archive-org.com » ORG » U » UNENUITSOUSINFLUENCE.ORG

Total: 108

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 4 - Principes et fondamentaux par l'O.I.T.E
    annoncée depuis plus de quatre ans par André Pelegrino et sa Brigade B4 Basic de Turin dans Constats et conséquences de l electroclash réf OITE 001306 002b aux textures sonores et aux retours d effet comme les échos et les reverbs Ce que l on perd en tonalité on le gagne en espace disait récemment Antonio Di Solo Rina lors du dernier colloque à Berlin je dirais même qu on multiplie les espaces comme rarement dans la musique populaire actuelle 3 Production et effets C est un fait le processus de création d un track a grandement évolué durant ces dix dernières années De nombreux éléments de la chaîne de production se sont déplacés et concentrés au moment de la création Les opérations d égalisation de compression d effets et de traitement d ensemble sont désormais largement réalisées en home studio conséquence directe de la diminution des prix du matériel professionnel mais surtout de la croissance constante de la qualité des logiciels La plus value réalisée en studio de mastering est tombée depuis plusieurs années en dessous des 14 points Étude continue du Groupe Analo Digi 1991 2006 et le taux d utilisation des interfaces analogiques est en chute libre 37 3 en décembre 2006 De plus certains logiciels développent des technologies jusqu alors inexistantes le logiciel Live d Ableton permet de composer de manière plus instinctive et organique comme dans le processus de création d un mix Des logiciels comme Reaktor de Native Instruments ou le couple Max MSP Pluggo de Cycling 74 permettent de créer de nouvelles sonorités certes plus froides que les instruments vintages mais qui possèdent une précision et une dynamique bien supérieures Ces constats nous permettent d affirmer que le compositeur réalise désormais une grande part de la production en home studio Ce constat induit deux points importants la production des sons fait désormais partie intégrante du processus créatif La compression est utilisée comme outil de création l égalisation permet de sculpter à même le spectre des fréquences et les effets sont utilisés comme module créatif On n a jamais autant entendu de delays courts tonals de flangers modulant les fréquences de reverbs nues de modulations en anneau ou de toms chromatiques mêlés à la reverb d un beat Grâce à cette migration des opérations les artistes peuvent explorer de nouveaux espaces La MEME les a investis de toutes parts les home studios des artistes MEME regroupent indifféremment des technologies analogiques et numériques Le résultat est pour eux le critère central et ils s affranchissent aisément de la polémique analogique numérique qui fait rage dans les colloques et autres symposiums du OITE Libérés des expressions Ça sonne et son chaud ils projettent enfin la musique électronique en dehors des années 1970 80 pour constituer le son du XXI e siècle Les artistes MEME sont donc bien plus des producteurs créatifs que des musiciens artistes Ils comblent ainsi le vide laissé par l appauvrissement mélodique soit par la richesse de la production sonore soit par la

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/4/45/o.i.t.e-minimale-production.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 4 - Hé ! M. Lapin ! M. Lapin ! par Louise Von
    ne sais pas et l ignorance est toujours difficile à admettre L humilité est donc de rigueur Ici dès qu il y a un dance floor aussi petit soit il il est toujours planqué le Coffy un bar qui à mon sens est conçu pour un trip à l opium mais enfin c est un mini club Tu peux passer vingt fois devant sans le voir C est une porte d immeuble parmi des centaines d autres semblables Seule une loupiote rouge au dessus de l entrée peut te mettre la puce à l oreille et encore c est surtout le numéro que l on m avait donné qui me l y a mise la puce Mais d une manière générale le simple concept d adresse devient ici incongru voire inutile la Möbel Fabrik a deux entrées dans une cour d immeuble quelconque et posée dans un parc une porte surmontée d une lanterne Pas d affiche pas d enseigne rien Tu as l impression jouissive d être devant le terrier de M Lapin La lanterne fait souvent office de phare dans la nuit le Maria club connu sur lequel je ne sais toujours pas comment nous sommes parvenus à tomber posé sur les berges de la Spree sur un terrain vague auquel on accède par un pont enfin l Arena au fin fond de Kreuzberg vingt minutes de marche puis suivre le canal traverser un lotissement désaffecté Ah ah des plots lumineux Cela ne doit plus être loin Ah oui voilà le phare un triangle au néon violet Le chemin fut sinueux et je ne me doutais pas que nous étions si près du sommet En raison d un état de délabrement avancé je n avais que de vagues souvenirs de ma première fois à l Arena de petits cœurs de satin rouge disséminés un peu partout portant l inscription I love Switzerland et des films érotiques italiens projetés sur les murs La Confédération des deejays alpins peut être Bref Björn et moi même patientons un peu sous la pluie Es ist ein privat Party Entschuldigung Merde Deux minutes plus tard la porte s ouvre Kommen Sie bitte Un certain Klaus qui a vaguement connu mon ami nous a vus et nous a fait entrer Ah ces Allemands Wilkommen dans le club berlinois tel qu on se l imagine ancienne usine de je ne sais quoi en mezzanine avec des gens qui loungent dans une sorte de turbine géante des matelas surélevés qui forment l espace drogue un panneau l indique cette fois et une bonne minimale so typisch La privat Party Ah oui c est Patrick qui s installe à Melbourne et qui fête son départ Tu paies un euro l entrée et ça dure jusqu au lundi soir Quarante huit heures donc Moi qui ai organisé une fête de départ il n y a pas si longtemps ça calme C est blindé il n y a qu un seul bar mais on ne fait jamais la queue

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/4/35/berlin-arena-coffy-maria-am-Ostbahnhof-Zur-Mobel-Fabrik.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 3 - Le dub nous mettra tous en pièces par XXX
    lui voue néanmoins un grand respect et une grande admiration Surtout dans ce ciel bleu et rouge ensanglanté par le soleil qui se couche alors qu un avion décolle de Linate l aéroport voisin Surtout lorsque j imagine déjà Tom Verlaine et son ex roadie à bord envolés pour NYC à peine le concert achevé The earth is in the sky chantait il mélancoliquement il y a un quart d heure Acte deux Après cette rencontre ratée j en suis donc réduit à rester dans le champ à commander une margherita et me laisser bercer par la litanie des deejays aperitivi assez bons censés nous faire patienter jusqu à Massive Attack que dans ces circonstances je verrai donc de ma campagne Je passe sur le pénible entracte d une heure et demie proposé par les consternants Gotan Project Piazzola et Kraftwerk se rencontrent dans un ascenseur et décident de bosser pour la Société Générale ils remercient Grazie mille Thank you Ciao atterrant et me concentre sur l idée qui me vient alors d aller faire un tour du côté du stand Smart où se produisent les deejays labélisés électronique censés nous amener jusqu à Blackstrobe La fumée des splifs que n a pas roulés l ex roadie de Television commence néanmoins à faire son effet Après de vagues considérations échangées avec le bi national de l étape l incrédule et néophyte mais toutefois curieux Damiano à qui j explique mon sentiment sur le devenir de la musique électronique en constatant que le mix est devenu toujours déjà mix de mix c est à dire qu à la perte de l origine comme de l originalité se substitue phénomène bien plus grave à mes yeux l infinie réflexivité de toute première intention comme on dit au football je me sens glisser insensiblement vers ma marotte de l hiver ma marmotte en somme laquelle avait été involontairement réactivée par la lecture du dernier Jim Wilde Je m en étais d ailleurs également ému auprès du Politburo Mais écris donc une réponse m étais je vu retourner comme de bien entendu Rien à attendre d humain de la part de ces tyrans de l analyse électronique Acte trois Je commençais à comprendre ce qui me turlupinait depuis six mois et que nulle turlute n était venu abolir Qu un innocent DJ de house minimale et funky me mit brutalement dans les oreilles et dans l esprit sans le savoir mais en en jouissant ostensiblement Voilà l histoire Le 30 mars de cette année comme je descendais matinalement vers mon bar du matin boire mon noir et lire un peu les nouvelles je ne pensais pas croiser Francis Marmande très pénétré ce matin là plus que d habitude en tous cas Il me mit Le Monde dans les mains et m obligea à lire sa chronique Bandes bandas et bandanas Je suis obligé de la citer dans sa quasi intégralité comme je l ai découverte médusé et anxieux dans mon bar du matin en sirotant mon petit noir Bandes hordes meutes voyous lascars classes dangereuses Séparées ou pas séparées du corps social C est toute la question Et les bandas Orchestres de rue passacailles vents souffle cuivres cymbales mélange explosif de quasi néophytes et de vieux routiers gaieté solaire pour nuits chaudes hélicons comme la lune artificiers des fêtes incontrôlées voir bandes Bandas troupes coiffées de bandanas qui ne craignent rien des bandes On devrait apprendre leur musique aux bandes Ça changerait tout Dans les manifs au foot au rugby bien entendu bon nombre de signaux musicaux proviennent de la culture des bandas Sans qu on le sache Au fait s agit il de culture Précisément La culture des bandas relève d autant plus de la culture qu elle ne s en doute pas Il faut savoir jouer d un instrument tout en dansant et en buvant La musique de bandas n est pas assez normalisée pas assez juste fignolée tracassière pour se pavaner en concert ou en festival Musique de rue voir chien musique de joie voir fille musique d arènes voir Brigitte Bardot sept bandas à la fois dans les rues de Pampelune qui convergent non seulement Frank Zappa ou John Cage n ont jamais poussé si loin mais ils auraient adoré ça Prenons une fin de semaine au hasard Les 2 et 3 avril la Maison de la culture MC93 à Bobigny programme deux jours de fête avec gaïteros bombardes à double anche bandas fameuses de Nîmes et de Mont de Marsan buvettes bodegas et lampions Sacré pari dans le 9 3 personne à part le festival de Vic dans le Gers ne convoquant des bandas pour quelque autre fin que défiler à l air libre avec haltes à chaque bar Le dimanche 2 avril le collectif Uni e s contre une immigration jetable enchaîne place de la République 13 heures débats prises de parole et musiques 93 Slam Caravane Bernard Lavilliers Didier Super La Brigade Louise Attaque Mano Solo Cali Souad Massi Têtes Raides Didier Lockwood etc Avec sa guitare son sourire et son chapeau texan M Mouloud n eût pas déparé M Mouloud est parti le 27 février À l angle des rues Saint Maur et Jean Pierre Timbaud Paris XI e arrondissement dans le quartier des derniers combats de la Commune sa tente reste vide ouverte une rose posée sur le sac de couchage Qu est devenu son chien Il faudra que je demande au boulanger ou à la Marquise À la Marquise où il buvait son petit rhum une photo rappelle le souvenir de M Mouloud la cinquantaine très classe que tout le monde respectait La rue il était tombé dedans il y a plus de vingt ans Un précurseur Comment Comme n importe qui surtout les sans peut tomber dans la rue La dignité la serviabilité et la langue de M Mouloud faisaient la fierté du quartier Il refusait les restes mais acceptait les invitations À côté de sa tente un petit reposoir de carton et

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/3/30/tom-verlaine-dub-flippaut-festival-milan-massive-attack.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 3 - Playlist 3 par Kling Klang
    jour la seule fois où Richie Hawtin a accepté un remix de son travail Steve Reich Pendulum music 1968 Cette pièce unique dans l œuvre de Reich est exécutée de la façon suivante quatre amplificateurs électriques sont disposés sur scène quatre microphones sont suspendus au bout de câbles de sorte qu au repos ils soient juste devant les amplificateurs quatre personnes impriment simultanément un mouvement de balancier aux micros et se retirent des larsens périodiques se produisent lorsque les micros passent devant les amplificateurs jusqu à ce le mouvement s arrête de lui même au bout d une dizaine de minutes Cette performance fut réalisée une première fois par Reich et le peintre William Wylie en 1968 puis en 1969 au Whitney Museum en compagnie des artistes Bruce Nauman Michael Snow Richard Serra et James Tenney et enfin en 1999 par le groupe rock Sonic Youth pour leur album Goodbye 20th century Marcel Duchamp Erratum musical 1913 Erratum musical datant de 1913 passe pour l œuvre fondatrice en ce qui concerne l introduction du hasard dans la musique On en connaît deux versions pour la première la définition tirée du dictionnaire du mot empreinte soit la phrase faire une empreinte marquer des traits une figure sur une surface imprimer un sceau sur cire est chantée en canon par trois personnes sur trois partitions différentes composées de notes tirées au sort dans un chapeau La seconde consiste à jouer les quatre vingt huit notes que comporte le clavier d un piano selon un tirage aléatoire et les instructions suivantes uniformité du rythme inaccentuation Il existe de nombreux enregistrements de toutes les œuvres musicales de Duchamp le premier a avoir souligné son importance étant John Cage Brian Eno Generative music 1 1996 Cette œuvre de Brian Eno n est pas sortie sous

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/3/29/thomas-brinkmann-john-cage-richie-hawtin-marcel-duchamp-steve-reich-pendulum-music.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 3 - Suicide for life par John Modern
    Ghost rider motorcycle hero He s riding through the town with his head on fire He s screaming the truth America is killing the youth Ghost rider keep riding never stop riding Ghost rider Brisé et dégoulinant d une hémoglobine pâteuse surmonté d une étoile rouge le nom du groupe s affiche sur la pochette d un premier album qui porte son nom et sort en 1977 Véritable virée sous speed le rockabilly technologique de Suicide cavale froid et nerveux dans les artères de New York Le genre d album que l on écoute une fois par an et si possible un 1 er novembre Refroidie depuis longtemps leur musique n est plus qu un squelette Pas de batterie pas de guitare pas de basse Juste une petite mélodie dépressive juste un synthé martelant le même tempo rapide et binaire juste une voix malsaine passant du murmure lubrique au hurlement paranoïaque Frankie is so desperate He s gonna kill his wife and kid Frankie s gonna kill his kid Frankie Teardrop Avec l histoire du jeune Frankie Suicide plonge dans les entrailles de la folie Un chemin de croix amphétaminé dont l issue violente est vécue comme une délivrance pour celui qui ose s y aventurer Dix minutes vingt quatre d une pulsation cardiaque stroboscopique d une ligne à haute tension qui vous grille les neurones Dix minutes vingt quatre de cris de démence saturés et de voix fantomatiques en provenance du néant Dix minutes vingt quatre d une épreuve mentale qui vous laisse hébété assis au bord du gouffre entre fascination et répulsion Frankie presse la détente et file droit en Enfer So long Girl turn me on Yeah Touch me softly oh girl Oooh oooh Girl turn me on Oooh oooh Girl Loin des ambiances policées et déshumanisées

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/3/20/suicide-alan-vega.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 3 - Balkans transit (Reworks 06) par RaPh
    déchire sa race Alors gueulons agitons nos pieds Au bout d un temps indéterminé nous nous retrouvons dehors dans l allée centrale il fallait bien bouger à un moment sortir un peu voir du pays Les lieux sont maintenant noirs de monde un public jeune au look soigné bien qu un peu chargé daté aussi parfois pour trop de garçons encore cette coupe Toni Guy d il y a quatre ans on aimerait pouvoir leur dire Ca ne frime pas trop ça boit beaucoup mais surtout ça se presse pour accéder aux salles on n est pas là pour discuter l air est chargé des sons contradictoires des sounds systems qui se font écho et il faut que les oreilles y remettent de l ordre et en captent un maximum Pas mal de filles sont élégantes pas trop maquillées on est un cran au dessus du centre ville Les garçons ont mis leur plus beaux T shirts ciglés de labels obscurs ou de dessins décadents Comme partout en Grèce tous enchaînent les clopes sans arrêt Nous passons devant un puis deux bars totalement vides les danseurs sont maintenant dans les hangars ou en train de s y rendre et rejoignons la Reconstruct stage petite scène dédiée aux musiques expérimentales dans une salle ici encore sonorisée comme dans un casque et tapissée de lumières bleues de sous marin Un certain Spyweirdos de la famille de Murcof délivre derrière un tas de machines une musique aquatique profonde mais hélas marquée d une arythmie forcément peu en adéquation avec le désir de danse qui nous agite désormais En d autres circonstances nous nous serions volontiers laissé envahir par les nappes vibrantes qui débordent des enceintes mais le poum tchick nous a déjà attaqués et nous sommes en manque Nous saluons respectueusement le Reconstruct stage sachant que nous n y reviendrons plus Dehors l air est maintenant traversé d éclairs Tout le monde veut danser et des queues se forment pour prendre d assaut la salle principale où doivent jouer les stars Nous nous frayons un chemin en complimentant les filles qui le méritent passons par les issues de secours en faisant des blagues aux types de la sécurité rares et gentils écrasons des tas de paires de pieds en nous excusant en anglais pour attirer la sympathie de nos victimes opérons un détour par le bar pour nous abrutir un peu plus de taurine au goût de bonbon Haribo mélangée à l alcool russe et finissons par rejoindre le cœur de la machine du Remake stage en titubant un peu sur le sol gravement en pente de la salle gigantesque Baoum Les enceintes explosent sous le feu d un son énorme Impression tenace qu à Paris les limonadiers se foutent bien de la gueule du monde pour proposer des clubs à la sono aussi médiocre quand en Grèce la moindre boîte déploie un sound system digne des plus belles salles de concert L un des deux gars de M A N D Y qui de Patrick Bodmer ou Philipp Jung on l ignore se tient derrière les platines enchaînant talentueusement les bombinettes de leur très trendy label Get Physical Le public danse mais semble au fil des minutes réclamer plus de son criant pour obtenir son dû Les morceaux se suivent efficaces mais n atteignant jamais le plafond où l on retient son souffle ou alors retombant un peu en couille pour laisser place au suivant Le DJ semble le sentir et s acharne à essayer de faire monter la sauce Mais elle prend peu et le public ne s y trompe pas qui par petit groupes se dirige vers le bar ou aux abords de la salle pour y rouler des joints Que de bons disques pourtant mais rien n opère si celui qui les marie ne possède pas la magie devisons nous avant de quitter l endroit en quête de plus de grâce Celle ci va prendre la forme d une petite femme blonde ceinte d une robe bleue à la coupe années 50 répondant au nom d Ada Elle joue au Rebuilt stage Un couloir aux murs de pierres épais et haut de plafond débouche sur une pure réussite visuelle un bâtiment d usine dont le toit et des murs ont été remplacés par de grandes parois de verre derrière lesquelles se déploient arbres et plantes grimpantes Au milieu trône un bar surélevé et c est derrière celui ci en hauteur et au centre que la musique et le spectacle de la salle se donnent en grand avec la commodité supplémentaire de pouvoir sans trop bouger enquiller les bières auprès d une serveuse si proche qu elle vous est presque attitrée Mais déjà Ada a pris le contrôle des machines pour son live et le monde a changé Les danseurs s arrêtent et ne rient plus les visages se tendent Un son d un noir absolu vient d envahir l espace une basse tremblante et sale qui s étire indéfiniment sans pied Les nerfs sont doucement mis à l épreuve par d infinies modulations ça dure une éternité c est sombre et violent Puis ça se calme doucement et soudain ça éclate une rythmique lourde et froide comme une tombe La tête bouge instantanément c est une libération pour le corps mais ça reste infiniment triste jusqu à ce qu une petite mélodie de synthé vienne faire semblant d ajouter de la couleur Ça ne dure pas car elle meurt aussitôt pour laisser place à une autre qui disparaît à son tour pour être remplacée par des sons de cloches lugubres On entend aussi une voix au loin fantomatique mais la basse vient l envelopper la tuer littéralement et envahir tout le reste pour finir là dessus un pied une basse Puis juste la basse qui vient mourir doucement comme un râle Puis plus rien Le morceau aura duré dix minutes peut être mais tout le monde est sur les genoux Consciente de son effet l Allemande se paie le

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/3/27/reworks-salonique-festival-ada-modeselektor-michael-mayer.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 2 - Playlist 2 par Kling Klang
    Satie est un compositeur français né à Honfleur en 1866 et décédé à Paris en 1925 Vexations est constitué de quatre phrases musicales de cinquante deux temps chacune faites pour être jouées sans interruption huit cent quarante fois L auteur écrit en guise d indication Pour se jouer huit cent quarante fois de suite ce motif il sera bon de se préparer au préalable et dans le plus grand silence par des immobilités sérieuses Pour être exécuté Vexations demande entre dix huit et vingt huit heures La première performance intégrale a été réalisée en 1963 à New York par une équipe de pianistes dont faisait partie le futur membre du Velvet Underground John Cale à l initiative de John Cage Quelques pianistes ont relevé le défi en solo 1962 György Ligeti Poème symphonique pour cent métronomes Selon les indications de Ligeti les cent métronomes préalablement remontés doivent être disposés sur scène de façon à former une pyramide par une équipe de dix concertistes players opérant chacun sur dix machines sous la direction d un chef conductor Les réglages de tempi tous différents se font sur scène pendant quatre à six minutes cérémonieusement est il précisé à la suite de quoi doit être observé un silence de deux à six minutes puis sur commandement du conductor les métronomes sont lancés simultanément et sont ensuite laissés seuls sur scène Poème symphonique pour cent métronomes est considéré comme accompli lorsque le dernier métronome est arrêté le chef et les concertistes pouvant alors monter sur scène pour recevoir les hommages du public 2003 Janek Schæfer Skate Rink Janek Schæfer musicien canadien né en 1970 est principalement connu pour s être fabriqué une platine à trois bras répertoriée dans le Livre Guiness des records Skate Rink est un ensemble composé d un disque vinyle et

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/2/14/Alvin-Lucier-Erik-Satie-Vexations-john-cage-Gyorgy-Ligeti-tony-conrad.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive

  • Une Nuit Sous Influence - Numéro 2 - Dark/Flash/Dark/Flash/Black Strobe ! par FreedEpstein
    des remixes Pourquoi autant de temps pour sortir le premier album Ça fait longtemps qu on y pense à l album mais je ne voulais pas faire d album dance J en ai plein ma cave des albums dance ratés qui n ont pas marché J avais envie de faire un truc différent refaire le coup de Zend Avesta Tout le monde attendait un album jungle et j ai fait autre chose beaucoup plus ouvert Pour Black Strobe c est plus difficile le marché s est écroulé entre temps et les albums dance sont durs à réussir et à vendre Du coup ça a été plus long pour convaincre Je me suis mis au chant et ça a pris du temps il a fallu bosser Et puis si tu regardes bien nos sorties on a lancé pas mal de cartouches entre les tracks et tous les remixes En fait ce premier album est le troisième on peut dire que le premier est composé de tous les maxis sortis sur Output avec Italian fireflies Deceive Play etc Tu peux en faire un second en regroupant tous les remixes Et puis on n a jamais voulu se répéter on ne fait pas du track au kilomètre Aujourd hui certains producteurs sortent un ou deux maxis par mois plus des remixes mais les tracks même s ils sont de qualité manquent souvent de pertinence Comme on a toujours eu ce côté un peu prétentieux et décalé on ne va pas faire l album dance que tout le monde attend On a vachement élargi notre champ on va même faire une reprise de Bo Diddley Et ça sort quand Courant 2007 mais pas chez Output Ok En réécoutant tout Black Strobe une idée lumineuse m est venue J ai l impression que vous avez trouvé un nouveau truc une posture idéale pour notre époque sortir peu de disques et pratiquer un revival méthodique d une période mal connue 1979 1981 et haute en couleurs pour les remixes J ai l impression qu on pourrait passer toute l histoire de la musique à travers Black Strobe Ça me plaît comme idée Mais on n a rien inventé La dernière révolution c est la techno et j attends la prochaine Il faut vingt ans Pour Jerry Lee Lewis les Stones n étaient pas une révolution Et il avait raison Les Rolling Stones c est quand même du rhythm n blues mal joué mais c est pour ça que c était un son nouveau Bien joué ça donne AC DC Oui Mais prenons des exemples pour Innerstrings c est clairement influence EBM Pour Me and Madonna on se rapproche de la coldwave et puis il y a Nazi trance fuck off On a l impression que vous revisitez un style par maxi Non ce n est pas ça Nazi trance fuck off ça n a rien à voir avec Dead Kennedys Tout cela n est pas volontaire c est juste notre évolution Tu sais Ivan et moi

    Original URL path: http://www.unenuitsousinfluence.org/indexci.php/texte/show/2/12/black-strobe-arnaud-rebotini-ivan-smagghe-siskid-output-record-debussy.php (2016-04-28)
    Open archived version from archive



  •