miettes bibliques : "La Bible : le code secret" : danger ! - Revue Résurrection
    symbole soit par prophétie soit encore par code caché Exemple de Tableau ci dessous Dans le livre de la Genèse au chapitre 15 verset 5 Dieu dit à Abram Lève les yeux au ciel et dénombre les étoiles si tu peux les dénombrer trad Bible de Jérusalem A partir de ce verset l histoire du premier homme sur la Lune est codée en diagonale avec le mot clé homme sur la lune et le mot satellite vaisseau spatial Deux autres mots satellites apparaissent dans le même tableau un peu plus loin Apollo 11 et la date de l événement 5729 soit l année 1969 dans le calendrier juif Tout y est la description journalistique de l événement présente depuis plus de 3000 ans dans l Écriture sans qu on puisse la voir vrai tableau donné par Drosnin dans son livre p 38 Robert Laffont 1997 Cependant malgré la véracité de toutes ces découvertes le livre de Michael Drosnin a vraiment de quoi faire bondir il s agit ni plus ni moins d une imposture journalistique d une thèse à sensation dont le but est essentiellement lucratif Premièrement de nombreuses informations données dans cet ouvrage sont incontrôlables puisque les lecteurs pour la plupart ne possèdent pas le logiciel qui permet de les contrôler et les outils statistiques qui permettent d en vérifier la pertinence 7 Il est très probable qu aucun des nouveaux tableaux 8 reproduits par M Drosnin mis à part ceux déjà publiés par Doron Witztum et Eliyahu Rips 9 n ont été validés scientifiquement Il ne suffit pas de repérer un phénomène encore faut il vérifier s il est statistiquement probant Deuxièmement ce qui est encore plus grave l auteur affirme pouvoir à partir de la Torah 10 et du logiciel israélien commercialisé depuis quelques années 11 prédire des événements pour la plupart tragiques à partir de connexions de mots clés hébreux relatifs dans un même passage à certaines dates certains lieux et certains personnages connus D un point de vue épistémologique 12 ces prédictions sont complètement invalides En effet l ordinateur ne peut afficher un tableau de mots satellites 13 autour d un mot clé principal que si l utilisateur du logiciel lui donne à l avance ces mots à rechercher dans le texte Or ces mots satellites sont précisément ceux dont la relation sémantique par rapport au mot clé donc au thème historique en question n est donnée à l utilisateur qu une fois l événement terminé et interprétable Autrement dit le capital de connaissance indispensable à l homme pour faire fonctionner le logiciel sur des bases historiques n est acquis qu après le déroulement de l événement Donc l interprétation certaine d événements ou de découvertes à venir est strictement impossible le passé et le présent peuvent être sondés mais pas l avenir Prenons un exemple purement fictif Admettons que vous ayez cherché il y a une dizaine d années dans la Torah l expression Prince Charles ce sera le mot clé Les mots satellites suivants auraient très bien pu apparaître dans un tableau 1998 Diana Spencer Reine d Angleterre Londres Couronnement L interprétation audacieuse de la succession au trône par le Prince Charles et Lady Diana Spencer en 1998 est très séduisante si ce n est qu en 1997 à l heure où nous écrivons le Prince Charles est déjà divorcé et que Lady Diana avec tout le respect que nous lui portons est tragiquement décédée 14 Cette lecture faite en 1988 n aurait pas vu qu une expression satellite supplémentaire se situait un peu plus bas dans le même tableau Ils ne succéderont pas Cette expression satellite était difficile à lire puisque décalée par rapport aux autres mots et en diagonale 15 Troisièmement l Esprit de Dieu la Rouah Qadosh des juifs qui a révélé la Torah a mis dans cette Torah ainsi que dans les livres prophétiques de l Ancien Testament 16 et du Nouveau des interdictions formelles concernant la prédiction de l avenir autrement dit la divination Voici les références des textes où le Seigneur met l homme en garde contre de telles pratiques 17 Lévitique 20 27 Nombres 22 7 Deutéronome 18 9 14 1 Samuel 15 23 2 Chroniques 33 6 Isaïe 8 19 Jérémie 2 7 8 Ezéchiel 13 6 et 13 23 Michée 3 11 Actes des Apôtres 16 16 Jésus a été tenté par le satan dans le désert Le démon s est servi des Écritures Saintes pour tenter de faire chuter le Fils de l Homme Ils sont donc à plaindre ceux qui utilisent la Parole de Dieu pour détourner le peuple de la voie humble du salut et le faire sombrer dans ces divinations pernicieuses Enfin saint Paul dit Dieu nous a rendus capables d être serviteurs d une nouvelle Alliance non de la lettre mais de l esprit car la lettre tue mais l esprit fait vivre 18 La Torah vue par l ordinateur n est guère qu une suite morte de 304 805 caractères 19 C est la Foi dans le Mystère Révélé qui permet de recevoir Vie de cette Écriture Michael Drosnin par son livre à sensation publié chez un éditeur par ailleurs très connu pour ses publications ésotérico occultes a jeté le trouble chez beaucoup de chrétiens et de juifs Il a coupé l Écriture Sainte de son essence historique 20 prophétique morale et mystique Les équipes de recherche juives protestantes et catholiques travaillent sur l intelligence et l unité de la lettre inspirée et habitée par l Esprit Saint Nous mêmes faisons ces recherches en vue de servir la Parole de Dieu Parmi les chercheurs armés des outils et du logiciel capables de travailler sur le texte original de la Torah on peut donc légitimement se demander si une déontologie ne doit pas être explicitée et appliquée Distinguer les approches gnostiques 21 ésotériques ou divinatoires de l approche rigoureusement théologique qui revient à pratiquer dans un premier temps une exégèse littérale respectueuse de l intention de l auteur sacré

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-Bible-le-code-secret-danger (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 75 (avril-mai 1998) : Miettes bibliques : Les paraboles revisitées - Revue Résurrection
    heure qui se prétendent lésés par cette rétribution nous paraît bien naturelle Mais ceci est voulu par Jésus il nous introduit dans cette parabole pour que nous prenions parti au moins intérieurement pour tel personnage Car alors il sait que nous serons touchés par la réponse du maître des ouvriers Mais il répliqua à l un d eux Mon ami je ne fais pas de tort n es tu pas convenu avec moi d une pièce d argent Emporte ce qui est à toi et va t en Je veux donner à ce dernier autant qu à toi Ne m est il pas permis de faire ce que je veux de mon bien Ou alors ton œil est il mauvais parce que je suis bon v 13 16 Cette réponse signifie que la conduite de Dieu est radicalement différente des rapports sociaux en un mot radicalement différente de notre conduite habituelle Car nous n avons que des richesses limitées à proposer qu il nous faut bien évaluer alors que Dieu a une seule chose à nous proposer qui est infinie et qui ne peut se partager son amour Il le propose à tous dès l instant que nous voulons bien travailler avec lui Dans cette parabole le dialogue est intériorisé et nous pressentons bien que c est de nous qu il est parlé face au Maître Cela n est pas dit explicitement mais simplement suggéré Paraboles allégories D autres fois en revanche Jésus est plus explicite et il se met lui même en scène expliquant terme à terme la correspondance entre les éléments de la réalité concrète et l au delà de ce concret la vie du Royaume Telle est le cas dans la grande description prophétique du Jugement dernier 6 qui précède presque immédiatement chez Matthieu le récit de la Passion Mt 25 31 46 Quand le Fils de l Homme viendra dans sa gloire accompagné de tous les anges alors il siégera sur son trône de gloire Devant lui seront rassemblées toutes les nations et il séparera les hommes les uns des autres comme le berger sépare les brebis des chèvres v 31 32 Jésus s est déjà appliqué à lui même sans ambiguïté ce titre de Fils de l Homme 7 qui pour ses auditeurs juifs possède une connotation proprement messianique annonciatrice des derniers temps La comparaison qu il emploie ici pour expliquer son attitude au Dernier jour se rapporte encore à la vie quotidienne des habitants de la terre de Palestine et cette fois dans sa dimension pastorale l élevage des bêtes Si le berger sépare les brebis des chèvres avant la nuit ce n est pas simple fantaisie d un homme c est que les chèvres plus fragiles iront à l étable tandis que les brebis resteront à paître en plein air 8 Sa conduite est donc celle d un homme avisé qui sait traiter son troupeau comme il convient attribuer à chacun la part qui lui revient J agirai de même à votre égard nous dit Jésus et rendrai à chacun selon ses actes Cette image du pasteur est à nouveau développée avec la même présentation directe et personnelle dans l évangile de Jean En vérité en vérité je vous le dis celui qui n entre pas par la porte dans l enclos des brebis mais qui escalade par un autre côté celui là est un voleur et un brigand Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis Je suis le bon berger le bon berger se dessaisit de sa vie pour ses brebis Jn 10 1 2 11 Ce long discours parabolique qui occupe les versets 1 à 18 de ce chapitre et qu on appelle habituellement la parabole du Bon pasteur est une méditation dans laquelle Jésus identifie sans cesse sa conduite à l égard des hommes à celle du berger à l endroit de ses bêtes Le point de départ de cette méditation a été certainement fourni à Jésus par plusieurs textes bibliques qu il connaissait par cœur comme le Psaume 23 22 Le Seigneur est mon berger je ne manque de rien Sur de frais herbages il me fait coucher près des eaux du repos il me mène il me ranime v 1 3a De cette image bien connue de ses auditeurs Jésus fait un usage nouveau En sa bouche ce n est plus une simple comparaison fût elle amplifiée par un dialogue et argumentée c est une véritable allégorie Ce mot désigne en effet une suite d éléments descriptifs ou narratifs dont chacun renvoie aux différents aspects d une idée ou d une attitude personnelle Il vient du grec allègoria qui signifie autre parole ainsi Jésus nous montre t il par d autres paroles l attitude de son cœur envers nous en la reliant étroitement à celle d un bon berger La réalité concrète est devenue si étroitement mêlée à ce qu elle signifiait qu elle lui a donné un autre nom le Bon pasteur est devenu un nom de Jésus et la comparaison est devenue raison Tel est l aboutissement ultime de la parabole celui auquel nous conduit volontiers saint Jean qui plus que tout autre disciple de Jésus a cherché à connaître et a reçu le mystère de Dieu Paraboles et vraies paroles du Christ Nous sommes arrivés au seuil de notre seconde étape ce langage si particulier de Jean l évangéliste 9 qui fait plus d une fois parler Jésus en allégories est bien différent des récits des synoptiques où il s exprime généralement en paraboles illustrations ou argumentées Et parmi les synoptiques que l on appelle ainsi parce qu on peut inscrire leurs évangiles sur trois colonnes parallèles 10 comment rendre compte des divergences qui apparaissent alors entre les récits paraboliques Lequel de ces évangélistes est le plus proche des paroles réellement prononcées par Jésus Il est difficile de faire l économie d une réflexion sur ces questions si nous voulons prendre au sérieux la vie terrestre de Jésus et croire en lui autrement qu en un personnage de roman Prenons l exemple de la paraboles des talents Elle nous est rapportée par Matthieu Mt 25 14 30 et par Luc Lc 19 12 27 sous des formes assez différentes bien que le canevas en soit identique de quelques serviteurs ayant reçu en gage une certaine somme d argent les uns sont loués par leur maître à son retour le dernier est blâmé parce qu il n a pas fait fructifier le dépôt qui lui avait été confié Les différences entre les évangélistes portent d abord sur le nombre des serviteurs trois pour Matthieu dix pour Luc puis sur la somme d argent des mines chez Luc des talents chez Matthieu c est à dire des sommes bien plus considérables puisqu une mine vaut un soixantième de talent Ensuite il existe dans le récit de Luc un élément original un développement sur la personne du maître qui serait un homme de haute naissance parti conquérir une royauté v 12 et se montrant à son retour d une rare cruauté faisant égorger devant lui ses adversaires politiques v 27 Comment expliquer ces divergences J Jeremias propose ici encore une analyse qui semble tout à fait convaincante dans ses grandes lignes 11 Chaque évangéliste paraît avoir retenu des éléments bruts et chacun y avoir ajouté des amplifications Avec ses trois serviteurs Matthieu semble plus authentique en effet Luc tout en en mentionnant dix au début de son récit v 13 ne rapporte un dialogue effectif de Jésus qu avec trois d entre eux v 16 20 un détail stylistique se remarque en outre le troisième serviteur est appelé dans le texte grec ho heteros l autre l article défini indiquant que la série des interlocuteurs est désormais close Mais pour ce qui est de l argent Luc apparaît comme donnant le texte le plus primitif car lui comme Matthieu rapportent dans la réponse satisfaite du maître au premier serviteur ce compliment de Jésus Tu as été fidèle en peu de choses 12 Or ceci ne peut s appliquer à des talents qui représentent des sommes colossales Il est donc très probable qu ici Luc en parlant de mines est resté plus proche de l enseignement de Jésus Ainsi chaque évangéliste a amplifié à sa manière le récit primitif comme le font des conteurs orientaux pour lui donner plus d importance Ces modifications ont été introduites de façon ponctuelle 13 en sorte que subsistent chez le même auteur mais à d autres endroits du récit les éléments primitifs qui trahissent le processus d enjolivement Elles n altèrent pas la leçon de la parabole sa pointe qui est une invitation à ne pas laisser improductifs les dons que Dieu nous faits Déceler ces enjolivements permet seulement de restituer avec beaucoup de vraisemblance une sobriété plus percutante aux paroles réellement prononcées par Jésus d entendre sa voix même 14 Qu en est il maintenant du développement ajouté par Luc sur le registre politique développement qui lui aussi semble nuire quelque peu à l harmonie dépouillée de la parabole des talents On peut lui trouver la cohérence d une parabole à l origine autonome que Jésus aurait prononcée en s appuyant sur un fait divers politique significatif de son temps qui nous est rapporté par l historien Flavius Josèphe 15 en l an 4 avant notre ère Archelaüs l un des fils d Hérode le Grand part pour Rome afin de faire sanctionner son pouvoir sur la Judée En même temps une ambassade juive faisait route vers la même ville afin de faire obstacle à cette demande Mais Archelaüs obtint satisfaction et une vengeance sanglante suivit son retour 16 Ce fait historique a bien pu servir à Jésus pour mettre en garde ses auditeurs juifs contre les fausses sécurités Une telle leçon invitation à la vigilance concordait à peu près avec celle de la parabole des talents ce qui peut expliquer que l évangéliste ait fondu en un seul les deux récits En outre les deux paraboles avaient en commun le personnage central de l homme parti en voyage dont le caractère royal dans l épisode ajouté par Luc permet de souligner le refus de la royauté messianique de Jésus par une partie importante de son peuple et d annoncer le châtiment qui le sanctionnera Bien d autres modifications apportées selon toute vraisemblance aux paroles historiquement prononcées par Jésus peuvent être décelées par une analyse rigoureuse de ce type Il peut être intéressant de souligner que certaines de ses modifications peuvent s expliquer précisément par un décalage entre la situation de Jésus prononçant les paraboles et celle des premières communautés chrétiennes où elles ont été transmises avant de prendre la forme achevée que nous leur voyons dans les évangiles En effet l accent est donc mis dans les paroles de Jésus sur l opposition avec ses adversaires et la tension vers les événements dramatiques de l aboutissement de sa mission mort et Résurrection En revanche pour les premières communautés chrétiennes la tension se fixe désormais sur le retour du Christ dont l imminence apparaît grande après la Résurrection et la Pentecôte 17 Prenons ainsi l exemple de la parabole des Invités au festin A nouveau elle se lit dans l évangile de Matthieu Mt 22 1 14 et dans celui de Luc Lc 14 16 24 Cette parabole est adressée particulièrement aux Pharisiens et se rapporte au Royaume de Dieu comme il ressort du contexte en Luc Or Jésus était entré dans la maison d un chef un jour de sabbat pour y prendre un repas En entendant ces mots un des convives dit à Jésus Heureux qui prendra part au repas dans le Royaume de Dieu Lc 14 1 15 Le schéma général est identique chez les deux évangélistes un roi invitant à un festin dépité de voir ses propositions refusées par ses connaissances fait entrer les premiers venus dans la salle du banquet Mais on peut noter entre autres détails divergents la dernière partie du récit propre à Matthieu après avoir fait entrer les premiers venus dans la salle le roi aperçoit un convive qui ne porte pas le vêtement de noce et le fait expulser de la salle Et la leçon tombe sévère Certes la multitude est appelée mais peu sont élus Mt 22 14 Comment expliquer un tel comportement de la part du maître de maison N y a t il pas incohérence manifeste entre le recrutement du premier venu et l exigence de la tenue de noce Manifestement il s agit ici encore d une seconde parabole ajoutée cette fois par Matthieu au canevas primitif qui traite de l invitation à un repas sans aucune mention de noce ou d habit En effet cette parabole primitive apparaît destinée dans la bouche de Jésus à avertir solennellement les Pharisiens ceux qui ont été appelés au Royaume depuis longtemps ce sont les membres du peuple élu ils n ont pas reçu l appel que leur adressait Jésus et à leur place ce sont les premiers venus c est à dire les païens eux qui n ont pas bénéficié de la longue préparation de l Alliance mosaïque qui entreront dans le Royaume pour le festin des noces de l Agneau Une telle leçon saisissante pour les interlocuteurs de Jésus présentait un risque pour les disciples de la première Église après Pâques comme d ailleurs pour nous celui de les conforter dans la satisfaction béate d avoir répondu à l appel par l entrée dans la communauté chrétienne Le risque n était pas théorique nous savons par saint Paul que certains dans les premières communautés avaient décidé de se reposer en attendant le retour du Christ 18 C est à ce risque que semble vouloir parer l ajout de la parabole de l hôte mal habillé à la fin de celle des invités trop pressés un second avertissement clairement destiné aux chrétiens qui ont répondu à l appel de la foi nous dirions aujourd hui qui ont reçu le baptême les engage à garder la vigilance jusqu au jour du retour du Maître L expérience missionnaire de la première Église la conduit à regrouper ensemble des textes prononcés par Jésus dans des circonstances différentes afin de maintenir les chrétiens dans le souci de la Parousie le retour du Christ ardemment désiré De telles lectures critiques des paraboles évangéliques permettent donc de mieux reconstituer avec vraisemblance les paroles mêmes de Jésus tout en nous instruisant sur les transformations qui ont été apportées à leur diffusion par les premiers chrétiens nos pères dans la foi Mais avec un tel travail de chirurgie n avons nous pas laissé encore dans l ombre ou seulement esquissé dans notre dernier exemple toute l analyse des siècles d histoire de l Église qui ont succédé jusqu à aujourd hui Plus fondamentalement un tel découpage au scalpel des textes des paraboles ne donne t il pas le sentiment qu un fossé irrémédiable s est créé entre le Jésus de l histoire qui a réellement parlé et le Christ de la foi celui dont les disciples vivant après Pâques nous ont laissé la trace dans les écrits évangéliques Paraboles la mise en forme de l Eglise primitive A cette question seule la foi en Jésus peut apporter la réponse indubitable mais l examen raisonné des textes permet d écarter les objections qui rendraient impossible l acte de foi et de montrer au contraire la profonde cohérence des différentes étapes que nous pouvons découvrir dans la diffusion des paraboles Il faut comprendre en effet que la réélaboration du mythe puisque les paraboles sont un discours en images utilisant donc une forme d expression analogue au mythe ne supprime pas sa force de persuasion et ne dissimule pas l événement de la profération historique des paroles de Jésus Ceci pour une raison simple le récit des paraboles ne peut être figé au moment de leur profération parce que Jésus lui même a invité ses disciples à rester ouvert à l action de l Esprit Saint En un mot l efficacité des paroles de Jésus ne peut se limiter au contexte dans lequel elles ont été prononcées au but premier qu il poursuivait en s adressant aux foules aux disciples et à ses adversaires Car lui même avait en vue l horizon de sa mission qui allait dépasser sa vie terrestre et aller au delà de sa mort prochaine ainsi qu il le faisait comprendre aux Douze le soir du dernier repas qu il partageait avec eux J ai encore bien des choses à vous dire mais vous ne pouvez les porter maintenant lorsque viendra l esprit de vérité il vous fera accéder à la vérité tout entière Jn 16 12 13a Jésus a donc à l avance accepté ce travail de réélaboration et d interprétation de ses paroles en faisant confiance à ses Apôtres unis autour de Pierre pour le mener La perspective pré pascale du ministère public de Jésus s ouvre sur la Passion et la Résurrection et sur la perspective post pascale de l Église primitive La solution est peut être d accepter une certaine pauvreté des paraboles et ainsi de tenir l enseignement prépascal en prenant au sérieux l historicité de la Révélation même de Jésus en plaçant la plénitude non dans l enseignement de Jésus mais dans l événement de sa mort et de sa résurrection 19 De la cohérence profonde qui se dessine ainsi entre les paroles prononcées par Jésus et leur présentation scripturaire un exemple peut être donné qui permettra en outre de proposer une réponse à la question de l obscurité des paraboles Si nous relisons en effet le chapitre 4 de l évangile de Marc dont plusieurs extraits ont déjà été cités les paraboles relatives aux semailles les versets 1 à 34 paraissent présenter une certaine unité On pourrait la résumer ainsi une journée d enseignement de Jésus au bord du lac de Tibériade centrée précisément sur la notion de parabole le mot n y apparaît pas moins

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Les-paraboles-revisitees (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 75 (avril-mai 1998) : Miettes bibliques : Quand la Bible interprète la Bible - Revue Résurrection
    annonce lui même qu il va faire du nouveau En ce sens s il faut oublier le passé c est parce que le futur sera encore plus décisif Il y a une discontinuité et la balance penche fortement du côté de la nouveauté à venir Le premier exode se déroulait dans l angoisse et l anxiété Ex 12 11 Dt 16 3 Le peuple maintenant est prévenu qu il ne partira pas dans l angoisse Is 52 11 12 Le nouvel exode ne sera pas simplement une réitération d un prototype plus ancien mais aura ses propres qualités distinctives L unité du dessein divin si elle se laisse percevoir dans le Livre n en reste pas moins cependant un excès Cet excès maintient l extrême de la différence c est à dire le paradoxe du nouveau déjà préfiguré dans l ancien et pourtant dépassant tout ce qui était attendu Dès lors tout n est pas déjà donné dans l ancien ce qui supprimerait toute nouveauté et donc l histoire Les prototypes ne contiennent pas pleinement le nouveau qu ils annoncent Réciproquement le nouveau n est pas plaqué artificiellement sur l ancien pour lui faire annoncer ce qu il ne pouvait anticiper Les prototypes ne sont pas déduits abstraitement à partir de leur accomplissement La typologie est un travail de corrélation qui s appuie sur le dessein divin soulignant à la fois sa continuité sa cohérence et en même temps l inouï de la nouveauté Le grand apport de Fishbane quant à la typologie est d avoir montré que cette dernière est une des formes d exégèse intra biblique en usage dans la Bible hébraïque et plus particulièrement chez les prophètes Le rapport type antitype est exploité consciemment dans ce que les chrétiens appellent l Ancien Testament Autre point majeur mis en avant par Fishbane et le distinguant de Frye cette exégèse intra biblique qui manifeste la cohérence du dessein divin n édulcore aucunement la nouveauté de l antitype Elle est à son service 5 Paul Beauchamp exégète et théologien catholique français reprend et systématise la réflexion de Fishbane 6 Toute figure est située entre le commencement et la fin le prôton et l eschaton La nouveauté d une figure le novum était préfigurée par un prototype situé au commencement En même temps la nouveauté de la figure la distingue radicalement de ce qui l annonçait du prototype ancien Ce Novum renvoie alors à la nouveauté définitive située au terme de l histoire Toute figure est donc située entre le prôton et l eschaton Elle est préfigurée par un prototype et elle même comme type relaie le prototype en vue de l antitype La figure accomplit un prototype et préfigure l accomplissement définitif Beauchamp reprend le paradoxe de la figure avancé par Fishbane Celle ci est annoncée et pourtant sa nouveauté dépasse toute attente et par là même rend ancienne la figure Il y a donc une radicalité de la coupure entre ancien et nouveau Beauchamp va plus loin Cette radicalité semblable à la radicalité de la mort et de la naissance renvoie à la radicalité de la fin définitive et du commencement éternel La figure est toujours transitoire par contre comme promesse et annonce elle renvoie au nouveau définitif Dès l Ancien Testament ce rapport typologique ancien nouveau est déjà perçu comme attente d un accomplissement définitif à la fin des temps La typologie renvoie aux extrêmes Notre auteur se risque à en donner une explication historique qui passe par l exil L exil fut par excellence pour Israël une expérience de la radicalité de la mort La promesse dont Israël avait pu voir avec joie un début de réalisation semble échouer radicalement Et pourtant du fond de cette expérience de la fin et de la mort une nouveauté se fait jour Il s agit de l espérance d une nouveauté radicale et définitive située à l eschaton Cette espérance de nouveauté est d autant plus soulignée qu elle apparaît sur le fond d un passé qui s est terminé en impasse En même temps si le passé est relégué dans l ancien la promesse dont les figures du passé étaient porteuses n est pas annulée Au contraire la promesse est approfondie comme porteuse de l espérance d une béatitude non seulement temporelle mais éternelle eschatologique A tel point que cette béatitude définitive est envisagée comme une nouvelle création sur le modèle de la première L antitype final trouve son prototype sa préfiguration dans le commencement Tout accomplissement qui ne serait pas une reprise totale de la création ne pourrait prétendre à l accomplissement définitif Il serait tout au plus un accomplissement partiel un relais en vue de la fin Pour illustrer notre propos nous pouvons prendre trois textes qui témoignent de l effet de l exil vécu ou imminent sur la lecture typologique A chaque fois la situation actuelle de l exil est corrélée avec des prototypes tirés du Pentateuque et plus particulièrement de la Genèse Le nouveau est corrélé avec des traditions anciennes Regardez le roc d où vous fûtes taillés regardez Abraham votre père et Sara Il était seul je l ai béni YHWH a pitié de Sion Is 51 2 Crie de joie stérile toi qui n enfantais pas Is 54 1 C est Rachel qui pleure ses fils elle ne veut pas être consolée Assez plus de voix plaintive Jr 31 15s Ainsi donc le premier texte remémore le miracle de la paternité d Abraham comme celui de la fécondité de Sara Le second texte quant à lui fait mémoire de la cessation de la stérilité commune à Sara Rébecca et Rachel Chacune de ces situations qui décrivent un retournement inattendu est promue en type ou figure de la renaissance d Israël à partir de l exil Le troisième texte quant à lui apporte un exemple plus radical et plus complet En effet le deuil de Rachel est figure du deuil de Sion en même temps la consolation qui intervient pour Sion est une nouveauté par contraste avec Rachel qui n est pas consolée A chaque fois la situation nouvelle est corrélée et parfois mise en tension avec un prototype tiré des traditions patriarcales La frontière entre prototype et type se dessine déjà C est dans le deuxième Isaïe que la structure se découpe le plus lisiblement Ainsi parle YHWH qui fit une route à travers la mer ne vous souvenez plus d autrefois ne songez plus aux choses passées voici que je vais faire du nouveau qui déjà paraît Is 43 18s Nous trouvons ici l ère des prototypes et l expérience vécue des types avec ce qui paraît déjà comme prodrome du retour d exil Les prototypes sont clairement situés dans l ancien et les types sont dans le nouveau En sus le troisième temps l eschaton se profile déjà dans la mesure où il est suggéré que le nouveau n a pas fini de paraître Le texte est tourné vers une attente qui très vite se projettera vers un changement considéré comme définitif PLT 249 On remarque la fermeté de ce texte qui n est d ailleurs pas le seul dans ce cas à affirmer la spécificité d une ère qualifiée comme ancienne une ère des prototypes Il est dès lors logique de relier ces déclarations du temps de l exil avec le processus littéraire et canonique de la constitution de la Torah comme corpus PLT 248 Pour Beauchamp il y a une liaison intime entre le moment typologique qui est le temps d une nouveauté et la clôture des traditions anciennes sous forme d une Torah La frontière entre l ancien et le nouveau qui se fait jour à travers les événements de l exil a son équivalent dans les Écritures qui isolent l ancien prototypique de la Torah et le nouveau figuré par ces prototypes en les relayant en direction de l horizon final de l eschaton Par la distinction canonique entre la Loi et les prophètes la différence entre la figure et l accomplissement passe dans l Ancien Testament lui même avant de passer entre les deux Testaments Bien que les figures prototypiques de la Torah connaissent des accomplissements partiels dans l Ancien Testament elles gardent une valeur permanente jusqu à leur accomplissement définitif Les accomplissements que les prototypes connaissent dans l Ancien Testament se succèdent dans l histoire sans pouvoir correspondre totalement à la promesse radicale de victoire sur la mort et de vie éternelle dont ils sont porteurs Si l Ancien Testament désigne un terme il n est pas l accomplissement définitif Il s inscrit encore dans le cercle de la répétition qui est celui des figures Après ces considérations Beauchamp remarque que le rapport entre les deux Testaments rapport entre l ancien et le nouveau s inscrit dans la continuité de l exégèse typologique vétéro testamentaire En ce sens l exégèse des Pères de l Église était préparée par la tradition juive Elle trouve là une nouvelle légitimation et en même temps un correctif à ses faiblesses En effet son souci de référer le Christ à tout l Ancien Testament ne lui a pas toujours permis de voir comment la typologie se déployait au sein même de l Ancien Testament Par là même cette exégèse n a pas toujours su voir comment la nouveauté se manifestait aussi dans l Ancien Testament même si elle ne s éclaire définitivement que dans la nouveauté du Christ par le don de l Esprit Dans la partie suivante j aborde l accomplissement des figures dans l acte du Christ grâce à une recherche de Beauchamp 7 C est l acte du Christ qui est le novum accomplissant les Écritures Le Christ n accomplit pas les figures sans les reprendre Et cet accomplissement est fin de la répétition et fin des figures Le Christ entre et fait entrer dans la victoire définitive sur la mort et dans la nouvelle création Ceci me permet de voir comment dans l acte du Christ le paradoxe de la fidélité et de la nouveauté est vraiment tenu dans toute sa tension Ce paradoxe qui est au cœur de l accomplissement trouve dans l expérience humaine une parabole En effet l homme honore le plus ses parents quand il donne la vie Il leur est d autant plus fidèle qu il les quitte pour permettre à du nouveau d advenir Ainsi la figure des noces fournit une parabole de l accomplissement En son sein la nouveauté est une fidélité A partir de là Beauchamp montre comment cette figure des noces se déploie selon trois couples les couples homme femme Israël nation homme monde Ces couples autour desquels les figures se cristallisent forment une clé pour le récit et l histoire biblique La Croix du Christ fait tomber le mur qui séparait l homme de la femme Israël des nations l homme du monde Par elle l unité des figures est réalisée comme rencontre du Christ et de l Église III Continuité et nouveauté Après les recherches de Fishbane et Beauchamp il semble difficile de remettre en cause le fait que la frontière entre figure et accomplissement traverse l Ancien Testament Ce faisant nous ne pouvons nous empêcher de nous demander si cette affirmation n édulcore pas la même frontière entre les deux Testaments Autrement dit Beauchamp n émousse t il pas la nouveauté et la radicalité de l accomplissement dans le Christ en parlant d accomplissement dès l Ancien Testament Est il légitime de parler de nouveauté dans l Ancien Testament alors que le Christ par sa nouveauté rend ancien tout ce qui le préfigure cf He 10 9 En réalité il convient de remarquer que du point de vue scripturaire l Ancien Testament ne rechigne pas à l usage des termes nouveau et ancien De même nous avons vu que la différence figure accomplissement traverse l Ancien Testament avant de traverser les deux Testaments De fait l Écriture nous donne des indices forts de continuité Beauchamp prenant appuie sur cela n édulcore pas cependant la discontinuité radicale entre les deux Testaments Il me semble d ailleurs que toute la force de sa réflexion tient à la détermination à tenir le paradoxe de la continuité et de la rupture au sein de la Révélation Mettre en avant ce paradoxe n est pas une façon de s arrêter de réfléchir Au contraire il s agit d une stimulation pour approfondir la question de la cohérence du dessein divin Il faut pour Beauchamp maintenir la tension entre les deux termes du paradoxe sans renoncer pour autant à l unité Ce paradoxe est celui d une nouveauté inouï qui pourtant était préfigurée Le paradoxe doit tenir ensemble des figures qui annoncent le Christ et le connaissent d une certaine manière et simultanément une nouveauté radicale de l accomplissement de ce Christ inconnu Au point d articulation entre fidélité et nouveauté continuité et rupture la croix du Christ vient se planter comme clef de l unité Tout d abord pour Beauchamp il faut affirmer une certaine continuité qui va de la figure à l accomplissement La figure qui déjà est réelle annonce le réel qui l accomplira En tant qu annonce elle n est pas totalement extérieure à ce qu elle annonce D une certaine façon il faut dire qu elle le connaît L image qui revient le plus souvent pour parler de l accomplissement est celle de l acte de remplir La figure est remplie du réel qui lui manque En ce sens la figure ne disparaît pas mais elle accueille une plénitude Déjà au sein de l Ancien Testament les figurent connaissent un accomplissement partiel avant le Christ une certaine continuité se laisse découvrir Cette cohérence qui relie la figure à son accomplissement et où se dit le dessein de Dieu n est pas uniquement gardée dans la conscience de Dieu Dès l Ancien Testament les corrélations typologiques de l Écriture manifestent la perception par les auteurs bibliques d une partie du dessein divin Certes ce dessein n est pas révélé en plénitude et ne permet en aucune façon de déduire son accomplissement mais sa continuité se laisse percevoir et son terme est préfiguré Autre corollaire important ce dessein pour pouvoir être discerné suppose toujours un acte de lecture un processus herméneutique Le dessein n est pas proposé sans solliciter du lecteur un acte de liberté A travers cet acte herméneutique il est possible d avoir accès à ce que Beauchamp appelle un processus de spiritualisation au sein de l Ancien Testament En effet pour lui la res de l Ancien Testament est déjà spirituelle 8 Rejoindre ce processus de spiritualisation n équivaut donc pas à s écarter de la res Au contraire il s agit d une plus grande fidélité à ce dont la res est porteuse et qui se livre moyennant l acte libre de lecture Ainsi il ne s agit pas tant de s évader de la lettre que de percevoir ce dont elle est porteuse plus particulièrement à travers les corrélations typologiques Néanmoins de façon très explicite pour notre auteur aller à la rencontre d une telle spiritualisation ne permet pas d avoir accès au sens spirituel Celui ci est un sens nouveau qui est découvert uniquement sous l action de l Esprit donné par le Christ Ainsi après avoir souligné la continuité Beauchamp marque la rupture Car si les figures annoncent l accomplissement celui ci demeure en excès par rapport à ce qui l annonce La nouveauté du Christ n est pas un point de convergence désigné par les figures qui le précèdent Elle n est pas non plus une extrapolation à partir du dessein de Dieu tel qu il a pu être perçu auparavant Il s agit d une nouveauté inattendue quoique annoncée D ailleurs le Christ en tant qu il revêt la figure n a pas de figure équivalente dans l Ancien Testament Il est la contraction des figures contraction dont l homme est par lui même incapable comme le souligne justement Frye En ce sens s il vient emplir les figures de leur plénitude actuelle la configuration qu il donne à cette plénitude lui est propre La nouveauté du Christ si elle assume les figures leur confère une plénitude qu elles n ont pas et une configuration qui les dépasse On peut donc parler de transfiguration pour souligner que les figures sont assumées mais il faut aussi parler d une mort et d une résurrection dans le Christ dans la mesure où les figures ne sont pas extérieures au mystère pascal En effet la figure se survit à elle même par les mots mais elle ne passe pas la limite de la mort Le Christ qui par sa mort vient rejoindre toute forme de mort rejoint la figure pour lui donner sa réalité sa vie son accomplissement La figure n entre pas par elle même dans la nouveauté Celle ci lui est donnée dans l accomplissement en plénitude L accomplissement dévoile son manque et son ancienneté Mais simultanément le Christ libère la figure de cette ancienneté Car la figure qui est du passé se révèle étonnamment actuelle grâce au nouveau qui l accomplit 9 En effet la lumière de l accomplissement rejaillit sur la figure qui l annonçait et cette dernière ne reçoit la lumière que pour souligner en retour la grandeur de l accomplissement Le Christ seul permet de tenir le paradoxe de la continuité et de la rupture lui seul récapitule les figures qui l annoncent selon le dessein de Dieu mais aussi lui seul les excède dans sa nouveauté qui les rend anciennes S il en est ainsi c est bien parce que les figures sont déjà façonnées par lui quand elles apparaissent dans l histoire Nous soulignons que l on peut voir les figures soit à partir du terme c est à dire de la rédemption soit à partir du commencement c est à dire de la création Dans le premier cas le nouveau est mis en avant et les figures regardées à la lumière de

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Quand-la-Bible-interprete-la-Bible (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 75 (avril-mai 1998) : Miettes bibliques : On nous change la Bible - Revue Résurrection
    la synagogue avant d être celle de l Église c est pourquoi parmi toutes les traductions possibles d Is 7 14 il a retenu virgo pour traduire l hébreu almah et pas autre chose 1 Par ailleurs on sait aujourd hui que le texte massorétique n est qu une des formes du texte hébreu et qu il en a existé plusieurs qui ont dû circuler ensemble encore au temps de Jésus L une a été traduite par la Septante qui s avère sur bien des points avoir gardé le premier état du texte les travaux de Madame Harl et de son équipe ont montré sur le livre de Josué par exemple que des passages avaient disparu de l hébreu massorétique qui se trouvent encore dans la Septante L a priori qui consiste à ne partir que d un seul état du texte quitte à mettre en note les autres aperçus est sans doute recommandé dans un travail spécialisé Dans une Bible destinée au grand public elle a un effet étrange elle remise toutes les interprétations au musée des options facultatives concédant par contre au judaïsme rabbinique d avoir gardé le seul texte authentique de la Parole de Dieu ce qui est peut être lui concéder beaucoup Le repli sur le texte massorétique le refus de la Septante sont des attitudes de défense du judaïsme de la fin du Ier siècle au moment où il se sentait menacé par l expansion du christianisme Notons que lorsque le Nouveau Testament cite l Ancien des centaines de fois c est toujours à partir du texte de la Septante à quelques minimes exceptions près Un autre choix contestable est celui d accepter certaines hypothèses exégétiques dont le moins qu on puisse dire est qu elles ne s imposent pas Le trouble causé par la

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/On-nous-change-la-Bible (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 74 (février-mars 1998) : Hommage au P. Louis Bouyer : Notre ami, notre maître - Revue Résurrection
    œuvre de Résurrection venant encore faire des conférences à Saint Germain l Auxerrois en 1991 92 93 Le P Bouyer n est cependant pas le seul maître que nous ayions connu et qui nous ait soutenus En leur temps les Cardinaux Jean Daniélou Henri de Lubac Hans Urs von Balthasar le P Le Guillou ne nous ménagèrent ni leurs conseils ni dans certains cas leurs éloges Nous les avons lus avec passion et nous pouvons nous flatter d être aussi leurs disciples Mais pourtant notre lien avec le P Bouyer a quelque chose de spécifique son œuvre énorme moins immense pourtant que celle de H Urs von Balthasar se recommande par la variété de ses curiosités mais qui restent toutes reliées au dogme trinitaire ce n est pas pour rien que sa deuxième trilogie Le Fils Éternel Le Père Invisible Le Consolateur contient en fait des aperçus très riches par exemple sur l histoire des religions Le Père Invisible sur l inspiration mytho poétique Le Consolateur Cette manière à la fois très classique et très anticipatrice de poser les questions rejoint une manière de faire chère à Résurrection L importance de la liturgie pour le P Bouyer n est pas à démontrer Plusieurs d entre nous ont commencé leur théologie avec Le Mystère Pascal et y ont appris bien plus que dans toutes les introductions La connaissance à la fois forte et savoureuse des richesses de la tradition liturgique et spirituelle de l Église est un trait que nous avons tous beaucoup aimé chez lui Le refus d idéaliser le passé la conscience des complémentarités la perception des ruptures ont marqué notre perception de vingt siècles d histoire Un dernier trait peut être nous le rend très proche c est ce que j oserais appeler sa liberté Peut être à

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Notre-ami-notre-maitre (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 74 (février-mars 1998) : Hommage au P. Louis Bouyer : La vie monastique - Revue Résurrection
    est pas une fin en soi ce n est qu un moyen de libérer son esprit pour l écoute de la Parole Mais il parait évident que l ascétisme physique paraît pour nos fondateurs du monachisme une composante indispensable pour une vie spirituelle tant soit peu exigeante Remarquons avec le P Bouyer que pour les moines du temps d Antoine il n est absolument pas question de pratiques afflictives comme les moines d Irlande ou saint Pierre Damien en introduiront dans l ascèse pas de mortifications blessantes pas de disciplines ensanglantées L ascèse d Antoine et des premiers moines n est faite que d abstinence Elle n inflige aucune torture Elle ne fait que laisser tomber les besoins impérieux pour la commune nature humaine Elle restreint simplement mais délibérément dans la mesure du possible la vie inférieure qui d ordinaire se taille une place prépondérante dans l ensemble de l existence 12 Une devise toujours prêt Le moine est comme devrait l être tout chrétien celui qui est conscient que ce monde passe et que le temps est court Il est toujours en train de veiller pour attendre le retour du Sauveur qui vient aujourd hui Chaque jour est un aujourd hui chaque instant est celui où ce monde se dissout dissolution catastrophique et imminente où la Parole tranchera dans le vif D où cette lutte acharnée contre une installation dans laquelle le progrès serait comme déjà réalisé ce qui conduirait notre veilleur à un immobilisme à laisser la flamme de sa lampe s affaiblir et lui à s endormir à l heure où le Maître reviendra Les efforts passés ne doivent pas être considérés comme des biens acquis mais comme un appel à poursuivre de plus belle comme le dit saint Paul à la communauté de Philippe Oubliant ce qui est derrière moi et me portant de toutes mes forces vers ce qui est en avant je cours droit au but 13 Ce perpétuel aujourd hui ces derniers temps notre moine les vit selon le rappel d Antoine emprunté au prophète Élie Le Seigneur est vivant devant qui je me tiens aujourd hui 14 Cette immédiateté de la présence divine conduit à une disponibilité qui suppose une ouverture totale du cœur à Dieu L ascèse ne se justifie pas par des acquis qu il faudrait engranger comptabiliser sur un compte d épargne du salut mais par la volonté de se tenir à l extrême pointe de cet aujourd hui où la présence divine s impose d être prêt pour cet instant où ce siècle du monde s achève et où lui est substitué celui de la Justice Le moine est donc ce chrétien lucide qui s efforce de prendre conscience de sa situation en étant au contact immédiat du jugement lequel se dérobe à chaque instant par pure miséricorde de Dieu afin que nous puissions satisfaire pleinement à ses exigences Voilà tout le secret et le sens de cette vie de progrès incessant Voici ajoute le P Bouyer tout le secret de cette ascèse et c est ce qui lui donne un caractère si purement chrétien Elle n est qu une intransigeante conséquence de l eschatologie chrétienne c est à dire cette foi en l imminence perpétuellement immédiate de l intervention divine du jugement de la Parole créatrice Celui ci doit trancher comme un glaive auquel rien ne résiste entre la création jouisseuse mais esclave vouée à la mort avec le démon et la création crucifiée mais triomphante vouée à la vie avec le Christ ressuscité 15 Mais laissons tout de même un peu la parole à Antoine lui même telle que nous la rapporte Athanase Ayant donc ainsi commencé et marchant déjà dans le chemin de la vertu luttons davantage afin de parvenir aux biens futurs 16 Que personne ne regarde en arrière comme la femme de Lot 17 car le Seigneur dit Quiconque ayant mis la main à la charrue regarde en arrière est inapte au royaume des cieux 18 Regarder en arrière n est rien d autre que changer d avis et reprendre goût au monde 19 Le chevalier sans peur Le moine n est pas quelqu un qui se serait installé pour sa recherche de Dieu dans une contemplation statique et passive Bien au contraire plus il avance sur le chemin du Christ et plus l Ennemi fera son possible pour le dissuader du choix qu il a fait A ce moment le moine devra fourbir ses armes non seulement pour se défendre mais surtout pour attaquer et occuper le terrain le Christ lui même n est il pas allé au désert pour y être tenté 20 Pour y être tenté oui mais aussi pour combattre et pour vaincre Le moine maintenant entraîné peut entrer dans l arène La vie monastique est celle d un combattant l existence d un véritable chevalier du Christ qui doit parfois lutter sur un vaste front Les premières attaques de Satan sont insidieuses Ce ne sont d abord que des souvenirs du passé les années de jeunesse le milieu familial les plaisirs passés etc Tout cela ne parait pas anormal car toutes ces choses sont bonnes en soi Mais c est la porte ouverte à la seconde étape Par la prière et la lecture le jeune moine va chasser ces pensées pour se tourner vers les pensées d en haut Alors le Malin tentera de saisir les armes du lutteur pour le faire douter de son abandon du monde les biens terrestres le soin de ses proches Toutes ces choses n ont rien de mauvais en elles mêmes mais ce sont encore des moyens que le diable utilise pour détourner le moine et le faire regarder en arrière afin de le faire trébucher Pour cela il va jusqu à essayer de le mettre en défaut sur l Écriture par exemple au sujet de ses proches Si quelqu un ne prend pas soin des siens surtout de ceux qui vivent avec lui il renie la foi il est pire qu

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/La-vie-monastique (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • N° 74 (février-mars 1998) : Hommage au P. Louis Bouyer : Pour une théologie de la liturgie - Revue Résurrection
    bénédiction juives pour louer les merveilles de Dieu et rappeler qu Il réalise son œuvre de salut dans notre temps sous nos yeux à travers les signes visibles et le culte authentique de Son Église Dès lors il faut bien comprendre que la théologie gagne en profondeur et en clarté tout en se détachant aussi d une trop grande rigidité intellectuelle comme si la liturgie était le vrai creuset d une intelligence capable d embrasser la rationalité et la spiritualité Cette théologie là reste toute proche du sens premier du grec theologia qui désigne un hymne une glorification de Dieu par le logos Cette pensée y apparaît certes rationnelle au plus haut point mais de cette raison qui est harmonie musique intellectuelle et dont la traduction spontanée est donc un chant liturgique et non quelque coupage de cheveux en quatre ou un fastidieux étiquetage 3 Et les réformes C est dans cette écoute attentive à la richesse des rites que le P Bouyer a cherché l attitude qui lui semblait valable devant l ampleur de la tâche à accomplir par le mouvement liturgique auquel il a plus ou moins participé Il semble avoir beaucoup varié dans ses déclarations et son attitude il participe activement à la fondation du Centre National de Pastorale Liturgique qu il quittera par la suite il fustige dans des formules terribles tantôt les anciens rites la psalmodie ratatinée du chant grégorien la spiritualité de femmelette endolorie de messes basses et de salut 4 fondée sur de fausses théologies qui encombrent l eucharistie sous prétexte de la développer 5 tantôt les élucubrations 6 les improvisations où l inculture et l incompétence prétendaient tirer les conséquences du dit Concile 7 Sans doute certaines paroles sur l absence totale de participation des fidèles dans l ancienne disposition des lieux de culte exposée dans Architecture et liturgie sont elles un peu excessives mais il faut surtout comprendre que l apport du P Bouyer n est pas dans ses avis variés sur les moyens d une réforme qui s inscrivent dans des arguties maintes fois échangées depuis le Concile mais dans sa vision extrêmement cohérente du sens à donner à une réforme liturgique restauration pour les fidèles d une compréhension globale de l action de la Grâce dans les célébrations qui implique selon lui d initier les fidèles au sens de l Écriture à une mens christi appliquée à l Écriture et au monde spirituel dans lequel baignaient les rédacteurs des textes liturgiques et de revenir par exemple à la contemplation du Christus victor du Kurios céleste au lieu du vaincu auprès duquel on sanglote La remise à l honneur de l office divin par exemple s articule très profondément avec le désir du P Bouyer de voir renaître une spiritualité des Psaumes et un christianisme préoccupé du combat spirituel sa volonté de voir le calendrier liturgique réformé et de redonner toute sa splendeur aux cérémonies de la Semaine Sainte correspondent à une lutte contre une certaine spiritualité molle des mois

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Pour-une-theologie-de-la-liturgie (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •