archive-org.com » ORG » R » REVUE-RESURRECTION.ORG

Total: 946

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • N° 47-48 (décembre 1993) : Mgr. Maxime Charles, la clef d'un renouveau : Faut-il achever le carlisme ? - Revue Résurrection
    à chaque occasion qui s est présentée de sortir de son cadre malgré tout limité de lancer un grand mouvement d opinion ou simplement de répondre à l invitation de théologiens et d hommes d Eglise influents en prenant la responsabilité de fonder une association sacerdotale il s est après réflexion toujours dérobé Les raisons invoquées furent multiples et toujours sérieuses mais le fait est là l homme entre les mains de qui est passée une part appréciable de la jeunesse française et du jeune clergé qui en a séduit beaucoup beaucoup lancé dans l action apostolique intellectuelle religieuse jusqu au bout n a pas créé de communauté permanente de famille spirituelle et à cause de cela a donné l impression de labourer la mer 1 Ce n est pas faute d en avoir vu l importance Il était trop lucide sur les conditions de l engagement dans l Eglise pour croire que le zèle apostolique éveillé par un deux ou trois ans de vie active dans les mouvements étudiants puisse normalement durer au delà dans les organisations en place Malheur à l homme seul aimait il lancer quand il voyait un jeune prêtre un peu trop imbu de son indépendance L idéal de la vie sacerdotale et chrétienne tout court ne lui paraissait pas le chacun pour soi La vie en communauté il l avait souhaitée dès son ordination et son ministère à Malakoff Tout au long de sa vie il avait suscité des équipes à la fois laborieuses et priantes dont celle des aumôniers du Centre Richelieu restera le modèle idéal souvent rappelé Il savait qu à moins d aliéner une part de son indépendance d accepter une autorité de se lier durablement il n y aurait aucun fruit sérieux Il le dit clairement dans les circulaires de fondation du groupe Résurrection en 1954 adressées aux anciens du Centre pour leur proposer un engagement durable 2 Mais la même conviction anima d autres tentatives à divers degrés soit purement cléricales soit engageant des laïcs Nous sommes témoins que la même préoccupation restera vite malgré les blessures et malgré les échecs jusqu au bout Pourtant face à cette tendance de fond une autre plus réaliste plus séculière pourrait on dire existait et amenait à la prudence Le prêtre séculier ici clairement distingué du religieux y apparaissait comme ayant son indépendance gérant ses biens responsable des oeuvres dont il était chargé n ayant pas à partager durablement la vie des laïcs même engagés dont la vocation était autre Dans cette optique l apostolat actif et conquérant apanage des années estudiantines devait céder la place pour les non clercs à un engagement plus raisonnable tenant compte de leur état de vie et leur permettant de continuer à prier et à se former dans diverses organisations d Eglise En ce cas il avait conscience de travailler pour l Eglise entière laissant partir peu à peu du giron des éléments de grande valeur destinés à s implanter ailleurs Prudence tactique fruit de l

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Faut-il-achever-le-carlisme (2016-02-09)
    Open archived version from archive


  • Ancienne série : N° 1 à 76 - Sommaires et éditoriaux : Sommaires et éditoriaux - Revue Résurrection
    précédente Résurrection s est interrogé sur la valeur d une affirmation de Dieu dam le présent numéro c est plutôt l action de Dieu qui est étudiée Autrement dit l attention est portée sur Dieu en tant qu on essaye de s en faire une idée ou en tant qu il sort de lui même Peu de chose sur ce qu Il est lui même Or il est écrit Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton esprit de toute ton âme et de toutes tes forces Deut 6 5 Comment aimer celui que l on ne connaît pas Pour aimer il faut considérer l autre tel qu en lui même et pas seulement par rapport à soi ou à cause de son oeuvre L amour réclame que soit posé en face de soi un pôle de relation dont on pénètre ou dont on s efforce de pénétrer quelques unes des profondeurs C est à une démarche de ce genre que les lignes suivantes invitent Elles ne prétendent apporter rien d original mais seulement donner des exemples de recherche de l identité de Dieu à travers ce qu il a été dit de son comportement à l extérieur de lui même Cheminements divers La réflexion philosophique ne s est pas contentée de conclure à l existence de Dieu A partir d une question sur le monde dont elle voulait connaître la raison d être elle est arrivée jusqu à concevoir un auteur libre de celui ci Voilà un premier aspect de Dieu il est spontanéité De même à partir de ses interrogations sur l homme elle postule pour expliquer celui ci une cause et une fin qui aient le caractère d une personne Dieu est donc affirmé comme un être personnel et libre C est déjà quelque chose Mais c est à travers l histoire du salut c est à dire de la réalisation du dessein de Dieu sur l homme que celui ci se révèle Oh d une façon furtive car nous ne trouvons ni dans l Ancien Testament ni dans le Nouveau de traité ni de définition de Dieu Celui ci est supposé s imposer à toute conscience humaine comme en témoigne la diversité des religions non seulement comme existant mais avec un certain nombre de caractéristiques admises confusément par tous les hommes ce fameux quelque chose ou quelqu un au dessus de nous professé encore par beaucoup Seulement la révélation judéo chrétienne pour parler de Dieu emploie tout un langage symbolique à travers lequel se dessine les traits d un visage cohérent de Dieu Le Nouveau Testament va beaucoup plus loin car il affirme que ce que personne n avait jamais connu de Dieu est maintenant révélé par Jésus Christ Nul n a jamais vu Dieu le Fils unique lui l a fait connaître Jean 1 18 Laissons de côté résolument le mystère trinitaire qui est bien celui de la vie profonde de Dieu mais qui sera étudié dan la prochaine livraison de Résurrection Le Christ par sa parole qui assume l acquis de l Ancien Testament qui assumait lui même en le transformant l acquis de la pensée commune laisse transparaître par sa manière d être et surtout d agir ce que c est que Dieu d une façon si plénière qu elle ne sera jamais dépassée Qui m a vu a vu le Père Jean 14 9 Les disciples de Jésus en ont eu parfaitement le sentiment Après avoir à maintes reprises et sous maintes formes parlé jadis aux Pères par les prophètes Dieu en ces jours qui sont les derniers nous a parlé par le Fils resplendissement de sa gloire effigie de sa substance Hébreux 1 1 3 Sur ces données la réflexion chrétienne qui est assistée d en haut et qui utilise les schémas philosophiques travaille et disserte de la nature et de ce qu elle appelle les attributs de Dieu de façon suffisamment sûre pour que les conciles Latran IV Vatican I en garantissent l exactitude Tout ce qui est dit ainsi est pourtant loin d être satisfaisant L Ecriture est pleine d anthropomorphismes dont la naïveté est évidente la théologie emprunte ses mots à une métaphysique qui est d abord réflexion sur les choses Au delà même des difficultés à exprimer la connaissance de Dieu St Grégoire de Nysse et avec lui tous les tenants de la théologie négative ou apophatique ont affirmé son incompréhensibilité Ils entendent par là non qu on ne puisse rien percevoir de Dieu mais qu on ne peut ni l étreindre complètement ni épuiser sa réalité L intelligence humaine n est pas à la mesure de Dieu Plus l esprit progresse dans la connaissance du réel plus il voit que la nature divine est invisible La vraie connaissance de Dieu consiste à comprendre qu il transcende toute connaissance séparé de toute part par son incompréhensibilité comme par une ténèbre Jean le mystique qui a pénétré la ténèbre lumineuse dit que personne n a jamais vu Dieu définissant par cette négation que la connaissance divine de l essence est inaccessible non seulement aux hommes mais à toute nature intellectuelle C est une absurdité et une folie mensongère comme dit le prophète de penser que la compréhension des réalités insaisissables est possible à quelqu un Cependant comme l homme trouve sa vie dans la connaissance de Dieu il existe une autre voie par laquelle l invisible et l incompréhensible peut être vu et saisi Les modes de cette saisie sont nombreux En effet par la sagesse qui se manifeste dans l univers nous pouvons voir conjecturalement celui qui a tout fait avec sagesse En regardant le monde créé nous pouvons nous faire une idée non de l essence mais de la sagesse de celui qui a fait sagement toute chose Il en est de même pour la bonté la puissance la pureté Denys l auteur des Noms divins va plus loin encore en enseignant que Dieu est au delà de toutes les catégories de pensée parce qu il possède de façon éminente toutes perfections même celles qui nous paraissent contradictoires C est ce qu on s est efforcé de préciser en parlant de l analogie de l être et de l analogie de la foi La première consiste à affirmer de Dieu ce que nous affirmons de ses créatures mais en protestant à la fois qu il en est différent et au delà d une façon suréminente Les créatures gardent en effet l empreinte de leur Créateur mais cette empreinte ne livre Dieu ni totalement ni parfaitement La seconde se met à l écoute de la révélation mais perçoit que celle ci pour rejoindre l homme fait appel à une expérience et à un vocabulaire humains ce qui la limite et réclame une perpétuelle correction de visée De ces remarques on serait tenté de conclure que Dieu est très compliqué Ce serait s éloigner tout à fait de la vérité car Dieu est très simple au contraire et le caractère balbutiant de la connaissance que nous avons de lui provient de notre intelligence dont la faiblesse est accrue par notre péché cf Romains 1 18 32 et qui est bien obligée de prendre des flashes partiels et successifs de Dieu A partir de la création Dans les religions et les philosophies Dieu est souvent mal distingué du monde Et il est curieux de voir qu aujourd hui de nouveau il y a tendance à donner le nom de Dieu au dynamisme de l évolution ou de l histoire comme à l élan de l homme vers sa propre réalisation La révélation judéo chrétienne au contraire sous la forme de la polémique anti idolâtrique est très nette Il y a un abîme entre ce que nous connaissons en ce monde et Dieu L interdiction de représenter Dieu par des images est l application rituelle de ce principe Les prophètes les psaumes raillent sans cesse ceux qui pensent identifier Dieu à quoi que ce soit de matériel A l heure des derniers affrontements entre le judaïsme et le paganisme les Israélites se feront tuer plutôt que de rendre des hommages divins à des statues Les Chrétiens bien que le culte rendu à Jésus paraisse aux Juifs une idolâtrie prendront le relais et subiront le martyre à leur tour pour cette cause sainte Dieu est autre il est radicalement différent de ce qui peut tomber sous les sens Le rapport de Dieu et du monde que se sont efforcés d élucider les religions et les philosophies est tranché dans un sens particulier par la Révélation Elle proclame la création abondamment étudiée dans le présent numéro Les premiers chapitres de la Genèse l illustrent les psaumes la chantent Job la défend les livres de Sagesse en sondent les motivations intérieures Saint Paul se fera l écho de cet enseignement Cette création de ou ex nihilo c est à dire à partir de rien va au delà d une explication du monde qui serait seulement arc bouté à un principe d intelligibilité elle est affirmation d une précarité profonde du monde et d un commencement absolu don d une liberté radicale de Dieu Elle s exerce d ailleurs perpétuellement par une attention et une action continue sur le monde sans lesquelles le monde cesserait d exister ainsi que Jésus dans les évangiles l affirme et le manifeste par ses miracles et saint Paul le souligne avant saint Augustin C est d ailleurs un des possibles du tétragramme sacré révélé à Moïse Yahvé celui qui fait être Bien plus Dieu a un plan sur le monde et sur chaque individu D après le Second Isaïe et les Proverbes 8 il en poursuit efficacement la réalisation en dehors de lui même mais sans succession chronologique en lui même et sans briser la liberté des êtres auxquels il a donné ce privilège C est ce qu on appelle sa Providence Elle se déploie aussi bien dans le monde que dans l histoire Elle permet d apercevoir l Omniscience et la Toute Puissance de Dieu Le Christ rend hommage à l une et à l autre et les exerce toutes les deux A travers l histoire du salut Les richesses intérieures de Dieu apparaissent plus nettement encore à travers ses interventions parmi les hommes Reconnu sous le nom d Elohim ou en abrégé d El comme un ensemble plus ou moins foisonnant de forces dans le monde il est devenu pour le peuple formé par Moïse le Dieu des Pères le Dieu d Israël un Dieu qui en raison de sa préférence pour ce peuple réclame non seulement d en être adoré sans partage mais qui de plus est le seul Dieu le Dieu unique Ses interventions multipliées au profit des hommes révèlent sa présence extraordinairement active A cause d elle Ezéchiel parle du Dieu vivant Comme Dieu pense qu il veut qu il agit qu il parle surtout il apparaît de plus en plus comme une personne Quand saint Jean saluera l incarnation du Fils de Dieu il trouvera tout naturellement la formule il a habité parmi nous comme on dirait de quelqu un qui change de domicile Et pourtant ce Dieu est saint C est un mot qui connaîtra une évolution singulière En son origine il signifie presque dangereux celui dont on doit s approcher avec beaucoup de précautions rituelles mais derrière cette séparation de fait on aperçoit une certaine notion de transcendance Et puis ce sera une certaine attitude morale par laquelle Dieu est à la fois législateur quelques psaumes s enivrent de la beauté et de la valeur de ses commandements et réalisation totale du bien Les philosophes qui découvriront en lui le fondement de la loi morale ne penseront pas autrement Il est sage et tous ses desseins et comportements sont parfaits Il est juste et discerne parfaitement le bien du mal Le Christ rappellera la sainteté de Dieu il proposera aux hommes de s en inspirer il sera lui même appelé le Saint et laissera voir les moeurs de Dieu à travers sa manière dé vivre Mais la révélation la plus profonde et la plus extraordinaire de Dieu est bien celle de son amour L Ancien Testament épuise les comparaisons Il aime comme un vigneron aime sa vigne un pasteur son troupeau Il aime comme un époux et un père Ce dernier vocable connaîtra un sort étonnant Il aime tout ce qui existe dit la Sagesse il aime son peuple et chacun de ses membres Cet amour est exigeant et ne nuit en rien à sa sainteté c est pourquoi il est dit un Dieu jaloux mais il n exclut pas la miséricorde et Isaïe ose nous parler des entrailles c est à dire de la sensibilité de Dieu qui se retournent en faveur du pécheur C est elle qui explique sa fidélité celle ci est plus que de la suite dans les idées c est un rebondissement perpétuel d une bienveillance qui au delà des conséquences malheureuses du péché et au besoin en les utilisant reprend son cours Lorsqu il voudra décrire l incarnation et la rédemption le Nouveau Testament affirmera que Dieu a tellement aimé le monde qu il lui a donné son Fils unique et que pour le salut des hommes il n a pas épargné son propre Fils C est en effet le paroxysme de cet amour Lorsqu il est dit que Dieu est Esprit cela ne signifie sans doute pas son caractère non corporel mais son mouvement essentiel de Don Voilà comment saint Jean en arrive à oser définir Dieu et à affirmer Dieu est amour nous introduisant déjà dans le mystère trinitaire que nous laissons ici hors de notre propos Le mystère de Dieu Une des explications du mot Yahvé est le refus de Dieu de dire ce qu il est je suis ce que je suis Pour mieux dérouter l intelligence humaine Dieu proclame par la bouche d Osée moi je ne suis pas un homme et de fait il est déconcertant Dieu de l orage et de la brise du soir invisible et livrant son coeur sans image et anthropocentrique exigeant et tendre terrible et fidèle tout puissant et patient Lorsque son Fils s incarnera le comble sera mis au paradoxe le Créateur se fera créature Aux confins de la pensée religieuse et de la révélation Dieu apparaît déjà comme le Très Haut le Dieu des cieux équivalent de la notion philosophique de Transcendant et ce mot passe accolé à celui de père dans le Nouveau Testament La Révélation annonce l éternité de celui qui a créé le temps mais ne s y enferme pas Elle proclame avec Salomon que ni le ciel ni la terre ne peuvent le contenir ce que la réflexion théologique traduira par infini immense On s efforcera même de percer le mystère de l être de Dieu Bien sûr on rappellera qu il ne dépend de rien qu il est à lui même sa propre source ce qu on appellera son aséité On interprétera de façon vertigineuse le tétragramme sacré et on lui fera dire je suis celui qui suis c est à dire peut être celui en qui l essence et l existence se confondent c est à dire qui réalise la plénitude de l être Au delà on apercevra le mystère de la Personne suprême de sa liberté de son amour Notre Dieu Une connaissance de Dieu n est bonne que dans la mesure où elle s affranchit des chemins qui y mènent C est comme sur le bord d un abîme où il est impossible de se jeter mais dont on sent le vertige que l on peut affirmer Dieu en lui même L homme doit spécialement se méfier de relativiser Dieu au monde et à lui même Dieu n est pas seulement le Créateur Dieu n est pas seulement celui qui est nécessaire à l homme Dieu existe et tout ce qu il a fait il aurait pu ne pas le faire sans diminuer quoi que ce soit en lui Sa nature profonde est donc au delà de ce que nous pouvons en connaître par son comportement extérieur mais ce que nous en connaissons par son comportement extérieur est déjà quelque chose La révélation que son Fils nous en a faite et qui débouche sur le mystère interne de l amour trinitaire va évidemment au delà Néanmoins il y a une connaissance de Dieu qui pour n être pas désintéressée a aussi sa valeur car elle permet à Dieu d agir sur notre intelligence et de lui donner une force surnaturelle c est celle par laquelle nous le reconnaissons comme notre bien le beau capable de nous émerveiller notre vérité illuminatrice Nous le devinons alors comme le Bien suprême la Beauté totale le Vrai Ces mots que nous murmurons d une façon froidement philosophique les croyants fervents qu on appelle les mystiques les expérimentent comme les différents aspects de celui qui au dire de G Marcel est le Toi absolu et dans le vertige auquel ils consentent de tout leur être ils découvrent quelque chose de plus en Dieu mais qui ne peut être dit Maxime CHARLES SOMMAIRE Mgr CHARLES Dieu caché Pages 3 à 10 R P Paul BEAUCHAMP s j A partir de Genèse I Création et Parole Pages 11 à 17 Françoise DEVILLE L alliance comme fondement de l origine Pages 18 à 23 Laurent SENTIS Au commencement Pages 24 à 28 Roland de SAINT YVES Entre Bergson et Monod Pages 29 à 32 Bertrand GAMELIN Parce qu Il aime Il créa Pages 33 à 43 Rémi BRAGUE La création pour quel homme Pages 44 à 55 Marie Hélène CONGOURDEAU A l image de Dieu Pages 56 à 66 Roland HUREAUX La providence lumière et nuit Pages 67 à 78 Patrice SOLER Courrier théologique Pages 79 à 84 Hans Urs von BALTHASAR texte inédit présenté par Jean Luc MARION L apport chrétien à la métaphysique Pages 85 à 98 RESURRECTION 38 2ème trimestre 1972 DIEU TRINITE 168 pages Introduction Comprendre ce qu est la Largeur la Longueur la Hauteur et la Profondeur connaître l Amour du Christ qui surpasse toute connaissance Ep 3 18 19 Il y a déjà paradoxe à ce que l existence d une chose puisse se dire à travers un certain nombre de médiations c est à dire de traductions donc de trahisons Mais quand cette chose est Dieu le paradoxe touche à la folie Et de fait il a fallu pour nous l apprendre que le Verbe se fasse chair et habite parmi nous A travers la médiation du monde une Annonce survient qui est Dieu lui même 2 Cette irruption du fondement au sein de ce qu il fonde instaure un nouveau rapport entre Dieu et le monde qui est rapport d intégration c est à dire de Salut 3 Seul Dieu pouvait se dire car seul Dieu pouvait se connaître en prenant forme humaine le Verbe de Dieu nous ouvre la possibilité de dire Dieu et donc par là même établit entre Dieu et nous un rapport celui du Salut L Incarnation mystiquement ouvre en l homme la possibilité de la divinisation Aussi bien la Révélation de la Trinité par le Christ est elle autre chose et d abord autre chose qu un développement du concept même de Dieu La référence continuelle du Christ au Père qui va jusqu à inclure littéralement le Père dans le concept de Jésus Christ 4 est la réalisation de l oblation parfaite Or l oblation parfaite est précisément la condition de la perfection de toute créature dans la mesure où la divinisation de l homme requiert nécessairement la reconnaissance de Dieu comme Celui dont il tient tout 5 Dès lors la révélation du Verbe Incarné réalise ce que nous n étions pas même capables de concevoir l offrande du Christ au Père est parfaite adhésion du Fils à la volonté du Père Père entre tes mains je remets mon esprit Lc 23 46 Seul le Verbe de Dieu pouvait apprendre au monde qui a été fait en Lui et par Lui Jn 1 3 4 que l état de créature divinisable était identiquement l état d offrande totale au Père mais également que cette offrande totale était la condition en même temps que l accomplissement de la venue du Royaume de Dieu Pleinement homme Jésus nous montre l identité aux yeux de Dieu de l abaissement et de la glorification et en ce sens sa vie est un modèle Pleinement Dieu il porte la nature humaine elle même perfection et récapitulation de l univers matériel à son terme en restaurant la perfection de sa volonté dans son ordonnance au Père et en ce sens sa vie est un fondement La condition préalable de toute adoption est la reconnaissance du Père cette Paternité seul pouvait nous la faire désirer Celui qui de toute éternité l avérait Celui dont l obéissance parfaite est le modèle de notre obéissance imparfaite Celui dont la Filiation parfaite est le modèle de notre filiation adoptive et c est toute l Histoire qui se trouve alors recentrée 6 elle devient la volonté des offrandes intégrées dans l unique éternelle et parfaite offrande du Fils au Père Voie Vérité et Vie de toute Histoire possible de toute création possible L offrande totale de Jésus Christ Dieu et Homme en louange au Père se constitue en sacrifice parfait et total qui est la réalisation même de la Trinité dans le monde l Histoire se verra donc repensée sous la forme de la continuation de cet unique sacrifice qui lui donne à la fois son principe et sa fin c est à dire sa perfection La récapitulation finale de la création dans le Christ dont l Incarnation et la Résurrection constituent les prémisses I Co 15 23 fait fonction de sens de l histoire et entre en conséquence à titre de principe dans sa définition conceptuelle qui de fait est l analogue l image du dessein de Dieu lequel bien entendu ne saurait être que Dieu même car si Dieu est principe tout part de Dieu et tout revient à Dieu à condition de bien comprendre que le nom propre de notre Dieu est Amour et que le paradoxe de l Amour parfait est de donner l existence 7 Cette distance que nous prenons d abord pour la distance ontologique de la créature au Créateur le Christ nous la montre plus fondamentale plus essentielle encore la distance est fondement même de l Amour elle est l unité même de l Amour distinction dans l unité de l Amour unité dans la distinction de l Amour Ce qui nous force à réinterpréter notre concept d unité et corrélativement notre concept de personne et notre concept de relation d Amour Comment est pensable la diversité des personnes dans l Unité souveraine de Dieu 8 Au sein d une unité de nature certes mais à condition de bien voir qu il n est pas question que cette nature soit quelque divinité fondamentale qui rendrait compte de l unité à un niveau autre que celui de la position des personnes bien au contraire la nature même de Dieu par son mouvement propre se développe et se développant en perfection se développe en subsistances La logique trinitaire temporalisée 9 devient donc en premier lieu le Père comme source de toute la Trinité en deuxième lieu le Fils son image parfaite pure et totale référence au Père et subsistant distinct par la perfection même de cette référence en troisième lieu l Esprit Saint présence substantiellement une de l amour du Père dans le Fils et de l amour du Fils dans le Père L approfondissement de la notion de personne trinitaire 10 comme suppôt sujet dernier d attribution de la nature numériquement une est là pour nous rappeler que la Trinité se déploie au sein même de la nature qu elle réalise dans sa perfection et dans son unité car le mystère de la Trinité est que l amour croît à la mesure de la distance cette distance en elle même mesurant l Amour par le don de l existence cet Amour lui même ré abolissant la distance dans la reddition de l amour au principe de l existence cette union des deux amours qui précisément ne sont qu un amour du Père et du Fils réalisant la perfection de cet amour dans un troisième terme subsistant l Esprit d Amour L union n est jamais plus forte que dans l absolue distinction l amour n est jamais si fort que lorsqu il parcourt l infinie distance signe dans le divin de cette infinie distance incluant la perfection de l unité l Esprit est en nous mêmes la soif de cette distance et de cette unité de même que son modèle Personne ne peut dire Jésus est Seigneur que sous l action de l Esprit Saint Gal 5 2 3 11 Ainsi la reconnaissance du mystère de Dieu ne peut être dicible que si Dieu même se charge de la dire si le Verbe de Dieu s incarne si l Esprit de Dieu habite en nous Aussi bien la prière qui est par excellence l attitude de laisser dire à Dieu se trouve être par delà le plus profond silence et en lui la forme suprême d expression si l expression est reconnaissance à tous les sens de ce terme et si la reconnaissance est louange 12 Mais alors il nous faudra non plus appliquer à Dieu nos concepts ceci valant pour toute expression possible en particulier celle de l Amour 13 mais bien les recevoir de Lui si l Autre devient Cause entraînant ainsi participation des causés à son Altérité à travers une infinie distance que peut atteindre l expression même des créatures qui pensent face à l infini Impensable de leur fondement même 14 Que l Impensable s incarne et nous voilà sauvés à charge pour nous de connaître dans la communion même à Dieu incarné qu Il est notre Principe et notre Terme que par Lui et en Lui nous prenons sens et existence que nous ne pourrons jamais rien dire de plus en somme que ce qu Il a lui même dit que nous ne pourrons jamais aimer plus qu Il n a aimé que c est Lui qui nous dit ce que dire veut dire que c est Lui qui nous donne ce qu aimer veut dire pour nous dire cela pour nous donner cela il n est qu un mot NOTRE PERE Thierrv BERT SOMMAIRE Thierry BERT Introduction Pages 3 à 7 Joseph RATZINGER Comment Dieu se donne à connaître Pages 9 à 14 Françoise VINEL Evangile trinitaire Pages 15 à 25 Martine BOTTINO Michel COSTANTINI Le lieu de l histoire Pages 27 à 42 Thierry BERT De la Trinité à l Unité Pages 43 à 67 Marc SCHMITTER La Personne et la Relation selon saint Thomas d Aquin Pages 69 à 82 Martine BLUM Vouloir ce que Dieu veut Pages 83 à 88 Jean Luc MARION Distance et louange Pages 89 à 122 Rémi BRAGUE Métaphysique de la volonté et Théologie de l amour Pages 123 à 139 Frère Alain RIOU o p L Icône de la Trinité d Andreï Roublev Pages 141 à 148 Marie Hélène CONGOURDEAU traduction Textes des Pères Pages 149 à 151 Thèses Page 153 Maxime CHARLES Thierry BERT Recensions Pages 155 à 158 Martine MISRACHI présentation Carl PARKS Un texte de la Jésus Révolution U S A Pages 159 à 166 RESURRECTION 39 2ème trimestre 1972 AU CŒUR DU CHRIST 128 pages AVERTISSEMENT Le lecteur ne s étonnera point de ce que Résurrection après avoir abordé l affirmation de Dieu la Création et la Trinité présente maintenant un cahier consacré au Coeur du Christ et ce pour deux raisons Premièrement parce qu il appartient en propre au mystère chrétien de ne jamais pouvoir dissocier l élaboration conceptuelle du kérygme et le silence méditatif de la prière bien plus la tension de l une avec l autre caractérise tout discours théologique et seule la théologie négative rend possible une théologie positive Si de fait jamais nous n avons distingué des articles scientifiques et des articles spirituels c est qu aucune science théologique ne vaut qui ne soit d abord une méditation en esprit car c est le Verbe qui la motive mais le Verbe ne nous est donné à connaître qu incarné comme ce que nous avons entendu ce que nous avons vu de nos yeux ce que nous avons contemplé et ce que nous avons touché de nos mains pour ce qui est du Verbe de vie 1 Jn 1 1 Depuis l Incarnation le concept ne saurait se séparer de la prière parce que seule la prière fait rencontrer le Verbe par notre verbe Deuxièmement parce que cette rencontre du Verbe incarné pour beaucoup de Chrétiens depuis des siècles et particulièrement depuis un siècle pour les habitués de la Basilique de Montmartre se réalise dans un face à face sans cesse répété avec le Christ toujours présent dans cette incarnation continuée que constitue l Eucharistie l Eglise Corps du Christ manifeste en effet la présence du Verbe par les sacrements et principalement par celui du Pain et du Vin en cette présence eucharistique l Homme Dieu se donne entier à connaître et jusqu en l intime de la vie trinitaire la surabondante richesse de cette présence constitue précisément le Coeur du Christ lieu où reposent les splendeurs du commerce entre l humanité assumée et la divinité incarnée à contempler ce mystère à y reconnaître la perfection du dessein divin le Chrétien apprend à dire le Salut Ce coeur à coeur avec la profondeur trinitaire du Christ eucharistique c est précisément ce que permet le culte au Coeur du Christ Nous ne traitons donc pas un sujet spirituel au sens où les guillemets indiqueraient qu il reste marginal nous reconnaissons rencontrons et reprenons le soubassement de tous travaux passés ou futurs nous remontons à la Source d où jaillit l Eau et le Sang l Esprit et le Salut Jean Luc MARION SOMMAIRE Jean Luc MARION Avertissement Pages 3 et 4 Louis BOUYER de l Oratoire Qu est ce que le Sacré Cœur Pages 5 et 6 Jean DUCHESNE Pourquoi le Cœur Pages 7 à 20 Jean Pierre DESCHEPPER Si quelqu un a soif étude biblique Pages 21 à 33 Marie Hélène NOEL Saint Jean Origène et saint Augustin la tradition patristique Pages 35 à 44 Yves de TORCY Le Cœur et le Corps de l Homme Dieu le Moyen Age Pages 45 à 67 Jean Robert ARMOGATHE Du Cœur du Christ au Sacré Cœur le XVII siècle Pages 69 à 80 Jean Baptiste LE ROUGE Les mésaventures d une dévotion le XIX siècle Pages 81 à 91 Mgr CHARLES recteur de la basilique de Montmartre Les chances d un culte Pages 93 à 99 Jean DUCHESNE Le Cœur du Christ et l œcuménisme Thomas Goodwin Textes Pages 101 à 117 Thèses Page 118 Patrice SOLER Courrier théologique Pages 119 à 126 RESURRECTION 40 4ème trimestre 1972 LE PECHE PERIPETIE DU DESSEIN DIVIN 144 pages Le Péché Péripétie du dessein divin Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur jésus Christ qui nous a bénis par toutes sortes de bénédictions spirituelles aux cieux dans le Christ C est ainsi qu Il nous a élus en lui dès avant la création du monde pour être saints et immaculés en sa présence dans l amour déterminant par avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par Jésus Christ Tel fut le bon plaisir de sa volonté à la louange de gloire de sa grâce dont Il nous a gratifiés dans le Bien Aimé En lui nous trouvons la rédemption par son sang la rémission des fautes selon la richesse de sa grâce qu Il nous a prodiguée Ephésiens 1 3 8 Ce numéro n a pour but que de répéter avec humilité et patience cette bénédiction que saint Paul adresse au Père Le péché dans lequel nous perdons le pouvoir de le prier il nous en a délivrés par son Fils Le péché n apparaît que sous l angle et du point de vue de la délivrance D abord parce que seule la délivrance nous le fait voir Nous ne voyons le péché qui est refus de l Amour que dans la lumière de la Rédemption où il se déploie pleinement envers nous C est la délivrance qui fait apparaître le péché comme tel alors que de soi il tente de se cacher Parler du péché n est pas satisfaire un goût morbide mais le placer dans la lumière qui en fait disparaître l aspect inexorable Le Démon est muet Nous ne voulons pas facilement entendre parler du péché nous aimons mieux le rejeter sur autrui en particulier comme Adam accusant Eve Genèse 3 12 13 comme on refile un faux billet ou sur le grand Autrui Dieu qui doit être bien méchant s il laisse faire tant de misères misères dont nous sommes bien entendus innocents ou encore sur autrui en général sur l enfance malheureuse de l individu mal éduqué ou de l humanité restée dans sa préhistoire Tout ceci sans dire pourquoi le mal subi se retourne à quelque niveau que ce soit en mal agi Au fond c est que nous savons très bien ce que c est que l unique manière de parler du péché c est l aveu ou plutôt la confession Le refus de la confession est une conséquence de la perte de la libre parole devant Dieu de la faculté de tout lui dire qui étonnait et étonnera toujours les païens et que le Nouveau Testament nomme parrhésia assurance Le péché ne parle que dans la confession sans quoi il ne parle pas Le Démon est muet Matthieu 9 32 Marc 9 17 25 Ce qui ne veut pas dire qu il n est pas habile à parler mais qu il ne peut pas se livrer ce qui laisse entendre que toute parole authentique est confession Satan lui même quand il parle le fait à partir de la parole de Dieu retournée pervertie comme dans les récits de la tentation d Eve Genèse 3 1 ou du Christ le Diable ne peut que confesser Dieu comme le démon expulsé en Marc 5 7 et Luc 4 41 Mais il prétend le faire de son propre fond il prétend connaître Dieu mieux que Dieu lui même il s en fait une idée au lieu de recevoir du Père la Parole avec obéissance C est en quoi il est menteur Jean 8 44 Que dire alors du péché Que nous ne savons pas ce qu il est que l iniquité est mystère 2 Thessaloniciens 2 7 Nous ne savons pas ce que c est que le péché parce que le péché ne se donne pas à connaître il ne se donne pas il n a rien à donner La curiosité pour le péché est vaine car personne ne répond On peut se livrer à Satan Satan ne se livre pas C est pourquoi nous ne chercherons pas à parler sur le péché Nous tenterons de louer le Père qui nous a tirés du péché pour nous redonner la parole La contemplation des abîmes de Satan Apocalypse 2 24 est nécessairement sans amour et nous ferait nous absorber dans le désespoir qui est lui même péché On ne parle pas à partir du péché on parle sorti du péché La confession n a pas pour but de raconter les péchés par exemple pour s en délivrer pour soulager sa conscience car Dieu seul sait ce qu est le péché Elle confesse Dieu malgré le péché Le pécheur ne retrouve pas la parole pour parler de soi même pour que sa parole soit à lui pour prendre la parole Nous retrouvons la parole en reprenant notre orientation première et fondamentale vers Dieu qui s exprime dans la prière Avant le Péché il y a l Amour L

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/Sommaires-et-editoriaux (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • Résurrection
    février 2012 Actualité de Mgr Charles Éditorial N 144 145 septembre décembre 2011 La divinisation Éditorial N 143 juillet août 2011 Guérir les blessures de l âme Sommaires et éditoriaux Ancienne série N 1 à 76 Sommaires et éditoriaux Éditorial N 72 73 octobre 1997 janvier 1998 L Esprit Saint Foi et raison dans l islam N 123 124 janvier avril 2008 L Islam au risque de l histoire Le

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/_Resurrection_?debut_articles=10 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • Résurrection
    prêtre signe de contradiction Le prêtre signe de contradiction N 137 juillet août 2010 Le prêtre signe de contradiction Editorial N 98 février mars 2002 Questions de Bioéthique II Avant propos N 84 85 octobre 1999 janvier 2000 Les mystères de la vie de Jésus La doctrine sociale de l Église N 132 133 juillet octobre 2009 La doctrine sociale de l Eglise L éloquence sacrée N 105 106 décembre

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/_Resurrection_?debut_articles=20 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • Résurrection
    N 126 127 juillet octobre 2008 L Ascension Liminaire N 47 48 décembre 1993 Mgr Maxime Charles la clef d un renouveau Editorial N 71 août septembre 1997 L amour de l observance Éditorial N 120 121 juillet octobre 2007 Les cinquante ans de Résurrection La Vierge Marie Hommage à Jean Paul II N 116 octobre décembre 2006 La Vierge Marie 1 2 3 4 Imprimer cette page Retour à

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/_Resurrection_?debut_articles=30 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • Mot de passe oublié
    de passe Indiquez ci dessous l adresse email sous laquelle vous vous êtes précédemment enregistré Vous recevrez un email vous indiquant la marche à suivre pour récupérer votre accès Votre

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/spip.php?action=pass (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • Jacques-Hubert Sautel
    La descente aux enfers Le vrai visage du Christ N 131 mai juin 2009 Le vrai visage du Christ Aux origines de l Europe Benoît XVI aux Bernardins Paris 12 09 2008 N 131 mai juin 2009 Le vrai visage du Christ La guerre Un évêque prend la parole Etude critique N 108 109 juin septembre 2005 Guerre et paix II La place de l Ascension dans le calendrier liturgique

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/_Jacques-Hubert-Sautel_?debut_articles=10 (2016-02-09)
    Open archived version from archive

  • Jacques-Hubert Sautel
    pas ici il est ressuscité Benoît XVI N 120 121 juillet octobre 2007 Les cinquante ans de Résurrection Petite catéchèse sur Marie André Boulet sm et Elisabeth Voinier N 119 mai juin 2007 Jugés sur l amour Dieu juge de nos vies N 119 mai juin 2007 Jugés sur l amour Entretiens sur la vie religieuse N 116 octobre décembre 2006 La Vierge Marie Dom Guéranger et l Immaculée Conception

    Original URL path: http://www.revue-resurrection.org/_Jacques-Hubert-Sautel_?debut_articles=20 (2016-02-09)
    Open archived version from archive



  •