archive-org.com » ORG » W » WALLONIE-ISOC.ORG

Total: 528

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • ISTF_Working-group
    a light and new edition of the mandate introducing some aspects related to tools and apparels But I am convinced that ISTF is different from IETF and will address Internet issues with new concepts new percepts and new partnerships worldwide For mid May a summary of the debate and a programme of work will be produced and posted for a period of three weeks comments At the Workshop in Namur 17 June it will discussed live with top level specialists It will then be presented to ISTF SC for final decision 1 or 2 or more WGs and a presentation will be made at INET ICANN in Yokohama mid July Further inputs will only be provided through the ISTF list which is accessible at www isoc org or http lyris isoc org cgi bin lyris lyris pl and also on the ISOC Wallonie list inscription at http www wallonie isoc org Liste Atelier Inscription htm Many thanks to all Richard Delmas CE DG Information Society ISTF Working Group Cultures and Languages of the Internet Mission Statement The Working Group will seek to enhance a culture of what Goethe called Wahlverwandtschaft in French les affinités électives i e the positive correlation or relationships between the various communities of the Internet It is becoming more and more evident that the Internet s future has to overcome the effects of a self fulfilling prophecy too exclusively based on the technical model A new panoramic and distant attention would be cast upon the multiple opportunities the Internet brings in all domains work commerce leisure time family or social activities privacy and thought To achieve this the accent will have to be stressed on identities density and not on their dilution on people s identities individuals and groups on the languages words and names used in electronic transmission In short the Working Group considers appropriate to contemplate the Internet s reality worlds as seen by any web user in his everyday life A particular attention will be devoted to the needs of specific populations youth elderly poor and migrants existing minorities for geographical cultural social or economical reasons Goals Scope The Working Group will produce a report including recommendations It will be an attempt of shared analysis assessment and willingness The main goal is to point out to the attention of all the Internet actors and policy makers the benefit that an increased presence of diverse cultures and languages diversity could bring to the digital networks It will present new forms of partnerships inspired by Internet The report will draw a framework of concepts and arguments for a typology of communities cultures and languages of the Internet including a comprehensive bibliography The Working Group intends to study the following points 1 Culture and language Considering that language is more than a communication tool is it sufficient to promote plurilinguism to escape the cultural dominant model What could be done to facilitate the polycentrism languages and cultures plurality on the Internet access to meta data world

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Atelier_Langues-Cultures/ISTF_Working-group.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive


  • Liste-Atelier_Inscription
    vous inscrire à la liste atelier wallonie isoc org Envoyez un message à atelier request wallonie isoc org en mentionnant dans le corps du message subscribe Prenez soin d envoyer ce message en texte brut pas au format html Merci et bienvenue Pour quitter la liste envoyez par la même procédure un message avec la commande unsubscribe To join the list atelier wallonie isoc org Send a message to atelier

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Formulaires/Liste-Atelier_Inscription.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive

  • Atelier-Workshop_Participants
    de la promotion du Secteur Sous Traitance Mécanique wallonne Fabrimetal Wallonie Charles Debouche Professeur Hydraulique et Topographie Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux Marcus Dejardin Assistant Faculte des Sciences économiques sociales et de gestion FUNDP Namur Marie Anne Delahaut Conseillère adjointe à la direction Institut Jules Destrée Namur Richard Delmas EC DG Information Society Bruxelles Céline Dereume Attachée à la Direction de la Communication Secrétariat général du ministère de la Région wallonne Namur Camille Dermonne Eco Conseiller Institut Eco Conseil Namur Philippe Destatte Directeur Institut Jules Destrée Charleroi Jean Louis Dethier Vice président Wallonie Bruxelles Management Solutions Deloitte Touche Namur Paul Ficheroulle Député wallon Charleroi Philippe Hugé Directeur général CIGER Namur Patrice Husson Commission européenne DG Société de l Information Programme MLIS Isoc Luxembourg Marc Jamoulle Médecin de famille Centre de santé privé multidisciplinaire Gilly Stephane Jaumonet Gestionnaire du cyber espace CIA de la Région wallonne Namur Francis Krauth Développeur multimédia CTiP Liège Jean Pierre Lemaitre Responsable Informatique Université catholique de Louvain UCL ESPO Dupriez Daniel Malbert Délégation générale à la Langue française Paris Larry Moffett Consultant IT et gérant de e Strategy sprl Bruxelles Jacques Moisse Directeur de la Communication Secrétaire du Comité d accompagnement internet du site carrefour de la Région wallonne Ministère de la Région wallonne Secrétariat général Namur Pierre Oudart Délégation au multimédia CNC Paris Bruno Oudet Professeur d Economie Université Joseph Fourier Professeur d Informatique IMAG Grenoble Président de l Isoc France Costas Popotas Principal Administrator Automation Officer Library Court of Justice of the EC Marianne Poumay Chercheur Service de Technologie de l Education Université de Liège Philippe Rasic Conseiller en formations Bureau d Ingenierie en Education et en Formation BIEF Louvain la Neuve Vincent Ruck New Media Group Luxembourg Silvia Senen Gonzalez Strategies of underdeveloped countries towards the Information Society Argentina Debbie Spackman

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Atelier-Workshop_Participants.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive

  • Isoc_Wallonie_Atelier-Programme
    de l Université libre de Bruxelles ULB http www ulb ac be project metie index htm 12h30 Repas 14h00 Table ronde 2 Cultures et langues de l internet Richard Delmas Culture et langue sont au c ur du monde de l internet De plus en plus le réseau des réseaux doit apporter du sens aux messages qu il délivre et indiquer les chemins du vrai savoir permettant à tous à chacun d entre nous de retrouver identité et mémoire dans un monde virtuel numérique Pour ce faire les outils et les systèmes techniques de l internet doivent répondre à nos attentes en termes de langue de traduction d accès d indexation et d interopérabilité aux sources mondiales de contenus La Table ronde de l ISOC Wallonie en liaison avec les travaux du W3C World Wide Web Consortium et de l ISTF Internet Society Task Force dans le domaine se propose d envisager comment et à quel rythme les ressources universelles de l internet seront accessibles dans la langue et dans le respect des cultures y compris minoritaires au plus grand nombre des enfants aux plus âgés des plus riches aux plus démunis Président Richard Delmas Administrateur de l Isoc Wallonie Commission européenne DG Société de l information Responsable du Partenariat des Technologies de l Information et de la Communication en charge du dossier de la gouvernance de l internet http www ispo cec be Intervenants Ulrich Briefs Professeur à l Université de Bremen IRS Paris Berlin http www uni bremen de Philippe Destatte Directeur de l Institut Jules Destrée Représentant de la Région Wallonne et de la Communauté française Wallonie Bruxelles à la Commission spécialisée de Terminologie de l Informatique et des Composants électroniques Délégation à la Langue française à Paris http www wallonie en ligne net Patrice Husson Commission européenne DG Société de l information Coordination des programmes INFO2000 MLIS Fondateur de l Isoc Luxembourg http www woolly org isoclu fr Kim Veltman Professeur au Maastricht McLuhan Institute Coordinateur du Réseau Medici http www mmi unimaas nl homeie html Invité Bruno Oudet Professeur à l Université Joseph Fourier Grenoble membre et fondateur de l Isoc France Le monde associatif est il bien organisé pour s emparer des enjeux de l Internet réflexions après quatre ans de présidence de l Isoc France http www isoc asso fr 15h30 Pause 15h45 Table ronde 3 Liberté d expression et gouvernance de l internet Jean Louis Dethier La question qui se pose aujourd hui est celle du rôle que peuvent jouer la société civile et les autorités wallonnes pour contribuer à une gouvernance pertinente et efficace de l internet il s agit de donner une capacité d accès à l ensemble des utilisateurs et de leur ménager une liberté d expression optimale Vu l ampleur du sujet nous nous limiterons à décrire le champ mondial et européen de la problématique et à l illustrer par quelques aspects concrets de cette question au départ d expériences wallonnes Président Jean Louis Dethier Vice président du

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Actes_Rencontres_2000/Isoc_Wallonie_Atelier-Programme.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive

  • Delmas-Richard_Internet-et-le-droit
    de télécommunications à Montréal Afin d éviter de réguler spécifiquement le secteur des infrastructures et des services de télécommunications sur les flux de trafic il pourrait être utile d analyser et de mesurer finement la performance globale du réseau et le coût des lignes de transmission à l échelon international Pour ce qui concerne le service universel une discussion s est engagée avec les Etats membres afin de considérer si les accès hauts débits doivent ou non en faire partie De plus la question de l accès équitable à l espace des noms de domaine considérée comme une ressource publique pourrait s avérer primordiale dans la mesure ou des initiatives sont en cours dans de nombreux pays pour créer une adresse universelle pour tous ou une adresse officielle identifiant potentiel pour les régimes fiscaux et douaniers Sur l ensemble de ces enjeux il sera pertinent d analyser les conséquences réglementaires et juridiques de la convergence entre les noms de domaine les adresses IP et la numérotation téléphonique dans un contexte de généralisation de la téléphonie IP et des annuaires électroniques Des groupes de l UIT et de l IETF travaillent sur les rapprochements techniques et sur l émergence de plates formes standardisées qui ne manqueront pas d avoir des conséquences économiques considérables sur les industries et les marchés Dans le même ordre le code de numérotation public international de l UIT basé sur les codes nationaux E 164 pourrait se trouver remis en cause ainsi qu à cet égard le rôle des autorités nationales de régulation des télécommunications Concurrence et cadre réglementaire des télécommunications Pour le domaine spécifique des télécommunications le principe général de concurrence s applique depuis le lancement du train de libéralisation en 1986 et le Livre vert de 1987 Il a conduit à une ouverture équilibrée par l établissement des règles harmonisées pour ce qui concerne l entrée sur le marché les licences l application du service universel l accès aux fréquences et à la numérotation Pour le niveau d infrastructure le contrôle des conditions d accès aux réseaux trans européens les principes ONP sont une compétence communautaire Comme pour le marché de communications l équilibre à trouver entre l ouverture aux nouveaux acteurs de l Internet et le nivellement de l accès au marché global est difficile à réaliser La législation communautaire a eu aussi pour objet de dégager quelques principes notamment relatifs à la neutralité technologique au suivi de l évolution des marchés et à la nécessité d une clarification afin d accorder les règles de la concurrence à celles spécifiques au secteur des télécommunications Aujourd hui afin de mettre à jour le cadre réglementaire une directive cadre et 5 directives d application sont en préparation fondées sur les articles 95 et 86 du Traité Il convient de préciser que les règles du jeu applicables du point de vue de la concurrence nécessitent une compréhension fine des mondes industriels et des marchés de l Internet Le modèle économique associant l accès et le contenu d intégration horizontale forte semble dominant La notion de connectivité doit être approfondie Elle est centrale dans le contexte de la dynamique des marchés 5 Nous sommes ici dans le domaine que les économistes commencent à analyser tant au plan de la micro économie que de celle du régime des conventions entre parties sans pouvoir dégager des perspectives macro économiques à moyen et long terme Internet comme support de la société de l information et du commerce électronique Internet est devenu une infrastructure et un médium de communication et une plate forme pour les échanges économiques sociaux et culturels mondiaux La Commission a pris la mesure du phénomène à travers les politiques liées à la société de l information à travers un ensemble d initiatives portant sur l éducation la santé l administration les loisirs les transports les échanges et le commerce électronique au sens large La mise en uvre du Plan d action E Europe approuvé lors des récents Sommets européens de Lisbonne et Feira est de nature à permettre des avancées importantes pour l accès et l usage d Internet sur le continent Enfin au plan des droits de propriété intellectuels des données personnelles et des règlements des litiges plusieurs conventions et directives récentes ont permis d adapter le droit au numérique et de progresser sur la voie d une harmonisation communautaire Sans entrer dans le détail de la directive sur le cadre juridique du commerce électronique adoptée par le Parlement européen et le Conseil le 8 juin 2000 il convient de rappeler que les mesures permettront que les services de la société de l information bénéficient des principes du marché intérieur concernant la libre circulation des services et la liberté d établissement et puissent être fournis dans toute l Union européenne s ils respectent la législation de leur Etat membre d origine La directive n instaure des règles harmonisées que dans les domaines absolument nécessaires pour garantir que les entreprises et les citoyens pouvaient fournir et recevoir des services de la société de l information dans toute l UE définition du lieu d établissement des opérateurs obligations de transparence pour les opérateurs exigences de transparence pour les communications commerciales conclusion et validité des contrats électroniques responsabilité des intermédiaires de l Internet règlement des différends en ligne et rôle des administrations nationales Dans d autres domaines la directive se fonde sur les instruments existants de l UE qui prévoient l harmonisation ou la reconnaissance mutuelle des législations nationales et propose le mise en place de codes de conduites appropriés Par ailleurs la Commission a récemment reconnu le dispositif de la sphère de sécurité mis en place par le ministère américain du commerce de nature à assurer un niveau de protection adéquat aux données à caractère personnel transférées à partir de l Union européenne Les croisements multiples entre les politiques menées au plan international et l évolution d Internet indiquent qu en réalité le phénomène est aujourd hui protéiforme un énoncé universel du monde technique qui trace son propre chemin

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Documents/Delmas-Richard_Internet-et-le-droit.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive

  • Multilinguisme_-_de-Loupy
    permettait de transmettre une information textuelle codée de manière visuelle à l aide de bras mécaniques Cette ligne de transmission reliait Lille à Paris Il ne s agit pas en fait d une invention totalement nouvelle puisque les Grecs et les Romains avaient déjà expérimenté un tel système Ces derniers en particulier possédaient au deuxième siècle de notre ère un réseau de communication optique depuis l Espagne jusqu en Asie Le premier système international de codage des caractères fut développé par Samuel Morse et essayé pour la première fois en 1870 Tout comme celui du Télex il est basé sur un système binaire pour le Morse on a des signaux longs et courts et pour le Télex un signal qui passe ou ne passe pas D autres systèmes sont restés sur un mode de transmission optique comme le langage des sourds ou la communication par sémaphores de la marine 3 2 Le codage dans les systèmes informatiques 3 2 1 ASCII Le développement de l informatique aux U S A dans les années soixante donna lieu à la création d une norme de codage qui allait marquer le domaine jusqu à nos jours et sans doute encore pour longtemps Il s agit bien sûr de la norme ASCII American Standard Code for Information Interchange Elle est basée sur 7 bits 3 et permet donc de différencier 128 éléments différents En l occurrence il s agit des 26 lettres de l alphabet latin sans accent en minuscule et majuscule des chiffres de caractères de contrôle non imprimables retour chariot retour à la ligne etc de ponctuations et de signes divers etc Par exemple à la lettre A est associée la valeur 65 alors que la lettre B sera codée 66 Cette norme a évolué et a donné naissance à plusieurs versions dont des versions plus adaptées à d autres langues que l anglais mais même à l intérieur d une même communauté linguistique existaient des différences L Organisation Internationale de Normalisation ISO a donc décidé de fixer une bonne fois cette norme sous l appellation ISO 646 en 1988 La limitation aux seuls caractères non accentués est très gênante pour le codage d autres langues que l anglais car la plupart des systèmes linguistiques soit utilisent plus de caractères soit utilisent des diacritiques En fait à part l anglais le swahili et l indonésien aucune langue ne se satisfait de cette norme Il ne s agit pas de conserver des signes pour le seul plaisir d être conforme à la tradition Les diacritiques sont essentiels à la prononciation et à la compréhension de textes écrits dans une langue donnée Leur suppression en français conduit à ne plus pouvoir distinguer élève de élevé sans s aider du contexte De plus comment doit on prononcer le nom d Ambroise Paré si l accent aigu disparaît Des systèmes de codage sur 8 bits ont donc été créés afin de doubler le nombre de caractères disponibles 3 2 2 La famille des ISO 8859 Dix jeux de caractères 4 sur 8 bits sont aujourd hui standardisés dans la famille ISO 8859 Il s agit d extensions de la norme ASCII puisque les 128 premiers caractères restent identiques à ceux de cette norme Les 128 suivants sont utilisés afin de coder les caractères propres à une ou plusieurs langues Ci après un tableau non fourni dans cette version texte voir sur le site 3 3 Exemples de problèmes de codage liés aux normes ISO 8859 La plupart des standards 8 bits développés pour coder les caractères utilisés dans les différentes langues sont imparfaits Ainsi la norme ISO 8859 1 qui doit permettre d écrire en français n inclut pas les ligatures oe et OE Or celles ci ne sont pas facultatives et sont véritablement des caractères de la langue française Imprimerie Nationale 1990 On pourrait penser qu il suffirait de configurer les logiciels pour qu ils remplacent toute succession de ces lettres par la ligature correspondante mais un mot comme coexister oblige à séparer les deux lettres Pour pouvoir écrire c ur correctement il faut donc qu un code spécifique existe pour la ligature Ce problème a été corrigé avec ISO 8859 15 qui n est pas encore officiellement adopté en tant que standard Pour certaines langues le problème vient du fait que les polices de caractères sont très difficilement accessibles Ainsi les Estoniens qui devraient écrire en ISO latin 4 écrivent souvent soit avec l ISO latin 1 dans lequel il leur manque deux caractères soit avec l ISO latin 2 dans lequel il manque un caractère Enfin il est très difficile de gérer un texte comportant plusieurs systèmes d écriture Les traitements de texte multilingues doivent jongler à la fois avec les différentes normes de codage et les polices associées Bien sûr si les textes sont produits et lus avec le même logiciel il est toujours possible de créer son propre système de codage mais dans le cas où les textes sont importés il est indispensable de pouvoir gérer plusieurs normes de codage en même temps 4 UNICODE et SGML La difficulté à gérer des applications multilingues dans un contexte ou existent un grand nombre de normes différentes d un pays à l autre et parfois au sein d un même pays a conduit à l idée d un jeu de caractères dit universel dans lequel la plupart des caractères permettant de transcrire les langues existantes serait codée ISO 10646 4 1 UNICODE Le standard ISO 10646 basé sur 32 bits doit permettre en théorie de coder plus de deux milliards de caractères cela semble amplement suffisant pour tous les besoins auxquels ont pourrait penser Cet ensemble a été divisé selon un cube de 256 groupes de 256 plans de 256 colonnes Les cellules ainsi définies contiennent chacune 256 caractères Chaque plan est donc un ensemble codé sur 16 bits Pour l instant seul le premier plan plan 0 appelé Basic Multilingual Plane BMP est disponible Il correspond caractère pour caractère au codage UNICODE Le plan 1 devrait coder les caractères d écritures anciennes et des symboles musicaux Le consortium UNICODE 5 a été créé en 1989 et il regroupe les plus importants acteurs industriels de l informatique Le système UNICODE est basé sur un codage 16 bits et peut donc contenir 65 536 caractères différents 38 885 sont déjà codés et permettent de transcrire la plupart des langues écrites utilisées actuellement UNICODE Il a été intégré à la norme ISO 10646 en 1991 sous le nom ISO 10646 UCS 2 UCS signifiant Universal Character Set Les 128 premiers codes de la table UNICODE correspondent au codage ASCII Vient ensuite ISO 8859 1 Toutes les normes ISO 8859 sont incluses dans ce système Pour les caractères idéographiques chinois japonais et coréens les normes existantes qui définissaient plus de 120 000 idéogrammes différents ont été regroupées et simplifiées selon un schéma appelé Unification Han pour être ramenées à 20 992 signes Pour chaque entrée d UNICODE plusieurs informations sont disponibles comme le nom du caractère le type de caractère chiffre lettre ponctuation les correspondances majuscules minuscules etc etc En tout il y a environ 50 informations par code ce qui fait un système très lourd à gérer La création de jeux réduits permet de limiter la taille des informations à la stricte utilité dans un cadre précis tout en conservant la compatibilité avec l ensemble Ainsi un jeu d un peu plus de 4 000 caractères permettrait de coder toutes les langues européennes 4 2 Faut il TOUT coder La possibilité de coder plus de deux milliards de caractères laisse songeur est il vraiment utile de disposer de tous ces caractères A supposer qu il y ait suffisamment de ressources humaines pour récolter tous les caractères existants à quoi cela servirait il Prenons le cas des abréviations Du IXe au XVe siècle les scribes d Europe utilisaient un très grand nombre d abréviations Cappelli en recense 14 000 sans même prétendre à l exhaustivité cité dans Ponot 1995 Cela représente déjà le tiers du nombre de caractères codés dans UNICODE Chacune de ces abréviations étant un signe à part entière est il judicieux de les coder dans un formalisme de type ISO 10646 Le travail serait colossal et ne trouverait son utilité que dans de très rares cas De plus il est nécessaire de prévoir la possibilité d entrer de nouveaux caractères rapidement On a pu voir les difficultés liées à l arrivée du sigle euro sur la scène européenne et mondiale Les claviers ont été modifiés des mises à jour des logiciels ont dû être faites etc Le système ISO 8859 15 réserve un code pour ce signe en plus de certains ajouts à l ISO 8859 1 concernant des caractères accentués du français ou du finnois 4 3 Les entités SGML Une solution consiste à utiliser les normes évolutives en particulier celles issues de SGML 6 Standard Generalized Markup Language comme la TEI Ide Véronis 1995 SGML est un métalangage qui permet de créer un langage approprié à la description de classes de documents Cacaly et al 1997 p 529 La description des classes de documents est donnée dans les DTD Définitions de Types de Documents Une introduction détaillée de la norme SGML pourra être trouvée dans Sperberg McQueen Burnard 1994 Ces normes en plus de fournir un balisage du texte permettent de définir pour chaque document une suite de caractères définissant une entité à laquelle peut être associée un ou plusieurs glyphes Ainsi pour un texte codé en ASCII le caractère é sera codé eacute Il pourrait être représenté par une autre suite à condition que cela soit défini dans la DTD Un exemple de ce type de codage se trouve dans les pages HTML de la Toile où par exemple le caractère est codé lg Il est alors tout à fait possible de créer des codes d échange particuliers entre des spécialistes d un domaine Par exemple le codage des hiéroglyphes peut se faire à l aide de ces entités Une personne ne disposant pas du logiciel ou des polices associées à ces entités verra des suites du type tyw D ailleurs si le nom de l entité est correctement choisi il est possible de déterminer à quel élément elle fait référence Dans le cas présent l indication de la prononciation tyw permet de déterminer que l idéogramme associé représente un oiseau La connaissance par le rédacteur et le lecteur de ces entités dans un système qui leur est propre mais qui est décrit dans la DTD et l utilisation d interfaces dédiées permet d associer une représentation graphique appropriée dans une police spécifique Bien sûr on pourrait se dire que l utilisation des entités SGML permet de coder tout type de document et qu il n est donc pas nécessaire de développer une norme de codage des caractères du cyrillique Mais numériser un texte russe à l aide d entités est très lourd chaque caractère de l écriture cyrillique étant représenté à l aide de plusieurs caractères ASCII Il convient donc de coder de manière stricte les caractères les plus couramment utilisés les hiéroglyphes feront d ailleurs probablement l objet d un codage dans la norme ISO 10646 tout en laissant la liberté d introduire des caractères spécifiques en utilisant des entités de type SGML Il est d ailleurs possible d utiliser le système UNICODE pour coder un texte SGML et donc de profiter des avantages des deux systèmes 5 Internet et l avenir des langues Internet est né aux États Unis à la fin des années 60 et s appelait alors ARPANET 7 Il s agissait d un réseau militaire auquel se sont adjoints des universités par la suite La véritable explosion d Internet ne s est produite qu au début des années 90 Les infrastructures et les normes utilisées sur la Toile portent encore largement la marque de son origine américaine Cela implique de graves problèmes dans l échange de textes entre les communautés non anglophones 5 1 La répartition de la population linguistique sur Internet Le schéma suivant indique la répartition en pourcentage de la population linguistique sur Internet et dans le monde G I S 1999 ainsi que la répartition linguistique des sites Babel 1997 8 idem tableau précédent On voit très nettement que les proportions entre les communautés linguistiques ne sont absolument pas respectées quand on passe du monde réel à Internet La prédominance des anglophones 56 sur la Toile est très nette De plus si l on considère la représentation linguistique non pas en population mais en quantité de documents disponibles les chiffres sont encore plus impressionnants 82 Les différentes communautés linguistiques réagissent à cet état de fait plus ou moins fortement selon le poids qu elles peuvent avoir dans les rapports internationaux et leur volonté politique Néanmoins l importance d une présence sur Internet semble reconnue par toutes les communautés actives Malheureusement la volonté seule ne suffit pas à permettre la création d un univers linguistique virtuel De nombreux problèmes existent qui font que la présence d autres langues que l anglais sur Internet ne se fait pas sans difficultés 5 2 La transmission des caractères sur Internet Plusieurs protocoles sont utilisés sur Internet pour la communication des machines l aiguillage et le transfert de l information Les deux principaux sont I P Internet Protocol qui associe un numéro unique à une machine du réseau et T C P Transfer Control Protocol qui gère la connexion entre deux machines Tous ces protocoles sont parfaitement adaptés à la diffusion d une information codée sur 8 bits 9 et tolèrent donc parfaitement la circulation d autres langues que l anglais Mais les problèmes surviennent dès qu apparaît la notion de texte Voyons quelques exemples de ces difficultés dans les trois services les plus utilisés sur Internet 5 2 1 Le courrier électronique Le courrier électronique utilise le protocole SMTP Simple Mail Transfert Protocole pour le codage du document Ce protocole utilise la norme RFC 822 qui est basée sur le codage ASCII c est à dire 7 bits c est à dire incapacité à gérer d autres langues que l anglais Le huitième bit est le plus souvent corrompu car il est utilisé par les services de transfert et le codage d un texte passant par un gestionnaire SMTP a de fortes chances d être modifié La norme ESMTP Extended SMTP permet ce transfert en tenant compte du huitième bit Depuis janvier 1999 les messageries doivent gérer les caractères codés sur 8 bits pour être aux normes Malheureusement il subsiste encore un nombre non négligeable de serveurs de courriers électroniques qui n intègrent pas cette norme surtout dans les pays anglophones et un utilisateur ne peut pas être sûr que son message n arrivera pas corrompu à son destinataire En effet la configuration du réseau Internet est telle qu un message a toutes les chances de passer par les États Unis avant de parvenir à son but 10 d où une corruption potentielle du huitième bit Une norme de codage permettant de ramener un texte codé sur 8 bits à 7 a été mise au point afin de contourner ce défaut des systèmes de gestion de courrier Il s agit de la norme M I M E Multi purpose Internet Mail Extension Brand 1995 révisé 1997 Ce système remplace des caractères accentués par une série de caractères ASCII Par exemple le mot réseau sera transformé en r E9seau Le serveur recevant le message devra lui effectuer la transformation inverse De plus cette norme permet d envoyer des éléments non textuels image son vidéo etc sans perte d information Bien sûr il est nécessaire que le destinataire utilise un gestionnaire de courrier électronique compatible MIME mais de tels logiciels sont disponibles gratuitement La possibilité de transmettre aussi le codage utilisé dans le texte permet au destinataire s il dispose d une police conforme à cette norme d afficher correctement le message Ainsi à condition qu expéditeurs et destinataires de messages électroniques possèdent des logiciels comprenant MIME tous les problèmes de codage des textes accentués ou ayant un grand nombre de caractères ou idéogrammes seraient réglés De nombreux utilisateurs d Internet disposent encore de versions obsolète de gestion de courrier qui ne gèrent pas le codage MIME S il ne doit pas être difficile de convaincre un utilisateur non anglophone de se servir de logiciels compatibles avec MIME il est en revanche moins évident de faire comprendre à un anglophone qu il serait préférable d en passer par là si l on communique avec lui en anglais et donc en n utilisant que des caractères ASCII En fait il suffit de penser que les noms propres comportent souvent des caractères accentués Quantité de noms sont écorchés sur les listes anglophones car les personnes qui postent sur ces listes savent qu un caractère non ASCII serait corrompu chez bon nombre d utilisateurs Or l absence de diacritique peut considérablement modifier la prononciation 5 2 2 Les forums Les forums permettent la transmission d une information sur 8 bits sans réel problème Cela est dû à des raisons historiques plus qu à une bonne gestion des systèmes En effet la plupart des serveurs de forums ne se préoccupent pas du huitième bit Celui ci est donc ignoré et transmis sans être modifié Les interfaces peuvent donc afficher des caractères accentués sans problème 5 2 3 WWW Si Internet est né aux États Unis le World Wide Web la Toile qui s étend au monde entier ou WWW 11 a été créé en Suisse par des chercheurs du C E R N C est sans doute une des raisons pour lesquelles la norme utilisée par défaut pour le codage des caractères a d abord été ISO 8859 1 et non ASCII Le codage des texte du WWW se fait à l aide du langage H T M L Hyper Text Markup Language qui est un dérivé de SGML et dont la première version a été publiée en 1991 Contrairement à

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Atelier_Langues-Cultures/Multilinguisme_-_de-Loupy.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive

  • The Internet is for Everyone  Vint_Cerf_Chairman
    Internet can facilitate democratic practices in unexpected ways Did you know that proxy voting for stock shareholders is now commonly supported on the Internet Perhaps we can find additional ways in which to simplify and expand the voting franchise in other domains including the political as access to Internet increases The Internet is becoming the repository of all we have accomplished as a society It is becoming a kind of disorganized Boswell of the human spirit Be thoughtful in what you commit to email news groups and other media it may well turn up in a web search some day Shared databases on the Internet are acting to accelerate the pace of research progress thanks to online access to commonly accessible repositories The Internet is moving off the planet Already interplanetary Internet is part of the NASA Mars mission program now underway at the Jet Propulsion Laboratory By 2008 we should have a well functioning Earth Mars network that serves as a nascent backbone of an interplanetary system of Internets InterPlaNet is a network of Internets Ultimately we will have interplanetary Internet relays in polar solar orbit so that they can see most of the planets and their interplanetary gateways for most if not all of the time The Internet is for everyone but it won t be if it isn t affordable by all who wish to partake of its services so we must dedicate ourselves to making Internet as affordable as other infrastructure so critical to our well being While we follow Moore s Law to reduce the cost of Internet enabling equipment let us also seek to stimulate regulatory policies that take advantage of the power of competition to reduce costs The Internet is for everyone but it won t be if Governments restrict access to it so we must dedicate ourselves to keeping the network unrestricted unfettered and unregulated We must have the freedom to speak and the freedom to hear The Internet is for everyone but it won t be if it cannot keep up with the explosive demand for its services so we must dedicate ourselves to continuing its technological evolution and development of the technical standards the lie at the heart of the Internet revolution Let us dedicate ourselves to the support of the Internet Architecture Board the Internet Engineering Steering Group the Internet Research Task Force and the Internet Engineering Task Force as they drive us forward into an unbounded future The Internet is for everyone but it won t be until in every home in every business in every school in every town and every country on the Globe Internet can be accessed without limitation at any time and in every language The Internet is for everyone but it won t be if it is too complex to be used easily by everyone Let us dedicate ourselves to the task of simplifying Internet s interfaces and to educating all who are interested in its use The Internet is for everyone but

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Documents/Internet_is_for_everyone_Vint_Cerf.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive

  • European_Industry_Ministers-1999-07
    of the operating conditions of companies especially by developing standardisation The adoption process of directives on electronic commerce in particular should be urged For individuals the take up of ICT related services is influenced in addition to economic factors by reliability safety and knowledge of the advantages provided by ICT The public sector can accelerate their take up of ICT for instance by offering the possibility of direct electronic access to the public administration and by using ICT extensively in their own actions The European Council that convened in Cologne charged the Commission and the Member States with the task of identifying in cooperation with representatives of the business sector the factors obstructing the rapid development and application of information technology and of making proposals for solving the problems The European Council referred to the specific need to take into account the importance of deregulation and standardisation Appropriate and sufficient measures will have to be found in order to proceed in the fulfilment of the assignment given by the European Council We hope to examine the progress of this work in the Industry Council meeting in November copyright 1999 Ministry of Trade and Industry P O Box 230 FIN 00171 Helsinki Finland tel 358 9 160 9800 fax 358 9 160 3996 eu tiedotus ktm vn fi Informal Meeting of Ministers of Industry in Oulu on 3 July 1999 Main Points of the Opening Address of Minister Tuomioja Knowledge and Know how are the Basis for our Welfare In the next millennium knowledge and know how will be the basis for economic competitiveness and the well being of the whole society Information society is both a demanding challenge and a new possibility for the citizens companies and the public administration A genuine information society must be within the reach of all citizens Development must not lead to the inequality and exclusion of people It is very important to examine the development of the information society in a multi faceted way from many different viewpoints and to conduct an open dialogue on the role functions and responsibilities of the public authorities the economic and industrial life and research This meeting will provide the possibility of viewing the development of the information society from one important standpoint that of the competitiveness of companies Link to Globalisation The information society and globalisation are closely linked to one another The Commission s extensive and wide ranged Communication on globalisation and its effects on the competitiveness of companies is an important opening to the discussions One significant challenge for competitiveness is according to the Commission s estimates the little use of information technology The number of investments made by European companies in equipment and infrastructure has on the average been smaller than that of investments by U S or Japanese companies for several years now In addition employment of information technology is too often only traditional even though this technology has become the instrument for trade and commerce and for decision making Globalisation will advance

    Original URL path: http://www.wallonie-isoc.org/Atelier_Langues-Cultures/European_Industry_Ministers-1999-07.htm (2016-02-12)
    Open archived version from archive



  •